Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lavandou Tribune. Contre-pouvoir citoyen
  • Lavandou Tribune. Contre-pouvoir citoyen
  • : Tribune officielle des citoyens indignés par la gestion municipale du Lavandou depuis 1995. La liberté d’expression est un droit fondamental défendu par la Cour européenne des droits de l'homme (CDEH). Les lanceurs d’alerte sont protégés par la loi 2016-1691 relative à la transparence.de la vie publique.
  • Contact

Debout le Lavandou !

La Chambre Régionale des Comptes épingle la municipalité en place pour "gestion approximative des fonds publics, vente du patrimoine, augmentation des impôts, emprunts, absentéisme du personnel, privilèges injustifiés…". Les 44,55 % d'électeurs indignés font entendre leur opposition dans cette tribune pour éveiller les consciences, lutter contre l'ambition et le fanatisme clanique qui ruine notre commune depuis quatre mandats. Donnons un nouveau souffle au Lavandou.

Recherche

Conseil municipal 2014-2020

Regain 2014-2020 : Gil BERNARDI maire
Adjoint(e)s: *Charlotte BOUVARD. *Claude MAUPEU. *Annie TALLONE. Pierre CHARRIER Bruno CAPEZZONE. Frédérique CERVANTES. Raymonde STATIUS. Patrick LE SAGE. 
Délégué(e)s: Corinne TILLARD. Denis CAVATORE. 
Conseiller(e)s:
Laurence CRETELLA. Beatrice FLORENTY. Philippe GRANDVEAUD. Nadine EMERIC. Patrick MARTINI. Jean-Pierre BIGEY. Monique CARLETTI. Jean-François ISAIA. Nathalie CHRISTIEN. Jacques BOMPAS. Laurence TOUZE. Patrick CANTIE.  
*Conseiller(e)s communautaires 

Le Lavandou Cap 2020 : Thierry SAUSSEZMarie-Jo BONNIER., Guy CAPPE.

La Ville Heureuse : Jean-Laurent FELIZIA, Andrée VIALE.

Sans étiquette : Georges TAILLADE.

Vite lu

L'ex sénateur-maire de Toulon aurait reçu plus de 8.000 € d’argent public chaque trimestre détourné du Sénat. Selon les avocats des sénateurs déjà mis en examen dans cette affaire, ces derniers n'auraient rien fait d'illégal (Var Matin)

117 sénateurs de droite (LR, UMP, RPR) sont soupçonnés d'avoir détourné 8 millions d'euros en 12 ans (Le Point)

Bormes. Nouvel incendie attisé par le mistral. 10 hectares partis en fumée , 30 des habitations évacuées (France3)

Seillons. Un chasseur tire par 3 fois, au jugé, sur ce qu'il croyait être un sanglier. Un promeneur originaire de Saint-Maximin est tué sur le coup (Google)

Fréjus. La justice doit se prononcer mi-novembre sur l'ancien maire François Léotard, accusé de faux témoignage dans l'affaire Karachi (Twitter)

Autriche. La loi interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public est en vigueur. Le texte concerne la burqa, le niqab, les masques de mascarade (clown, Père Noël) cagoules et écharpes trop hautes contre le froid (Spunik)

Allemagne. 94 députés néo-nazis (AfD) entrent au Bundestag pour la première fois depuis 70 ans avec cet avertissement aux autres partis : "Nous allons vous traquer. On va pourchasser Madame Merkel et on va récupérer notre pays et notre peuple" (l’Express)

Trop de rues en France portent encore les noms de négriers, alors que l’esclavagisme est un crime contre l’humanité depuis 2001. En revanche aucune protestation contre les squares, boulevards, rues... qui honorent les élus qui ont ruiné leurs villes (Libération)

Hyères. La directrice de cabinet, fille du maire, démissionne pour cause d’interdiction des emplois familiaux, votée par l’Assemblée Nationale le 8 septembre (Twitter)

Lavandou. Pas moins de 6 tonnes de papier utilisées pour diffuser 14 photos du maire et un autosatisfecit  de sa gestion dans la revue municipale 2017 (Facebook)

