Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lavandou Tribune. Contre-pouvoir citoyen
  • Lavandou Tribune. Contre-pouvoir citoyen
  • : Tribune officielle des citoyens indignés par la gestion municipale du Lavandou depuis 1995. La liberté d’expression est un droit fondamental défendu par la Cour européenne des droits de l'homme (CDEH). Les lanceurs d’alerte sont protégés par la loi 2016-1691 relative à la transparence.de la vie publique.
  • Contact

Debout le Lavandou !

La Chambre Régionale des Comptes épingle la municipalité en place pour "gestion approximative des fonds publics, vente du patrimoine, augmentation des impôts, emprunts, absentéisme du personnel, privilèges injustifiés…". Les 44,55 % d'électeurs indignés font entendre leur opposition dans cette tribune pour éveiller les consciences, lutter contre l'ambition et le fanatisme clanique qui ruine notre commune depuis quatre mandats. Donnons un nouveau souffle au Lavandou.

Recherche

Conseil municipal 2014-2020

Regain 2014-2020 : Gil BERNARDI maire
Adjoint(e)s: *Charlotte BOUVARD. *Claude MAUPEU. *Annie TALLONE. Pierre CHARRIER Bruno CAPEZZONE. Frédérique CERVANTES. Raymonde STATIUS. Patrick LE SAGE. 
Délégué(e)s: Corinne TILLARD. Denis CAVATORE. 
Conseiller(e)s:
Laurence CRETELLA. Beatrice FLORENTY. Philippe GRANDVEAUD. Nadine EMERIC. Patrick MARTINI. Jean-Pierre BIGEY. Monique CARLETTI. Jean-François ISAIA. Nathalie CHRISTIEN. Jacques BOMPAS. Laurence TOUZE. Patrick CANTIE.  
*Conseiller(e)s communautaires 

Le Lavandou Cap 2020 : Thierry SAUSSEZMarie-Jo BONNIER., Guy CAPPE.

La Ville Heureuse : Jean-Laurent FELIZIA, Andrée VIALE.

Sans étiquette : Georges TAILLADE.

Vite lu

Fiscalité. L'Assemblée vote la suppression de la taxe d'habitation pour 80% des ménages. Elle sera progressivement supprimée jusqu’en 2020 (BFMTV)

Harcèlement sexuel. La parole des femmes se libère en France. Le mot-dièse "balance ton porc" en est un symbole. Il  génère des milliers de témoignages sur Twitter contre des élus et petits chefs (Libération)

La Crau. Trois élus du Front National, quittent leur parti mais continuent à siéger sans étiquette dans l’opposition au conseil municipal par respect envers leurs électeurs (Facebook)

Var changement climatique: sécheresse record, température jamais vue depuis 60 ans. "Il faut arrêter d’urbaniser le littoral" avant une catastrophe naturelle majeure (LPO Paca)

L'ex sénateur-maire de Toulon aurait reçu plus de 8.000 € d’argent public chaque trimestre détourné du Sénat. Selon les avocats des sénateurs déjà mis en examen dans cette affaire, ces derniers n'auraient rien fait d'illégal (Var Matin)

117 sénateurs de droite (LR, UMP, RPR) sont soupçonnés d'avoir détourné 8 millions d'euros en 12 ans (Le Point)

Fréjus. La justice doit se prononcer mi-novembre sur l'ancien maire François Léotard, accusé de faux témoignage dans l'affaire Karachi (Twitter)

Autriche. La loi interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public est en vigueur. Le texte concerne la burqa, le niqab, les masques de mascarade (clown, Père Noël) cagoules et écharpes trop hautes contre le froid (Spunik)

Allemagne. 94 députés néo-nazis (AfD) entrent au Bundestag pour la première fois depuis 70 ans avec cet avertissement aux autres partis : "Nous allons vous traquer. On va pourchasser Madame Merkel et on va récupérer notre pays et notre peuple" (l’Express)

