Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lavandou Tribune. Contre-pouvoir citoyen
  • Lavandou Tribune. Contre-pouvoir citoyen
  • : Tribune officielle des citoyens indignés par la gestion municipale du Lavandou depuis 1995. La liberté d’expression est un droit fondamental défendu par la Cour européenne des droits de l'homme (CDEH). Les lanceurs d’alerte sont protégés par la loi 2016-1691 relative à la transparence.de la vie publique.
  • Contact

Debout le Lavandou !

La Chambre Régionale des Comptes épingle la municipalité en place pour "gestion approximative des fonds publics, vente du patrimoine, augmentation des impôts, emprunts, absentéisme du personnel, privilèges injustifiés…". Les 44,55 % d'électeurs indignés font entendre leur opposition dans cette tribune pour éveiller les consciences, lutter contre l'ambition et le fanatisme clanique qui ruine notre commune depuis quatre mandats. Donnons un nouveau souffle au Lavandou.

Recherche

Conseil municipal 2014-2020

Regain 2014-2020 : Gil BERNARDI maire
Adjoint(e)s: *Charlotte BOUVARD. *Claude MAUPEU. *Annie TALLONE. Pierre CHARRIER Bruno CAPEZZONE. Frédérique CERVANTES. Raymonde STATIUS. Patrick LE SAGE. 
Délégué(e)s: Corinne TILLARD. Denis CAVATORE. 
Conseiller(e)s:
Laurence CRETELLA. Beatrice FLORENTY. Philippe GRANDVEAUD. Nadine EMERIC. Patrick MARTINI. Jean-Pierre BIGEY. Monique CARLETTI. Jean-François ISAIA. Nathalie CHRISTIEN. Jacques BOMPAS. Laurence TOUZE. Patrick CANTIE.  
*Conseiller(e)s communautaires 

Le Lavandou Cap 2020 : Thierry SAUSSEZMarie-Jo BONNIER., Guy CAPPE.

La Ville Heureuse : Jean-Laurent FELIZIA, Andrée VIALE.

Sans étiquette : Georges TAILLADE.

Vite lu

Fiscalité. L'Assemblée vote la suppression de la taxe d'habitation pour 80% des ménages. Elle sera progressivement supprimée jusqu’en 2020 (BFMTV)

Harcèlement sexuel. La parole des femmes se libère en France. Le mot-dièse "balance ton porc" en est un symbole. Il  génère des milliers de témoignages sur Twitter contre des élus et petits chefs (Libération)

La Crau. Trois élus du Front National, quittent leur parti mais continuent à siéger sans étiquette dans l’opposition au conseil municipal par respect envers leurs électeurs (Facebook)

Var changement climatique: sécheresse record, température jamais vue depuis 60 ans. "Il faut arrêter d’urbaniser le littoral" avant une catastrophe naturelle majeure (LPO Paca)

L'ex sénateur-maire de Toulon aurait reçu plus de 8.000 € d’argent public chaque trimestre détourné du Sénat. Selon les avocats des sénateurs déjà mis en examen dans cette affaire, ces derniers n'auraient rien fait d'illégal (Var Matin)

117 sénateurs de droite (LR, UMP, RPR) sont soupçonnés d'avoir détourné 8 millions d'euros en 12 ans (Le Point)

Fréjus. La justice doit se prononcer mi-novembre sur l'ancien maire François Léotard, accusé de faux témoignage dans l'affaire Karachi (Twitter)

Autriche. La loi interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public est en vigueur. Le texte concerne la burqa, le niqab, les masques de mascarade (clown, Père Noël) cagoules et écharpes trop hautes contre le froid (Spunik)

Allemagne. 94 députés néo-nazis (AfD) entrent au Bundestag pour la première fois depuis 70 ans avec cet avertissement aux autres partis : "Nous allons vous traquer. On va pourchasser Madame Merkel et on va récupérer notre pays et notre peuple" (l’Express)

Trop de rues en France portent encore les noms de négriers, alors que l’esclavagisme est un crime contre l’humanité depuis 2001. En revanche aucune protestation contre les squares, boulevards, rues... qui honorent les élus qui ont ruiné leurs villes (Libération)