18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 23:02

 

Mise à jour 23/09/2011. Ainsi notre génial maire s’est fait piégé par les prêts toxiques. Lui qui voulait tellement démontrer tenir en main la situation financière du Lavandou que j’avais presque oublié le départ par KO technique de Faedda, artisan d’une ardoise grandiose sur le golf de cavalière ayant entrainé la faillite de l’hôtel Surplage et l’enrichissement de quelques promoteurs, toujours présents autour de l’actuel maire. Incorrigible celui-ci aurait presque nié au dernier conseil municipal avoir renégocié un prêt avec la banque Dexia. Heureusement le directeur des services tient parfaitement le compte-rendu détaillé de la séance du 29-06-2007 où c’est  voté noir sur blanc (21 voix POUR soit 18 + 3 procurations). Que faire aujourd’hui ? Pardi ! un procès au prêteur et stopper tous les remboursements. Quitte à être dans la difficulté autant entrainer le coupable avec nous. Seulement le droit est pour lui, la procédure perdue d’avance. Alors rejoindre le cortège des dupés ? ce qui signe la reconnaissance d’une faute de gestion lourde. Virer le directeur des services ? mauvais conseiller au cours de cette sinistre séance. Retirer sa délégation à l’adjoint aux finances ? Face au maire, tout le monde connait le rôle des conseillers municipaux ou des directeurs au Lavandou. Sanctionner le maire devant un tribunal et le rendre inéligible ? Long, inutile et les lavandourains sont remontés contre sa réélection. Faire avaler la pilule aux contribuables ? Risqué. Je ne voudrai pas être à sa place, car l’affaire ne fait que commencer et s’il voulait la cacher, la presse nationale plutôt en forme [comme Libération] l’embarquerait sur d’autres dossiers sans réponse. Et puis il ne s’agit que de 4 millions € sur 17,5 millions € de dette communale, sur laquelle nous ne savons pratiquement rien. Les lavandourains déjà soumis à l'information toxique du maire ne sont pas au bout de leur peine sur la dette !


