Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Lavandou Tribune. L'info citoyenne, pas l'intox !
  • : Suivez l'actualité du Lavandou sur la tribune officielle des citoyens opposés à la reconduction continue de la majorité municipale sortante. Pour rappel : la liberté d’expression est un droit fondamental défendu par la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) et les lanceurs d’alerte sont protégés par la loi 2016-1691 relative à la transparence.de la vie publique
  • Contact

Rassemblons Le Lavandou !

Les administrés* indignés par un cinquième mandat du même clan, réélu par 153 voix d'écart, expriment leur opposition dans cette tribune.
Ensemble, refusons l'incompétence et le clientélisme qui ruinent notre commune depuis 1995.
Ensemble,
 rassemblons le Lavandou de demain !


*47,54 % de votes contre la liste Regain aux municipales 2020

*44,55 % de votes contre la liste Regain aux municipales 2014
*25,15 % de votes contre la liste Regain aux municipales 2008

Recherche

Conseil municipal 2020-2026

Lavandou Rassemblement : 
Jean-Laurent Félizia*
. Franck Giorgi. Gwenaëlle Charrier. Valérie Pasturel. Gilles Collin

 

Lavandou Cap 2026 : 
Stéphanie Boccard. Bertrand Carletti

 

Regain pour le Lavandou :
Maire: Gil Bernardi*

Adjoint(e)s: *Charlotte Bouvard. Bruno Capezzone. Laurence Cretella. Roland Berger. Nathalie Janet. Denis Cavatore. Frédérique Cervantes. Patrick Le Sage 
Délégué(e)s: Corinne Tillard. Philippe Grandveaud. Nathalie Christien 
Conseiller(e)s:
Cédric Roux. Carole Mamain. Jean-François Isaïa. Nicole Gerbe. Johann Koch. Laurence Touze-Roux. Nicolas Coll. Julie Roig. Jacques Bompas. Sandra Bianchi 

*Conseiller(e)s communautaires 

Vite lu

Y Jadot sera le candidat EELV aux présidentielles 2022 (MSN)

Risque de bugs le 30 septembre sur Apple et les smartphones Android (Geek)

Covid. Forte hausse des suicides et des détresses psychiatriques en France (HP)

Sanofi abandonne la recherche sur son vaccin contre la Covid trop tardif (FI)

Gaz. Nouvelle augmentation +12,6% au 01/10 avec un record de +60% en 2011 (UFC)

QR code + GPS + Facebook + CB + Tracfin = tracking sécuritaire de la population (LP)

Reprise. Les chiffres "officiels" ne seraient pas aussi bons qu'annoncés (TW)

Présidentielle 2022. LR tente en coulisses une coalition avec LREM (FB)

LR choisira son candidat 2022 lors du congrès national du 04 décembre (LR)

SOS médecins en "arrêt total" 24h à partir de lundi réclame + de moyens (AFP)

Présidentielle 2022. 46% des français ont une bonne opinion d'E. Macron (BVA)

Ecologistes. 63% les pensent utiles, 58% pas réalistes, 54% pas crédibles (Odoxa)

Amazon France recrute 12.000 CDD pour le "Black Friday" et Noël (HP)

La surpopulation estivale conjuguée aux aides Covid a enrichi le littoral varois (TW)

Charges et impôts en hausse jettent 10 millions de français dans la pauvreté (UFC)

Le Parc National de Port-Cros est devenu un modèle scientifique pour E. Macron (FI)

La France prendra la présidence de l'UE le 1er janvier 2022 (AFP)

St Tropez. 9 héliports sur 12 interdits de vol pour dépassement des quotas (Préfet)

Bormes. Mariage princier en toute discrétion du frère de Kate Middleton (VM)

Hotels + restaurants. 930.000 salariés ont bénéficié du chômage partiel (Umih)

ProtonMail messagerie cryptée Suisse livre l'identité d'un utilisateur à la France (FI) 

5ème vague en automne prévue sur 50% des vaccinés et 1/3 des enfants (Pasteur)

Incendie des Maures. Les élus accusent la mauvaise gestion du Département du Var (HP)

Le fisc utilise les images Google pour traquer bâtiments et piscines non déclarés (AFP)

Hubert Falco estime que le meilleur candidat pour 2022 est Emmanuel Macron (FB)

Le nombre de demandeurs d'emplois s'élève à 5.927.000 en France (PE)

AOP et AOC Provence. Les critères doivent "sauter" pour sauver les vendanges (ministre)

Le trafic d'armes incontrôlable fait hécatombe dans le Sud autour de la drogue (Tw)

France. L'ex ministre de la santé mise en examen pour sa gestion de la pandémie (AFP)

France. Le ministre de la Justice mis en examen pour prise illégale d'intérêt (AFP) 

