Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lavandou Tribune. Contre-pouvoir citoyen
  • Lavandou Tribune. Contre-pouvoir citoyen
  • : Tribune officielle des citoyens indignés par la gestion municipale du Lavandou depuis 1995. La liberté d’expression est un droit fondamental défendu par la Cour européenne des droits de l'homme (CDEH). Les lanceurs d’alerte sont protégés par la loi 2016-1691 relative à la transparence.de la vie publique.
  • Contact

Debout le Lavandou !

La Chambre Régionale des Comptes épingle la municipalité en place pour "gestion approximative des fonds publics, vente du patrimoine, augmentation des impôts, emprunts, absentéisme du personnel, privilèges injustifiés…". Les 44,55 % d'électeurs indignés font entendre leur opposition dans cette tribune pour éveiller les consciences, lutter contre l'ambition et le fanatisme clanique qui ruine notre commune depuis quatre mandats. Donnons un nouveau souffle au Lavandou.

Recherche

Conseil municipal 2014-2020

Regain 2014-2020 : Gil BERNARDI maire
Adjoint(e)s: *Charlotte BOUVARD. *Claude MAUPEU. *Annie TALLONE. Pierre CHARRIER Bruno CAPEZZONE. Frédérique CERVANTES. Raymonde STATIUS. Patrick LE SAGE. 
Délégué(e)s: Corinne TILLARD. Denis CAVATORE. 
Conseiller(e)s:
Laurence CRETELLA. Beatrice FLORENTY. Philippe GRANDVEAUD. Nadine EMERIC. Patrick MARTINI. Jean-Pierre BIGEY. Monique CARLETTI. Jean-François ISAIA. Nathalie CHRISTIEN. Jacques BOMPAS. Laurence TOUZE. Patrick CANTIE.  
*Conseiller(e)s communautaires 

Le Lavandou Cap 2020 : Thierry SAUSSEZMarie-Jo BONNIER., Guy CAPPE.

La Ville Heureuse : Jean-Laurent FELIZIA, Andrée VIALE.

Sans étiquette : Georges TAILLADE.

Vite lu

Fiscalité. L'Assemblée vote la suppression de la taxe d'habitation pour 80% des ménages. Elle sera progressivement supprimée jusqu’en 2020 (BFMTV)

Harcèlement sexuel. La parole des femmes se libère en France. Le mot-dièse "balance ton porc" en est un symbole. Il  génère des milliers de témoignages sur Twitter contre des élus et petits chefs (Libération)

La Crau. Trois élus du Front National, quittent leur parti mais continuent à siéger sans étiquette dans l’opposition au conseil municipal par respect envers leurs électeurs (Facebook)

Var changement climatique: sécheresse record, température jamais vue depuis 60 ans. "Il faut arrêter d’urbaniser le littoral" avant une catastrophe naturelle majeure (LPO Paca)

L'ex sénateur-maire de Toulon aurait reçu plus de 8.000 € d’argent public chaque trimestre détourné du Sénat. Selon les avocats des sénateurs déjà mis en examen dans cette affaire, ces derniers n'auraient rien fait d'illégal (Var Matin)

117 sénateurs de droite (LR, UMP, RPR) sont soupçonnés d'avoir détourné 8 millions d'euros en 12 ans (Le Point)

Fréjus. La justice doit se prononcer mi-novembre sur l'ancien maire François Léotard, accusé de faux témoignage dans l'affaire Karachi (Twitter)

Autriche. La loi interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public est en vigueur. Le texte concerne la burqa, le niqab, les masques de mascarade (clown, Père Noël) cagoules et écharpes trop hautes contre le froid (Spunik)

Allemagne. 94 députés néo-nazis (AfD) entrent au Bundestag pour la première fois depuis 70 ans avec cet avertissement aux autres partis : "Nous allons vous traquer. On va pourchasser Madame Merkel et on va récupérer notre pays et notre peuple" (l’Express)

Trop de rues en France portent encore les noms de négriers, alors que l’esclavagisme est un crime contre l’humanité depuis 2001. En revanche aucune protestation contre les squares, boulevards, rues... qui honorent les élus qui ont ruiné leurs villes (Libération)

Hyères. La directrice de cabinet, fille du maire, démissionne pour cause d’interdiction des emplois familiaux, votée par l’Assemblée Nationale le 8 septembre (Twitter)

Lavandou. Pas moins de 6 tonnes de papier utilisées pour diffuser 14 photos du maire et un autosatisfecit  de sa gestion dans la revue municipale 2017 (Facebook)

26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 23:53

Les maires râlent sur leur dernier congrès. Normal , quand le gouvernement leur affiche une feuille de route ambitieuse en les bousculant à coups de restrictions budgétaires. Objectif à terme : création de 13 régions, 600 aires métropolitaines et 6000 super-communes par fusion, absorption et disparition de toutes autres formes d’organisations administratives. La France va ainsi déconnecter la politique de l’administratif, origine d’un mille-feuilles devenu ingérable et dont les français ne veulent plus. Car la nouvelle génération ne comprend strictement rien à l’empilement local, intercommunal, départemental, régional, national, européen mais constatent vite que les 600.000 élus et 36.000 communes pèsent fâcheusement sur leurs feuilles d’impôts. La réforme sera certainement lente et chaotique. Elle devra lutter à la fois contre les caciques, les peurs, les racines, l’inertie, les chapelles. Mais la volonté est là et aucun doute que le nouveau président de l’AMF (Association des maires de France) a compris le message d’une nation figée depuis le code Napoléon. Déjà quelques timides initiatives apparaissent dans le paysage territorial par logique financière et clanisme politique : fusions entre communes, intercommunalités de circonstance, grandes métropoles au forceps. De gré ou de force, la France muter grâce au bon sens du père de famille et l’intrusion d’internet dans l’administration. . reste à fixer le cap, le calendrier, la méthode… par le haut et par le bas.
Par le haut, l’Etat réduit les effectifs et remplace les partants par des robots, vend son patrimoine, serre la vis aux ministères et ambassades, veut ramener son déficit à la hauteur de nos engagements européens. Restera l’épine des 2000 milliards à rembourser un jour à nos créanciers chinois et arabes.
Par le bas, les collectivités locales ne peuvent plus creuser les déficits et augmenter indéfiniment leur fiscalité, sans tailler dans l’organisation, la réduction d’élus (qui coûtent 2 milliards € à la collectivité), la diète des associations, le clientélisme sélectif. Elles devront répartir les tâches, déléguer au privé, mutualiser les services, aménager collectivement leur territoire et changer le statut de leurs agents. Les élus locaux retrouveront ainsi leur vraie mission, limitée à deux mandats sans possibilité de cumul et ne pourront plus gérer arbitrairement leur fief mais collégialement. Ce vent de réforme ils le redoutent sans y croire, agitant leur honorable association et le Sénat. La politique disparait derrière l’urgence. De droite comme de gauche, le mouvement est engagé au même titre que la lutte contre le réchauffement climatique. Question de temps et de génération. Ce dernier congrès des maires sonne le glas aux mauvaises habitudes de faire payer aux autres les promesses électorales trop longtemps avalées par les électeurs. La nouvelle commune est annoncée !