19-09-2011. Pourquoi le maire du Lavandou n’a-t-il pas éradiqué la dette de 22 millions € partiellement héritée de son prédécesseur  depuis 1995 ? La revoilà 16 ans après encore plus abyssale – 17,5 millions € - insupportable pour un si petit village de 5900 habitants (corrigé obstinément à 13.918 h. des variations saisonnières). A raison d’un remboursement de 1 à 1,5 millions €  du principal chaque année pendant 11 ans sur un budget annuel de 17,2 millions € l’équilibre était possible. Maintenant avec 100% de taux d’endettement, une fiscalité locale qui a augmentée de +42% depuis 1995 (qui a permis 14 millions € de recettes supplémentaires) et la vente inconsidérée du patrimoine de notre village, c’est bien trop tard pour réagir. dette_550.jpgDepuis 1995, cette surenchère de la dépense publique supérieure aux besoins  a été mise en place pour faire plaisir et garder le pouvoir. Ce cancer économique des collectivités est passé au premier plan des préoccupations des citoyens, loin devant le sécuritaire, où voudrait nous ramener les élus UMP. Il est vrai que ce discours a plutôt servi leur réélection : explosion des emplois territoriaux, police municipale,  webcams de surveillance, constructions de gendarmerie, véhicules électriques, plantes vertes, Epic et paramunicipales de tous poils... Le bon peuple en redemandait sans se préoccuper du financement. Mais voilà, les français se retournent contre les élus professionnels. Peu actifs, trop esbroufeurs, cumulards, manipulateurs, confondant parfois les finances publiques et leurs indemnités, le code des collectivités et les intérêts de leur parti. Du coup, La réforme électorale arrive bon train par l’extérieur, poussée par le mécontentement populaire, un besoin d’air frais, de têtes nouvelles mais aussi une génération de jeunes décidés à chasser les arapèdes du pouvoir. Exit les autocrates, messieurs "je sais tout", menteurs, égocentriques, faux-culs et les complices de leur bord. Les banques s’y collent aussi, inquiétées par l’insolvabilité montante des collectivités, attaquées par leurs emprunteurs pour soutien abusif ou mauvais conseil (un comble). Combien de collectivités sont en cessation virtuelle de paiements sans le recours à l’emprunt dont elles lissent, étalent, repoussent sans cesse les échéances sur les générations futures ? Certains maires attendent avec hâte de partir discrètement sans se représenter en 2014, tant leur situation est devenue ingérable. Jusqu’à la Cour des Comptes qui préfère fermer les yeux que d’enfoncer des communes déjà moribondes. La justice, elle-même sous respiration artificielle, ne s’attaque qu’aux gros poissons pour l’exemple,  pendant que des centaines de villes sont au bord de la faillite sans sanction de leurs gouvernants. Où en est le Lavandou sur sa dette ? Pourquoi tant de cachoteries, d’immobilisme sur cette somme considérable dont le maire ne peut éviter la présentation au moins une fois par an tripatouillant l’information. Qui sont les prêteurs,  à quel taux ? Pour combien de temps ? Quel montant d’intérêts déjà payé aux banques depuis son arrivée Place Reyer [estimé par Bercy: entre 24 et 27 millions € ) ? Pourquoi cacher la récente curiosité de la Cour des Comptes sur sa gestion ? Qu’est devenue l’association Lavandou Tourisme dont le maire, vice-président, subventionnait d’un côté pour décider de l’autre avec des bilans certifiés  jamais audités ? Ce climat d’incertitude, cette façon d’administrer dans l’opacité,  de diviser les concitoyens, de manipuler les  chiffres  - en prétendant tout haut que tout va bien- sont malsains et produisent un effet contraire sur les électeurs.  Aujourd’hui c’est clair, les contribuables du Lavandou se méfient. Ils épluchent leurs impôts, entendent leurs voisins, constatent le piètre bilan économique de la commune, les contradictions, les changements de cap du maire, les procédures dans tous les sens. Un observateur avisé en conclurait que les carottes sont cuites pour cet élu dont l’individualisme turbulent et le manque de clairvoyance politique n’ont pas aidé la commune. Prisonnier de la bourgeoisie locale, en avait-il seulement la vocation ? L’opposition jugée si indésirable, la population si inculte ont été trop cool avec lui. 16 ans de tranquillité. Un boulevard qui l’a porté trois fois à la mairie sans rendre de comptes, uniquement sur des promesses désuètes, peu tenues, toujours par la faute des autres. Le contexte a maintenant changé, plus difficile avec des dossiers dormants, audits pendants, des opposants plus nombreux. Eclairés par de nombreuses affaires sulfureuses colorées de favoritisme flagrant, d'inégalités de traitement, les contribuables deviennent sagaces, les électeurs détestables, les tribunaux sévères. 2014 sera un jeu de règlement de comptes - d’autant que la majorité actuelle ne sera probablement plus en état de grâce après 2012 - alors que les prétendants à sa succession attendent dans l’ombre jusque dans les couloirs de la mairie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Liliane Guiomard - dans Finances
commenter cet article

commentaires

coupable mais pas responsable ! 28/09/2011 21:45



Le pire est à venir si la parité CHF/€ à 1,20 annoncée est définitivement installée en mai 2012, le
taux d’intérêt Dexia sur cet emprunt pourra varier entre 13 et 23%  à acquitter par la ville chaque année pendant 16 ANS ! Près de 5 fois plus qu'annoncé à la signature !



tais-toi-je-sais-tout 25/09/2011 16:39



bien fait ! à force de la fermer les électeurs vont ouvrir grands les yeux au lavandou



la dette communale 25/09/2011 10:45



Amusant de comparer les deux revues municipales 2010 et 2011 sur la présentation du budget " les grands équilibres financiers" ! http://www.lelavandou.fr/wp-content/uploads/2011/07/web-Revue2011Lavandou.pdf


 



Antoine Berre 24/09/2011 19:33



Pas possible !!!!!!!!!!!!!! je reste scotché devant mon écran à lire cette info sur ma ville. Qui sont ces gens à faire des emprunts qui seront à payer par nos enfants ???????????? Vraiment
à dégager VITE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!



idem pour Saint-Tropez 23/09/2011 19:14



Saint-Tropez
empoisonné par les prêts toxiques. Pas étonnant d'avoir accepté le Lavandou comme membre du club 



cassandre654 23/09/2011 16:00



ben c pas très malin de leur part. Sommes tous dans la merde sauf dexia le banquier sans scrupule  lol !