Trop de rues en France portent encore les noms de négriers, alors que l’esclavagisme est un crime contre l’humanité depuis 2001. En revanche aucune protestation contre les squares, boulevards, rues... qui honorent les élus qui ont ruiné leurs villes (Libération)

Hyères. La directrice de cabinet, fille du maire, démissionne pour cause d’interdiction des emplois familiaux, votée par l’Assemblée Nationale le 8 septembre (Twitter)

Lavandou. Pas moins de 6 tonnes de papier utilisées pour diffuser 14 photos du maire et un autosatisfecit  de sa gestion dans la revue municipale 2017 (Facebook)

2 mars 2015 1 02 /03 /mars /2015 00:12

Comment s’égare-t-il de sa fonction à notre insu… !
L’assassinat symbolique de la République, appréciée par son sens du devoir et de la transmission des savoirs, est la revendication de notre imperfection perpétré par le poursuivant noir.
Sur un faux mode participatif, ce dernier conçoit l’espoir d’être admis au sommet de sa tribu en récompense de son travail. Il va bientôt déchanter pour découvrir qu’en prenant la place du poursuivant blanc, il sera à son tour rappelé à sa position de mortel. Il doit devenir de lui-même cartésien, conscient de ses passions et s’en extraire pour les contempler.
Le maire qui a reçu l’approbation des "sages" a été (en principe) formé pour partager, freiner les passions et préserver leurs réflexions de tout emportement. Lors de son intronisation, il a reçu en signe de confiance les clés du Trésor communal et les outils de la loi morale pour découvrir le monde; en fait, pour apprendre à se connaître lui-même.
L’outil de rectitude soumis à des plans et à des lois « que l’homme supérieur doit s’efforcer de découvrir ». Face à son miroir, il a juré de protéger sa tribu sans avoir compris le risque de la trahison, confondant le but et la conséquence, toujours pas dévêtu de son ambition dont il aurait dû apprendre à se dépouiller. Ce maire à qui pouvoir est donné d’œuvrer de son propre chef va détourner l’usage des outils et tenter de brûler les étapes !
Alors qu’il est précipité (sans formation aucune !) dans la fonction, il doit s’abandonner humblement aux "sages" qui le manœuvrent. Sa dernière vision est celle des défauts humains que nous partageons tous. Face à lui : ignorance, fanatisme et ambition déplacée des hommes.
- Ignorant dans la certitude et satisfait (satis=assez) - sensation la plus dangereuse pour un maire. Alors qu’il doit se dépêcher d’avancer dans sa vie d’homme, de se construire ici et maintenant.
- Fanatisme incarcéré par la certitude, anesthésié par la conviction, il n’a pas su entendre et reconnaître le cheminement de son suffrage. Il s’est égaré !
- Ambition déplacée : sa nécessité de survie devient la recherche d’un statut, d’une reconnaissance comme but, alors que cela ne peut être que la conséquence de ses actions face à l’équité. La nature humaine est indissociable de cette particularité de nos comportements dans le quantitatif.
Mais cette description du mauvais maire n’est-elle pas un simple coup d’œil dans le miroir électoral ? n’est-il pas symboliquement en train de s’observer lui-même ?
Qu’est-il donc arrivé à ce mauvais maire, que nous est-il arrivé ?
S’associer systématiquement à une faute commise est un réflexe hérité de notre culture judéo-chrétienne. Si nous devons tout à la République, n’aurions-nous pas été transformés à notre insu par elle ?
Peut-on incomber cette faute aux "sages" qui ont élu ce mauvais maire dans leur intérêt ? Seuls l’absence de volonté, le travail insuffisant et l’utilisation incomprise et détournée des savoirs transmis sont révélés à la lumière de la Cour des comptes et des médias. Le mauvais maire s’est écarté petit à petit de sa fonction puis, pour mieux se racheter, pratiqué le clientélisme électoral sans convaincre de son efficacité.
La frontière entre le blanc et le noir n’est pas immédiatement perceptible chez un maire, ou tout du moins, nous ne la percevons pas tous de manière identique. Il y a enfoui en nous une part de ce mauvais maire, invisible sauf dans le regard coupable de l’autre, d’où la nécessité de travailler avec l’assentiment de tous.
Montaigne, en quelques mots, résume le dilemme « La jalousie est de toutes les maladies de l’esprit celle à qui le plus de choses servent d’aliment et le moins de choses de remède. » (Livre 3 Chapitre 1 : De l’utile et de l’honnête)
Mauvais maire et bon guide, sont-ils séparables l’un de l’autre ? Devons-nous être l’un pour devenir l’autre ? Une sagesse innée et aboutie n’existe pas dans une dimension humaine. Le maire ne peut accéder à la préexcellence qu’en apprenant à s’affiner moralement, se dépouiller de son orgueil fanatique, rester à l’écoute, pour construire son immanence. Cette pédagogie nous révèle que l’accès au fauteuil de premier magistrat n’est pas un aboutissement, n’est pas un but en soi, mais bien un « permis de construire ensemble» loin de tout arrivisme. Car un maire, dans son ignorance de l’autre, ne peut obtenir aucune transcendance définitive des "sages". Au fil du temps, la lumière le rend fou du pouvoir sous l’œil amusé de ceux qui le prenaient pour un demi-dieu.
Alors que notre pays envisage de donner un diplôme aux imams éduqués dans l’empreinte de la République, il serait plus urgent d’enseigner les bases élémentaires de la fonction républicaine aux mauvais maires de nos communes. Ceux-là sont désormais aux mains des jeunes thanatopracteurs..

