Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lavandou Tribune. Contre-pouvoir citoyen
  • Lavandou Tribune. Contre-pouvoir citoyen
  • : Site officiel d'expression politique, économique et sociale sur l’actualité municipale au Lavandou. Les citoyens indignés - face au clanisme de la majorité "Regain" - exigent la limitation des mandats et des cumuls nuisibles à la démocratie locale depuis 1995.
  • Contact

Recherche

Vite lu

Vendanges précoces et production limitée dans le Var pour le millésime 2017 (France 3)

Les sous-marins privés enfin autorisés à plonger sur la côte varoise (Twitter)

Sainte-Maxime plan sécheresse. Les douches des différentes plages de la ville sont coupées et l'eau supprimée au port de 8 h à 20 h (Twitter)

La Londe vol d’un portefeuille contenant 60 €. Le voleur est condamné à six mois de prison ferme en comparution immédiate (Facebook)

Les touristes boudent le Var dont la fréquentation est en nette baisse. Beaucoup ont plié bagages avant l’heure face aux incendies, météo mitigée, massifs forestiers fermés et tarifs dissuasifs (Google)

Nouveau cas de Chikungunya  signalé dans le Var déjà en niveau 3 du plan de lutte contre le moustique tigre (France Bleu)

Airbnb, la plateforme de locations temporaires, a payé moins de 100.000 € en 2016 au fisc, alors que plus de 10 millions de Français ont utilisé le site (Le Parisien)

Lavandou. Des milliers de vêtements et accessoires contrefaits saisis par la gendarmerie dans une boutique du centre-ville (Twitter)

Cogolin. Un policier de la BAC, en disponibilité,  tue deux personnes, dont l’amant de sa femme,  avec son arme de service (Google)

Sainte Maxime. L'Etat installe une trentaine de migrants pour une durée variable contre l’avis du maire (Google)

Des faux courriers électroniques se présentant comme des messages de l’administration fiscale demandent aux usagers de fournir leur numéro de carte bancaire ou de compléter leurs coordonnées personnelles en vue d'un remboursement via un formulaire en ligne, imitant le site www.impots.gouv.fr (DGFP)

Pannes d’électricité à répétition sur Hyères. Enedis accuse  l’accumulation des pics de chaleur et l’état du réseau (Google)

Cocaïne plage de Cavalière. Le prévenu condamné, en comparution immédiate, à un an de prison ferme, tandis que deux cartes SIM saisies révèlent les noms des clients (Twitter)

Europol diffuse des avis de recherche sur les réseaux sociaux sous forme de cartes postales humoristiques pour susciter davantage de témoignages sur les 20 criminels les plus recherchés en vue de leur arrestation (CEE)

Restriction d’eau. Le préfet du Var  prend des mesures pour faire face à la sécheresse alarmante du département. Une cinquantaine de communes sont concernées  dont la Londe, le Lavandou, Bormes, La Croix-Valmer, Cavalaire (France3)

Avec une économie orientée vers les emplois publics et le tourisme, 15 % des varois vivent sous le seuil de pauvreté avec des disparités marquées de niveau de vie ainsi qu’un faible niveau de formation des jeunes (Insee)

Des élus réclament une base d'intervention de Canadair à Hyères (Google)

La suppression de la taxe d’habitation pour 80 % des ménages  en 2018 c’est 8,5 milliards € qui n’arriveront plus dans les caisses et une profonde réorganisation des communes (Instagram)

Saint-Tropez. Trop de violences et d’agressions  gratuites sur la voie publique la nuit. Le maire mis en cause par son opposition (Facebook)

19 octobre 2015 1 19 /10 /octobre /2015 04:22

Difficile à comprendre la politique d’accueil des demandeurs d’asile en Europe.

- Les allemands, visant à rajeunir leur démographie, ont tout d’abord opté pour un accueil massif, mais ils ont vite découvert les effets pervers de leurs premières décisions.

- Les pays de l’EST, oublieux de leur passé et de la solidarité européenne à leur égard, ont choisi l’ostracisme au mépris de toute valeur d’humanité

et de solidarité.

