Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lavandou Tribune. Contre-pouvoir citoyen
  • Lavandou Tribune. Contre-pouvoir citoyen
  • : Tribune officielle des citoyens indignés par la gestion municipale du Lavandou depuis 1995. La liberté d’expression est un droit fondamental défendu par la Cour européenne des droits de l'homme (CDEH). Les lanceurs d’alerte sont protégés par la loi 2016-1691 relative à la transparence.de la vie publique.
  • Contact

Debout le Lavandou !

La Chambre Régionale des Comptes épingle la municipalité en place pour "gestion approximative des fonds publics, vente du patrimoine, augmentation des impôts, emprunts, absentéisme du personnel, privilèges injustifiés…". Les 44,55 % d'électeurs indignés font entendre leur opposition dans cette tribune pour éveiller les consciences, lutter contre l'ambition et le fanatisme clanique qui ruine notre commune depuis quatre mandats. Donnons un nouveau souffle au Lavandou.

Recherche

Conseil municipal 2014-2020

Regain 2014-2020 : Gil BERNARDI maire
Adjoint(e)s: *Charlotte BOUVARD. *Claude MAUPEU. *Annie TALLONE. Pierre CHARRIER Bruno CAPEZZONE. Frédérique CERVANTES. Raymonde STATIUS. Patrick LE SAGE. 
Délégué(e)s: Corinne TILLARD. Denis CAVATORE. 
Conseiller(e)s:
Laurence CRETELLA. Beatrice FLORENTY. Philippe GRANDVEAUD. Nadine EMERIC. Patrick MARTINI. Jean-Pierre BIGEY. Monique CARLETTI. Jean-François ISAIA. Nathalie CHRISTIEN. Jacques BOMPAS. Laurence TOUZE. Patrick CANTIE.  
*Conseiller(e)s communautaires 

Le Lavandou Cap 2020 : Thierry SAUSSEZMarie-Jo BONNIER., Guy CAPPE.

La Ville Heureuse : Jean-Laurent FELIZIA, Andrée VIALE.

Sans étiquette : Georges TAILLADE.

Vite lu

La Crau. Trois élus du Front National, quittent leur parti mais continuent à siéger sans étiquette dans l’opposition au conseil municipal par respect envers leurs électeurs (Facebook)

Var changement climatique: sécheresse record, température jamais vue depuis 60 ans. "Il faut arrêter d’urbaniser le littoral" avant une catastrophe naturelle majeure (LPO Paca)

L'ex sénateur-maire de Toulon aurait reçu plus de 8.000 € d’argent public chaque trimestre détourné du Sénat. Selon les avocats des sénateurs déjà mis en examen dans cette affaire, ces derniers n'auraient rien fait d'illégal (Var Matin)

117 sénateurs de droite (LR, UMP, RPR) sont soupçonnés d'avoir détourné 8 millions d'euros en 12 ans (Le Point)

Fréjus. La justice doit se prononcer mi-novembre sur l'ancien maire François Léotard, accusé de faux témoignage dans l'affaire Karachi (Twitter)

Autriche. La loi interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public est en vigueur. Le texte concerne la burqa, le niqab, les masques de mascarade (clown, Père Noël) cagoules et écharpes trop hautes contre le froid (Spunik)

Allemagne. 94 députés néo-nazis (AfD) entrent au Bundestag pour la première fois depuis 70 ans avec cet avertissement aux autres partis : "Nous allons vous traquer. On va pourchasser Madame Merkel et on va récupérer notre pays et notre peuple" (l’Express)

Trop de rues en France portent encore les noms de négriers, alors que l’esclavagisme est un crime contre l’humanité depuis 2001. En revanche aucune protestation contre les squares, boulevards, rues... qui honorent les élus qui ont ruiné leurs villes (Libération)

Hyères. La directrice de cabinet, fille du maire, démissionne pour cause d’interdiction des emplois familiaux, votée par l’Assemblée Nationale le 8 septembre (Twitter)

Lavandou. Pas moins de 6 tonnes de papier utilisées pour diffuser 14 photos du maire et un autosatisfecit  de sa gestion dans la revue municipale 2017 (Facebook)