Partager cet article

Repost 0
Published by Paulette Touitou
commenter cet article

commentaires

verdeau 04/03/2015 23:44

une mairie au lavandou n'est pas utile puisqu'il existe une intercommunalité sinon à quoi elle sert ? gérer un village de 5000 habitants n'est pas plus difficile qu'une tour à New York ou a Shanghai avec moins d'employés et en plus le concierge est poli avec ses propriétaires au risque de se faire dégager manu militari sans élection à la noix.

marsoin56 04/03/2015 16:38

Le maire n'est qu'un syndic qui vole les copropriétaires avec l'aide de ses employés. Les syndics n'ont besoin que d'une garantie bancaire pour s'installer un maire rien que son baratin electoral et ses relations et çà marche auprès des gogos

beeeh beeeh ! 03/03/2015 08:37

Les moutons choisissent leur berger... qui les mène à l'abattoir ...

lucide 04/03/2015 14:19

tout a fait d'accord avec vous...mais hélas garder les moutons 4 fois 6 ans ça fera beaucoup et devrait être interdit...2 fois 6 ans semble correct, avec après le 1er mandat une obligation de montrer ses résultats pour postuler au second mandat....et pourquoi pas comme revendiqué par plusieurs auteurs de ce blog, un diplome pour être maire....Il y aurait moins de "minables" qui se croit tout permis.... en tous cas sans doute un peu moins....Mais je rêve sans doute......

Julie Romano 03/03/2015 01:21

Un bon maire ne tape pas dans la caisse, ne prends pas d'enveloppes (même petites) n'abuse pas sur les notes de restaurants et les voyages, ne favorise pas ses copains, ne passe son temps dans les tribunaux, ne refuse pas le progrès, ne cumule pas les casquettes, reste poli avec son opposition, ne bobarde pas ses électeurs, travaille avec sa tête pas avec un instinct de vengeance. Tout est dit !

simoulet 02/03/2015 17:51

Quand un maire est élu depuis 15 ou 30 ans la République marche sur la tête et c'est pas étonnant de voir les électeurs déserter les isoloirs

DiaCrisis 02/03/2015 09:21

très bien écrit et réaliste aucun maire n'a une formation, un diplôme et parfois ce sont des inquiétés par la justice, connus de la police qui sont choisis ainsi des clans se retrouvent à piller la collectivité avec une armée d'avocats et de nervis à leur disposition après ces élus s'achètent une conduite rappelons nous quelques maires célèbres dans le var... mais ça c'était hier ?