- La France, quant à elle, a choisi une voie médiane, c'est-à-dire un accueil contrôlé de façon à éviter d’être débordée économiquement et politiquement .Elle souhaite, en effet, dans le cadre contingenté qu’elle s’est fixé, établir un projet d’accueil rationnel et structuré, respectant un certain nombre de critères qu’il est bon de rappeler.

Ces critères qui font référence à la retransmission d’une séance de commission sénatoriale particulièrement intéressante, sur la chaîne ‘’PUBLIC SENAT’’ , sont les suivants :

  • C’est l’Etat qui définira, coordonnera et contrôlera la politique nationale d’intégration (provisoire ou définitive).
  • Pour ce faire il délèguera aux différentes strates administratives du pays (régionales, départementales et communales) des missions spécifiques en fonction de leurs compétences et de leurs moyens (avec l’appui des ONG notamment en matière d’apprentissage de notre langue).

- Ces missions concerneront, l’hébergement provisoire, l’intégration sociale et sanitaire, l’enseignement, etc…, des réfugiés réputés éligibles à un accueil en France.

- C’est finalement l’Etat qui appréciera, à l’issue d’une enquête administrative la plus rapide possible, le bien fondé de chaque demande.

Dans ce cadre général, la première contribution des communes, découlera de la directive suivante adressée aux Préfets de France ;

Selon cette directive : "les Préfets devront nommer rapidement un coordinateur départemental chargé de rassembler les offres de toute nature émanant des collectivités territoriales et de la Société Civile, que les Maires pourront utilement recenser sur leurs territoires".

C’est sur cette directive que je me suis appuyé pour demander au Maire, par écrit, comment la commune souhaitait se positionner et, dans cette lettre dont copie a été transmise aux élus d’opposition, je lui proposais d’aborder cette question d’actualité à l’occasion du dernier Conseil Municipal.

J’espérais donc qu’au cours de cet interminable conseil, oscillant entre passes d’armes hystériques et monologue interminable, le Maire aurait l’opportunité d’aborder la question de l’accueil des réfugiés au sein de notre commune.

Il n’en fut rien et c’est donc seulement en fin de réunion que Jean Laurent FELIZIA décida de lancer lui-même le débat en relayant mes questionnements.

Quelle réponse pouvait-on attendre à cette question émanant d’un élu ayant donc le droit de parole ?

Au moins une réponse d’attente, le Maire expliquant que l’accueil d’une ou deux familles était sans doute envisageable mais que le sujet était complexe et malheureusement clivant, qu’il souhaitait donc se donner le temps de la réflexion, prendre le pouls de la population, établir un plan d’action et de communication réfléchi,... Que sais-je encore...

Mais plutôt que de’’ botter prudemment en touche’’, attitude somme toute raisonnable, le Maire choisit le ‘’tacle’’ brutal. Coupant sèchement la parole à son interlocuteur, il répondit:

"Ah je vois bien d’où vient cette question qui n’est qu’une grosse ficelle destinée à me déstabiliser !".

Que penser de cette intervention de notre maire, qui, pour éluder une question pourtant légitime se contenta de’ "crier au complot", et replaçons ces paroles dans le contexte international que nous connaissons en ces temps troublés.

-Le Moyen –Orient et l’Afrique connaissent des guerres fratricides particulièrement atroces,

-Des millions d’habitants originaires de ces malheureux pays cherchent, au péril de leurs vies, à fuir vers des pays plus cléments.

-Certains pays d’Europe, dont la France, se mobilisent et tentent d’assumer tant bien que mal, leurs devoirs d’humanité et de solidarité.

Et au milieu de cette tragédie, notre bon maire (qui, tôt ou tard, devra affronter ce problème, certes complexe et clivant, mais incontournable) ne voit, dans une demande légitime d’information, que malice et mauvaises intentions à l’égard de sa personne.

