Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lavandou Tribune. Contre-pouvoir citoyen
  • Lavandou Tribune. Contre-pouvoir citoyen
  • : Tribune officielle des citoyens indignés par la gestion municipale du Lavandou depuis 1995. La liberté d’expression est un droit fondamental défendu par la Cour européenne des droits de l'homme (CDEH). Les lanceurs d’alerte sont protégés par la loi 2016-1691 relative à la transparence.de la vie publique.
  • Contact

Debout le Lavandou !

La Chambre Régionale des Comptes épingle la municipalité en place pour "gestion approximative des fonds publics, vente du patrimoine, augmentation des impôts, emprunts, absentéisme du personnel, privilèges injustifiés…". Les 44,55 % d'électeurs indignés font entendre leur opposition dans cette tribune pour éveiller les consciences, lutter contre l'ambition et le fanatisme clanique qui ruine notre commune depuis quatre mandats. Donnons un nouveau souffle au Lavandou.

Recherche

Conseil municipal 2014-2020

Regain 2014-2020 : Gil BERNARDI maire
Adjoint(e)s: *Charlotte BOUVARD. *Claude MAUPEU. *Annie TALLONE. Pierre CHARRIER Bruno CAPEZZONE. Frédérique CERVANTES. Raymonde STATIUS. Patrick LE SAGE. 
Délégué(e)s: Corinne TILLARD. Denis CAVATORE. 
Conseiller(e)s:
Laurence CRETELLA. Beatrice FLORENTY. Philippe GRANDVEAUD. Nadine EMERIC. Patrick MARTINI. Jean-Pierre BIGEY. Monique CARLETTI. Jean-François ISAIA. Nathalie CHRISTIEN. Jacques BOMPAS. Laurence TOUZE. Patrick CANTIE.  
*Conseiller(e)s communautaires 

Le Lavandou Cap 2020 : Thierry SAUSSEZMarie-Jo BONNIER., Guy CAPPE.

La Ville Heureuse : Jean-Laurent FELIZIA, Andrée VIALE.

Sans étiquette : Georges TAILLADE.

Vite lu

Bormes-les-Mimosas. Des cambrioleurs ont mis la main sur 6.000 bouteilles de vin, conditionnées en palettes au Caveau deï Bormani (Google)

Loi travail : les ordonnances signées par Macron entrent immédiatement en vigueur (Sud-Ouest)

Le FN perd ses leaders qui s'emparent de la droite orpheline de chefs et d’idées nouvelles (Huffpost)

Le maire de Cogolin quitte un Front national en pleine crise d'identité et dénonce un FN "machine à perdre". Il sera désormais "divers droite" (JDD)

Trop de rues en France portent encore les noms de négriers, alors que l’esclavagisme est un crime contre l’humanité depuis 2001. Mais on ne proteste pas contre les squares, boulevards, rues... qui honorent ceux qui ont ruiné leurs villes par détournement ou cupidité (Libération)

Mairie de Hyères. La directrice de cabinet, fille du maire, démissionne pour cause d’interdiction des emplois familiaux, votée par l’Assemblée Nationale le 8 septembre (Twitter)

Collobrières. Deux blessés graves dans un accident de chasse à la chevrotine – munition interdite depuis 20 ans (Google)

Hyères a dépensé 20.000 € sans succès pour récupérer les épreuves de voile aux J.O 2024 qui profitent à Marseille. La France estime l'organisation des jeux à 6,8 milliards € (Orange)

Pas moins de 6 tonnes de papier  ont été utilisées pour diffuser 14 photos du maire et un autosatisfecit  de sa gestion dans la revue municipale 2017 du Lavandou (Facebook)

François de Canson, maire de La Londe, sur les incendies du 2 et 3 septembre "Le temps est maintenant à l'enquête … Demain, il le sera à la reconstruction et au reboisement "Et de remercier par le detail, tous les intervenants, les pompiers, les élus et maires pour leur solidarité, omettant le maire du Lavandou (Mairie)

La clause Molière, qui oblige à parler Français sur les chantiers, imposé par le Conseil départemental des Bouches-du-Rhône (BFM)

Brexit : Britanniques et Européens se ruent sur les passeports indispensables après mars 2019. Des milliers de britanniques "âgés" tentent leur naturalisation en France (La Tribune)

4 septembre 2017 1 04 /09 /septembre /2017 07:31

Qu’est-ce que Le Lavandou ? Une ville ? Une station balnéaire ?