16 août 2015 7 16 /08 /août /2015 23:09

Qui fait la loi dans notre société ? L’école de la rue gagne les étages, du métro au marché, de l’hôpital à l’Assemblée nationale. La politesse est devenue archaïque et l’égoïsme se porte bien. Impolis, goujats, violents, négligés, menteurs… la force est la règle dans les couloirs du pouvoir précaire si difficile à conquérir et si facile à perdre. Une place de parking, un passage forcé, une place dans un bus, un fauteuil d’élu sont autant de victoires narcissiques du niveau d’une conquête féminine ou d’un verre de Coca. Le plaisir doit être immédiat, dominant et peu importe les conséquences sur les autres. L’éducation et la morale sont au vestiaire des illusions passées. L’élu tape sur les faibles, l’automobiliste sur les piétons, le malade sur les médecins, la presse enchaine les scandales. Les relations sociétales sont fausses, intéressées et ,dans ce jeu de rôles, personne ne doit tomber le premier au risque de sortir du jeu.
C’est le triomphe des égoïstes et des mal élevés. Malheureusement, une écharpe tricolore donne un avantage certain, par le raccourci des carnets d’adresses et immunité partisane. Par révolte, le communautarisme devient le contre-feu de ces comportements déviants, jusqu’au corporatisme, forteresses qui protègent les membres du même clan.
Les crispations se tendent parce que nous manquons de respect à l’autre, cet intrus, ce rival qui vous invite à céder votre place pour la prendre. Ainsi, naissent les conflits, les grandes guerres, les petits meurtres sociaux, perpétrés par des milliers de frustrés qui font joujou avec le code civil, le code pénal, le code commercial, la jurisprudence et parfois la Kalachnikov.
Cette fragile ligne entre le blanc et le noir produit chaque année quelques 5 millions de plaintes, 1 million de condamnations et compositions pénales prononcées (En 2013 : 2 703 crimes ,638 827 délits, 45 072 contraventions de 5e classe,384 470 contraventions des quatre premières classes) pour 76.800 prisonniers et 175.000 personnes sous contrôle judiciaire. En seulement 20 ans, du bas en haut de l’échelle sociale, la France est tiraillée entre la peur et la rébellion, la lâcheté ordinaire et le courage extraordinaire. Messieurs et mesdames les élus montrez-nous donc l’exemple !

Partager cet article

Repost 0
Published by Paulette TOUITOU
commenter cet article

commentaires

la chute 18/08/2015 23:58

L'époque que nous traversons est en pleine mutation et nous prenons de très mauvais plis : Incivilité, égocentrisme, appât du gain facile et sans effort, assistanat social, Etat providence et désengagement politique du citoyen. Face à lui : politicard sans ambition ou corrompu, flicage/ fichage/fiscal, adn, routier, mobile, internet, bancaire, etc ... sans que personne ne s"émeuve des limites largement dépassées...En corollaire : Jalousie et peur de l'autre ... Nous allons dans le mur. Ou sont les valeurs de Respect et mérite du travail accompli ? L'utopie socialiste a fait long feu ... Hommes politiques de tous bords ou simples citoyens, nous sommes tous responsables. FP

DenisPayre 18/08/2015 10:27

Avec un président de conseil départemental en examen et quelques maires - varois inéligibles- et condamnés mais toujours aux manettes qu'espérez-vous de notre République bananière ? Pas belle la France ? Rentrez chez vous sans faire d'histoire sinon c'est vous qui serez en taule pour dénigrement !

courcoulis 17/08/2015 16:20

Je n'arrive pas a faire de difference entre un égoïste et un mal élevé. Par exemple si un élu mal élevé parle a un élu égoïste qui aura le dernier mot? Sans doute le plus calculateur égoïste par rapport au goujat sans neurone. Les deux peuvent s'entendre sur le dos d'un troisième ambitieux. ... ainsi de suite. Sauf si ce dernier balance un bon dossier aux juges et se débarrasse des deux premiers. Vous me suivez ?

Enigmatique 18/08/2015 11:25

Difficile à suivre. Entre "calculateur égoïste", "goujat sans neurone" et "troisième ambitieux", ces profils s'adaptent tous à chacun des protagonistes en présence ...

vertderage 17/08/2015 08:44

Bientôt la soupe de poisson aux boues rouges.cela économisera le safran !
ÉGOÏSTES les élus qui ont donné leur feu vert
MAL ÉLEVÉS les industriels qui empoisonnent la méditerranée au nom de l'emploi:
l’usine d’alumine des Bouches-du-Rhône a bénéficié d’un très long moratoire pour mettre fin aux rejets de boues rouges dans la Méditerranée. Vingt ans plus tard, la pollution perdure et l’emploi n’a jamais paru autant menacé, faute de solutions durables