Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lavandou Tribune. Contre-pouvoir citoyen
  • Lavandou Tribune. Contre-pouvoir citoyen
  • : Site officiel d'expression politique, économique et sociale sur l’actualité municipale au Lavandou. Les citoyens indignés - face au clanisme de la majorité "Regain" - exigent la limitation des mandats et des cumuls nuisibles à la démocratie locale depuis 1995.
  • Contact

Recherche

Vite lu

Les sous-marins privés enfin autorisés à plonger sur la côte varoise (Twitter)

Sainte-Maxime plan sécheresse. Les douches des différentes plages de la ville sont coupées et l'eau supprimée au port de 8 h à 20 h (Twitter)

La Londe vol d’un portefeuille contenant 60 €. Le voleur est condamné à six mois de prison ferme en comparution immédiate (Facebook)

Les touristes boudent le Var dont la fréquentation est en nette baisse. Beaucoup ont plié bagages avant l’heure face aux incendies, météo mitigée, massifs forestiers fermés et tarifs dissuasifs (Google)

Nouveau cas de Chikungunya  signalé dans le Var déjà en niveau 3 du plan de lutte contre le moustique tigre (France Bleu)

Airbnb, la plateforme de locations temporaires, a payé moins de 100.000 € en 2016 au fisc, alors que plus de 10 millions de Français ont utilisé le site (Le Parisien)

Lavandou. Des milliers de vêtements et accessoires contrefaits saisis par la gendarmerie dans une boutique du centre-ville (Twitter)

Cogolin. Un policier de la BAC, en disponibilité,  tue deux personnes, dont l’amant de sa femme,  avec son arme de service (Google)

Sainte Maxime. L'Etat installe une trentaine de migrants pour une durée variable contre l’avis du maire (Google)

Des faux courriers électroniques se présentant comme des messages de l’administration fiscale demandent aux usagers de fournir leur numéro de carte bancaire ou de compléter leurs coordonnées personnelles en vue d'un remboursement via un formulaire en ligne, imitant le site www.impots.gouv.fr (DGFP)

Pannes d’électricité à répétition sur Hyères. Enedis accuse  l’accumulation des pics de chaleur et l’état du réseau (Google)

Cocaïne plage de Cavalière. Le prévenu condamné, en comparution immédiate, à un an de prison ferme, tandis que deux cartes SIM saisies révèlent les noms des clients (Twitter)

Europol diffuse des avis de recherche sur les réseaux sociaux sous forme de cartes postales humoristiques pour susciter davantage de témoignages sur les 20 criminels les plus recherchés en vue de leur arrestation (CEE)

Restriction d’eau. Le préfet du Var  prend des mesures pour faire face à la sécheresse alarmante du département. Une cinquantaine de communes sont concernées  dont la Londe, le Lavandou, Bormes, La Croix-Valmer, Cavalaire (France3)

Avec une économie orientée vers les emplois publics et le tourisme, 15 % des varois vivent sous le seuil de pauvreté avec des disparités marquées de niveau de vie ainsi qu’un faible niveau de formation des jeunes (Insee)

Des élus réclament une base d'intervention de Canadair à Hyères (Google)

La suppression de la taxe d’habitation pour 80 % des ménages  en 2018 c’est 8,5 milliards € qui n’arriveront plus dans les caisses et une profonde réorganisation des communes (Instagram)

Saint-Tropez. Trop de violences et d’agressions  gratuites sur la voie publique la nuit. Le maire mis en cause par son opposition (Facebook)