J’entends depuis toujours ce constat de plus en plus partagé dans les discours des habitants : "Le Lavandou, cette décharge de touristes". Ville où l’obsession aveugle d’une politique économique  tournée vers le court terme dirige tous les efforts et développements possibles pour le profit d’un clientélisme minoritaire. Ambition néfaste amenant inexorablement la réalité sociale, écologique et économique vers une étouffante impasse. Laquelle débouche légitimement sur cette question : aujourd’hui qu’est-ce que Le Lavandou ?

Des voix se lèvent pourtant contre cet état de fait. Il semble qu’un apparent consensus se fasse autour de l’idée d’un nécessaire changement politique à la mairie du Lavandou. Ici même on parle de "ras le bol" ou encore de "sortir l’incompétence de la mairie". Toutefois, comme il a déjà été souligné, "n’enfonçons pas des portes ouvertes" à propos de cette situation et sur la volonté partagée d’un renouveau. Par conséquent, se perdre dans un sempiternel dénigrement de personnes ou encore dans les querelles de "je suis celui qui incarne le changement" ne sert strictement à rien. Les questions qui méritent par conséquent d’être traitées sont, qu’est-ce que nous voulons que Le Lavandou devienne ? Que voulons-nous pour ses habitants ? Et par-dessus tout, que veulent les habitants ?

Il existe un petit aperçu de ces attentes majeures des lavandourains. Le Rapport des conclusions de l’enquête publique sur la révision du PLU constitue un exemple de cette expression générale. On relève tout d’abord une incompréhension face à l’augmentation des constructions (lotissements, hameau, etc.) alors que diminue le nombre d’habitants ("A qui profite cette situation aux lavandourains ou aux promoteurs"). Cette crainte du bétonnage massif entraîne avec lui un ensemble d’inquiétudes multiples (risques d’inondations et d’incendies, mise en danger des biotopes maritimes et terrestres, etc.).

Dans ce rapport, l’Association de Défense de l’Environnement de Bormes et du Lavandou fait le constat suivant: "les enjeux environnementaux de la commune du Lavandou [sont] dénaturés par l'entassement des résidences secondaires au détriment de logements adaptés aux besoins réels de la population permanente". L’association pointe le fait que "la protection de l'environnement est également un moteur économique durable".

Faisons la synthèse suivante : modification de trajectoire économique, investissement vers de nouvelles activités, arrêt de l’abandon de la ville aux mains des promoteurs et réelle prise en compte des enjeux sociaux, écologiques et énergétiques. Le Lavandou est mûr pour tourner la page, avons-nous les politiques prêts et capables de dépasser les guéguerres des clans locaux pour réaliser sans faillir cette tâche ? Il est enfin temps d’ouvrir ce dialogue tant nécessaire et crucial au-delà de l’enfermement stérile des partis.

Anto, Lavandou Insoumis.

Partager cet article

Repost 0
Published by Anto, Lavandou Insoumis
commenter cet article

commentaires

Marc Lamazière 08/09/2017 09:06

Monsieur Anto bonjour,
J'ai lu avec attention votre texte, qui semble être un début de présentation de candidature pour 2020.
J'ai été moi-même élu entre 2001 et 2014, certes dans l'opposition, mais je reste toujours très attentif à l'évolution de notre commun. Le dernier paragraphe m'a interpelé, c'est pourquoi, j'ai décidé d'écrire ce petit commentaire, sans aucune animosité envers quiconque.
Vous dites:
"modification de trajectoire économique", laquelle ?
"investissement vers de nouvelles activités", lesquelles ?
"arrêt de l’abandon de la ville aux mains des promoteurs", avez-vous plus de précisions ?
"réelle prise en compte des enjeux sociaux, écologiques et énergétiques", ça c'est de la politique électorale qui sert souvent le pouvoir en place.
Il existe deux origines de recettes financières au Lavandou. La première, celle qui crée des emplois locaux, c'est la manne touristique qui permet des retombées économiques et financières à l'ensemble des activités commerciales, hôtelières avec l'ébergement pendant la période forte de l'été, et l'artisanat local hors saison touristique. La deuxième, c'est la recette publique des taxes locales (foncières, d'habitation et commerciales) qui sont avant tout le fait de notre région agréable à vivre sur du court ou du long terme. Souvent, on entend des critiques sur les constructions à outrances sur le territoire de notre commune, c'est peut-être un peu vrai parfois, mais il faut en même temps tenir compte de la recette local que ça engendre pour la ville. Dans la conjoncture économique actuelle et à venir ce n'est pas forcément une bonne stratégie financière communale de refuser certaines possibilités d'évolutions de rentrées fiscales locales, notamment foncières. Petit exemple: PAE Village 60 000 M2 de plancher construit, c’est environ 200 000 euro en plus de recette fiscale annuelle dans la caisse du budget de la commune, ce n'est pas négligeable. Le problème au Lavandou, c'est l'utilisation de toutes ces finances publiques locales, avec une dette publique qui était encore en 2007 à une hauteur insoutenable (20 ML d'euro), soit 600 000 euro d'intérêts par an versés pendant des années . Depuis 2009 elle a enfin pris la courbe descendante (13 ML d'euro) en 2016, soit encore 450 000 euro d'intérêts remboursés en 2016. Je pense que c'est là, que la commune devrait modifier sa trajectoire économique en ramenant cette dette publique à moins de 5 ML d'euro, et en baissant de 5% les dépenses de fonctionnement pendant trois années consécutives, pour permettre de meilleurs investissements qui sont passés de 3,5 ML d'euro en 2013 à 1ML d'euro en 2015. Ces trois dernières années, la dette a baissé trop rapidement au détriment des investissements de l'ensemble du territoire de la commune. C'est une politique menée par le pouvoir en place qui consiste à présenter des comptes financiers de fin d'année excédentaires en déclarant une bonne gestion des finances publiques avec une forte baisse de la dette. Mais en même temps, c'est de reporter les dégradations des voiries et les investissements matériels aux prochains Elus (es) en 2020. c'est ça la réalité du Lavandou, alors les nouveaux investissements vers de nouvelles activités, je demande qu'on en présente la liste détaillée et surtout chiffrée.
Petite question subsidiaire: Que pensez-vous du projet cinéma/hôtel démesuré de la Baou ?

