Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Lavandou Tribune. L'info citoyenne, pas l'intox !
  • : Suivez l'actualité du Lavandou sur la tribune officielle des citoyens opposés à la reconduction continue de la majorité municipale sortante. Pour rappel : la liberté d’expression est un droit fondamental défendu par la Cour européenne des droits de l'homme (CDEH) et les lanceurs d’alerte sont protégés par la loi 2016-1691 relative à la transparence.de la vie publique
  • Contact

Rassemblons Le Lavandou !

Les administrés* indignés par un cinquième mandat du même clan font entendre leur opposition dans cette tribune. Ensemble, combattons l'incompétence et le clientélisme qui ruinent notre commune depuis 1995. En 2020-2026 rassemblons le Lavandou de demain !

*47,54 % de votes contre la liste Regain aux municipales 2020

*44,55 % de votes contre la liste Regain aux municipales 2014
*25,15 % de votes contre la liste Regain aux municipales 2008

Recherche

Conseil municipal 2020-2026

Lavandou Rassemblement : 
*Jean-Laurent Félizia.
 
Stéphanie Boccard. Franck Giorgi. Gwenaëlle Charrier. Bertrand CarlettiI. Valérie Pasturel. Gilles Collin

 

Regain pour le Lavandou :
*Gil Bernardi maire

Adjoint(e)s: *Charlotte Bouvard. Bruno Capezzone. Laurence Cretella. Roland Berger. Nathalie Janet. Denis Cavatore. Frédérique Cervantes. Patrick Le Sage 
Délégué(e)s: Corinne Tillard. Philippe Grandveaud. Nathalie Christien 
Conseiller(e)s:
Cédric Roux. Carole Mamain. Jean-François Isaïa. Nicole Gerbe. Johann Koch. Laurence Touze-Roux. Nicolas Coll. Julie Roig. Jacques Bompas. Sandra Bianchi 

*Conseiller(e)s communautaires 

Vite lu

Var Covid-19 les rassemblements + de 10 personnes sont à déclarer (Préfet)

Var Covid-19 interdiction de tous les rassemblements + de 30 personnes (Préfet)

Sont élus sénateurs pour le Var : M. Bonnus, F. Dumont, Jean Bacci et André Guiol (Sénat)

Vatican malversations financières = démission d’un cardinal très en vue (RIA)  

BNP Paribas accusée de crimes contre l'humanité et blanchiment au Soudan (FIDH)

Une co-infection au Covid-19 et à la grippe = 2 fois plus de chances de succomber (HP)

Aix Marseille zone alerte maximale Covid : fermeture 15 jours des bars et restaurants (FI)

L'ex ministre de l'économie J.Cahuzac ne porte plus de bracelet électronique (FI)

Les enquêtes sur les fraudes bancaires sont des "crimes" contre les USA (Trump) 

2000 milliards $ "d'argent sale" blanchis par HSBC, JP Morgan, Deutsche Bank (CNN)

Var tornades sur Toulon, Hyères, Pradet. Etat de catastrophe naturelle en cours (VM)

La France toujours championne européenne des impôts : 46,1% du PIB ponctionnés (TC)

Anticor saisit la justice contre StopCovid qui coûte 300.000 €/mois aux contribuables (AC)

Législation. Il n'est plus nécessaire de payer l'amende stationnement pour la contester (CC)

Abus de confiance l'ex-trésorier du CE détourne 40.000 € d'une filiale Pizzorno (FB)

Drogue Coup de filet dans le grand banditisme varois et italien. 30 arrestations (HP)

Les salles de cinéma ferment désertées à 70% depuis mars en France malgré les aides (Actu)

Brexit. Londres déchire son accord avec l'UE et s'achemine vers un "no deal" (FI)

9,3 millions de français vivent en dessous du seuil de pauvreté (Insee)

Le moral des français au plus bas, l'épargne de précaution au plus haut (Insee)

