Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lavandou Tribune. Contre-pouvoir citoyen
  • Lavandou Tribune. Contre-pouvoir citoyen
  • : Tribune officielle des citoyens indignés par la gestion municipale du Lavandou depuis 1995. La liberté d’expression est un droit fondamental défendu par la Cour européenne des droits de l'homme (CDEH). Les lanceurs d’alerte sont protégés par la loi 2016-1691 relative à la transparence.de la vie publique.
  • Contact

Debout le Lavandou !

La Chambre Régionale des Comptes épingle la municipalité en place pour "gestion approximative des fonds publics, vente du patrimoine, augmentation des impôts, emprunts, absentéisme du personnel, privilèges injustifiés…". Les 44,55 % d'électeurs indignés font entendre leur opposition dans cette tribune pour éveiller les consciences, lutter contre l'ambition et le fanatisme clanique qui ruine notre commune depuis quatre mandats. Donnons un nouveau souffle au Lavandou.

Recherche

Conseil municipal 2014-2020

Regain 2014-2020 : Gil BERNARDI maire
Adjoint(e)s: *Charlotte BOUVARD. *Claude MAUPEU. *Annie TALLONE. Pierre CHARRIER Bruno CAPEZZONE. Frédérique CERVANTES. Raymonde STATIUS. Patrick LE SAGE. 
Délégué(e)s: Corinne TILLARD. Denis CAVATORE. 
Conseiller(e)s:
Laurence CRETELLA. Beatrice FLORENTY. Philippe GRANDVEAUD. Nadine EMERIC. Patrick MARTINI. Jean-Pierre BIGEY. Monique CARLETTI. Jean-François ISAIA. Nathalie CHRISTIEN. Jacques BOMPAS. Laurence TOUZE. Patrick CANTIE.  
*Conseiller(e)s communautaires 

Le Lavandou Cap 2020 : Thierry SAUSSEZMarie-Jo BONNIER., Guy CAPPE.

La Ville Heureuse : Jean-Laurent FELIZIA, Andrée VIALE.

Sans étiquette : Georges TAILLADE.

Vite lu

Fiscalité. L'Assemblée vote la suppression de la taxe d'habitation pour 80% des ménages. Elle sera progressivement supprimée jusqu’en 2020 (BFMTV)

Harcèlement sexuel. La parole des femmes se libère en France. Le mot-dièse "balance ton porc" en est un symbole. Il  génère des milliers de témoignages sur Twitter contre des élus et petits chefs (Libération)

La Crau. Trois élus du Front National, quittent leur parti mais continuent à siéger sans étiquette dans l’opposition au conseil municipal par respect envers leurs électeurs (Facebook)

Var changement climatique: sécheresse record, température jamais vue depuis 60 ans. "Il faut arrêter d’urbaniser le littoral" avant une catastrophe naturelle majeure (LPO Paca)

L'ex sénateur-maire de Toulon aurait reçu plus de 8.000 € d’argent public chaque trimestre détourné du Sénat. Selon les avocats des sénateurs déjà mis en examen dans cette affaire, ces derniers n'auraient rien fait d'illégal (Var Matin)

117 sénateurs de droite (LR, UMP, RPR) sont soupçonnés d'avoir détourné 8 millions d'euros en 12 ans (Le Point)

Fréjus. La justice doit se prononcer mi-novembre sur l'ancien maire François Léotard, accusé de faux témoignage dans l'affaire Karachi (Twitter)

Autriche. La loi interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public est en vigueur. Le texte concerne la burqa, le niqab, les masques de mascarade (clown, Père Noël) cagoules et écharpes trop hautes contre le froid (Spunik)

Allemagne. 94 députés néo-nazis (AfD) entrent au Bundestag pour la première fois depuis 70 ans avec cet avertissement aux autres partis : "Nous allons vous traquer. On va pourchasser Madame Merkel et on va récupérer notre pays et notre peuple" (l’Express)

Trop de rues en France portent encore les noms de négriers, alors que l’esclavagisme est un crime contre l’humanité depuis 2001. En revanche aucune protestation contre les squares, boulevards, rues... qui honorent les élus qui ont ruiné leurs villes (Libération)