Anto 11/09/2017 11:42

Monsieur Lamazière, bonjour,
Je vous remercie d’avoir lu attentivement mon texte. Le but de ce dernier est le suivant : j’ai souhaité, de manière la plus neutre possible, évoquer la nécessaire mutation que doit, à mes yeux, opérer Le Lavandou. Pourquoi de manière neutre ? Parce que je ne veux pas que ce débat se disperse et s’avilit en s’accablant de l’obsession politicienne de dénigrer « l’ancien pouvoir » et les figures d’oppositions pour tenter de faire valoir telle position. Je préfère plutôt le choix des arguments et la présentation des faits (que je suis loin encore de connaître) afin d’ériger le profil de cette mutation. Sachant cela, la perspective dans laquelle je me place est bien éloignée d’un « début de présentation de candidature ». Il se peut que des personnes apparaissent déjà ou vont apparaître comme ayant intégré cela.

Cette petite explication, j’espère, projette une lumière particulière sur les réponses possibles à vos questions. Sachant que les réponses que je peux vous faire concernent majoritairement les informations recueillies dans les interventions des citoyens et associations qui figurent dans le Rapport. Je pense que vous avez lu, aussi, ces interventions. Alors peut-être attendez-vous de moi des réponses qui se basent sur un programme ou une volonté singulière venant de ma personne pour Le Lavandou. Pour ce point, mes souhaits sont secondaires. Pourquoi ?

Un constat sur l’état présent du Lavandou pose la base sur laquelle toute volonté politique doit et peut se fonder. Ceci explique mon intérêt sur (entre autres) le texte initial du PLU. Une volonté politique démocratique et éthique doit donc s’appuyer sur un constat mais aussi et surtout intégrer et s’alimenter des volontés des habitants. Ceci explique la vigilance que je tente de déployer sur les interventions des habitants et des associations. Bien évidemment, ces expressions ne peuvent pas se limiter à celles qui sont stipulées dans le Rapport du PLU. Toutefois, comme je l’ai indiqué, cela caractérise déjà quelques indices. Mes choix, souhaits, prévisions ou mes orientations politiques pourront seulement prendre place bien après ce travail.

Ainsi, concernant les précisions que vous attendez : je suis spécifiquement en train d’enquêter sur celles-ci et de les affiner. Puisque la tâche que je me donne, consiste à tenter d’accorder précisément cette visée que projettent les habitants avec la réalité du Lavandou. Ce qui « bizarrement » apparaît comme être le job initial de toute ambition politique démocratique. Ainsi, je vous remercie d’attirer mon attention sur le contexte des recettes, de la dette et des investissements matériels prochains au Lavandou.

Il est évident que la réalité du Lavandou exige des compromis à faire au sein de toutes ambitions politiques pour notre ville. Toutefois, ayant observé la possibilité d’évolutions dans d’autres villes enfermées dans un monopole économique comme le tourisme ou encore des villes en désertification (démographique et économique), j’engage que le destin du Lavandou n’a pas à être condamné de payer le prix de sa situation présente et passée.