Sanary. Le maire condamné pour prise illégale d'intérêts, favoritisme... reste maire (HP) 

Amende forfaitaire de 200 € pour les consommateurs de stupéfiants (AFP) 

8 français sur 10 inquiets sur l'avenir économique et leur sécurité (odoxa)

Faute de candidat éligible en 2022 la droite L.R.tente un accord avec Macron (LFI)

Net regain des braquages avec masque dans les commerces et sur la voie publique (LP)

La Saur aurait "offert" 2 œuvres d'art à l'ex-maire d’Annonay contre un contrat d'eau (HP)

Le Lavandou classé 76 sur 100 communes du littoral méditerranéen où il fait bon vivre (V&V)

L'Iran émet un mandat d'arrêt international contre Trump après la mort de Soleimani (HP)

Carqueiranne "Monsieur X" doit rendre à la mairie 124.634 € détournés en 2012 (CEC)

8 mai 2020 5 08 /05 /mai /2020 06:30

Comment reprocher aux citoyens de ne pas respecter l’autorité de l’Etat quand les élus de la République affichent le mauvais exemple de leur côté ? L’événement Covid-19 que nous traversons en est l’illustration cacophonique.
Certains maires zélés décrètent couvre-feux, port du masque, achats strictement regroupés (aucun achat à l’unité, tel que le pain ou le journal), interdiction à plus de dix mètres du domicile, restriction des horaires pour certaines pratiques, impunité de la milice municipale, aggravant les mesures de confinement… comme demain seront fermées les écoles ou ouvertes les plages, les restaurants… par défi du jacobinisme. Les médias étaleront ainsi l’inaction du gouvernement et les "faits d'armes" des désobéissants.
Hier on bravait le pouvoir en décrochant des lieux publics le portrait du Président de la République, ou en appliquant la loi d’une façon personnelle (accueil gens du voyage ; sépulture à un autochtone ; permis en zone inondable ; rejet des intercommunalités ; tracé PLU…)
L'acte de désobéissance civile de l’élu se traduit donc par une posture politique. Pour refuser de remplir une obligation à laquelle il ne peut déroger, l’élu s’entoure de pétitions, tribunes publiques, "class action", rferendums, réseaux sociaux à la recherche d’un public à sa cause.
En général l’élu - censé symboliser la République - commet plutôt des actes personnels à l’insu de toute consultation qui pourrait le désavouer. Un excès de pouvoir  admis par soumission ou désintérêt des administrés.
Ainsi, les écharpes tricolores sont souvent derrière les premières lignes: avortement 1971, Larzac 1981, LGV méditerranée 2001, OGM 2005, sans-papiers 2010, Port-Cros 2011, immigration 2015, voile et burkini 2016, épandage pesticides 2019...
Curieusement cette désobéissance est davantage sanctionnée par les tribunaux contre le particulier et le milieu associatif que contre l’élu, jamais démis, juste rappelé à l’ordre par sa tutelle.
Le 11 mai le pouvoir de police des maires va-t-il s'étendre à la police sanitaire ? Le Sénat vient de voter la relaxe pénale des élus locaux et fonctionnaires qui seront amenés à permettre la sortie du confinement*avec ce double langage : « Il n'est pas question de placer les élus au-dessus de la loi ».
Camouflet immédiatement relevé par le Président de la République :
« On ne doit pas donner le sentiment qu'il y aurait une amnistie pour les élus »
Mais, si les élus ne respectent plus l’autorité républicaine qui respectera les élus ?

 

*Pendant la durée de l'état d'urgence sanitaire, les articles L.3131-12 du code de la santé publique (prolongés jusqu'au 24 juillet 2020) confient au Premier ministre, au ministre chargé de la santé et au Préfet le pouvoir de prendre toute mesure de nature à faire face "à une catastrophe sanitaire mettant en péril, par sa nature et sa gravité, la santé de la population"
Aux termes de cette ordonnance, le préfet comme le maire peuvent "adopter" des "mesures plus contraignantes permettant d'assurer la sûreté, la sécurité et la salubrité publique".