A chacun d’apprécier cette attitude.
Michel VINCENT

 

Repost 0
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 00:06

Samedi (17 janvier 2015) vers onze heures, une collègue du Conseil Municipal rentrant de quelques courses en ville pour regagner son domicile à Saint-clair, a trébuché et s’est littéralement affalée sur la chaussée au moment d’emprunter un passage protégé. En difficulté pour se relever, s’étant cassé le bras (l’hôpital le diagnostiquera un peu plus tard), il eut été normal que de « bonnes âmes » lui portent secours.
Pas du tout !
Pas moins de dix voitures sont passées sans même ralentir et lui demander si elle avait besoin d’aide. 10 voitures conduites par 10 salauds qui ont bien fait de rentrer chez eux pour se cacher !
Au bout de quelques minutes, notre collègue est allée solliciter le personnel de l’Auberge de la Calanque qui s’est montré bien plus humain et lui a proposé spontanément de la raccompagner à son domicile. Une fable, un conte, non une morne réalité que notre monde vit.
Que dire sinon que le repli sur soi et l’égoïsme n’a été que peu atteint par les évènements de ces derniers jours. Quand certains ont toujours été Charlie… et d’autres ne le seront sans doute jamais !

La Ville Heureuse

Les commentaires ne sont pas autorisés sur cet article

Repost 0
Published by Jean-Laurent Félizia - dans La Ville Heureuse
commenter cet article
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 00:09

NTRODUCTION
La nouvelle Charte du Parc National de Port-Cros, créé par décret du conseil d’état
N°63-1235 le 14 Décembre 1963, vient conclure 3 années de travail (depuis le 4 Mai 2012, date du Décret de Périmètre du Parc) concerté entre 64 membres composant le CESC (Conseil Economique Social et Culturel) et venus de la société civile mais également représentants de l’administration et des institutions œuvrant dans les sphères économiques, sociales et associatives. Cette Charte renouvelle un fonctionnement par chartes différenciées (plongeurs, pêcheurs, guide-nature) et se veut dans le prolongement de la loi GIRAN N° 2006-436 du 14 avril 2006 relative aux parcs nationaux, aux parcs naturels marins et aux parcs naturels régionaux et consolidée le 1er Janvier 2014.
Cette charte est la 4ème version aboutie depuis le début des travaux de co-écriture et prévoit les orientations et les objectifs à atteindre pendant les 15 années de sa validité.

Cette Charte dont l’approche est démocratique a fait l’objet, le 17 Octobre 2014, d’un vote à l’unanimité des groupes politiques en session plénière du Conseil Régional PACA.
Elle a également été débattue au sein des assemblées municipales des 11 communes littorales situées sur le périmètre d’adhésion du Pradet à Ramatuelle.
L’enquête publique à laquelle nous contribuons est l’occasion de faire partager au pétitionnaire nos points de vue tant sur le fond que sur la forme.

ANALYSE DES OBJECTIFS

La loi GIRAN N° 2006-436 du 14 avril 2006 et l’écriture d’une nouvelle Charte succédant à toutes celles qui ont fait usage pendant plusieurs années, avaient pour but de décliner une nouvelle gouvernance, impliquant davantage les usagers, les collectivités et les organes économiques et sociaux dans la construction des projets d’un nouveau périmètre terrestre et maritime, définissant en quelque sorte une nouvelle identité » de territoire. Avec les perspectives de projets de développement durable, le projet de charte semble avoir réussi sa phase d’incubation.

La définition d’aire potentielle d’adhésion, d’aire maritime adjacente comme espaces de discussion et territoires de projet et de développement durable qui entourent les cœurs, tels des espaces de conservation faisait partie des objectifs de la loi.
La charte devait permettre la mise en place d’un projet de développement durable.
A la notion de préservation de l’environnement est ajoutée la préservation du patrimoine culturel et leur moyen d’expression en interface avec les activités durables économiques des bassins de vie concernés.

Notre avis abonde sur l’existence intrinsèque des cœurs de Parc définis comme des espaces terrestres ou marins exceptionnels en raison de leur qualité paysagère, de leur richesse biologique ou historique. Ils doivent bénéficier d’une protection renforcée visant à concilier leur protection avec les besoins des habitants, l’accueil et l’information du public ainsi qu’avec la pratique des loisirs de pleine nature. Concernant l’aire d’adhésion et sa réplique en mer appelée aire marine adjacente qui ne sont pas soumises à une réglementation spécifique, ces espaces sont indiscutablement interdépendants avec les cœurs de Parc dont ils doivent tirer une partie de leur attractivité et de leur vitalité.