Repost 0
Published by France Gallois - dans Intercommunalité
commenter cet article
21 mai 2014 3 21 /05 /mai /2014 23:00

20 ans après l’arrivée de Regain au pouvoir municipal  le Lavandou stagne. Trop de fonctionnement, pas assez d’investissements, aucun projet structurant, une dette handicapante compromettent un quelconque rebond économique. Seul, le Lavandou n’y arrive pas. Or c’est la politique du "moi je sais tout" et du monoproduit "tourisme", les causes de notre situation. C’est aussi la conséquence d’un immobilisme d’entreprise où les investisseurs se dégagent rapidement en vendant vite le plus cher possible. Nous avons atteint le point de rupture entre le marché réel et les prétentions de la communication de "notre commune la plus belle du monde", car nous ne sommes pas Saint-Tropez. Le stock immobilier, que le maire voudrait transformer en logements sociaux, en est l’illustration. Petit à petit la municipalité s’est immiscée dans le privé par calcul ou simple occupation du vacant. Elle pratique ce que l’on appelle, dans les pays totalitaires, l’administration rampante en se rendant incontournable, souvent en montrant les crocs ou créant des structures concurrentes. Elle s’est placé par exemple dans la situation de plus gros employeur par nécessité (peut être par clientélisme); de distributeur d’autorisations (par avidité fiscale) imposant des règles de fonctionnement qui ont fait partir ceux dont l'imagination aurait pu l’enrichir sans s’épuiser vainement. Pourtant elle a promis : piscine, parking souterrain, eau chaude, parc photovoltaïque, salle de spectacles… mais rien n’a pu se réaliser, à part une maison de retraite privée. La raison en est le manque de confiance dans une municipalité flottante où les décisions sont à l’emporte-pièce et parfois contraire à l’intérêt commun. Il manque à cette municipalité du recul, un dessein partagé et les commissions mulpiliées par deux n'y suffiront pas. La faute aussi au profil des habitants vieillissants qui ne veulent plus prendre de risque au seuil de leur vie de labeur.  Archétype de la meute bien rangée derrière son guide qui ne sait pas lui-même où il va (à part sa retraite dorée en 2020). Ce pilotage du court terme ne peut construire une cité ambitieuse pour la génération de demain. Le Lavandou, c’est un peu l’histoire de la France dans le rétroviseur qui refuse l’Europe donneuse de leçons injustifiées à ses yeux, cause de tous les maux. Notre Europe à nous est l’intercommunalité. Nous y allons à reculons, conscients que l’on ne peut y échapper , essayant d’y imposer notre vision du monde. Il aurait été plus intéressant d’avoir un projet municipal autour de cette articulation pour régler les transports, la communication, le tourisme, l’artisanat, les saisonniers, l’animation et les contingences communes. Lorsque l’on oublie les inondations que reste-il au fond du sac ? La porte de sortie, par le haut, reste l’intercommunalité. Mais cela exigera quelques concessions alors que notre ralliement forcé dénote une certaine aversion au partage.

Repost 0
Published by Paulette TOUITOU - dans Intercommunalité
commenter cet article
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 23:05

Sérieux revers pour le maire UMP du Lavandou. Après avoir tergiversé pendant un an avec des effets d’annonces inconsidérés, manipulé le vote de son conseil municipal du 16 juin 2010 pour échapper à Toulon Provence Méditerranée (TPM) et tenter une intercommunalité contre nature vers l’Est, le maire du Lavandou est rattrapé par la fusion à grande échelle en six grands ensembles, imposée par le préfet. À la fin de l'année, le Var des intercommunalités n'aura plus la même organisation. Au passage, les trente communes du département encore "isolées" seront englobées dans une structure, et les autres verront leurs communautés de communes ou d'agglomération fusionner. La mise en œuvre de la loi du 16 décembre 2010 sur la réforme des collectivités territoriales a réellement débuté. De 110 à 45 syndicats "C'est un moment important pour le Var, a souligné Paul Mourier lors d'une conférence de presse. Il s'agit d'achever la carte de l'intercommunalité: plus aucune commune ne sera "isolée". De proposer des périmètres d'intercommunalité pertinents, qui collent aux bassins de vie des habitants. Et de rationaliser les organisations intercommunales en supprimant celles rendues obsolètes". Un grand chantier d’économie de gestion où le nombre de syndicats intercommunaux devrait passer de cent dix actuellement à quarante-cinq. Soit une diminution de 60 %. Cette marche forcée vers le non cumul des mandats et le retour à une vocation bénévole des élus  est arbitrée par la commission départementale avec pour dernier décideur l’Etat.  Dans l’ensemble cette décision s’appuie avec sagesse sur les SCOT (Schémas de Cohérence Territoriale) existants en cohérence avec les  huit territoires déjà définis par le Département.