22 juin 2017 4 22 /06 /juin /2017 10:34

Comme à Rome, malheur aux vaincu(e)s !  
Georges Ginesta, avec sa double casquette de maire de Saint-Raphael et président de l'agglomération a retiré les délégations de ses deux malheureux adjoints dans la bataille des législatives (4e et 5e circonscriptions).
L'un pour avoir trop parlé, l'autre pour n'avoir pas assez… travaillé !
Retrait de délégations (culture) pour Guillaume Decard pour cette petite confidence "Je paye l'héritage de Georges Ginesta" avait-il commenté au lendemain de son élimination.
Pour Ginesta, président de son comité de soutien : "C'est une rupture affective très clairement puisque j'avais fait de ce jeune homme l'un des plus jeunes adjoints de France et l'un des plus jeunes candidats à la députation. Je suis très déçu qu'il ne reconnaisse pas le travail effectué depuis 22 ans. On lui a servi sur un plateau un bilan sur lequel il pouvait s'appuyer. Quant à sa défaite, il y a eu une vague, beaucoup d'élus connus ont été balayés, et elle est pour partie de son fait."
Françoise Dumont est "remerciée "pour insuffisance de travail dans le cadre de ses fonctions d'adjointe".
D’après le maire - qui l’a envoyé au charbon dans la 4e circonscription contre Annick Napoléon - "Françoise Dumont est beaucoup trop absente, trop prise par ses fonctions au conseil départemental (NDLR : première vice-présidente, présidente de Var Tourisme, du SDIS et émargeant au conseil d'administration du canal de Provence). Cela l'amène à être, de façon régulière, absente de Saint-Raphaël. Or, je ne peux pas considérer que sa fonction d'élue raphaëloise ait été un marchepied pour d'autres fonctions et que sa mission, au plan local, ne soit pas considérée avec l'attention qu'elle mérite"
La messe est dite par Ginesta, 75 ans, ex-député LR, épinglé en début d'année, par un rapport de la Chambre régionale des comptes pour mauvaise santé financière de sa commune et soupçons de favoritisme dans l'attribution des marchés publics. Rapport qui irritent ses concitoyens.
Et, quid des groupies de Françoise Dumont ? Vincent Morisse, exclu temporairement en 2012 du parti, ou le zélé Gil Bernardi, chaperonné par Hubert Falco. Tous en perte d’opinion dans leurs chapelles. Réponse aux prochaines municipales de 2020.
L’urgence serait déjà de reconstruire Les Républicains du Var dont le site web affiche toujours le candidat… Fillon !

Repost 0
Published by Paulette TOUITOU - dans Politique
commenter cet article
18 juin 2017 7 18 /06 /juin /2017 23:46

Mise à jour 19/06/2017
Majorité absolue pour En marche !, qui fera face à plusieurs groupes d’opposition. Emmanuel Macron a obtenu  une des plus larges majorités parlementaires de la Ve République à l’occasion du second tour des élections législatives
La majorité présidentielle obtiendrait 361 sièges. Quelques poids lourds de l’opposition, comme Marine Le Pen (FN), Jean-Luc Mélenchon (FI) ou Eric Ciotti (LR) ont été élus. Le scrutin a été marqué par une très forte abstention de 56,6 %.
Dans le Var, LR ne conserve que deux circonscriptions sur les 8 détenues depuis 2012.

Découvrez qui sont les 8 nouveaux députés du Var

 

1er tour des législatives 2017
Exit Audibert-Troin, Vitel, Vialatte... dès le premier tour !
 
Dans les huit circonscriptions La République en Marche (LREM) domine les élections talonnée par le Front National (duel : 2e, 4e, 5e, 6e, 7e, 8e) ou LR (duel : 1ère et 3e).
Partout, l’exaspération des français contre la classe politique traditionnelle est criante, exprimée par un taux d’abstention record (53,77%) et une sévère raclée électorale contre une droite affairiste et une gauche trépassée. La multiplication des candidats a amplifié le vote sanction donnant une nette préférence à la majorité présidentielle. Le deuxième tour devrait confirmer une large domination du parti En Marche à l’Assemblée Nationale.
A l'évidence, l’onde de choc se propagera sociologiquement jusqu’aux collectivités locales lors des prochaines échéances.
A noter l'incident autour des professions de foi non distribuées sur quelques communes du Var qui a déclenché une vague de protestations du député sortant Couve et des candidats. La Préfecture se défile derrière la défaillance de la Poste et de son sous-traitant. Mais pas de quoi engager des recours selon les avocats spécialisés.
Quant au duel Dumont/Napoléon, au vu de la dispersion de la droite (11.453 voix cumulées), que d'élections perdues dans les égotismes et petites chapelles en voie d’extinction.
Un clin d’œil à Félizia qui ne démérite pas d’aller sans cesse au combat sous une bannière injustement oubliée des électeurs.