L’aire d’adhésion nous semble bien être un espace de projet sur laquelle sont définies avec les décideurs locaux des orientations de développement durable. Nous sommes favorables à ce que les limites de l’aire potentielle d’adhésion soient définies selon les critères suivants :

• L’appartenance à un ensemble géomorphologique et paysager fondateur du caractère du parc.
• L’ambiance littorale et marine limitée par la ligne des premières crêtes continentales.
• Les co-visibilités entre littoral et archipel des îles Hyères.
• Les valeurs et liens écologiques.
• Les liens de solidarité économique forts avec les cœurs du parc, en particulier les principaux pôles émetteurs d’activités et de fréquentation.

LA CHARTE

Ce document ressource, qui fixe les orientations de projet de territoire, est basé sur la notion de développement durable dans l’aire d’adhésion et de préservation des milieux naturels dans les cœurs, à moyen terme, est évolutif et évalué régulièrement.

Cette charte doit permettre une synergie entre les acteurs autour du développement mais aussi la mutualisation des expériences et du capital de connaissances, le soutien aux activités économiques traditionnelles (pêche artisanale, horticulture, viticulture et développement de technologies douces…), le soutien à la formation et l’éducation des jeunes, la contribution à la recherche de financements publics ou privés pour des projets collectifs liés au développement durable tout en valorisant les potentialités des espaces naturels, la labellisation de produits et des services portés par une nouvelle gouvernance territoriale (partenariat Établissement public – Collectivités – acteurs économiques).

CONTENU (6 ambitions)

Autour de 6 ambitions essentielles et 15 objectifs, la charte prévoit de :

1 – Préserver et mettre en valeur le patrimoine naturel, culturel et paysager littoral, maritime et insulaire du parc national dont :

• Préserver l’identité paysagère et les ambiances constitutives du caractère des cœurs
• Conserver et mettre en valeur les patrimoines exceptionnels des cœurs
• Adapter la fréquentation aux capacités et au caractère des cœurs

2 – Préserver la biodiversité et les fonctions des milieux naturels terrestres et marins dont :

• Mener des actions spécifiques pour conserver les habitats et espèces patrimoniaux
• Limiter les impacts des activités sur les habitats et les espèces patrimoniales

3 – Soutenir un développement local durable, valorisant les potentialités du territoire et respectant ses capacités dont :

• Promouvoir un accueil du public et une offre de loisirs durables
• Conforter des îles habitées et actives et favoriser la présence de population et d’activités permanentes

4 – Promouvoir un aménagement durable et une mobilité apaisée dont :

• Faire des îles un espace d’excellence en matière d’écoresponsabilité
• Garantir un aménagement durable exemplaire améliorant le cadre de vie et l’identité des lieux

5 – Préparer l’avenir en investissant dans la recherche, l’innovation et l’éducation
au développement durable et en anticipant les évolutions du territoire dont :

• Faire du cœur un espace de référence en matière de connaissance.
• Éduquer et sensibiliser tous les types de publics à l’environnement exceptionnel des cœurs de parc.

6 – Développer une approche intégrée terre/mer par une coopération renforcée, une articulation des outils et une solidarité d’action entre acteurs :

• Planifier et coordonner la mise en œuvre stratégique, le suivi et l’évaluation de la charte
• Favoriser l’appropriation de la charte par tous
• Poursuivre une coopération renforcée et des échanges d’expériences en matière de développement durable et de gestion intégrée des zones côtières notamment à l’échelle de la Méditerranée.