Les six grands ensembles de coopération intercommunale proposés par le préfet structure l'intercommunalité autour des bassins de vie.
interco2012.jpgGolfe de Saint-Tropez : réunion des 12 communes des cantons de Grimaud et Saint-Tropez. Soit 56 708 habitants.
Fusion des 5 communautés de communes Comté-de-Provence, Val-d'Issole, Sainte-Baume-Mont Aurélien, Provence-d'Argens-en-Verdon, Verdon-Mont-Major. Soit quarante-quatre communes et 108 860 habitants.
Fusion de la communauté d'agglomération dracénoise avec la communauté de communes Artuby-Verdon, et treize communes du haut-Var non affiliées aujourd'hui à un établissement public de coopération intercommunale (EPCI). Soit trente-huit communes et 108 948 habitants.
Fusion de la communauté d'agglomération Fréjus-Saint-Raphaël avec les communautés de communes Pays-Mer-Estérel et Pays-de-Fayence et les communes des Adrets et de Bagnols. Soit quatorze communes et 134 489 habitants.
Fusion de Toulon-Provence-Méditerranée avec les communautés de communes Sud-Sainte-Baume, Vallée-du-Gapeau, Méditerranée-Porte-des-Maures et les communes de Sanary, Collobrières et Le Lavandou. Soit trente-deux communs et 563 268 habitants.
La communauté de communes Cœur-du-Var reste inchangée (onze communes, 28 916 habitants).
Deux villes varoises ne sont pas intégrées à l'un de ces six pôles: Saint-Zacharie est rattaché à une communauté de communes des Bouches-du-Rhône, et Vinon aux Alpes-de-Haute-Provence.
Reste à fignoler quelques détails techniques pour préfigurer la cartographie politique de 2014 où certains élus ont été bien inspirés de contribuer à cette réforme face aux futures échéances législatives et municipales. 
Quant au Lavandou, que de temps perdu en mission exploratoire, sous-entendus et conciliabules de couloirs pour finalement se retrouver dans la logique historique et économique. Erreur stratégique, d'un élu isolé de la réalité, qu'il faudra bien surmonter pour rattraper ses 3 mandatures d'immobilisme
Var Matin - La Londe 03-05-2011
lalonde03052011.jpg 

Repost 0
Published by Liliane Guiomard - dans Intercommunalité
commenter cet article
8 octobre 2010 5 08 /10 /octobre /2010 01:12

Alors que le 16 juin 2010, il manipule habilement son conseil municipal par une innocente prise de position à bulletin secret "sans consigne de vote" sur l’éventualité d’un rapprochement du Lavandou avec  le Golfe de Saint-Tropez* ou "Les Portes des Maures" nous apprenons aujourd’hui que, fort du résultat consultatif, soit disant  "sans conséquence pour l’avenir de la commune" (19 voix pour le Golfe, 6 voix contre) , le maire s’octroie mandat, à l’insu des lavandourains,  pour engager notre cité dans une négociation irréversible.
Dès le lendemain du scrutin, il s’empresse d’écrire au Préfet et aux 12 élus du Golfe de Saint-Tropez
« Il y a quelques jours, j'ai rencontré le représentant de l'État. Ce dernier m'a confirmé qu'il ne voyait aucune objection à notre demande et que le fait que nous soyons dans des SCoT (schéma de cohérence territoriale) - TPM pour le Lavandou - n'était aucunement un obstacle. J'ai évidemment adressé une lettre aux douze maires afin de les informer de notre choix, suite au vote des conseillers, à bulletins secrets : 25 pour et 3 contre…. »
Camouflet du Golfe de Saint-Tropez : le Lavandou peut être, Bernardi  NON !
« …Là, en date du 29 septembre, j'ai reçu une réponse écrite du président du Comité des élus, le maire de Cogolin, Jacques Sénéquier, qui m'a pour le moins interpellé. En effet, il se dit surpris de notre courrier. Déclare que lors de ma venue, les maires m'avaient fait savoir qu'ils souhaitaient ériger une communauté sur le seul périmètre du SCoT. Enfin, il pense que notre démarche actuelle ne fait que rajouter le trouble dans ce dossier d'intercommunalité... »
Explications embarrassées du maire du Lavandou
« …Lors de mon audition, devant les élus du golfe, j'ai expliqué longuement pourquoi nous souhaitions les rejoindre : communes de tailles équivalentes; liens et continuités territoriales au niveau de la forêt et du littoral et une vocation touristique à l'identique. On siège aussi dans des syndicats similaires pour les plages et les massifs. J'ai évidemment conscience que dans cette intercommunalité, qu'on le veuille ou non, la commune phare est Saint-Tropez. À l'issue de mon argumentaire, j'ai ajouté que nous ne demandions rien en termes de représentativité. Six élus ont dit oui à notre venue immédiate et six autres oui, mais pas tout de suite »
Soupçonneux sur la démarche, les élus du Golfe de Saint-Tropez ne sont pas pressés
golfe-de-saint-tropezEn privé, ils n’ont pas l’intention d’ouvrir leur future intercommunalité (en projet depuis 10 ans) à une commune fortement endettée dont l’ambitieux 1er magistrat vient de lancer à grand bruit un Epic de tourisme un peu trop pesant pour son petit village. Ils imaginent la suite : la présidence  et l’usurpation touristique à son profit du Golfe de  Saint-Tropez, en prolongement du syndicat des communes du littoral varois - en guerre contre Natura 2000 en mer – déjà gouverné par le maire du Lavandou depuis 1995. Et quand la presse lui pose la question : pourquoi ne pas avoir rallié la nouvelle communauté  " Méditerranée - portes des Maures" ? la réponse est cinglante "Car nous n'avons aucun lien, je dis bien aucun, avec Cuers et Pierrefeu. Ce qui n'est pas le cas au niveau du golfe"  V.M : Il y a vos voisins : La Londe et Bormes ? (ndlr : soutenue par TPM - Toulon Provence Métropole) il feinte sa réponse « Oui. Tout cela a été mentionné lors du débat avec mes conseillers. La décision a été sans appel en faveur du golfe, où je vais retourner voir mes collègues. Je ne veux brusquer personne ni semer la zizanie, seulement m'expliquer sereinement. Notre demande est pleine d'humilité ».  De quelle décision sans appel  et de quel débat parle-t-on ? s’étonnent les administrés du Lavandou !
Sur le départ le préfet annule une réunion avec le comité des élus
Var Matin: Interview de François Gimmig
En savoir plus sur Var Matin du 07-10-2010
 