Assemblée Nationale 2017

Assemblée Nationale 2017

Repost 0
Published by C.Saint Louis - dans Politique
commenter cet article
9 juin 2017 5 09 /06 /juin /2017 07:30

Avec plus d'un tiers de façade maritime, la 4e circonscription du Var s’inquiète de l'application prochaine de la loi littorale qui pourrait changer totalement la donne, notamment pour les nombreux restaurants de plage du littoral, déjà combattus par les restaurateurs établis.
Trois députés ne se représentent pas dans le Var. C’est le cas de Jean-Michel Couve dans cette 4e circonscription, Georges Ginesta dans la 5e et Josette Pons dans la 6e (recasée en suppléante pour cause de cumul).
Une situation risquée pour Les Républicains qui sont de plus en plus menacés par les candidats frontistes. La présidentielle a fait les yeux doux à Marine Le Pen, avec un faible écart sur Emmanuel Macron.
D’autant que l’emploi s’invite désormais dans les débats bien avant le sécuritaire et l’écologie.

A noter
Didier Monnin, Parti de la France, à droite du Front national, ex-secrétaire des 4e et 5e circonscriptions du Var et directeur de campagne en 2012 du candidat FN Jean-Louis Bouguereau.
Et puis, la nouvelle majorité En marche, avec Sereine Mauborgne, qui est bien déterminée à remporter cette élection au nez et à la barbe du FN et des Républicains qui se déchirent, suite au retrait de Jean-Michel Couve, entre Françoise Dumont qui porte les couleurs LR et Annick Napoléon de la droite républicaine.
32 candidats (16 titulaires + 16 suppléants) sont donc sur la ligne de départ. Mais les électeurs seront-ils au rendez-vous de cette élection qui passe au-dessus de leur tête, faute d’éducation politique ? En effet, des 8 députés sortants, quel citoyen pourrait citer une seule action utile à sa circonscription ? Quant aux programmes des postulants, ils sont clairement
inadaptés...


Commentaires fermés pour raison électorale

Candidats aux législatives 2017. 4e circonscription du Var

Candidats aux législatives 2017. 4e circonscription du Var

Repost 0
Published by Patrick RICHARD - dans Politique
commenter cet article
8 juin 2017 4 08 /06 /juin /2017 23:26

Aujourd’hui, elle représente la droite républicaine dans la 4ème circonscription contre la candidate parachutée et investie par Les Républicains dans un jeu de billard à trois bandes.

Depuis 2012, Annick Napoléon est suppléante du Député Jean-Michel Couve sur les dossiers qu’il a en charge. Elle tient les permanences parlementaires dans les communes, rencontre les habitants, les élus, les professionnels, et le représente dans les réunions associatives, les cérémonies patriotiques. Bref, elle sillonne le 4ème circonscription dans tous ses secteurs.

Jean-Michel Couve, engagé dans cette campagne, la soutient en reconnaissance - avec celle de tous les habitants - de son travail incessant.
Loyale à son territoire, où elle vit et y travaille, l'ex maire de Cavalaire (2008-2014) est une élue de terrain, légitime et préparée à la fonction de députée. Ce que lui conteste une poignée d’élus locaux soucieux de protéger leurs intérêts personnels, par l’accumulation frénétique de mandats.

Réponse aux derniers documents publicitaires de Madame Dumont candidate aux législatives

Dans le but évident de s’attirer les faveurs des électeurs pour le 1er tour des législatives, ce dimanche 11 juin, Madame Françoise Dumont, élue exfiltrée et parachutée de Saint-Raphaël chez nous, a largement diffusé, au détour d’un énième document de propagande, des informations erronées visant sa concurrente Annick Napoléon ainsi que ses soutiens.

NON, Madame Dumont, Annick Napoléon et son mari Jean-Paul, n’ont pas été « exclus » des Républicains. Ils ont été « suspendus » à titre provisoire. Mesure quasi automatique dans les cas de dissidence. C’est d’ailleurs cette même sanction qui avait été appliquée à Vincent Morisse, maire de Sainte-Maxime, lorsqu’il s’était présenté contre moi aux législatives de 2012.