Hyères. La directrice de cabinet, fille du maire, démissionne pour cause d’interdiction des emplois familiaux, votée par l’Assemblée Nationale le 8 septembre (Twitter)

Lavandou. Pas moins de 6 tonnes de papier utilisées pour diffuser 14 photos du maire et un autosatisfecit  de sa gestion dans la revue municipale 2017 (Facebook)

19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 15:09
Conseil municipal du Lavandou du 16-12-2014

Conseil municipal du Lavandou du 16-12-2014

08-12-2014. Déclaration La Ville Heureuse

C’est en milieu de matinée que nous avons appris par le Cabinet du Ministre de l’Ecologie et du Développement Durable, la décision « de ne pas poursuivre la procédure d’autorisation » d’ABYSSEA et l’installation de deux plateformes d’essais et d’expérimentation par 1.300m et 2.000m de profondeur sous l’égide du CEEMP (Centre d’Expertise et d’Essais en Mer Profonde). Cette décision nous réjouit car elle est le résultat des actions que nous avons menées, éluEs locaux, régionaux pour la plupart écologistes, soutenus très tôt par des collectifs citoyens comme le Sémaphore des Abysses puis tardivement par des éluEs UMP isoléEs comme le député-Maire de Hyères-Les-Palmiers, Jean-Pierre Giran ou Gil Bernardi, Maire du Lavandou et Président du Syndicat des Communes du Littoral Varois.  C’est d’ailleurs la Commune du Lavandou qui a allumé la mèche en votant à l’unanimité et à la demande de Jean-Laurent Félizia du Groupe La Ville Heureuse, une motion d’opposition au projet ABYSSEA lors du conseil Municipal du 24 Novembre dernier.
Mais tout n‘est pas gagné car si le projet, ABYSSEA est suspendu en lieu et place du Canyon des Stoechades au large du Levant, il ne doit pas pour autant être relocalisé ailleurs et servir les mêmes intérêts ceux de l’industrie pétrolières off-shore oubliant de fait l’innovation en faveur des énergies renouvelables, il ne doit pas non plus nourrir le  conflit d’intérêts au travers d’expertises douteuse conduites par des organismes juges et partis, il doit encore moins échapper à la transparence d’une procédure qui musèle le débat contradictoire et travestit ses réels objectifs.  Et de fait, si les enjeux environnementaux sont tout autant sous-estimés, nous serons de nouveau en première ligne pour faire-valoir l’intérêt général le bien-fondé du débat démocratique et l’inepsie de grands projets coûteux et inutiles !
Jean-Laurent Félizia. Groupe la Ville Heureuse

.


07-12-2014. l'ADEBL dit NON au projet Abyssea


ASSOCIATION DE DÉFENSE DE L'ENVIRONNEMENT
DE BORMES ET DU LAVANDOU (ADEBL)
Association loi de 1901 créée en 1977
Prix 2000 de la Fondation Denis Guichard (sous l'égide de la Fondation de France)
pour la préservation de la biodiversité et de l'environnement

à :

Monsieur Bertrand NICOLAS
Commissaire-enquêteur
12 Avenue Joseph Clotis
Mairie de HYERES
83400 HYERES

 

OBSERVATIONS DEPOSEES PAR L'ASSOCIATION DANS LE CADRE DE L'ENQUETE PUBLIQUE (5 novembre - S décembre 2019) RELATIVE A LA CONCESSION D'UTILISATION DU DOMAINE PUBLIC MARITIME ET A LA DEM4NDE D'AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR L'EAU POUR L'IMPLANTATION DE DEUX STATIONS IMMERGÉES AU LARGE DE LA PARTIE NORD DE L'ÎLE DU LEVANT


OBSERVATIONS DE L'ADEBL DEFAVORABLES AU PROJET


Présentation succincte de l'association

Les actions de l'association s'inscrivent dans le contexte de la préservation de l'environnement, du patrimoine collectif, et du respect des grands équilibres naturels, biologiques, humains, paysagers..
Elles sont toujours sous-tendues par le souci de l'intérêt collectif et n'ont jamais défendu un intérêt particulier quelconque.