Lavandou - Paris - Compiègne 23/09/2011 10:10




Bravo aux « béni-oui-oui » du Lavandou ! Confondre un taux fixe avec un taux variable… sur vingt ans ! Retournez à l’école. Vous ne méritez pas votre écharpe tricolore et les
« tendres pousses » du Lavandou ne vous remercient pas du cadeau empoisonné. Allez-vous rembourser sur vos deniers le mal fait à la commune où doit-on engager votre responsabilité
devant les tribunaux ? Surtout ne revenez pas en 2014 !



Diagnostic d'une intoxication généralisée 23/09/2011 09:05



EFFRAYANTE LA DECISION DES ELUS ET DU DIRECTEUR DES SERVICES DU LAVANDOU SUR PROPOSITION DU MAIRE LORS DU CONSEIL DE JUIN 2007. LIRE LE MONTAGE DE DEXIA SUR CES PRÊTS TOXIQUES:
...la plupart les élus et responsables de collectivités se sont jetés
sur ces prêts. A fin 2008, Dexia (ex Credit Local de France) avait vendu à 5 500 clients pour 25 milliards d’euros de prêts structurés. Mais la banque franco-belge n’est pas la
seule en cause : les Caisses d’épargne, le Crédit agricole ou la Société générale ont aussi été très actifs...



Biribi 23/09/2011 05:55




Quel crédit lui accorder après cette démonstration affligeante ??? La démission serait une sortie trop facile pour lui. Six ans de plus serait une bien
meilleure punition à la hauteur de son incompétence. Les contribuables dont je suis sont trop passifs !



Fatimadelavandou 22/09/2011 20:09



atimadelavandou

@pierre-andre-wolf. Au Lavandou si  la dette monte  la cote de monsieur Bernardi le maire plonge. Dans le village les ricaneurs souhaitent le voir partir avant la fin de son
mandat ! Sa crédibilité est au plus bas



Jean de la Fontaine 22/09/2011 19:08



" On rencontre sa destinée souvent par les chemins
qu'on prend pour l'éviter."



hémorragie interne 22/09/2011 15:33



Una note de Bercy confirmerait la situation inconfortable du lavandou confronté aux prêts de Dexia. La renégociation entreprise vers 2007 avait pour but de "lisser" les statistiques afin
d'entreprendre de nouveaux tinvestissemnts. Dexia était déjà dans le collimateur de Bercy qui a demandé un contrôle des comptes sur toutes les communes concernées par ces prêts à taux variables.
La manoueuvre consistait à alléger les remboursements en les adossant sur des crédits plus longs à taux fixes puis variables au fil des années. Au bout le taux réel permettait de récupérer deux à
trois fois la mise. Des milliers de communes ont été victimes de cette pratique. Celles-ci veulent se regrouper en association contre le prêteur qui les menace de banqueroute.



Pierre-André Wolf 22/09/2011 12:09



j'en appelle aux contribuables du Lavandou. Trouvez-vous normal de n'avoir pas été informé sur notre dette? Trouvez-vous normal que la mairie engage des emprunts sur 20 ans ou plus sans se
soucier de qui paiera la note? Le montant des intérêts payés depuis 1995 est nettement supérieur aux emprunts. Dexia accusée de fourguer prêts toxiques en France est l'un des prêteurs de la
commune. Pouvons-nous laisser le conseil municipal sous l'influence des banquiers? Le maire doit s'expliquer clairement sur la dette et nous dire la vérité. Sa revue municipale de 2010 parlant
des finances de la commune est truffée d'erreurs grossières. Les graphiques sont enjolivés et transpirent la manipulation. Contribuables du Lavandou ne vous laisser pas endormir par les
belles paroles d'une équipe prête à tout pour rester aux affaires, rejoignez l"opposition pour la sortir