Enfin, concernant le projet « cinéma/hôtel démesuré de la Baou ». L’idée première qui me vient à l’esprit est qu’un cinéma et deux hôtels ne figurent pas dans la liste des projets les plus cruciaux pour Le Lavandou (bien que la Culture soit aussi une nécessité). Aussi, mon sentiment se rapproche de l’expression générale sur l’inquiétude face aux nouvelles constructions massives. L’idée de voir un cinéma à la place de l’ancien collège, comme vous le suggérez sur une autre page, semble intéressante. Toutefois, pour juger de l’opportunité de ce projet, il faut le mettre en balance avec les besoins globaux du Lavandou, notamment face à cette mutation indiquée précédemment.

Comme vous le constatez, je n’offre pas de réponse directe, mais je propose de manière ouverte un dialogue et une réflexion qui, à mon sens, sont les prémices nécessaires pour envisager de manière apaisée et sérieuse les prochains enjeux du Lavandou.

laronde 07/09/2017 06:38

Je n'ai pas tout compris et pourtant j'ai lu et relu plusieurs fois...trop de Sigles, et de mots que seuls les initiés comprennent.....Il en résulte que mon entourage familial, mes amis, et + ne comprennent pas le bétonnage, et bétonnage, et bétonnage de cette merveilleuse ville du Lavandou qui m'a accueilli en 1969.......Le Lavandou ne sera plus la belle cité balnéaire que j'ai connu...dommage...par contre je souhaiterais que la commune puisse s'occuper davantage à l'environnement....

Anto 10/09/2017 19:58

Bonjour,
Veuillez m'excuser si mon propos n'est pas tout à fait compréhensible. J'ai souhaité choisir les termes les plus précis (à mon sens), en faisant cela, mon texte a probablement manqué de compréhension pour le plus grand nombre.

Concernant les abréviations du texte, j'en dénombre, il me semble, deux. Tout d'abord, "PLU" qui signifie Plan Local d'Urbanisme. Pour ne pas surcharger ma réponse, si vous souhaitez une explication détaillée sur cela, je vous renvoie vers la page Wikipédia concernant les PLU: https://fr.wikipedia.org/wiki/Plan_local_d%27urbanisme , bien que Wikipédia n'est pas nécessairement une source toujours fiable, cette page a beaucoup aidé pour me rendre clair ce sujet (Je souhaite aussi indiquer que je suis loin d’être un expert sur ce sujet). Tenter de vous expliquer ce qu'est un PLU m'engage à répéter imparfaitement ce que détaille Wikipédia. C'est pourquoi, je préfère vous renvoyer directement sur cette page. A ce propos, le dernier article ("Le PLU du Lavandou… on n’en peut PLU(s)") sur ce blog traite du PLU que j'évoque dans mon article.

L'autre abréviation du texte est "etc" qui initialement est « et cetera », on le remplace souvent en fin de phrase par les trois points de suspension "...".

Votre réponse semble rejoindre certaines interventions (sur le bétonnage et l'environnement) dans ce PLU. Je n'ai pas connu Le Lavandou en 1969 (j'ai vu quelques photographies). Toutefois, je peux vous parler de mon sentiment : en examinant les souvenir de mon enfance au Lavandou (années 90) et je suis dans le même constat que vous.

Enfin, si vous souhaitez que je développe quelques-uns des propos de mon article pour les éclaircir, je vous laisse mon adresse mail (adresse.valide@outlook.fr), nous pourrons, si c’est votre souhait Laronde, en discuter en mail ou bien de vive voix au Lavandou.

@Anto 05/09/2017 14:43

ben si vous n'êtes pas J.L Félizia au moins vous n'êtes pas non plus lavandou renaissance qui fait des fautes d'orthographe et de syntaxe dans ses interventions. Votre texte est pondéré, juste et réaliste !

@franck giorgi 12/09/2017 17:31

C'est en effet très petit de vous taxer de "mauvais en orthographe" mais rassurez vous cher Franck, moi qui me targue d'être excellent en orthographe, quand on écrit sur cet merveilleux appareil souvent des fautes apparaissent... donc non vos écrits même si souvent un peu longs, sont parfaitement compréhensibles et les fautes ne me sautent pas aux yeux...d'autres devraient par contre faire davantage attention...

franck giorgi 06/09/2017 09:29

Que c’est petit et gratuit… Je fais des fautes d’orthographe sur mes interventions, je devrai directement être mis au bûcher …..
le sport « communal » sur ce site devient malheureusement le tir à vue sur toutes les personnes qui s’engagent OUVERTEMENT pour une alternance de la vie politique au Lavandou, qu’elles soient déjà élues au conseil ou pas.
J’en connais un qui doit bien se marrer de voir ce spectacle du haut de l’Hôtel de Ville, pensant déjà tranquillement à sa cinquième réélection.