Ces actions sont de nature diverse : interventions auprès des élus communaux et des services de l' Etat, participation aux nombreuses enquêtes publiques portant sur l'urbanisme et l'environnement des deux communes et leurs environs, procédures devant la juridiction administrative.

Très active, l'association est notamment connue au niveau national et ses nombreuses actions juridiques (auprès du Tribunal administratif de Nice puis de Toulon, de la Cour administrative d'appel de Marseille ou du Conseil d'État) sur des dossiers importants concernant Le Lavandou et Bormes) sont à la source de certaines décisions jurisprudentielles d'une grande importance désormais appliquées de façon classique sur tout le littoral et notamment le pourtour méditerranéen.

L'association est parvenue à faire protéger au titre des espaces remarquables des portions de territoire importants dans différents quartiers de Borures et du Lavandou, souvent situés sur les contreforts du massif des Maures venant surplomber la baie de Bot-mes/Le Lavandou, qui auraient sinon été livrés à une urbanisation massive malgré leur grande valeur patrimoniale sur les plans paysager faunistique et floristique.

C'est dans ces conditions que le Conservatoire du Littoral a par exemple pu acquérir certains terrains boisés du Lavandou proches du rivage, dont l'inconstructibilité de principe, en raison du caractère remarquable des lieux, avait été prononcée par le Conseil d'Etat suite à des actions de l'association.

De même certaines interventions ou actions juridiques ont permis de provoquer le retrait ou d'annuler des permis de construire délivrés dans des zones inondables ou des secteurs forestiers soumis à un très fort risque feu.

ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX DU PROJET « CEEMP »

Les territoires de Bormes et du Lavandou, communes littorales baignées par les eaux du sanctuaire PELAGOS sont directement concernés par le projet.

A ce titre on ne comprend pas pourquoi ces deux communes situées juste en face de l'île du Levant, comme d'ailleurs les autres communes allant jusqu'à Sainte Maxime, et dont les eaux sont concernées soit directement du point de vue territorial soit par leur grande proximité du projet, n'ont pas bénéficié d'une information suffisante ni même d'un dossier déposé en mairie accompagné d'un cahier pour recueillir les observations du 'public.

Quoi qu'il en soit :

L'association relève que les aménagements prévus porteraient, par leur emplacement et leurs caractéristiques, atteinte à la biodiversité et aux espèces d'un vaste secteur situé dans le périmètre du sanctuaire PELAGOS, et bénéficiant d'une protection ZNIEFF et NATURA 2000.

Le(s) câble(s) reliant les sites d'essais à l'île du Levant passerai(en)t suai un massif de posidonies, espèce protégée d'intérêt majeur en Méditerranée (importante production d'oxygène en milieu marin, abri notamment en période de reproduction et zone de nourrissage pour de nombreuses espèces se réfugiant dans les herbiers...).

En outre les essais menés sur ces sites expérimentaux seraient à l'origine de nuisances (perturbations acoustiques, modification de l'hydrologie locale, décollement et dispersion des couches de sédiment, augmentation de la turbidité des eaux, dépôt de déchets générés par les activités d'étude...) non seulement pour les cétacés (plusieurs espèces de baleines, cachalots, rorquals, dauphins en populations importantes...) mais de façon générale pour l'ensemble des espèces dont plus de 8500 espèces animales macroscopiques, qui représentent en biodiversité entre 4% et 18% des espèces mondiales, sont recensées dans l'extraordinaire réserve patrimoniale sur les plans biologique, culturel et économique que constitue le sanctuaire PELAGOS.

Sur un plan très concret ce projet va donc directement à l'encontre des objectifs du PAMM (Plan d'Action pour le Milieu Marin) qui sont entre autres de maintenir le bon état de conservation des habitats profonds, d'éviter leur agression par des événements naturels ou artificiels (comme c'est ici le cas : il n'est pas besoin d'être ingénieur ou technicien des travaux maritimes pour deviner que la nature des essais sera source de fortes perturbations et de dégradations des milieux de fond), et de limiter le dérangement acoustique des cétacés.