Présidentielles les 10 et 24 avril 2022. Législatives les 12 et 19 juin 2022 (AFP)

Accélération fiscale prévue en France dès 2023 pour rembourser la dette Covid (LF)

La droite cumule le record des bracelets électroniques ordonné par la justice (FB)

7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 23:05

Article rédigé pour Libération par Sibylle Vincendon
Alors que le Sénat a voté le principe d’un référendum sur le redécoupage des régions, passage en revue des différents blocages du projet de Valls.
Quel bazar… Le débat sur la loi de redécoupage des régions a démarré au Sénat (où le gouvernement n’a pas la majorité) avec le vote d’une «motion référendaire» visant à obtenir l’organisation d’un référendum sur la réforme territoriale… L’alliance entre la droite et une partie de la gauche procède depuis deux semaines à des tentatives de blocage systématiques. Elle a d’abord réussi à dessaisir la commission des lois, présidée par le PS Jean-Pierre Sueur, au profit d’une commission spéciale, emmenée par l’UMP Jean-Jacques Hyest. Commission qui a détricoté le découpage régional du gouvernement. Puis rejeté le résultat de ses propres travaux dans l’espoir de provoquer un coup de frein. La même union a ensuite tenté de supprimer le débat de l’ordre du jour du Sénat. Mais s’est fait renvoyer dans les cordes par le Conseil constitutionnel…
Pourquoi ce blocage ?
D’abord pour gagner du temps. Si le texte n’est pas voté en décembre, il sera impossible d’organiser les élections régionales et cantonales en 2015. Il faut en effet un an entre la modification d’une collectivité et un vote la concernant.
A ces raisons conjoncturelles, s’en ajoutent d’autres, plus profondes. Défenseur des collectivités, avec des membres élus par l’armada des élus locaux, le Sénat n’est guère enclin à accepter le grand chamboule-tout de la réforme. Pour autant, tous les sénateurs n’y sont pas réticents. L’ensemble du personnel politique se partage entre deux visions de la carte administrative. La première, fondée sur l’histoire, défend, en gros, le triptyque commune-département-nation. C’est le corpus idéologique de l’alliance des gaullistes, communistes et gauche radicale modèle sud-ouest. La seconde, en principe plus progressiste, s’appuie sur une articulation intercommunalités-régions-Europe. Les écologistes sont des défenseurs absolus de ce système et le PS en a fait sa doctrine. Même si, localement, certains socialistes défendent leur bastion.
Les réticences se fondent aussi sur des raisons plus rationnelles. Les adversaires de la suppression des départements rappellent qu’aucune autre structure ne pourrait les remplacer en milieu rural. Ils demandent en boucle qui va assurer la gestion des dépenses de solidarité, dont le RSA qui ne cesse de croître. Les évaluations des économies générées par leur suppression se situent dans une fourchette large (de 15 à 25 milliards d’euros).
Côté régions, la grande question tourne autour de la diminution de leur nombre, qui passerait de 22 à 14 et, par-là, du nombre de conseillers régionaux. Le gouvernement veut faire des régions les chefs de file du développement économique : mais suffit-il qu’elles soient plus grandes ? L’Association des régions de France plaide qu’elles y arriveraient mieux avec davantage de moyens qu’avec plus de superficie.
Quelles chances d’aboutir ?
Manuel Valls répète en boucle que "la réforme territoriale, c’est la mère des batailles". Pas de faiblesse : "Notre détermination est intacte et nous irons jusqu’au bout", a-t-il dit aux Echos mercredi. Sur BFM TV, le même jour, il assure que le calendrier est maintenu, «plus que jamais». La guérilla du Sénat l’exaspère, comme on a pu en juger, lorsqu’il a menacé les sénateurs de devoir siéger "en août s’il le faut". Lui, en revanche, ne cédera «à aucune menace». Sur la suppression des départements, "nous ne reculerons pas", ajoute-t-il. Les contestataires répondent sur le terrain. La semaine dernière, une manifestation pour une "Bretagne réunifiée" a vu défiler plusieurs milliers de personnes. Lire l’intégralité de l’article dans Libération

L'examen du premier texte au fond (nouveau découpage des régions) aura lieu le 9 juillet en commission, et du 15 au 17 juillet en séance publique à l'Assemblée. Le projet de réforme territoriale reviendra alors aussitôt en deuxième lecture au Sénat durant la quatrième semaine de juillet (vraisemblablement à partir du lundi 21)
et non pas à l'automne, comme l'espéraient de nombreux sénateurs. Par un deuxième texte de loi, la date des élections régionales et départementales seraient maintenues en décembre 2015.

Partager cet article
Repost0

commentaires

vulcania-auvergne 08/07/2014 13:44


La France ne veut tout simplement pas se réformer. Les syndicats en sont aussi responsables que les politiques