Partager cet article

Repost0
1 avril 2020 3 01 /04 /avril /2020 00:24

Il est temps de changer de modèle économique au Lavandou. La crise du Coronavirus nous démontre magistralement la fragilité d’un système reposant exclusivement sur le tourisme saisonnier.
Cela fait 100 ans ! nous prenions nos distances avec Bormes, castel de la bourgeoisie tournant le dos à la mer. Un temps, l’arrivée du chemin de fer et des congés payés, nous a donné raison.
Durant cet "Eldorado" nous n’avons prêté aucune attention à la concurrence de nos voisines, ni à l’attirance low-cost du bassin méditerranéen, ni à la mutation sociétale, reléguant doucement notre "station balnéaire internationale" au rang de station de proximité. Au point de nous faire passer, en un siècle, de la chic villégiature 1913 au démodé Luna-park d’aujourd’hui.

Au fil des ans, la résistance municipale arc-boutée sur 7… 5 puis 3 mois d’overtourisme a inventé toutes sortes de ruses et de manipulations afin de compenser l’inexorable déclin de ses recettes touristiques toujours sur le dos des touristes.
En avril 2020, après deux mois de tornade sanitaire, le bateau Lavandou prend l’eau et le capitaine, inquiet pour sa cassette remplie d’or envisage de jeter du lest par-dessus les règles pour sauver ce qui reste à flots. Cependant, craignant une mutinerie à bord il décide tout seul, comme à son habitude, empêchant tout partage et adhésion des opposants à sa gouverne, sollicitant ses tuteurs dépassés de contribuer à sa cause.
Mais quid d’une réorientation économique permettant de générer de nouveaux revenus ? Car faire pousser des immeubles, multiplier les feux d’artifice, ouvrir un cinéma, jouer au Père Noël… n’a aucune pérennité pour attirer plus de vacanciers toute l'année ou mettre la commune à l’abri d’une nouvelle catastrophe économique, sanitaire ou écologique.
Cela doit faire l’objet à terme d’un débat de deuxième tour lorsque les rescapés du confinement auront posé leur sac et leur [in]différence.
Car demain rien ne sera plus comme hier au Lavandou !
Aide-toi, le Ciel t'aidera...

Partager cet article

Repost0
27 mai 2019 1 27 /05 /mai /2019 00:06


%

Lavandou 2019

Lavandou 2014

Var
2019

National 2019

RN

35,64

36,12

33,54

23,31

REM

20,64

-

20,89

22,41

LR

13,85

32,74

9,61

  8,48

EELV

  8,38

  3,92

8,47

13,47

PS

  2,47

  7,85

4,33

  6,19

Votants

53,06

47,98

50,56

51,30


Le Rassemblement National est en tête au Lavandou, tandis que Les Républicains et le Parti Socialiste s’effondrent au profit de la République en Marche et d’Europe Ecologie-les Verts.
Au Lavandou, on assiste - sans la voir - à une mutation sociologique. D'un côté, les jeunes plus nombreux marcheurs et écologistes; de l'autre, l'éclatement du socle électoral traditionnel qui bascule vers la majorité présidentielle, tandis que les habituels radicalisés maintiennent l’extrême droite à son score de 2014.
Sur le plan national, Le Rassemblement national (22 élus) et La République en marche (21 élus) se partageront une bonne partie des 74 eurodéputés français. Mais, Europe Ecologie-les Verts (12 élus), Les Républicains (7 élus), le Parti socialiste-Place publique (6 élus) et La France insoumise (6 élus) auront également des représentants au Parlement européen jusqu'en 2024.
Cependant, avec le départ du Royaume-Uni de l'Union européenne, 73 eurodéputés britanniques devront quitter le Parlement européen après le Brexit. 27 sièges seront alors redistribués à d'autres pays, les 46 autres étant gardés en réserve en cas d'élargissement de l'UE. Le Parlement européen comptera alors 705 députés.
Les prochaines 
municipales renverseront-elles la table contre les élus de l'ancien monde ?