NON, Madame Dumont, les communications émises par Annick Napoléon ne peuvent en aucun cas, être considérées « en infraction », comme vous l’écrivez, du moment où, comme toute citoyenne candidate, elle ne se prévaut pas, comme vous le faites si abondamment, des mannes du parti « Les Républicains ».

Dans le but évident d’impressionner ces mêmes électeurs depuis le début de sa campagne, Madame Françoise Dumont, s’arroge des conquêtes imaginaires :

NON, Madame Dumont, vous n’avez pas sauvé la maternité du Pôle de Santé du Golfe de Saint-Tropez. Je suis bien placé pour le savoir.

NON, Madame Dumont, vous n’avez pas sauvé l’aéroport de la Môle. Vous n’en avez aucune compétence.

NON, Madame Dumont, vous ne pouvez pas vous approprier la promesse de construction par le Conseil Régional d’un Lycée-Collège dans le Centre Var. Les élus du Centre Var y ont pourvu bien avant votre arrivée sur notre territoire !

NON, Madame Dumont, vous n’êtes pas la « patronne » des Pompiers du Var. Vous n’êtes que la présidente du Service départemental d’incendie et de secours choisie à ce poste par le Président du Conseil départemental dont vous n’êtes que la déléguée.

Quant au « Patron » des pompiers. C’est le colonel Eric Martin, comme chacun le sait !

NON, Madame Dumont, ce n’est pas la candidature de votre concurrente Annick Napoléon qui favorise le FN. C’est le choix irréfléchi fait par quelques instances départementales, d’instaurer la zizanie interne dans notre 4e circonscription en vous désignant pour porter leurs couleurs sur notre territoire, alors que vous avez toujours été élue à Saint-Raphaël dans la 5e circonscription. Vous y êtes adjointe au maire et conseillère départementale de ce canton.

Vous auriez mieux fait de vous consacrer loyalement aux électeurs raphaëlois qui vous ont promue à ces postes plutôt que de débarquer en 2016 pour chercher un plan de carrière dans notre territoire. Celui-ci n’a pas besoin d’une colonisation raphaëloise.
Dans le but évident pour moi de respecter les électrices et les électeurs de chez nous et de les garantir d’une présence assidue et d’une écoute attentive, plus que jamais, je soutiens Annick Napoléon et son suppléant Bernard Mignucci.

 

Jean-Michel COUVE
Député du Var


Commentaires fermés pour raison électorale

Annick Napoléon défie la droite des petits arrangements
Repost 0
Published by Paulette Touitou - dans Politique
commenter cet article
4 juin 2017 7 04 /06 /juin /2017 21:32

Autant les américains élisent des acteurs du "show biz", autant les français préfèrent des "Border Line" (perturbés mentaux à la frontière du névrotique et du psychotique); parfois en délicatesse avec la justice ou carrément "frondeurs" du système.
Une fois dans la place, fini la rigolade ! excès de pouvoir, enrichissement personnel, favoritisme, accumulation, déni… En quelque sorte un retour nostalgique aux privilèges déchus par la Révolution, qui enchantent toujours une France hypnotiquement monarchique.
Ainsi, la moralisation de la vie publique s’oblige à pondre une nouvelle loi, histoire de rappeler aux élus les fondamentaux républicains du "UN pour TOUS" et non pas l’inverse.
Les cumulards et arapèdes du pouvoir peuvent préparer leur reconversion car l’électeur sait reconnaître celui qui a œuvré pour la collectivité ou celui qui a chopé le cholestérol des banquets républicains, arrosés de vins fins -pour ne pas dire autre chose  - ou encore celui qui l'a endetté jusqu'à la 
Saint-Glinglin.
Demain, le postulant ne sera plus un "sachant" (instituteur, bedeau, notaire, médecin, avocat, promoteur, écrivassier ou "fou du roi"), mais un comptable, économe, un poil austère, sans conflit d'intérêt, protecteur de l’environnement. Un profil respectueux des différences d'opinion qui saura faire partager ses décisions, sans pour autant haranguer ses concitoyens bâfrant des buffets clientélistes ou dévorant sa propagande les yeux fermés.
La vie publique a besoin d’un sérieux coup de balai, d’un courant d’air vivifiant, à l’abri des vieux singes encartés par précaution de longévité  ou d’amnistie.
Le Lavandou n’échappera pas au vent nouveau. Il en est d'ailleurs grand temps lorsque l’on observe le parcours incroyable de cette commune centenaire; incapable de vendre autre chose que son sable (bradé au XIXe par tartanes entières de Nice à Toulon), malgré une
exceptionnelle façade maritime, rongée par les permis de construire à répétition des maires successifs.
Pourtant, que de métiers émergents autour de la mer, que d’opportunités à disposer d’un tel port, quelle chance d’avoir une renommée internationale, à l'insu de son plein gré… Mais non ! l’encéphalogramme de nos élus reste définitivement plat, sans audace, accroché à la facilité d’une fiscalité entrepreneuriale et touristique décourageante, conglutiné en caste bourgeoise, repliée sur soi…
OUI ! Virez-les TOUS, car ceux-là ne s’intéressent qu’aux honneurs, aux médias, aux cumuls, aux copains et détruisent notre démocratie !