*Future intercommunalité Golfe de Saint Tropez : Sainte-Maxime (13 309), Cogolin (11 318), Cavalaire (6 625), Le Lavandou (5 913), Saint-Tropez (5 718), Grimaud (4 308), La Croix-Valmer (3 325), Gassin (2 955), Le Plan-de-la-Tour (2 805), Ramatuelle (2 327), La Garde-Freinet (1 827), La Môle (958) et Le Rayol (586)

Le sondage de Var Matin que le maire du Lavandou fait semblant d'ignorer
Vote--Var-Matin
 

Repost 0
Published by Liliane Guiomard - dans Intercommunalité
commenter cet article
18 juillet 2010 7 18 /07 /juillet /2010 15:31

mediasmanipGil Bernardi œuvre en sous-main pour contrarier le rapprochement du Lavandou vers l'intercommunalité "Méditerranée, porte des Maures. MPM" cette intercommunalité naturelle qui réunit déjà Bormes Les Mimosas, La Londe, Cuers et Pierrefeu est combattue par le maire UMP et quelques élus godillots de sa majorité qui l'ont suivi dans sa malheureuse initiative de rejoindre celle de Saint-Tropez, contre nature et toujours embryonnaire, et ses douze villages de frères ennemis sur le sujet.
Rien n'est joué cependant... Il est grand temps d'informer les lavandourains sur les conséquences du choix qui sera fait à leur insu dans les prochains mois... Nous les invitons à s'exprimer.
A notre propre initiative, nous publions des extraits de la revue municipale de Bormes Les Mimosas, sur la position d'Albert Vatinet, maire du village, vice-président du Conseil Général et Marianne d'Or 2009 pour l'excellence de sa gestion municipale. (Tout comme François De Canson en 2010, nouveau maire de La Londe)...Démonstration évidente des avantages de l'intercommunalité, pourtant boudée par nos élus majoritaires, l'avancement des travaux de la station d'épuration, et le PLU borméen (notre commune est indirectement concernée) y sont aussi évoqués... Complément d'information, il faut ici préciser que la maison de retraite de Bormes, toute proche de la nouvelle structure multi accueil des enfants, reçoit ses premiers hôtes alors que "la notre" est encore dans les cartons des promesses électorales, malgré la persévérance de Charlotte Bouvard, notre première adjointe...
Arnaud Parenty - Lavandou Ensemble


Extraits de la revue municipale de Bormes Les Mimosas
« Vous avez il y a quelques semaines procédé à la pose de la « première pierre »  de la nouvelle station d’épuration. Pouvez-vous nous rappeler pourquoi un tel chantier a été entrepris et comment le choix du prestataire a été effectué ?

