Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lavandou Tribune. Contre-pouvoir citoyen
  • Lavandou Tribune. Contre-pouvoir citoyen
  • : Tribune officielle des citoyens indignés par la gestion municipale du Lavandou depuis 1995. La liberté d’expression est un droit fondamental défendu par la Cour européenne des droits de l'homme (CDEH). Les lanceurs d’alerte sont protégés par la loi 2016-1691 relative à la transparence.de la vie publique.
  • Contact

Debout le Lavandou !

La Chambre Régionale des Comptes épingle la municipalité en place pour "gestion approximative des fonds publics, vente du patrimoine, augmentation des impôts, emprunts, absentéisme du personnel, privilèges injustifiés…". Les 44,55 % d'électeurs indignés font entendre leur opposition dans cette tribune pour éveiller les consciences, lutter contre l'ambition et le fanatisme clanique qui ruine notre commune depuis quatre mandats. Donnons un nouveau souffle au Lavandou.

Recherche

Conseil municipal 2014-2020

Regain 2014-2020 : Gil BERNARDI maire
Adjoint(e)s: *Charlotte BOUVARD. *Claude MAUPEU. *Annie TALLONE. Pierre CHARRIER Bruno CAPEZZONE. Frédérique CERVANTES. Raymonde STATIUS. Patrick LE SAGE. 
Délégué(e)s: Corinne TILLARD. Denis CAVATORE. 
Conseiller(e)s:
Laurence CRETELLA. Beatrice FLORENTY. Philippe GRANDVEAUD. Nadine EMERIC. Patrick MARTINI. Jean-Pierre BIGEY. Monique CARLETTI. Jean-François ISAIA. Nathalie CHRISTIEN. Jacques BOMPAS. Laurence TOUZE. Patrick CANTIE.  
*Conseiller(e)s communautaires 

Le Lavandou Cap 2020 : Thierry SAUSSEZMarie-Jo BONNIER., Guy CAPPE.

La Ville Heureuse : Jean-Laurent FELIZIA, Andrée VIALE.

Sans étiquette : Georges TAILLADE.

Vite lu

Bormes-les-Mimosas. Des cambrioleurs ont mis la main sur 6.000 bouteilles de vin, conditionnées en palettes au Caveau deï Bormani (Google)

Loi travail : les ordonnances signées par Macron entrent immédiatement en vigueur (Sud-Ouest)

Le FN perd ses leaders qui s'emparent de la droite orpheline de chefs et d’idées nouvelles (Huffpost)

Le maire de Cogolin quitte un Front national en pleine crise d'identité et dénonce un FN "machine à perdre". Il sera désormais "divers droite" (JDD)

Trop de rues en France portent encore les noms de négriers, alors que l’esclavagisme est un crime contre l’humanité depuis 2001. Mais on ne proteste pas contre les squares, boulevards, rues... qui honorent ceux qui ont ruiné leurs villes par détournement ou cupidité (Libération)

Mairie de Hyères. La directrice de cabinet, fille du maire, démissionne pour cause d’interdiction des emplois familiaux, votée par l’Assemblée Nationale le 8 septembre (Twitter)

Collobrières. Deux blessés graves dans un accident de chasse à la chevrotine – munition interdite depuis 20 ans (Google)

Hyères a dépensé 20.000 € sans succès pour récupérer les épreuves de voile aux J.O 2024 qui profitent à Marseille. La France estime l'organisation des jeux à 6,8 milliards € (Orange)

Pas moins de 6 tonnes de papier  ont été utilisées pour diffuser 14 photos du maire et un autosatisfecit  de sa gestion dans la revue municipale 2017 du Lavandou (Facebook)

François de Canson, maire de La Londe, sur les incendies du 2 et 3 septembre "Le temps est maintenant à l'enquête … Demain, il le sera à la reconstruction et au reboisement "Et de remercier par le detail, tous les intervenants, les pompiers, les élus et maires pour leur solidarité, omettant le maire du Lavandou (Mairie)

La clause Molière, qui oblige à parler Français sur les chantiers, imposé par le Conseil départemental des Bouches-du-Rhône (BFM)

Brexit : Britanniques et Européens se ruent sur les passeports indispensables après mars 2019. Des milliers de britanniques "âgés" tentent leur naturalisation en France (La Tribune)

20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 00:17

Merci à notre confrère Sébastien Boistel du Ravi
…trouvez un terrain. Qu’importe sa qualité : terre agricole, ancien site industriel, friche, terrain vague... S’il est trop pollué, à part des hangars, rien ne pourra pousser. S’il y a encore des occupants, faites jouer votre droit de préemption ou, mieux, laissez pourrir. S’il appartient à l’un de vos proches, profitez-en pour en tirer mutuellement quelques avantages. Réservez.