Repost 0
Published by Paulette TOUITOU - dans Politique
commenter cet article
18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 00:27

Il était une fois l’histoire merveilleuse de l’accession au trône du ou de la député(e) aux législatives de la 4° circonscription.

Un superbe récit a amené des serfs dont celui Ch.C. l’anonyme à rapporter cette délicieuse histoire dans l’incunable Var Matin du 16 mai (mois de l’amour au moyen âge).

Le maitre des lieux, Jean-Michel Couve, n’aurait été ni gentil ni obéissant avec les mages Falco et Ginesta, si bien qu’ils décidèrent de l’écarter du pouvoir royal. Mais, mal informés, cela n’avait pas lieu d’être car le vassal Couve s‘était écarté par lui-même du pouvoir. Il aide simplement sa suppléante Annick Napoléon à approcher du 4° château.

Qu’en penser ?

Le Prince Ginesta ayant répudié son adjointe Françoise Dumont pour des raisons personnelles, depuis la seigneurie de la 5° de St Raphael, l’envoya s’imposer sur les terres du même 4° château pensant être certain de rejeter la suppléante de Jean-Michel Couve, le mal aimé de la décision du  Prince toulonnais Falco.

Horreur et damnation ! deux postulantes pour une même seigneurie: l’une connue de l’ensemble de la population locale à savoir Annick Napoléon, l’autre, parachutée, François Dumont. (Leonard de Vinci ayant déjà inventé le parachute) .

Les potentats locaux, nains et maires de leurs seigneuries respectives, de Ste Maxime au Lavandou, appuyèrent cette dernière initiative bizarre, voire incongrue.

Toute cette magouille (le mot existant déjà), pour soit-disant barrer la route à l’ogre FN ou à l’usurpateur de la République en marche.

Mais tout s’arrangera avec la superbe prise de position du Prince Bernard Accoyer qui, par ailleurs, a été incapable de soutenir correctement les gens de son bord à la présidentielle, ex voie royale.

Est-il possible, même étant athée, de prier pour que Dieu sauve la France ?

Commentaires fermés pour raison électorale

Repost 0
Published by C. Saint Louis - dans Politique
commenter cet article
14 mai 2017 7 14 /05 /mai /2017 14:08

C’est une totale non-surprise : la France, ce gros bébé joufflu un peu peureux, après avoir choisi l’entremets lacté, s’est laissé pousser une paire de molaires et va attaquer le macaron. Joie, liesse et flonflons : Macron est élu, youpi youpi.

Tous les médias sont d’accord, au moins pour célébrer l’excellente nouvelle : grâce aux efforts énormes déployés par toute la population française dans un acte de civisme et de courage rare, la beuhête immonheude a une nouvelle fois été repoussée. Que vibre encore avec ferveur la République, une, indivisible et ouverte du lundi au vendredi de dix heures à midi et de quatorze à seize, sauf le jeudi où il y a nocturne jusqu’à dix-sept heure mais c’est sur rendez-vous, merci.

À présent, les éditos et les chroniques se bousculent déjà pour à la fois pousser un petit ouf de soulagement (un tantinet exagéré compte tenu du risque nul d’avoir Marine Le Pen aux commandes suite à ce scrutin) et pour disséquer les résultats et montrer à quel point notre homme nouveau va devoir jouer finement dans les prochaines semaines.

