Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lavandou Tribune. Contre-pouvoir citoyen
  • Lavandou Tribune. Contre-pouvoir citoyen
  • : Site officiel d'expression politique, économique et sociale sur l’actualité municipale au Lavandou. Les citoyens indignés - face au clanisme de la majorité "Regain" - exigent la limitation des mandats et des cumuls nuisibles à la démocratie locale depuis 1995.
  • Contact

Recherche

Vite lu

La République en marche devient, de loin, le premier bénéficiaire du financement public, tandis que Les Républicains et le Parti socialiste vont voir leurs subventions baisser dangereusement (Le Figaro)

La suppression de la taxe d’habitation pour 80 % des ménages  en 2018 c’est 8,5 milliards € qui n’arriveront plus dans les caisses et une profonde réorganisation des communes (Instagram)

Tourisme en recul sur la côte varoise. En cause : mauvaises prestations,  tarifs abusifs, environnement dégradé, trop d’interdits, absence de promotion, racisme ambiant. L’Espagne récupère une grande partie du tourisme européen  (Instagram)

La Croix-Valmer. Polémique autour d'un projet immobilier au Cap Lardier. Les riverains se mobilisent contre la mairie (Google)

Saint-Tropez. Trop de violences et d’agressions  gratuites sur la voie publique la nuit. Le maire mis en cause par son opposition (Facebook)

La préfecture du Var interdit les tirs de feux d'artifices par les particuliers dans le département le 13 et 14 juillet (Facebook)

Toulon Provence Méditerranée veut devenir la première destination régionale en matière de tourisme (Google)

Déficit: la Cour des comptes tacle Hollande et tire la sonnette d'alarme d’un déficit qui présage des restrictions budgétaires de l’Etat et des collectivités locales (Google)

Le département du Var placé en vigilance sécheresse depuis le 18 juin (Préfecture)

Bormes-les-Mimosas. Des riverains lancent une pétition contre des antennes relais à proximité d’une école (Twitter)

La Cour d'Appel de Lyon confirme les "graves irrégularités" commises par la municipalité Tuvéri dans le dossier des logements des Lices et de l'ancien hôpital. Le promoteur écarté réclame 54,5 millions € à la commune de Saint-Tropez (Twitter)

Les plages de Hyères : l'Almanarre, Estagnets et de la Capte vont devenir accessibles aux handicapés permettant d’être la première commune varoise à obtenir le label Tourisme et Handicap. (Google)

Contrôle renforcé des enseignes et publicités au Lavandou. Le maire (certainement non-voyant depuis 1995 ?) se dit "choqué" par le fleurissement de la pollution visuelle sur sa commune. (Facebook)

A Lagneville (Oise) un arrêté municipal interdit de décéder chez soi pour protester contre le manque de médecins. Ce n'est qu’une pâle contrefaçon de l’arrêté du Lavandou de 2000 "il est interdit à toute personne ne disposant pas de caveau de décéder sur le territoire de la commune" ridiculisant planétairement son auteur (Facebook)

Le Conseil d’Etat pourrait annuler l’arrêté qui ferme l’aéroport de Saint-Tropez La Mole aux vols internationaux. C’est le sens des conclusions présentées par le rapporteur public (Twitter)

23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 19:35

Après les trottoirs, le business le plus florissant pour les communes en bord de mer est la plage privée. Une image typique de la Côte d'Azur dont les concessions confisquent parfois l’accès à la mer aux classes modestes, alors que la règle devrait être 80% de plages publiques.
Mais, certains vacanciers sont prêts à payer de 50 à 100 € pour une journée en échange de services et de confort. Difficile de ne pas y voir là une séparation sociale entre plage de riches et plage de pauvres.
On compte plus de 1.500 plages privées dont les deux tiers sur la côte méditerranéenne. Pas suffisant pour les communes, beaucoup trop pour les protecteurs de la nature et les riverains !
Les concessions en bord de mer doivent répondre à d’importants cahiers des charges. Ainsi, une municipalité ne peut céder plus de 20% de son littoral. Mais quand on sait qu’une plage privée peut se louer au Lavandou jusqu’à 30. 000 € à l’année (+2% du CA des matelas-parasol), on comprend que les communes les voient d’un très bon œil et tolèrent quelques abus d’ouverture, de restauration, d’occupation sur le sable.
Ainsi, les établissements ont l’obligation de laisser libre une bande de cinq mètres de large au bord de l’eau pour permettre à tout le monde de passer, se baigner, voire de poser sa serviette. Mais faire bronzette devant les transats payants n’est pas vraiment bien vu et il est fréquent qu’on vous demande de dégager avec plus ou moins de politesse (comme à Fréjus)
Depuis le décret plages (daté 2006) de nombreuses concessions sont devenues hors la loi. Les installations doivent être démontables… et démontées en fin de saison - parfois manu militari et avec un permis de construire comme au Lavandou - l’espace public respecté dans la règle des 80 % (d’où suppression de lots), les équipements entretenus, le personnel déclaré…
Les communes, au risque de perdre leur droit de louer l’espace maritime, doivent aussi tenir compte du trait de côte, des zones inondables, du stationnement, de la sécurité publique, des sanitaires, des nuisances aux riverains et de la concurrence déloyale.
Un casse-tête surveillé par le législateur qui impose un appel d’offres long et risqué (1 an de procédure au Lavandou pour 26 lots en 2017 qui lui rapportent chaque année entre 400 et 500.000 € et quelques emplois précaires)
Finalement, avec une installation de 150 à 200.000 €, une recette liée à la météo, à l’effet de mode, aux saisonniers introuvables, à l’obligation d’un secouriste BNSSA, aux nuisances sonores et aux contrôles tatillons de l’administration… on se demande bien où est l’intérêt des exploitants de bains de mer rackettés par les collectivités ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Claude Eskenazy - dans Plages
commenter cet article