Partager cet article

Repost0
19 juillet 2018 4 19 /07 /juillet /2018 08:45
Thierry Saussez candidat à la mairie du Lavandou

Partager cet article

Repost0
13 juillet 2018 5 13 /07 /juillet /2018 07:08

Certaines voix politiques militent aujourd’hui pour la disparition du 14 juillet et de ses liesses populaires.
Entre 1789 et 1794*, celle qui a arbitrairement emprisonné 500.000 et massacré 100.000 innocents, dont environ 17.000 guillotinés, 30.000 fusillés (du règlement de compte personnel à l’éradication des opposants) n’a pas brillé par sa réputation.
Au fil des gouvernements, les élus ont vidé les caisses de la République pour propager sa devise pas toujours respectée.
La date du 14 juillet, éprise d’humanisme, de démocratie et finalement d’autorité, est devenue au fil du temps une démonstration de force militaire. Pourtant, lors de la prise de la Bastille, l’armée professionnelle n’y a joué aucun rôle.
Et puis, pour remettre l’Histoire à l’endroit,  le 14 juillet, ne fête pas  la prise de cette sinistre prison d’Etat - constituée de 7 prisonniers dont 4 faussaires - mais plutôt la  Fête de la Fédération célébrée le 14 juillet 1790** devant 300.000 parisiens et… le Roi Louis XVI.
A force de commémorer les révolutions, armistices, victoires, défaites… le peuple s’y perd, n’y regardant que l’aspect ludique et férié de l’événement. 
Dilemme politique : faut-il rétablir la vérité ou perpétuer une erreur historique, économisant ainsi tous les feux d’artifice de Navarre (400 millions €) ou flatter l’opinion de nos dernières trouvailles militaires ?
L’histoire de France est jonchée de cadavres et d’édiles amnésiques relayant des faussetés historiques, oubliant au passage les trois mauvais compagnons de la Révolution : Marat (assassiné) Danton et Robespierre (guillotinés)… pour service rendu !


 

Notes historiques

* 28,5 millions d'habitants

** En 1880, le député Benjamin Raspail propose l’adoption du 14 juillet comme fête de la République française. Au Sénat, de vives discussions ont lieu, car cette date est loin de faire l’unanimité. Pour la fête nationale française, le peuple veut un symbole de l’unité de la nation, de la naissance de la République.

La prise de la Bastille est un de ces symboles. Mais il est jugé trop douloureux et sanglant par les sénateurs. C’est donc le 14 juillet 1790, celui de la fête de la Fédération, qui sera préféré, n’ayant "coûté ni une goutte de sang ni une larme"

Partager cet article

Repost0
1 mars 2018 4 01 /03 /mars /2018 21:53

L’une des raisons est le clanisme dont sait s’entourer l’élu, comme autrefois le seigneur recrutait ses vassaux à qui il promettait protection, pillage et privilèges en échange de gros bras.
L’autre raison est le désintérêt du citoyen pour le bien public, trop abstrait de son quotidien, qu’il jauge par sa feuille d’impôts.
Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais … 
Chaque jour, les chemins de l’erreur empruntés par certains élus salissent la République, éloignant les électeurs des urnes et la Justice de son devoir. Cette confusion des pouvoirs entre citoyens et élus profite aux plus rusés de l’écharpe tricolore.