REMARQUE 1 :

Sur le fond, si nous sommes en accord sur les ambitions qui définissent par principes génériques les orientations de la charte, nous souhaitons poser la question de la gouvernance qui semble se profiler sans ambiguïté dans l’exercice des relations entre l’institution « Parc » et les Collectivités dans l’aire d’adhésion.
Cependant comment régir les règles d’urbanisme et d’aménagement du territoire par rapport à l’outil SCOT sans imposer des règles strictes relatives aux attentes liés à l’ambition 4 « Promouvoir un aménagement durable et une mobilité apaisée » sans contre-indication avec les outils d’urbanisme en place dans les communes (PLU ou POS en révision) et ce même si « La loi ne prévoit pas de transfert de pouvoirs au parc national et que les communes, les administrations de l’État, les acteurs économiques contribuent à la mise en œuvre de la charte dans le cadre de leurs prérogatives habituelles et de leurs moyens » ?

REMARQUE 2 :

De même et sur le fond, si la démarche globale de la charte est ambitieuse, nous sommes sceptiques sur la recherche de financements. Car si « les projets collectifs inscrits dans la charte bénéficieront d’un accès privilégié aux financements publics et privés », on peut douter de la capacité d’aides publiques en raison de la réduction des dotations de l’état aux collectivités et des budgets d’orientation d’ores et déjà définis à l’échelle Européenne pour la mandature 2014-2020, le provisionnement aléatoire de financements en direction de projets portés par les parcs nationaux ?

REMARQUE 3 :

Concernant l’évaluation environnementale et le lourd bilan de la dégradation de la nature, la biodiversité en péril, les catastrophes naturelles en forte augmentation, alors que depuis le Sommet de RIO en 1992 le signal d’alarme a retenti quant à l’impact avéré de l’activité humaine sur l’environnement, cause vraisemblable des dérèglements climatiques, les documents fournis dans l’enquête ne sont pas fouillés et assez étayés pour apporter la preuve de cet impact sur le territoire du nouveau périmètre alors que la documentation existe très certainement. Nous regrettons que ces ressources n’aient pas été portées à la connaissance du public et des éluEs afin de justifier de l’urgence d’une nouvelle dynamique à engranger.

REMARQUE 4 :

Sur la forme, nous déplorons que la forme rédactionnelle de la Charte ait pu effrayer un public de lecteurs déjà peu amènes à son adoption. Le document charte en lui-même n’est pas de nature à vulgariser un sujet qui n’est pas acquis dans l’inconscient collectif local et qui a été souvent brandi comme un outil indispensable pour l’exercice exacerbé du populisme par certains éluEs locaux.

REMARQUE 5 :

A nouveau sur la forme, même si un groupe de travail a œuvré pendant plus de 3 ans à l’élaboration de la charte et que d’une Version 1 à la Version 4 du document d’enquête, les paliers franchis témoignent réellement d’un travail concerté ayant pris en compte les avis différents et complémentaires des participants, au Lavandou, nous aurions gagné à voir les acteurs du Parc (éluEs, personnels administratifs et membres de la direction ou du pôle communication) plus présents pour « casser » la dynamique d’antijeu orientée contre le projet de Charte entretenue par la municipalité.
Celle-ci a tout essayé (Référendum sans valeur juridique, thème majeur en campagne électorale) pour créer des conditions anxiogènes d’appréhension de la Charte du Parc National de Port-Cros en niant les atouts socio-économiques d’un nouveau territoire porteurs de solutions adaptées à l’activité humaine tout en préservant un environnement socle d’un tourisme de plus en plus friand d’espaces naturels préservés, transmis de manière pédagogique et éducative.


LE GROUPE LA VILLE HEUREUSE DU CONSEIL MUNICIPAL DU LAVANDOU
étant donné,

Les atouts avérés et liés ,

- A la définition d’un nouveau territoire porteurs de solutions économiques et d’une harmonisation qui vont dans le sens d’une esthétique paysagère et naturelle sans porter atteinte aux identités locales,

- Au respect du fonctionnement des collectivités situées sur le périmètre de l’aire d’adhésion sans ingérence sur leurs outils d’urbanisme mais avec un avis consultatif en capacité d’agir pour l’amélioration des conditions de vie au quotidien,

- A la prise en compte des enjeux environnementaux sur la terre et en mer comme nouvelle donne des décisions qui doivent présider aux développements d’une économie soucieuse des ressources et respectueuses dans sa consommation mais aussi des phénomènes de pollution et de rejets ou de production de déchets.