Dressez sur la table un plan. Un beau plan. Il doit être suffisamment incompréhensible pour forcer l’admiration du novice et suffisamment creux pour que l’urbaniste y trace à grands traits la « ville de demain », l’éco-quartier le plus vert ou l’habitat le plus « durable ».
Trouvez parmi vos amis quelque architecte adepte de maquettes, tant virtuelles que réelles et demandez-lui de prendre sur son temps de repos pour ciseler, en polystyrène et en couleur, quelques tours futuristes, quelques maisons à panneau solaire, quelques parcs de jeux. Sans oublier, surtout, des petites boules vertes (des balles de ping-pong feront parfaitement l’affaire) piquées sur des cure-dents qui représenteront les arbres qui ne manqueront pas d’entourer les maquettes. S’il a des enfants, l’architecte pourra leur emprunter quelques petites voitures et autres bonhommes en plastique qui mettront un peu de vie dans cet univers de plastique. Mais attention, pas trop de voitures. Ça fait mauvais genre.
Avant même de soumettre le projet à l’assemblée décisionnaire que vous présidez (en ayant pris soin de vous entourer de quelques collaborateurs qui sont « du métier », trouvez des entrepreneurs qui, par le plus grand des hasards, sauront parfaitement correspondre aux appels d’offre que la loi vous obligera, pour la forme, à mettre en œuvre. Les faire suer, en prenant soin d’arroser copieusement, afin qu’ils rendent leur jus. Réservez.
Une fois votre projet ficelé, vos entrepreneurs trouvés, mixez le tout dans votre bétonnière. Et ajoutez-y avec précaution l’ingrédient le plus fragile : les habitants. Attention : incorporés trop tôt et sans précaution, ils risquent de donner un goût un peu trop âcre à l’ensemble, un goût qui couvrira tout le reste, au risque d’affadir votre recette. Les habitants sont à mi-chemin entre la grenouille et le homard. Il faut à la fois les ébouillanter pour les neutraliser et, dans le même temps, faire monter petit à petit la température afin qu’ils ne s’en rendent pas compte...ou les attendrir, sollicitez la presse (pas n’importe laquelle, celle qui n’a pas les moyens d’enquêter) pour mettre en avant les vertus écologiques, économiques, sociales, urbaines, circulatoires de votre projet. Incorporez à ce moment votre architecte, avec ses plans, ses maquettes. Mettez le paquet sur la com. Plaquettes de présentation sur papier glacé, diapositives au kilo, visites virtuelles en 3D, animations de quartier, visites de chantier, site internet... N’hésitez pas à trouver dans votre opposition un membre que vous installerez à un poste au titre suffisamment ronflant pour qu’il soit flatté et suffisamment creux pour qu’il ne soit pas décisionnaire. Laisser mijoter.
Surveillez de temps en temps et n’hésitez pas à goûter. Si le goût acre de certains habitants commence à se faire sentir, n’hésitez pas à arroser et, si cela ne suffit pas, écumez en couvrant le goût avec celui insipide d’associations aux ordres, d’urbanistes de complaisance, d’architectes en mal de reconnaissance... Noyez le poisson et ne relâchez pas la pression. Il va bientôt être temps de saisir l’ensemble à feu vif.
C’est maintenant qu’il faut le coup de main. Comme avec un soufflet, ne laissez pas retomber l’ensemble. Saisir à feu vif. La concertation ne doit durer qu’un bref instant. Arrosez abondamment les habitants de réunions, de plaquettes d’information, de diapositives, de sondages, d’opération com dans la presse, de sigles incompréhensibles. Qu’ils s’expriment maintenant ou se taisent à jamais ! En parallèle, lancez appels d’offre et séances confidentielles des instances décisionnaires. Les habitants ne sauront où donner de la tête et, avant même qu’ils ne comprennent, c’est cuit !
Si certains veulent mettre leur grain de sel ou, pire, la main à la pâte, dissuadez-les. Si leurs plaintes sortent de la bétonnière et trouvent le chemin du palais de justice, laissez-les s’épuiser. Les recours ne sont que rarement suspensifs. Peut-être leur donnera-t-on raison d’ici quelques années, peut-être que votre plat était trop épicé, votre gratin un peu trop réchauffé, votre choucroute de béton bien trop lourde ? Qu’importe ! La table est dressée, le plat est servi. Et ceux qui n’ont pas d’appétit ou n’apprécient pas votre cuisine n’ont qu’à aller manger ailleurs. N’était-ce pas le but, d’ailleurs ?
Applications de la recette : PLU, éco quartier, trait de côte, site non remarquable, Ehpad, parc photovoltaïque, ex-site EDF, traitement des eaux, cession de bijoux de famille,municipalisation de voie privée… 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sébastien BOISTEL - dans Urbanisme
commenter cet article

commentaires

cousinie. 05/02/2014 09:16


J'ai tweeté: c'est bon pour toute La Côte!

Jean-Laurent Félizia 20/12/2013 11:37


Toute ressemblance avec des personnes, des lieux et des faits ayant existé ne serait que fortuite...

NON AU QUATRIEME MANDAT 20/12/2013 08:45


A SURVEILLER : LE ROND POINT DE LA BAOU + TERRAINS DE LA DRÔME + SACS DE CAVALIERE + PARC DE CAVALIERE + NOTRE PATRIMOINE... TOUT EST DIT DANS CET ARTICLE.SUR LA GARGOTE BERNARDI.