Albert Vatinet : La mise aux normes de la station d'épuration intercommunale Bormes — Le Lavandou nous a été imposée par Bruxelles et l'Etat, donc le préfet du Var. Je ne reviendrai pas sur les péripéties anecdotiques qui nous ont amenés à procéder au choix d'OTV, filière de Véolia. Les délégués des deux communes au SIVOM (Bormes et le Lavandou) ont examiné deux projets de grande qualité qui garantissaient, aussi bien l'un que l'autre, la qualité des rejets en mer. Notre souci a toujours été de garantir cette qualité, de protéger notre environnement et de préserver l'avenir de nos enfants.
Notre station d'épuration traite en effet 1,5 million de M3 d'eaux usées par an. Toutes les techniques ont été étudiées. Les avantages respectifs économiques ou environnementaux ainsi que leur impact sur le prix de l'eau ont été étudiés et comparés. Le choix définitif se porte sur la proposition de l'entreprise OTV qui répondait à l'ensemble des objectifs que nous nous étions fixés et prenait en compte les projets de développement pour les 30 prochaines années des communes du Lavandou et de Bormes. Notre station d'épuration est dimensionnée pour 100.000 à 120.000 habitants alors que notre bassin de vie compte 15.000 habitants à l'année.
Cette mise aux normes aura t ‘elle un impact financier sur les usagers ?
Albert Vatinet : J'avais, en campagne électorale, annoncée que la mise aux normes de la station d'épuration devrait être intégralement assumée financièrement par les usagers et que le prix du M3 subirait inévitablement une augmentation pouvant aller jusqu'à l'euro. En matière d'eau et d'assainissement, la loi prévoit que l'ensemble des coûts doit être intégralement assuré par l'usager, c'est pourquoi la facture d'eau comprend déjà une nouvelle surtaxe destinée à financer cet investissement.
La proposition d'OTV était la moins disante puisqu'inférieure à sa concurrente de 2,6 millions d'euros HT. Lors du vote du comité syndical, les deux voix du Lavandou se sont opposées à ce choix. Les deux voix de Bormes, dont la mienne, l'ont accepté. La voix du président étant prépondérante j'ai pris la responsabilité et je l'assume de choisir le projet le mieux et le moins disant, c'est à dire celui d'OTV. Je ne le regrette pas car, déjà, nous savons que l'augmentation du prix du m3 pourra être limité à 0,65 euros au lieu d'un euro. De plus, à Bormes les Mimosas, dans le cadre de la politique que nous menons, nous avons pu prendre en charge, sur le budget annexe assainissement, une partie de cette augmentation, soit 0,15 euros par m3.
Au final, quel devrait être le coût total de  cette opération et où en est le chantier ?
Albert Vatinet : Les travaux ont commencé et devraient s'achever au printemps 2011 (mars ou avril). Le montant de l'offre retenue s'élève à 15 610 707 € TTC. Le montant global de l'opération en tenant compte des études préalables, de l'assistance à maîtrise d'ouvrage, de l'assistance des bureaux de contrôles techniques et de coordination sécurité, des études complémentaires envisageables, des travaux annexes et de la révision des prix sera d'environ 17,5 millions d'euros. Ce projet sera subventionné à hauteur de 5,3 millions d'euros par nos différents partenaires : Agence de l'eau (3,3 millions d'euros), conseil général (1,8 millions d'euros) et Etat (200 000 euros).
Ainsi se met en place un projet écologiquement optimisé dans la logique du développement durable moins gourmand en énergie et doté de la haute qualité environnementale (HQE). Une difficulté supplémentaire réside dans la nécessité de poursuivre l'exploitation de l'ancienne station tout en construisant de nouveaux ouvrages sur la même emprise foncière restreinte. La mise en fonctionnement de la nouvelles station d'épuration est prévue en mars ou avril 2011.
Toujours dans le domaine de la gestion de l’eau et de son prix, pouvons-nous en profiter pour faire le point sur l’enjeu de la renégociation du prix de l’eau ?
Albert Vatinet : Absolument, nous entamerons des négociations avec les candidats au marché d'affermage qui doit être renouvelé en 2012. Nous espérons que la concurrence, dans la transparence du marché public, jouera complètement son rôle. Notre objectif est clair, nous voulons garantir la qualité du service et diminuer de façon conséquente le prix de l'eau.
Autre dossier essentiel pour Bormes et les borméens, la mise en place du PLU (plan local d’urbanisme). Pouvez-vous nous dire où en est ce dossier ?
Albert Vatinet : Nous savons ce qu'était en 2009 la position de l'Etat et du préfet de l'époque : pas de PLU tant que la station d'épuration n'était pas mise aux normes. J'ai souhaité rencontrer personnellement notre nouveau préfet, M. Parent et notre nouveau secrétaire général M. Demazière. Je leur ai expliqué et crois avoir eu la chance d'être compris que pour des raisons humaines et économiques, dans le contexte économique général, nous ne pouvions pas perdre de temps et devions mener de front la mise en place du PLU et la construction de la station d'épuration.
Un accord a donc été trouvé entre l’Etat et la commune, pouvez-vous nous en donner les tenants et aboutissants ?
Albert Vatinet : Premier point, notre PLU intégrant les recommandations formulées par les services de l'Etat a été arrêté lors du conseil municipal du 25 mai 2010 par l'ensemble des élus, minorité comprise, à l'unanimité si on veut bien considérer que l'abstention d'une élue minoritaire ne saurait être considérée hostile au projet présenté comme elle nous l'a bien précisé. C'est une grande satisfaction pour moi d'avoir obtenu un tel vote de confiance et c'est un encouragement pour le conseil municipal de continuer à travailler uni au bénéfice de Bormes.
En accord avec le secrétariat général de la Préfecture et le directeur départemental de l'équipement, je peux vous dire que l'enquête publique devrait être diligentée à l'automne, à cheval sur octobre novembre 2010. L'approbation du PLU par le conseil municipal pourrait être envisageable en fin 2010 ou début 2011.
Second point, la loi sur l'eau. Nous nous situons en amont de la commune du Lavandou, nous devons garantir cette commune et le Batailler en cas de crue contre les effets de l'imperméabilisation due à la mise en place du PLU de Bormes. Nous avons donc, dans le cadre de la loi sur l'eau, déposé notre dossier le 23 février 2010 en préfecture, il est en cours d'examen et une enquête publique spécifique pourrait se dérouler cet été en juillet et août. Il restera donc à la commune à respecter ses délais et à l'état de nous aider à le faire comme il s'y est engagé. Par ailleurs, notre PLU s'intégrera parfaitement au SCOT (schéma de cohérence territoriale) qui a été approuvé et est donc devenu un document d'urbanisme incontournable
Le choix de conserver le même prestataire de service pour le marché de collecte et du traitement des ordures ménagères a été effectué. Pouvez-vous nous en dire davantage ?
Albert Vatinet ; Le marché public a eu lieu fin 2009, il prend effet dès 2010 avec, comme prestataire, le groupe Pizzorno qui s'est révélé le mieux offrant et le mieux susceptible de répondre à la saisonnalité de nos communes. C'est avec ce groupe que nous gérons également le problème des boues de la station d'épuration
Dernier des enjeux annoncés durant la campagne électorale, mais non le moindre, l’intercommunalité. Le dossier semble avoir avancé à grand pas, pouvez-vous nous dire quels seront donc les futurs partenaires privilégiés de Bormes les Mimosas ?
Albert Vatinet : Notre communauté de communes s'appellera «Méditerranée, porte des Maures. MPM ». Elle regroupera les quatre communes de Bormes les Mimosas, Cuers, Pierrefeu et la Londe. A notre grande surprise et à notre grand regret, les communes de Collobrières et du Lavandou n'ont pas souhaité s'associer à notre démarche. Une décision les concernant sera prise probablement en 2013 avant les prochaines échéances municipales. Pour des raisons historiques, économiques, humaines et sentimentales, les Borméens n'arrivent pas  à comprendre les réticences du Lavandou.. Je rappelle à ce propos les déclarations que j'ai faites dans le Bormes Infos et à l'occasion de la présentation de mes vœux.
Où en sommes-nous actuellement ?
Albert Vatinet : Le périmètre a été arrêté par le préfet, nous sommes en train de déterminer les compétences que nous donnerons à cette intercommunalité. Nous sommes en train de la doter d'un règlement spécifique que chacun de nos conseils municipaux devra valider avant l'été. Le président sera M. François de Carlson, maire de la Londe, et les trois vice-présidents seront, dans l'ordre, le maire de Bormes les Mimosas, le maire de Pierrefeu M. Martinelli, le maire de Cuers M. Perrugini.
Les compétences de l'intercommunalité seront réparties entre ces quatre élus. Nous espérons, dès 2011, annoncer les retombées financières de notre décision et élaborer des projets communautaires. Les trois délégués titulaires de Bormes sont Le territoire de la communauté de communes Albert Vatinet, Danielle Borghetti et François Arizzi. Leurs trois «Méditerranée, porte des Maures» suppléants sont Nicole Pestre, Jean-Louis Valade et Rania Mekkerri. "