- A la nécessité de mutualiser les moyens de mise en œuvre des nouveaux outils propices
à une urbanisation maitrisée porteuse de solutions pour un « HABITER » digne, tout en préservant les terres agricoles, et en évitant les risques irréversibles de modification de la porosité des sols,


EMET UN AVIS FAVORABLE AU PROJET DE CHARTE DU PARC NATIONAL DE PORT-CROS


Fait au Lavandou, le 15 Janvier 2015 Jean-Laurent Félizia

Pas de commentaires autorisés sur cet article

Repost 0
Published by Jean-Laurent Félizia - dans La Ville Heureuse
commenter cet article
3 janvier 2015 6 03 /01 /janvier /2015 18:35

Bien sûr la Santé, évidemment l’Amour et la joie de vivre, sans aucun doute la prospérité pour moteur matériel des projets, mais également résistance et clairvoyance à toutes et tous. Résistance tout d’abord à tous les glissements de l’esprit ; 

2015, c’est cette année en particulier où nos forces intellectuelles devront se garder de jugements hâtifs sur les autres, sur les décisions qui nous engagent individuellement puis collectivement.

2015, c’est 365 jours durant lesquels, je souhaite à toutes celles et tous ceux qui ne se résolvent pas à baisser les bras et qui vents et marées contre la fatalité remettent sur le métier vingt fois leur ouvrage de tenir tête à la facilité, à la paresse et au manque de créativité.

Nous avons tous le droit, de temps à autres, de nous sentir dépassés, de nous voir dépossédés un instant de nos convictions, par un débat qui secoue, une formule qui dérange ou une posture égoïste et malveillante qui humilie le genre humain. 

Mais pour nous, qui sommes engagéEs pour le bien public, pour la cause commune ou pour un idéal de vie, nous avons notre libre arbitre. Et le libre arbitre, c’est certainement la dernière porte blindée, salutaire à l’authenticité de nos convictions.

Pour se faire la clairvoyance est un fanal. Quand il est courageux de s’opposer, quand il est normal d’amender des idées dans le pot des débats contradictoires, quand face à la mauvaise foi et face au clanisme lâche il est impérieux de réagir, la clairvoyance est le dernier repère qu’il faut scruter.

Au Lavandou comme ailleurs, dans notre département, dans notre région, dans notre beau pays, au milieu d’un monde dont le climat déréglé ne nous attend plus, La Ville Heureuse souhaite la plus belle résistance qu’il soit donné aux femmes et aux hommes qui chaque matin se lèvent avec le désir puissant de s’investir pour donner de leur temps, de leur énergie renouvelable avec la plus lumineuse des clairvoyance en faveur du souffle qui traverse de loin en loin les petits d’hommes. Ceux-là même qui demain transmettront la vie, inexorablement et merveilleusement.

Belle année à vous !

Jean-Laurent Félizia. La Ville Heureuse

« Il faut toujours connaître les limites du possible. Pas pour s’arrêter, mais pour tenter l’impossible dans les meilleures conditions. » Romain Gary

​Les commentaires ne sont pas autorisés sur cet article

Repost 0
Published by Jean-Laurent Félizia - dans La Ville Heureuse
commenter cet article
29 décembre 2014 1 29 /12 /décembre /2014 00:09

NDLR  la Ville Heureuse: A la demande du service de Communication de la commune et pour la Gazette 115, nous avons produit, le 15 Décembre, un texte pour contribution à la tribune libre et à l’expression des groupes composant le Conseil Municipal. Notre texte était-il prémonitoire ? Il augurait en tous les cas d’un clash qui aura conduit Jean-Laurent Félizia a quitter le Conseil Municipal du 16 Décembre dernier en profond désaccord avec la décision de recourir - même de manière anecdotique - à l’injection d’Emamectine-benzoate dans les palmiers pour lutter contre le Charançon rouge. Alors que l’élu, compétent en la matière, s’évertue depuis plus de 6 mois à mettre en garde contre la dangerosité d’un produit et surtout de son inefficacité, l’Adjointe déléguée à l’Environnement n’a pas voulu tenir compte de ses recommandations.
Sans rentrer de manière polémique dans les dossiers qui occupent notre mandat, je dois avouer avec stupéfaction que certaines mauvaises habitudes demeurent.  Ce n’est pas faute de mettre les formes, d’insister sur la méthode de travail, de vouloir la voir traduite plus rigoureuse, plus pragmatique, non, les choses semblent engluées dans une lourdeur opaque…. comme si tout était secret.