commentaires

@Arnaud Parenty 29/06/2016 19:37

A propos du commentaire sur le bassin Beaumont enlevé à cet exploitant de façon honteuse par le maire plus rien ne respecte la sécurité publique. Ce bassin est devenu un marigot dangereux et pollué. Dès que le maire actuel sera destitué je demanderai au nouveau maire une enquête sur les conditions d'attribution aux derniers exploitants qui ont d'ailleurs oublié de payer leurs factures. WP

chichi 27/06/2016 07:38

Bonjour,
votre article me fait bondir !
Discour sur les plages de riches et plage de pauvres... ahah si ca c'est pas un beau discours ecolo/communiste de base ! Il faut des offres de service sur les plages et en fonction de son porte feuille on va ou on veut où on peut ! Et il est ou le problème ? Déjà que le lavandou ne propose presque rien aux touristes alors si on enlève les plages privées....

Ensuite à vous entendre il faut plaindre les plagistes. Je crois rêver !!
- ils exploitent le domaine public très souvent à vie, avec ue réelle mine d'or et il faut les plaindre ? C'est une réel cadeau en vérité pour eux!
- il ne faudrait pas que les concessions soient renouvelables car déjà si vous gagnez de l'argent pdt 10 ans sur l'espace public, c'est déjà bien ! Ensuite à un autre.
- et puis ca me fait bondir quand j'entends qu'ils payent rtop cher leur concession !! Vous rigolez ou quoi ? Il faudrait instaurer un % du CA qui retourne à la commune. ou en tout cas augmenter les redevance peut être pas partout mais souvent oui. Regardez st clair : ils payent en gros 22000€ ; je pense que ca doit correspondre à 5 jours de CA à peut près en Hte saison et encore...
- il faudrait tout simplement aussi que l'appel d'offre soit un vrai appel d'offre, que la plage aille à celui qui paye le plus ( et à projet cohérent) car le but d'une commune en la matière c'est quand même de faire rentrer de l'argent !

Alors OUI aux plagistes bien evidement mais avec un système un peu différent et surtout ne pas les plaindre !

PS : et puis plagiste il ne sont pas vraiment, ce sont des restos sur plage. Allez proposer à n'importe quel resto en centre ville n'échanger sa plage avec un plagiste... haha...

@ chichi 28/06/2016 23:35

Vous dénoncez ce discours comme Ecolo/communiste de base et souhaitez plus loin qu’un pourcentage du CA des plages retourne à la commune…contradictoire mais marrant.
Ils exploitent le domaine public, comme la majorité des magasins, restaurants et bars de la ville, pourquoi les mystifier eux à ce point ?
Une mine d’or !!! expliquez moi alors pourquoi si peu de prétendants à l’aventure ? Seulement deux à trois sur un lot… des anciens concessionnaires qui quittent volontairement le navire…ça à plus tellement l’air d’attirer les foules et d’être une si bonne aventure ultra rentable votre mine d'or.
Franck Giorgi

@Chichi-aussi 27/06/2016 10:45

Vos remarques ne manquent pas de pertinence ! Quand on voit que la principale "revendication" objectée par les "républicains" de ce site à consisté à déplorer des "distorsions" et à exiger une redistribution à l'identique des surfaces de chaque concession, on a une idée des piètres capacités limitées de jugement de ces apprentis politicards : comme à la maternelle : Pas de jaloux, na !!! A l'encontre même d'une diversification bienvenue de la qualité des offres, et donc des prestations offertes aux consommateurs. Bien sûr qu'il en faut pour toutes les bourses, et tant mieux si certains restaurateurs-plagistes peuvent se permettre de placer la barre un peu plus haut que d'autres, et d'en tirer un chiffre d'affaires valorisant. Sinon ça serait moule-frites pour tout le monde, et alors là, ils crieraient au "tourisme de masse", à la banalisation de ce cher Lavandou qui a perdu son lustre d'antan ...

MARCILHAC 26/06/2016 17:05

Nous sommes presque début juillet deux établissements de plage ne sont pas ouverts à l'Anglade. La raison ? Le maire du Lavandou qui n' a jamais dirigé une entreprise privée a tardé dans les autorisations. Rassurez-vous la facture de la mairie a bien été envoyée avant l'ouverture. Le maire découvre la mer, le port, les touristes avec son gros bonnet d'âne.