Repost 0
Published by Arnaud Parenty - dans Intercommunalité
commenter cet article
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 16:09

Le conservatisme ambiant qui règne à la mairie du Lavandou a ses limites. Alors que toute la population, y compris les séniors, se fait installer Internet à la maison où au bureau, la mairie ne dispose toujours pas d'un site propre qui pourrait rendre de grands services à ses administrés ! Exemples parmi d'autres, les démarches administratives, la lecture des compte rendus des conseils municipaux, où celle des analyses de la qualité des eaux de baignade. Sur ce site, toujours fantôme, alors que quasiment  toutes les communes du département en possèdent un, nous pourrions encore nous tenir informés  sur les enjeux de  l'intercommunalité.  Pour ce faire, nous conseillons aux internautes la lecture instructive du site institutionnel:
http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/institutions/collectivites-territoriales/intercommunalite 
qui explique clairement les tenants et aboutissants de la mise en place d'une communauté de communes.
A défaut, nous en dessinons ici les principaux traits : l'intercommunalité est une vision globale de l'intérêt général, par opposition à de multiples et petites organisations qui se répètent, s'additionnent et se compliquent singulièrement la tache.
L'exemple-type de sujet qui concerne plusieurs communes d'un même territoire, c'est l'assainissement ! La démarche intercommunale apporte d'importantes économies, évitant la multiplication de petites structures d'une efficacité mesurée pour privilégier une mise en commun des moyens ainsi qu'une réunion des compétences pour le plus grand bénéfice de ses habitants.
La même philosophie s'applique avec les mêmes avantages dans d'autres domaines propres à une action concertée : Par ex : le tourisme et son développement hors saison, les transports scolaires, la distribution d'eau potable, le traitement des ordures ménagères, où l'organisation d'une mission locale d'accession à l'emploi des jeunes.  L'union fait la force.
Oui ! Mais avec qui s'unir ? Après quelques "valse-hésitation" le maire nous propose un choix qui ne s'imposait pas! 1) Nous pourrions immédiatement  rejoindre la communauté de communes naissante à l'Ouest ( Bormes, La Londe, Pierrefeu, Cuers,( et sans doute Collobrières), soit 5 communes, calquée sur le SCOT ( schéma de cohérence territoriale) 
2) Ou bien - idée saugrenue - rejoindre, quand elle sera prête à nous recevoir, (c'est à dire avant longtemps...) la communauté du golfe de Saint-Tropez, qui regroupe 12 communes.( Sainte Maxime, Grimaud, Le Plan de La Tour, La Mole,  Gassin,  Cogolin, Saint-Tropez, Ramatuelle, La Croix-Valmer, Ramatuelle, Cavalaire, et le Rayol Canadel ). Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?...
C'est bien évidemment cette dernière et mauvaise solution que le maire souhaite retenir !... A ses yeux, deux écueils se présentent :
1) Il faut éviter tout leadership d'une commune sur une autre. Pour lui, le profil démographique des communes du golfe à l'Est , soit disant similaire au notre, serait la bonne solution.
2) le choix vers l'Ouest nous forcerait, à très court terme, à rejoindre TPM ( Toulon Provence Méditerranée ) ou notre petit village s'étiolerait aux confins de cette nouvelle métropole ( Il n'a pas toujours dit ça !).  
Notre réponse est la suivante : il est plus facile de s'entendre à 6 qu'à 13 !  Par ailleurs, le profil démographique des communes du golfe est supérieur à celui de Bormes, La Londe, Pierrefeu, Cuers et Collobrieres ! Depuis 12 ans qu'existe cette communauté de communes du golfe de Saint Tropez, les maires respectifs se font la "guéguerre" pour assurer la prééminence de leurs villages !  Il n'y a pas de raison que ça change !  Surtout si le notre vient y siéger...  Certains maires de ces villes et villages ne le considèrent d'ailleurs pas comme bienvenu ! Contre exemple navrant, notre premier édile ironise sur nos rares visites à Pierrefeu qu'il ne connait pas!  Nous, lavandourains, connaissons Pierrefeu certainement mieux que le Plan de la Tour ! Pour TPM et sa métropole, il s'agit plus d'un problème de confiance en nous !  Pourquoi voulez vous que TPM abandonne notre village, fleuron et vitrine d'un art de vivre à la réputation internationale ?  C'est un challenge qui nous faudra relever quand il se présentera, s'il se présente !  Nous n'en sommes pas encore là !
Le  choix du groupe d'opposition Lavandou Ensemble se porte bien évidemment sur la communauté de commune vers Bormes, La Londe, Collobrieres (?) Cuers et Pierrefeu. C'est la logique inexorable ! C'est aussi la reconnaissance de notre territoire naturel dans le sens le plus noble du terme. Celui de nos racines, de nos familles, de nos amis, de notre histoire, de notre culture, de notre paysage, de nos habitudes, et celui de nos attentes. C'est celui de notre Avenir. Ce n'est pas la volonté d'un seul, qui, pris dans ses contradictions et d'obscurs calculs politiciens, manœuvre pour entrainer son village vers une grossière erreur, lourde de conséquences. 
Nous invitons la population à s’exprimer sur cet épineux dossier .  