Quelques filouteries récentes de certains indélicats :

  • 22 permis de construire successifs pour un terrain  sur le domaine maritime déclaré "site sans intérêt remarquable" par l'élu...
  • La caisse communale vidée en réceptions bien arrosées par l’inculpé qui se fait élire président de son département…
  • Comptes en Suisse, patrimoine immobilier omis dans sa déclaration à la HAPVP*. Le condamné fait appel et conserve tous ses mandats…
  • 3 millions € cachés à Singapour et en Suisse. Le fraudeur - chargé de la fiscalité - parjure devant l’Assemblée Nationale…
  • Permis de construire sur un terrain sur mesure d’une maison de retraite en zone inondable… finalement bien inondée...
  • Agents municipaux pour entretenir sa propriété privée…
  • Biens immobiliers financés grâce aux indemnités de permanence politique…
  • Harcèlement sexuel sur subordonnée contre maintien de son emploi municipal…
  • Luxueuse voiture de fonction payée sur la caisse municipale…
  • Confusion entre carte bancaire personnelle et celle de la collectivité…
  • Petites enveloppes ou grosses valises pour petits ou grands services rendus…
  • Eau, ordure, voirie, parkings, associations fictives, permis de construire, marchés publics truqués : des milliards € "légalement" évaporés…
  • 8 millions € en "chocolats du Sénat" détournés par 117 élus toujours présumés innocents…
  • Deux costumes pour 13.000 € offert à un candidat à la Présidence …
  • Inéligible depuis 10 ans par la justice, le mécène se fait réélire régulièrement par les urnes.../...

OUI ! Cela se passe bien chez nous - pas dans un lointain pays africain - avec notre passivité, voire notre complaisance.
Sans sanction, ni opposition, certains élus cèdent facilement aux tentations de l'arbitraire, à la routine et aux droits acquis. Sans scrupules, ils redoublent d’imagination, allant jusqu’à insulter publiquement ou faire condamner par la justice leurs détracteurs avec... l’argent public.
Petite exception dans le Var où j’ai rencontré un élu qui postait son courrier personnel en achetant des timbres en face de sa mairie.
Mais, j’en connais un autre, toujours dans le Var, qui préfère utiliser illégalement l’affranchissement, le personnel municipal, la promesse d'HLM en campagne électorale.
Citoyens ! ouvrez l’œil, défendez vos intérêts, luttez contre la corruption en col bleu-blanc-rouge  car "à force de tout voir on finit par tout supporter. À force de tout supporter on finit par tout tolérer. À force de tout tolérer on finit par tout accepter. À force de tout accepter on finit par tout approuver". (Les voleurs de la République : enquête sur les parasites fiscaux. Nicolas Dupont-Aignan)

*Haute Autorité pour la transparence de la vie publique

Partager cet article

Repost0
25 août 2017 5 25 /08 /août /2017 11:55

L’usure du pouvoir a fait son œuvre et le fringuant "chevalier blanc" de 1995 s’est rangé dans la catégorie des vaincus, incapable de donner au Lavandou un avenir, alors que le sien est déjà dans le passé.

Mon intuition s’était tourné un temps vers l’écologiste avec un brin  de réserve. Je ne m’étais pas trompé dans mon hésitation, car de plus  en plus proche de Gil Bernardi en toute tartufferie.

Rien à redire, sinon que ses allers retours infructueux, pour rejoindre différents courants politiques augurent bien d’une attitude à essayer de se rapprocher de ceux qui pourraient le secourir. Une sorte de Cheval de Troie itinérant devant chaque élection. Il est évident qu’il ambitionne un espoir municipal, soit prochain, soit plus lointain, alors que de nombreux observateurs se permettraient de douter des - soi-disantes - qualités dont il se pare en catimini et en toute duplicité.

Sa prétendue opposition au maire actuel, affichée depuis de nombreux mois, ne trompe personne. Mon opinion, basée sur des observations, lors des réunions municipales, parle d’elle-même.

Ne serait-il qu’un habile politicien de poche qui fait semblant de flatter Gil Bernardi pour mieux lui succéder ?