Hyères. La directrice de cabinet, fille du maire, démissionne pour cause d’interdiction des emplois familiaux, votée par l’Assemblée Nationale le 8 septembre (Twitter)

Lavandou. Pas moins de 6 tonnes de papier utilisées pour diffuser 14 photos du maire et un autosatisfecit  de sa gestion dans la revue municipale 2017 (Facebook)

1 mars 2017 3 01 /03 /mars /2017 23:06

Guerre civile. Coup d’état institutionnel mené par les juges. La présidentielle de 2017 se déroule dans un climat de barricades et de cocktails Molotov. Marine Le Pen et François Fillon pratiquent les tirs tendus. Les campagnes électorales ne sont jamais calmes. Elles sont même souvent violentes.


La cuvée 2017 est empoisonnée

Mais la cuvée 2017 est véritablement empoisonnée. Le candidat de la droite et la favorite des sondages optent pour le bon vieil adage : la meilleure défense est l’attaque. Mais ils utilisent des armes non conventionnelles. Attaquer la justice ou menacer de représailles des fonctionnaires va bien au-delà du combat électoral. C’est un véritable pacte « Faustien ».

La France grogne et gronde. Sur les marchés, dans les usines et les bureaux, l’envie d’en découdre avec le système est fort. Rouge, verte ou bleue marine, la colère traverse les camps politiques et les couches sociales. Marine Le Pen et François Fillon ont compris que leur salut peut passer par un calcul : « diaboliser » les institutions. Cette stratégie machiavélique fonctionne.


Une logique « révolutionnaire »

Évidemment, notre pays n’est pas exclusivement peuplé d’électeurs voulant sortir une fourche et gratter une allumette. Mais une large partie de l’électorat est dans une logique quasi « révolutionnaire ». À droite comme à gauche, des Français veulent renverser la table. Cette envie se retrouve même chez les soutiens du « policé » Macron et les électeurs du « sage » Hamon. Le fondateur d’En Marche ! doit son ascension fulgurante à la nouveauté qu’il incarne. Et le socialiste a été (confortablement) élu grâce à son invention (révolutionnaire) d’un revenu universel.

En fait, François Fillon et Marine Le Pen exploitent un (re) sentiment profond et largement partagé. En 1992, un essayiste américain, Francis Fukuyama a pronostiqué la Fin de l’Histoire. Les pays occidentaux sont censés, à la fin du XXe siècle, limiter leur horizon à la démocratie libérale. La France du XXIe siècle dément cette thèse. L’Hexagone est entré dans une tentation libérale : dénonciation à droite et à gauche de l’économie de marché, remise en cause des libertés sous le coup du terrorisme et recherche d’autorité. La défense de François Fillon et Marine Le Pen est conjoncturelle. Les deux candidats improvisent face à des « casseroles » judiciaires.

Mais cette communication de crise s’inscrit dans un contexte global. Un contexte de fronde larvée. Néanmoins, cela ne garantit pas l’efficacité de la ligne « Fillon-Le Pen ». La candidate FN est allée très loin en refusant d’être auditionnée par la police.


Le faux-pas de Marine le Pen…

Mais surtout elle a commis un véritable « faux-pas » en menaçant d’un bûcher les fonctionnaires qui enquêtent sur ses dossiers. Beaucoup de Français veulent casser la baraque. Mais ils ne veulent pas mettre le pays à feu et à sang. Révoltés, ils ne sont pas des « émeutiers ».

Du côté de François Fillon, ses attaques ne changent rien au fond de son problème. L’opprobre d’un enrichissement familial ternit définitivement son image. Le candidat a beau dénoncer une instrumentalisation (politicienne) de la justice, il ne convainc que ses soutiens les plus proches. Et encore.


Le Pénélope Gate a laissé des traces

Même dans l’électorat de droite le Pénélope Gate a laissé des traces profondes. Des électeurs peuvent parfaitement être convaincus par la thèse « filloniste » des juges politisés et être déstabilisés par l’emploi d’assistante parlementaire de Madame Fillon. L’instrumentalisation par François Fillon et Marine Le Pen d’un désir de fronde comporte une morale. Il ne suffit pas de surfer sur une mauvaise pour remonter à la surface.
 

Laurent Dubois

NDLR: commentaires fermés pour raisons électorales

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Dubois - dans Politique