 

Lavandou-ensemble-640 Lavandou Ensemble  
Une nouvelle ambition pour le Lavandou 
Arnaud Parenty, Jacqueline Pilette, Marc Lamaziere


prefecture-arreté-intercomm

Repost 0
Published by Lavandou Ensemble - dans Intercommunalité
commenter cet article
16 mars 2010 2 16 /03 /mars /2010 08:24

Gil Bernardi, maire UMP du Lavandou manipule l'art du double langage ! Lors du dernier conseil municipal, il nous a expliqué avec l'objectivité très relative qui le caractérise, que le rapprochement du Lavandou vers la communauté de communes du Golfe de Saint-Tropez permettrait un équilibre plus pondéré vis à vis des communes qui la composent et,  ce faisant, éviterait  tout leadership d'une commune sur les autres. La théorie s’arrête là car le tableau comparatif prouve que la population des communes du golfe est identique à celui de l'intercommunalité naturelle qui se dessine entre Bormes La Londe, Cuers et Pierrefeu.  A cela, j'ajoute qu’il est plus facile de s'entendre à 6 qu'à 12. Il devient visible qu'il s'agit avant tout d'un problème de personnes et de calcul politique, au mépris de nos souhaits citoyens. Les "forces" en présence se comptent en nombre d'inscrits sur les listes électorales. Il est évident, à la vue de leur potentiel électoral, que le maire du Lavandou devra autant négocier face aux élus de Cogolin ou Sainte Maxime, tous aussi déterminés que lui à défendre leurs villages, que ceux de La Londe et Bormes ! D'un côté comme de l'autre, des frictions de personnalités sont inévitables pour le pouvoir ! Au petit jeu des "je t'aime, moi non plus", les mœurs politiques seront les mêmes ! Alors pourquoi repousser la cohérence et la logique de la communauté à l’Ouest ?
Arnaud Parenty "Lavandou Ensemble"

LES"FORCES"ELECTORALES EN PRESENCE

       

GOLFE DE SAINT TROPEZ

          COMMUNAUTE OUEST

 

Nb d'inscrits

 

Nb d'inscrits

SAINTE MAXIME

9961

LA LONDE

8583

COGOLIN

6729

CUERS

6947

CAVALAIRE

5392

BORMES

6194

SAINT TROPEZ

4987

PIERREFEU

3824

GRIMAUD

3282

 

 

LA CROIX VALMER

2462

 

 

PLAN DE LA TOUR

2240

 

 

GASSIN

2088

 

 

RAMATUELLE

1830

 

 

LA GARDE FREINET

1199

 

 

LE RAYOL CANADEL

774

 

 

LA MOLE

679

 

 

 

 

LE LAVANDOU

5077

 

 

COLLOBRIERES

1369

 

 

 

 

TOTAL 

41623

TOTAL

31994


Qu'est ce que l'intercommunalité?

2010-03-intercommunalite    
Repost 0
Published by Arnaud Parenty - dans Intercommunalité
commenter cet article
5 mars 2010 5 05 /03 /mars /2010 00:34

croix-rougeLe Lavandou attire avec frénésie le troisième âge et comptabilise déjà une population au dessus de 60 ans frisant les 40%. Et nous ne sommes qu’au début de la génération "papy boom" issue de l’après guerre. Evidemment, le maire sait les charmer avec force tendresse affectée, repas-spectacles, crêpes et autres  vins d'honneur. Alors qu’en 1995, il stigmatisait le vieillissement de son village et rêvait aux fastes lointains de la très chic bourgeoisie parisienne courant Casino, grands hôtels et bains de mer du Lavandou, il a rapidement reniflé son fonds de commerce électoral, séduit par tant de sollicitude et de prévenance intéressée... Triste renoncement de l'homme politique agitant l’insécurité et pratiquant l'initiative zéro pour récupérer des bulletins de vote. A ce rythme, le Lavandou sera bientôt la plus grande maison de retraite en plein air du Var

Par contre, nous sommes en colère lorsque nous constatons que nos communes sont victimes du laxisme inadmissible des médecins qui ont réussi à s'exempter de la mise en place d'un service de garde médicale alternée. Les conséquences sont multiples pour cette population fragile, sans compter qu’en saison elle décuple et que les besoins se font plus pressants. Il faut, de suite, changer cette situation de fait !

On peut épiloguer sans fin sur le code de déontologie et le serment d'Hippocrate qui devraient honorer la profession médicale... Au Lavandou, les toubibs s'en contrefichent... Les contraintes du tour de garde ne les concernent pas. Ne soyez pas malades ou mourants en pleine nuit ou le dimanche, ils sont aux abonnés absents.... Déjà  qu"il est interdit à toute personne ne disposant pas de caveau de décéder sur le territoire de la commune" depuis le scélérat arrêté municipal de septembre 2000 qui a fait le tour du monde du rire ! En clair: laissez donc votre argent au Lavandou et trépassez à Hyères!  Pour ce faire - où l'éviter - contactez le 15 - SOS Médecins, qui dépêchera, dans une urgence relative et motorisée, un de ses jeunes médecins au cœur d'une nuit d'angoisse ... Que de temps perdu face à l'urgence !

C'est la conséquence d'un arrêté du préfet du Var en 2005 consécutif au manque de volontaires du corps médical sur le secteur. Il est urgent de redéfinir son champ  d'application. Illustration : mon voisin de 89 ans, victime dominicale d'un AVC, risque bien d'en garder quelques séquelles handicapantes et  douloureuses, au soir de sa longue vie...  par défaut de proximité. Pompiers et gendarmerie sont eux aussi affectés par la situation. Interventions, constats de décès… en lieu et place de contrôles d'alcoolémie ou de vitesse… compromis par le manquement de nos pontifes cossards et pantouflards, endormis sur leurs deux oreilles ! Messieurs, saisissez l'opportunité qui vous est proposée de rejoindre le pôle médical de la Baou.  Respectez vos engagements professionnels et moraux, organisez vous, faites en sorte qu'un service de garde d'urgence efficace soit mise en place le plus tôt possible sur nos communes.