Sigmund Freund 21/09/2011 11:23



@romero/klm Vous touchez la le coeur du probleme. l'homme ne manque pas de talent mais il est bouffi de vanité et d'orgeuil. il masque son manque d'assurance par des décisions arbitraires et
colériques pour couper court à la concertation. Il est toujours injoignable quand il fait le contraire de ce qu'il vous a promis. il n'assume pas. Il ne sait pas dire non à ses "amis" qui abusent
de lui. Dommage. fred



KLM 21/09/2011 09:39



@romero. il mérite certes mieux mais son caractère le dessert. Dès qu'il approche les élus du var s'en méfient. Ils n'en veulent pas et les lavandourains n'en veulent plus



Romero 20/09/2011 21:50



Le maire surtout au lavandou a toujours raison puisqu'il est le chef choisi démocratiquemnt. Au demeurant il n'est pas antipathique comme certains autres dans le var... non ne comptez pas sur moi
je ne donnerai pas les noms. Si c'était un maire réaliste il ne se représenterait pas pour un quatrième mandat.Il trouvera bien un dauphin et pourrait rester dans le conseil municipal ou briguer
un meilleur mandat



paraitquelemondeestbeau 20/09/2011 09:20





@elisabeth. Tu as raison impossible de me souvenir des adjoints. Ils viennent à la mairie au moins ?



Elisabeth 20/09/2011 09:08



A QUOI SERT UN CONSEIL MUNICIPAL AU LAVANDOU ? LE MAIRE PEUT REDIGER DIRECTEMENT LES PV EN IGNORANT
 SES BENI-OUI-OUI-SOURDS-MUETS DEPUIS 16 ANS !



Petit-Filou83 20/09/2011 07:36






COMBIEN NOUS COÛTE CET EMPLOYÉ INEFFICACE ? NE PERDONS PLUS NOTRE TEMPS A ERGOTER AVEC LUI
REMPLACONS LE



Lavandou-Paris-Compiègne 19/09/2011 21:48



A vrai dire peu de personne est au courant de la dette. A ce niveau cela semble beaucoup d'argent.Ce qui choque surtout est l'hémorragie d'intérêts versés chaque année.A cette vitesse le
maire aurait pu financer deux projets piscine. Pourquoi effectivement dissimuler cette situation dont il n'est pas responsable et qu'il traine comme un boulet. trois mandats plus tard c'est lui
qui porte la responsabilité de l'avoir repoussée à plus tard.  Mauvais calcul.Il aura du mal de faire porter le chapeau à son prédécesseur.Le mauvais gestionnaire n'est plus l'autre mais
lui



lien13ciot 19/09/2011 12:33






PETITE ? CHAQUE LAVANDOURAIN PETIT OU GRAND DOIT 3200 EUROS AUX
BANQUES. UNE PAILLE ! REGARDEZ DONC OU LELAVANDOU EST PLACE DANS LE HIT PARADE VAROIS DES VILLES ENDETTEES. BIENTOT NOUS POURRONS ETRE JUMELE AVEC SAINT TROPEZ



Louis Genot 19/09/2011 08:00



Efforts nettement insuffisants sur la dette car passer de vingt deux à dix sept millions en seize ans... pendant que les intérêts ont largement dévorés le gain obtenu est un signe de gestion au
pif. Surtout qu'il ne s'est pas gêné côté fiscalité. Quoiqu'il prétende je suis d'accord avec vous la dette reste insupportable et je vois bien la manoeuvre d'augmenter la base du nombre
d'habitants pour la diluer. Au bout elle reste sur le dos des six mille habitants et des générations futures.Non seulement le lavandou reste sur place  mais en plus il lui colle un sac à dos
rempli de caillou dans la course économique. Faedda l'ancien maire a peut être joué avec le feu mais au moins il a fait bouger le lavandou à l'époque