"Je prendrai quelques exemples concrets pour décorer le palmier de Noël.
Justement de palmiers, puisqu’il en est question, le Charançon rouge gagne du terrain et ce malgré des efforts de bravoure de l’équipe de jardiniers des Espaces Verts communaux. Alors que la démarche Zérophyto en application depuis 2007 crée les conditions équilibrées d’une nature en Ville, nous nous apprêterions à user de méthodes chimiques risquées au prétexte que les investissements engrangés voilà deux mandats en plantations de palmiers seraient mis à mal. Le produit envisagé est terriblement dangereux, les méthodes alternatives sont encore dans les cartons…
Tant pis ! Nous allons tenter le diable, alors même que la matière active, l’Emamectine benzoate, est notée par l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) comme
« Nocive par inhalation, irritante pour les yeux, avec des risque d’effets graves pour la santé en cas d’exposition prolongée par ingestion, très toxique pour les organismes aquatiques, pouvant entraîner des effets néfastes à long-terme pour l’environnement aquatique ».
Cerise sur le palmier, « afin de limiter l’exposition des abeilles, il conviendra de supprimer les inflorescences avant la floraison des palmiers chaque année pendant toute la durée du traitement et, à titre de précaution, au moins un an après l’arrêt de celui-ci afin de limiter les risques pour les pollinisateurs ». No comment !
Autant dire qu’en présence de ruisseaux côtiers sur la commune, de sols extrêmement filtrants, il sera difficile de suivre le chemin de pollution d’un produit aussi douteux. Depuis la dernière réunion sur le sujet et les avis que j’aurai pu communiquer, y compris par écrit, pour un domaine de compétences que j’essaie de mettre en avant sans prétention mais avec une pratique avérée, aucune nouvelle, aucun compte-rendu. Dernièrement, on accusait une anguille d’être la mère de tous les maux d’une inondation tragique dans une commune voisine. Je ne me risquerai pas à pareille fable, mais entre palmier et santé publique… aucune hésitation.
Le syndrome charançon est reproductible car sauf quelques rares commissions qui donnent lieu à des travaux structurés, les réunions se succèdent comme pour combler un vide sidéral de débat démocratique. Aucun suivi, aucun écrit, un vrai flou artistique  Si le courage reste intact, le compte n’y est pas…
J’attends non pas comme d’autres, un bureau ou une secrétaire, mais une rigueur d’emploi de notre temps bénévole consacré au bien public. Je ne crois pas au Père Noël mais comme pour l’annulation d’ABYSSEA contre lequel nous avons œuvré, les miracles peuvent surgir là où on les attend le moins."
Jean-Laurent Félizia, pour le Groupe La Ville Heureuse

Vous pouvez laisser directement votre commentaire sur le site de la Ville Heureuse

Repost 0
Published by Jean-Laurent Félizia - dans La Ville Heureuse
commenter cet article
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 23:03