Sur le plan des principes on peut s'interroger sur l'intérêt pour la collectivité d'un tel projet entièrement dédié au bénéfice des sociétés pétrolières, en particulier à l'étude de la mise en oeuvre des techniques et moyens relatifs à l'exploitation pétrolière dite de « l'offshore profond » dont on sait qu'il s'agit de l'une des plus polluantes et des plus risquées qui soit en mer (comme peut l'être le gaz de schiste en milieu terrestre) : les catastrophes qui se produisent régulièrement (par exempte celle survenue dans le golfe de Floride il y a quelques années, les immenses difficultés à maîtriser les accidents malgré des moyens d'intervention considérables et des centaines de millions de dollars, le désastre écologique et économique pour les régions touchées...) sont là pour le rappeler.

Sur le plan économique et environnemental et quelle que soit la pertinence d'essais divers et des conclusions qui en résulteraient, est-il réellement opportun de se lancer (avec déjà trop de retard) dans des activités d'étude liées à des perspectives d'exploitation offshore profond probablement déjà dépassées, qui resteront toujours extrêmement dangereuses, et qui en tout état de cause sont sans rapport avec les prévisions françaises d'approvisionnement en énergies fossiles ?

EN CONCLUSION

L'association demande à Monsieur le Commissaire-enquêteur d'émettre un avis défavorable et à Monsieur le Préfet du Var de ne pas approuver un projet qui sur le plan environnemental national et de façon générale sur le plan patrimonial méditerranéen (c'est à dire international) n'est pas admissible et ne sert pas l'intérêt collectif.


M. LAFONTAINE
Présidente de l'association

Partager cet article

Repost 0
Published by ADEBL - dans Environnement
commenter cet article

commentaires

vertderage 19/01/2015 15:16

BIEN VU ! CES PRÉTENTIEUX MESSIEURS DAMES QUI MANIPULENT LES MINISTRES AVALERONT LEUR CHAPEAU LE JOUR OU LE PROJET REVIENDRA COMME LE PERMIS HYDROCARBURES EN MEDITERRANEE...

verdeau 26/12/2014 23:01

Tout le monde s'est opposé à ce projet. Où ira-t-il maintenant ? A force de tout refuser nous n'avons plus de R&D et nos chercheurs partent aux USA qui les réclament. Le var rate le coche.

lucide 17/12/2014 14:50

en tout cas depuis la "suspension" officielle du projet et non pas le retrait définitif comme notre cher maire se complet à le dire, sachez qu'il en est fier et qu'à l'entendre on croirait qu'il a tout négocié personnellement avec Ségolène Royal pour obtenir cette suspension...
C'est incroyable comme ce Monsieur s'attribue tout...il faut l'entendre...moi je... moi j'ai fait...c'est grace à moi si...le plus beau que j'ai entendu c'est "heureusement que j'ai fait les travaux au Batailler sans attendre les autorisations de l'état, sinon nous aurions sans doute u de gros problèmes lors des dernières pluies de novembre "....alors qu'en réunion "publique"" il disait que l'état ne lui donnait pas l'autorisation de faire les travaux indispensables, et que en tant que "bon élève" il obéirait...c'est curieux qu'en fonction des événements son discours change....en tout cas sachez que nous avons un maire qui a tout en mains et qui en est très fier....continuez à bien dormir chers Lavandourains, tout est sous contrôle....

LOUIS GROLLAIS 08/12/2014 10:52

A force de dire non à tout ce qui bouge cela devient politiquement ingérable. La démocratie a des limites.

KOBA 08/12/2014 09:47

ABYSSEA C'EST QUOI ? JAMAIS ENTENDU PARLE. VOUS ÊTES AUSSI CONTRE L'EXTENSION DU PÉRIMÈTRE PORT-CROS ??? ET QUE FAITES-VOUS CONTRE LES PERMIS DE CONSTRUIRE EN ZONE INONDABLE ???

vassal 08/12/2014 09:30

Hé bien ce projet se fera ailleurs :! tant pis pour nos générations futures. La position de l"association est louable mais à quoi elle sert ? des choses plus urgente cf le Batailler, la maison de retraite, les sacs de sable à cavalière, le référendum contre port-cros devraient davantage occuper Mme Lafontaine restée sans voix devant l'audace du maire du lavandou représentant officiel de la régression citoyenne. Vassal.