D’un autre côté, j’entends parler de "renaissance du Lavandou", sans en connaitre le ou les auteurs. "Renaissance" ou "Regain", quelle différence dans la mystification ?

L’état des lieux de notre commune parle de lui-même. Pas de boulot, mono-produit, tourisme de masse, dette, surpoids d’agents municipaux, projets  fumeux, refus d’intercommunalité… ne font pas bonne figure dans une compétition élargie aux communes voisines bien mieux organisées.

Parfois, j’en arrive à regretter avec nostagie l'ex-opposition "Lavandou Ensemble", moquée comme une sous-douée de la gestion publique par le maître des lieux, qui ne va pas tarder à rejoindre à son tour les cancres de la politique.

La nécessaire succession de Gil Bernardi, perdu dans son extase révolutionnaire et ses mirages d'antan, est ouverte à tous.

Notre avenir en dépend !

Partager cet article

Repost0
22 juin 2017 4 22 /06 /juin /2017 10:34

Comme à Rome, malheur aux vaincu(e)s !  
Georges Ginesta, avec sa double casquette de maire de Saint-Raphael et président de l'agglomération a retiré les délégations de ses deux malheureux adjoints dans la bataille des législatives (4e et 5e circonscriptions).
L'un pour avoir trop parlé, l'autre pour n'avoir pas assez… travaillé !
Retrait de délégations (culture) pour Guillaume Decard pour cette petite confidence "Je paye l'héritage de Georges Ginesta" avait-il commenté au lendemain de son élimination.
Pour Ginesta, président de son comité de soutien : "C'est une rupture affective très clairement puisque j'avais fait de ce jeune homme l'un des plus jeunes adjoints de France et l'un des plus jeunes candidats à la députation. Je suis très déçu qu'il ne reconnaisse pas le travail effectué depuis 22 ans. On lui a servi sur un plateau un bilan sur lequel il pouvait s'appuyer. Quant à sa défaite, il y a eu une vague, beaucoup d'élus connus ont été balayés, et elle est pour partie de son fait."
Françoise Dumont est "remerciée "pour insuffisance de travail dans le cadre de ses fonctions d'adjointe".
D’après le maire - qui l’a envoyé au charbon dans la 4e circonscription contre Annick Napoléon - "Françoise Dumont est beaucoup trop absente, trop prise par ses fonctions au conseil départemental (NDLR : première vice-présidente, présidente de Var Tourisme, du SDIS et émargeant au conseil d'administration du canal de Provence). Cela l'amène à être, de façon régulière, absente de Saint-Raphaël. Or, je ne peux pas considérer que sa fonction d'élue raphaëloise ait été un marchepied pour d'autres fonctions et que sa mission, au plan local, ne soit pas considérée avec l'attention qu'elle mérite"
La messe est dite par Ginesta, 75 ans, ex-député LR, épinglé en début d'année, par un rapport de la Chambre régionale des comptes pour mauvaise santé financière de sa commune et soupçons de favoritisme dans l'attribution des marchés publics. Rapport qui irritent ses concitoyens.
Et, quid des groupies de Françoise Dumont ? Vincent Morisse, exclu temporairement en 2012 du parti, ou le zélé Gil Bernardi, chaperonné par Hubert Falco. Tous en perte d’opinion dans leurs chapelles. Réponse aux prochaines municipales de 2020.
L’urgence serait déjà de reconstruire Les Républicains du Var dont le site web affiche toujours le candidat… Fillon !

Partager cet article

Repost0
18 juin 2017 7 18 /06 /juin /2017 23:46

Mise à jour 19/06/2017
Majorité absolue pour En marche !, qui fera face à plusieurs groupes d’opposition. Emmanuel Macron a obtenu  une des plus larges majorités parlementaires de la Ve République à l’occasion du second tour des élections législatives
La majorité présidentielle obtiendrait 361 sièges. Quelques poids lourds de l’opposition, comme Marine Le Pen (FN), Jean-Luc Mélenchon (FI) ou Eric Ciotti (LR) ont été élus. Le scrutin a été marqué par une très forte abstention de 56,6 %.
Dans le Var, LR ne conserve que deux circonscriptions sur les 8 détenues depuis 2012.