Lavandou Ensemble
, Marc Lamaziere, Jacqueline Pilette, Arnaud Parenty

Repost 0
Published by Lavandou Tribune - dans Intercommunalité
commenter cet article
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 10:06

Les temps sont difficiles, l’avenir est incertain. Nos pensées vont en priorité aux familles les plus démunies, aux personnes qui souffrent de la précarité provoquée par le chômage, les maigres retraites et la difficulté de se loger décemment dans notre village.

L’intercommunalité pour la majorité municipale, c’est comme les girouettes, un jour à l’Ouest, un jour à l’Est, au gré du vent. Lors du conseil municipal du 29 septembre 2009, la majorité en place à voté comme un seul homme, la création d’une mission exploratoire (élus : Mesdames Bouvard et Ciano, Mr Maupeu), pour envisager l’éventualité de rallier les communes du golfe de Saint-Tropez. Pour faire quoi et avec qui ? Mr le Maire ne fait pas partie de cette mission… Pourquoi ? Sans doute sait-il qu’il s’agit d’une impasse et d’une perte de temps qu’il lui faudrait justifier. On attend toujours les résultats de cette approche …

Nous, opposition, avons voté contre cette décision, qui cherche uniquement à faire parler des « idées nouvelles » et des initiatives politiques purement personnelles de Mr le Maire. Détourner les véritables objectifs structurels et humains ainsi que  les excellentes relations que la population du Lavandou entretient avec tous ses voisins à l’Ouest, comme à l’Est, n’est pas une orientation responsable, ni raisonnable pour notre commune. Mr le Maire nous annonce haut et fort tous les jours, que le Préfet réglera autoritairement le problème du regroupement de communes dans les prochains mois. Cela nous pend au nez ! Pourquoi, puisqu’il en a pris conscience, refuse-t-il que Le Lavandou participe aux réunions préparatoires avec les communes historiquement amies ? C’est peut être parce que Mr le Maire n’en est pas l’initiateur ou qu’il ne peut en être le président, grand ordonnateur hyperactif de cette nouvelle structure administrative qui se prépare donc sans lui - Sans nous - Conclusion : Seules les autorités impliquées se partageront les avantages, le pouvoir et les distinctions. Il serait préférable de travailler tous ensemble, sans plus attendre, pour préparer l’avenir de cette communauté de communes, qui finira par nous être imposée. La méthode de la chaise vide n’est pas la meilleure solution pour se faire entendre et défendre les besoins essentiels de notre population, surtout quand son décideur tergiverse et ne veut pas reconnaitre ses erreurs d’appréciation sur le bien fondé de ce regroupement actif, visionnaire et déterminant, qui se prépare avec enthousiasme pour l’avenir de notre bassin de vie.

L’opposition municipale est favorable à des relations beaucoup plus constructives avec nos voisins et amis côté Ouest. Nous ne pouvons pas cautionner le conservatisme, l’immobilisme et l’individualisme ambiants qui ne peuvent que nuire à la prospérité et au développement de notre cité. L’avenir du bassin de vie, dont notre commune dépend aujourd’hui, doit être abordé, à l’aube du 21ième siècle, avec beaucoup plus d’objectivité relationnelle, humaine et surtout d’accueil structurel pour faire face à l’évolution de notre région. Nos deux villages, limitrophes, Le Lavandou et Bormes, ont ressenti, en 1913, un besoin de séparation pour développer leurs différences et les atouts de chacun. Aujourd’hui, sans remettre en cause cette situation presque centenaire, il nous faut, tous ensemble, nous adapter par nécessité et proximité, avec respect mutuel, et repenser nos rapports pour optimiser nos financements par une meilleure organisation administrative et financière. L’union fait la force dit le dicton ! Nous ne pouvons plus longtemps lutter contre l’inexorable qui se dessine avec la réorganisation de l’Etat, des collectivités territoriales (Régions, Départements, Communes). Cela serait une grave erreur politique aux lourdes conséquences.

Travaillons plutôt ensemble avec sérénité, confiance et amitié pour un avenir meilleur de relations humaines chaleureuses et détendues, de développement durable et réfléchi pour le bien des générations futures.  Que pense la population du  Lavandou sur ce sujet ?

Il est vrai que la commune du Lavandou absorbée par TPM (Toulon Provence Méditerranée) permettrait à Mr le Maire d’occuper un poste de Vice-président, ce qui parait beaucoup plus intéressant sur le plan politique et financier, mais nécessite dans l’attente de mettre en place quelques stratégies de diversion paralysante. Les enchères montent au détriment de notre commune… Affaire à suivre.  

Liste Lavandou Ensemble, lavandouensemble@orange.fr    

Marc Lamaziere, Jacqueline Pilette, Arnaud Parenty

Repost 0
Published by Lavandou Tribune - dans Intercommunalité
commenter cet article
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 21:36

Pendant que la mairie recherche désespérément une issue vers l’Est, les maires des quatre communes de l’Ouest avancent à grand pas et avec enthousiaste vers l’intercommunalité ! Voila qui change de la paralysie psychosomatique chronique dont fait preuve le maire du Lavandou. Sa "mission exploratoire" vers le golfe de Saint-Tropez est restée lettre morte. Que de temps perdu dans cette impasse ! Très bientôt, l’Etat nous obligera avec logique, compte tenu de la géographie, à rejoindre cette intercommunalité naissante. Les grandes décisions, desseins et contours auront déjà été définis, sans notre avis. Les  décideurs des 4 communes concernées appréhendent déjà l’avenir avec agacement et résignation car dans la contrainte, le maire du Lavandou ne manquera pas de faire preuve de mauvaise volonté pour des vétilles, de tirer comme à son habitude la couverture à lui et de vouloir tout régenter, au mépris de l’esprit même du principe d’intercommunalité...

2010-01-12var-matin-interco 

      VM18-01-bormes

Repost 0
Published by Lavandou Tribune - dans Intercommunalité
commenter cet article