verdeau 05/09/2017 10:31

Bonjour Mr Félizia, l’écologiste.
Ce qui suit ressemble à une certaine forme d’amitié possible.
1. Vous vous êtes présenté à la députation, pourquoi pas, mais comme vous le saviez, puisque vous n’êtes pas idiot, vos chances de succès étaient minimes (3,27%) pour ne pas dire inexistantes.
Cela me semble surtout être un socle pour les municipales à venir, que ce soit en association ou en remplacement du futur ex maire.
En effet , vos prises de position actuelles en conseil municipal se rapprochent, pour ne pas dire plaquent avec celles de ce qui nous sert temporairement de maire.
2 . Vous êtes partisan de l’écologie, ce qui est respectable et dans bien des cas positif, mais avec une prise de position paradoxale quant à l’implantation de plusieurs dizaines d’éoliennes dans nos campagnes.
Pollution visuelle ou sonore, mais surtout, dans le cas d’absence de vent une production d’électricité qui n’est pas stockable, complétée par des centrales à charbon ou à gaz avec là, une pollution de l’air très importante.
Nous produisons déjà un excès d’électricité de l’ordre de 30% que nous revendons à ceux qui prétendent refuser le nucléaire, mais en profitent, ce qui est le cas de l’hypocrisie allemande.
Ces quelques considérations pour donner à réfléchir à ceux qui sont abusés par vos prises de position incongrues, alors que nous préparons la relève municipale que nous voulons unitaire.

@verdeau 05/09/2017 15:56

Vos arguments sont tellement caricaturaux et simplistes sur ce qui relève de l'écologie et du développement durable que nous pouvons mesurer là votre faible niveau de connaissances sur les enjeux de demain et la pauvreté des solutions que vous seriez amenés à proposer.
Cela donnera à réfléchir à tous les lecteurs qui liraient votre pavé qui commence par une telle méprise sur l'auteur du billet.

Anto 05/09/2017 11:04

Bonjour,

Je ne suis pas Mr Felizia. Je ne suis pas de son entourage.

C'est peut-être votre façon de commenter ce texte. Évoquer Mr Felizia semble être important pour vous. Je vous propose ainsi de rédiger un billet sur celui-ci puis de contacter le Webmaster pour le publier.

Sachez que mon texte vise plutôt un dialogue ouvert tourné vers l'avenir (d'où son titre d'ailleurs). Loin de tout dénigrement, ersatz d'argumentation vestige d'un autre temps, je cherche à distinguer les différents chantiers que Le Lavandou se doit de réaliser.

Julie Romano 05/09/2017 10:04

tiens enfin ça bouge un peu au lavandou.
le rapport du PLU est accablant pour le maire qui a payé une fortune à un audit externe afin de favoriser ses copains. Vous pouvez admirer ses œuvres en comptant le nombre de permis accordés depuis 20 ans surtout avec des promoteurs de son camp qui se permettent d'avoir de grosses agences et de lui servir la soupe.
Oui le maire et son poulailler doivent dégager ce n'est plus une question mais une condition au renouveau du lavandou au fond du trou économique.
Cet article réveille notre responsabilité des générations futures face aux égoïsmes bien représentés par ce maire incompétent.

Camille 05/09/2017 09:53

Ce que veulent les habitants du Lavandou, c'est pouvoir se loger, vivre et travailler au Lavandou, dans leur ville. Y être heureux aussi...
Or, la population permanente du Lavandou si elle n'est pas rentière et déjà propriétaire de son logement n'a que peu de choix et d'offre d'habitations pour s'y épanouir. La grande majorité des actifs viennent travailler au Lavandou mais repartent le soir une fois leur journée terminée faute de pouvoir y vivre.

La personne qui endossera la responsabilité future de conduire l'action de la commune devra dire stop au béton et oui à la protection de notre environnement en réorientant en profondeur les priorités au Lavandou.

Comme vous l'indiquez "la protection de l'environnement est également un moteur économique durable", certains l'ont compris depuis bien longtemps et défendent déjà cette vision d'avenir pour le Lavandou.

Arnaud Parenty 05/09/2017 09:20

Bravo pour cette réflexion constructive sur l'avenir à choisir pour notre commune. Il faut constater que de nombreuses villes et villages touristiques se posent cette question devant l'envahissement saisonnier dont on mesure mal les retombées économiques face aux investissements consentis ... Arnaud Parenty