La Commission Enfance-Jeunesse-Affaires Scolaires s’est réunie Lundi 5 Mai à l’invitation de l’Adjointe Frédérique Cervantes en présence d’élus, des services municipaux dédiés aux enfants (Crèche, Centre de Loisirs, Services des Sports, Lavandou Espace Jeunes), d’autres services comme l’animation et la communication mais aussi de jeunes de la société civile. Cette première commission a permis de décliner l’état des lieux des structures d’accueil portées par la collectivité, mais aussi de passer en revue l’actualité relative notamment, à l’annonce par le rectorat de la fermeture d’une classe de maternelle à la rentrée 2014, au retard pris dans la mise en place des nouveaux rythmes scolaires et aux projets à lancer en direction des jeunes, des adolescents et des 18/25 ans.
Concernant la fermeture d’une classe à la rentrée prochaine dont on ignore encore à ce jour quelle tranche d’âge elle concernera, une réunion est prévue le 13 Mai prochain avec le rectorat pour conserver le nombre de classes au niveau actuel afin de préserver des classes à effectif honorable. L’éventuelle suppression d’une classe serait catastrophique sur le plan pédagogique puisque les effectifs seraient portés à 29/30 élèves par classe. De plus, cela mettrait en difficulté l’enseignement à pourvoir aux enfants nécessitant un AVS (Auxiliaire de Vie Scolaire). Notre groupe de La Ville Heureuse est convaincu  qu’il faut fixer avec détermination l’objectif de maintenir le nombre actuel de classes, le faire valoir aussi  en fonction des quelques 250 logements qui vont s’ouvrir aux jeunes familles d’ici la prochaine rentrée et de la nécessité d’un enseignement de qualité pour tous les enfants  sans aucune discrimination. Il semblerait également avantageux pour que la variation des effectifs ne soient pas préjudiciable au maintien des classes de rendre possible la rentrée des enfants en cours d’année. Ce petit détail doit être étudié sérieusement car il n’est pas négligeable même s’il est toujours bon de rappeler que l’école n’est obligatoire qu’à partir de 6 ans.
Concernant la Réforme des rythmes scolaires ou éducatifs, sa mise en place sur la commune est au point mort. Suite au dernier remaniement ministériel, le nouveau Ministre de l’Education Nationale avait appelé de ses vœux à un assouplissement du texte et de ses modes d’application dans les collectivités locales. Dans le décret du 9 Mai, M. Benoït Hamon fixe les nouveaux objectifs
Dans notre commune avec les enseignants, les acteurs éducatifs associés, les associations de parents d’élèves et les services municipaux concernés le modus operandi de l’application des nouveaux rythmes scolaires n’a pas encore abouti.
Lors de cette commission de travail, il a été rappelé que la proposition de consacrer deux demi-journées (Mardi et Vendredi) pour 1h30 d’activités annexes (sportives, artistiques…) à l’enseignement avait été faite lors des premières réunions de concertation. C’était la formule la plus probante pour préserver un volume d’activités consistant incluant aussi les phases intermédiaires liées aux déplacements, aux appels des enfants avant le début des activités proprement dite. Notre groupe penche favorablement pour cette formule à la fois parce qu’elle permet la tenue d’activités dans de bonnes conditions pédagogiques, mais aussi parce qu’elle facilite l’emploi et la réaffectation du personnel de l’EIS (Ecole d’Initiation aux Sports).
En attendant les derniers réglages et notamment que soit précisée la reconduction pour une année supplémentaire du fonds d’amorçage (2015/2016), nous considérons que la mise en place de cette réforme au Lavandou, doit privilégier l’intérêt et le bien-être des enfants scolarisés.
 Enfin, la Commission a abordé la problématique des 18/25 ans, tranche d’âge qui échappe jusque-là aux structures communales en place. L’idée émises est de lancer un appel à projets, à idées, en direction des jeunes de 18 à 25 ans pour recueillir leur force de proposition, leur inventivité, et, par groupes de sensibilités différentes de définir des espaces consacrés, de formaliser des aides concrètes pour la création d’activités, d’entreprises, de lancement de projets…Nous tendons la main à toutes celles et ceux qui voudraient ainsi consacrer un peu de leur temps pour initier cette démarche et parfaire aussi, par leur désir d’avenir, la trajectoire à prendre pour les générations à venir au Lavandou.
Jean-Laurent Félizia. La Ville Heureuse 

 

NDLR. Suite à protestation de Mr Félizia sur les commentaires déposés sur ses articles, nous fermons cette possibilité d'expression démocratique et citoyenne concernant La Ville Heureuse

Repost 0
Published by Jean-Laurent Félizia - dans Commissions de travail La Ville Heureuse
commenter cet article