@MARCILHAC 26/06/2016 20:11

Les factures envoyées avant l’ouverture 2016 !!!!!!!!!!!!!!!!!
Comment alors expliquer que l’ancien Plagiste Mr H….
n’a pas encore payé l’année 2015, que Mme M….
n’a pas payé non plus 2015 et ne paiera pas 2016 !!!

Arnaud Parenty 25/06/2016 09:15

C'est le statut scélérat de "délégataire de service public" qui est en cause ... C'est le " Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ! " ... C'est le rapport de "vassalité" qui est imposé... La libre entreprise contrariée sans cesse par un mille feuille administratif contraignant et le siège éjectable sans parachute ! J'ai donné - très peu pour moi, Merci.

@Installations 01/07/2016 14:04

Mais qui a parlé de restaurant dans le cas précis de M. Parenty ? Toutes les DSP n'impliquent pas automatiquement un permis de construire.

Installations 01/07/2016 00:20

Etes vous sur de maîtriser le sujet ? Vos affirmations ou interrogations m'étonnent ... Installations sur le domaine public ??? Evidemment ! Les plagistes et assimilés sont obligés de déposer des permis de construire pour édifier leur restaurant, d'installer des bacs à graisse, des sanitaires, adduction d'eau, eaux usées, etc...à leurs frais pour exercer leur profession sur le domaine public..Évidence ! ...

@M.Parenty 30/06/2016 10:09

"Installations installées à mes frais" ... sur le domaine public ???

@vassalité 29/06/2016 14:24

Une DSP pour de grands groupes financiers, Saur, Vinci et autre Bouygues = OK . Ils ont la batterie d'avocats pour se faire respecter et les enjeux financiers sont tout autres ... La DSP appliquée à un plagiste ou assimilé, c'est de le pot de fer contre le pot de terre. Il peut être décidé de vous briser sans raison. Les frais d'avocats sont réglés par la commune. Pas les vôtres. Une petite entreprise ne peut résister longtemps à la volonté d'un seul, mal luné ce jour là. On voit le résultat aujourd'hui au bassin Beaumont...Un gâchis que de nombreux élus Regain reconnaissent comme une erreur du maire, très dommageable pour la commune. Je ne parle même pas des installations installées à mes frais restées sur place ( parce qu'enterrées : Pompe de relevage, adduction d'eau, eaux usées, électricité, pentes bétonnées, etc...) mises à la disposition, en totale inégalité de traitement au délégataire suivant, sans bourse délier.... On appelle ça de la spoliation où un assassinat social ... En cas de contentieux, votre argument ne tient pas. Le préfet ainsi que le bureau de la Légalité sont intervenus en ma faveur, mais le courrier du préfet enjoignant le maire de me rembourser mes investissements est resté lettre morte... Pot de fer - pot de terre !...Facile de juger tant que l'on ne l'a pas vécu avec une certaine sidération et sans moyens pour se défendre... Arnaud Parenty

Vassalité ? 28/06/2016 17:56

La libre entreprise, mon cher, elle ne se conçoit que sur un domaine qui vous appartient, où que vous louez à cet effet. Si le statut était aussi "scélérat" que vous le dites, il y a bien longtemps que les DSP n'auraient plus cours et ne trouveraient plus de candidats dans bien des secteurs. Le délégant rédige un cahier des charges, comme pour tous les marchés publics. Celui qui décide d'y répondre sait très bien quels seront ses droits comme ses obligations. Et en matière de contentieux, les juridictions sont là pour protéger tant les délégataires de clauses abusives que les délégants qui n'obtiennent pas du délégataire le respect du cahier des charges. Avez-vous entrepris de faire dire le droit ?

josette-p 24/06/2016 11:26

Pas malheureux les pauvres bougres avec tout le "BLACK" qui circule dans les caisses. Ce sont les communes qui favorisent la fraude fiscale.

Décret plages 25/06/2016 10:55

Non, pas du tout, le "black" comme vous dites, est tout bonnement un réflexe, une culture locale qui s'est développée en système ! Un peu trop facile d'ériger à nouveau les communes en bouc émissaire. Pour une fois qu'un article prend la peine de définir objectivement les véritables contraintes imposées par le cadre juridique de ce fameux décret de 2006 !

@josette-p 24/06/2016 23:30

parfaitement d'accord en taxant lourdement les plagistes elles les obligent à dissimuler leur chiffre d’affaires. je ne comprend pas pourquoi les villes n'exploitent pas directement ce filon ?

Pauvre plagiste 23/06/2016 22:54

Hypocrisie : Il s'agit d'"établissements de bains de mer" éphémères chaque saison,qui doivent proposer de la petite restauration... Nous en sommes loin ! Il s'agit de véritables restaurants parfois gastronomiques à des tarifs astronomiques qui font une concurrence déloyale aux restaurateurs établis en ville... Pourtant, ils sont indispensables au prestige de la commune et reçoivent une clientèle plutôt aisée. Louer deux matelas, un parasol, et servir des alcools forts sans licence est très rentable surtout quand on sait que c'est en grande partie non déclaré... Comment la mairie va contrôler le chiffre d'affaires pour espérer toucher son pourcentage de 2% ?