Découvrez qui sont les 8 nouveaux députés du Var

 

1er tour des législatives 2017
Exit Audibert-Troin, Vitel, Vialatte... dès le premier tour !
 
Dans les huit circonscriptions La République en Marche (LREM) domine les élections talonnée par le Front National (duel : 2e, 4e, 5e, 6e, 7e, 8e) ou LR (duel : 1ère et 3e).
Partout, l’exaspération des français contre la classe politique traditionnelle est criante, exprimée par un taux d’abstention record (53,77%) et une sévère raclée électorale contre une droite affairiste et une gauche trépassée. La multiplication des candidats a amplifié le vote sanction donnant une nette préférence à la majorité présidentielle. Le deuxième tour devrait confirmer une large domination du parti En Marche à l’Assemblée Nationale.
A l'évidence, l’onde de choc se propagera sociologiquement jusqu’aux collectivités locales lors des prochaines échéances.
A noter l'incident autour des professions de foi non distribuées sur quelques communes du Var qui a déclenché une vague de protestations du député sortant Couve et des candidats. La Préfecture se défile derrière la défaillance de la Poste et de son sous-traitant. Mais pas de quoi engager des recours selon les avocats spécialisés.
Quant au duel Dumont/Napoléon, au vu de la dispersion de la droite (11.453 voix cumulées), que d'élections perdues dans les égotismes et petites chapelles en voie d’extinction.
Un clin d’œil à Félizia qui ne démérite pas d’aller sans cesse au combat sous une bannière injustement oubliée des électeurs.

Assemblée Nationale 2017

Assemblée Nationale 2017

Partager cet article

Repost0
9 juin 2017 5 09 /06 /juin /2017 07:30

Avec plus d'un tiers de façade maritime, la 4e circonscription du Var s’inquiète de l'application prochaine de la loi littorale qui pourrait changer totalement la donne, notamment pour les nombreux restaurants de plage du littoral, déjà combattus par les restaurateurs établis.
Trois députés ne se représentent pas dans le Var. C’est le cas de Jean-Michel Couve dans cette 4e circonscription, Georges Ginesta dans la 5e et Josette Pons dans la 6e (recasée en suppléante pour cause de cumul).
Une situation risquée pour Les Républicains qui sont de plus en plus menacés par les candidats frontistes. La présidentielle a fait les yeux doux à Marine Le Pen, avec un faible écart sur Emmanuel Macron.
D’autant que l’emploi s’invite désormais dans les débats bien avant le sécuritaire et l’écologie.

A noter
Didier Monnin, Parti de la France, à droite du Front national, ex-secrétaire des 4e et 5e circonscriptions du Var et directeur de campagne en 2012 du candidat FN Jean-Louis Bouguereau.
Et puis, la nouvelle majorité En marche, avec Sereine Mauborgne, qui est bien déterminée à remporter cette élection au nez et à la barbe du FN et des Républicains qui se déchirent, suite au retrait de Jean-Michel Couve, entre Françoise Dumont qui porte les couleurs LR et Annick Napoléon de la droite républicaine.
32 candidats (16 titulaires + 16 suppléants) sont donc sur la ligne de départ. Mais les électeurs seront-ils au rendez-vous de cette élection qui passe au-dessus de leur tête, faute d’éducation politique ? En effet, des 8 députés sortants, quel citoyen pourrait citer une seule action utile à sa circonscription ? Quant aux programmes des postulants, ils sont clairement
inadaptés...


Commentaires fermés pour raison électorale

Candidats aux législatives 2017. 4e circonscription du Var

Candidats aux législatives 2017. 4e circonscription du Var

Partager cet article

Repost0