Cependant, comme cette presse passe un peu vite sur les résultats de ce scrutin, revenons-y, d’autant qu’ils éclairent la performance de Macron d’une lumière un peu moins vive que celle avec laquelle nos médias la mettent en valeur.

D’une part, le score de Macron s’entend sans tenir compte des blancs, des nuls et de l’abstention. Pourtant, les nuls et les blancs comptent pour 4 millions d’électeurs, ce qui est un record. Pourtant, l’abstention a augmenté entre le premier et le second tour (ce qui ne s’était jamais vu) et représente tout de même 12 millions de personnes. Ces chiffres bruts signifient déjà que ceux qui n’ont pas voulu prendre part au choix proposé (Beau Républicain vs Hydre Fachisse Au Ventre Fécond tralalila tralala) sont presque aussi nombreux que ceux qui ont élu Macron, et plus que Marine Le Pen. Cela signifie aussi que, comme aux élections précédentes, Macron n’est pas élu par une majorité de Français, ni même une majorité d’inscrits, mais seulement une majorité de votes exprimés.

D’autre part, le score de Marine Le Pen, s’il reste très à distance du vainqueur, n’en marque pas moins une victoire pour le Front National qui compte maintenant 10,6 millions d’électeurs, c’est-à-dire quatre de plus au moins qu’au premier tour.

Ces deux éléments signifient que le nouveau président va devoir se révéler maître en matière de dentelle politicienne, puisqu’il va devoir composer avec une forte majorité de mécontents, d’électeurs qui l’ont désigné « par défaut » et d’opposants farouches, ce qui se traduira par plusieurs défis majeurs.

Il lui faudra trouver une majorité présidentielle. Mais s’il semble raisonnable d’imaginer qu’il devrait y arriver, cela n’a rien d’évident. Certes, contre la droite la plus bête du monde et une gauche complètement éparpillée, il est probable que notre homme parvienne à assembler une majorité composée pour partie de débutants chanceux et de vieux briscards de la politique, recyclage malheureux de partis en déshérence. Le changement, ce ne sera pas maintenant, car ce sera trop compliqué.

Majorité dans la poche, il lui faudra s’assurer qu’elle soit suffisamment stable pour lui permettre d’appliquer son programme, au demeurant très pastel sur le plan des réformes. Il ne faudrait pas que « En Marche » se transforme en « En Piétinant » voire « À Reculons » si les députés et les ministres commencent à jouer une partition plus personnelle. Sur les quarante dernières années, cela s’est déjà vu, des couacs gouvernementaux ou législatifs, et pas toujours lorsqu’une majorité était fébrile.

Et quand bien même : l’un des principaux soucis du pays étant que son administration est un monstre froid et mou qui ne se cornaque guère sans doigté, diplomatie et un temps qui s’accommode mal des impératifs médiatiques ou politiques, on peut raisonnablement imaginer que les vibrantes tentatives que notre nouveau président tentera de lancer pourraient se heurter à un mur d’immobilisme ou d’indifférence à peine polie. Cela s’est déjà vu, sur les quarante dernières années, et il serait étonnant que cela ne se reproduise pas maintenant.

Enfin, une fois la majorité trouvée, stabilisée et l’administration convaincue, il lui faudra gagner l’assentiment de tous les Français qui devront vivre avec les choix et autres bricolages plus ou moins heureux qu’il entendra mettre en musique, sachant qu’en plus, il y a toujours un écart notable (pour ne pas dire risible) entre la dure réalité et le programme délicatement imprimé sur les papiers colorés de l’aimable propagande électorale. Un programme qui termine en peau de saucisson, sur les quarante dernières années, cela s’est déjà vu. Une « réforme présidentielle » qui se transforme en « méforme gouvernementale », aussi. Des grèves de ronchons systématiques, encore. Et des gens qui attendent le pouvoir au tournant, tout autant.

Enfin, pendant les cinq années qui se profilent, il restera bien évidemment tous les problèmes à régler déjà existants pour la France (sa dette, son chômage, sa compétitivité, et j’en passe), auxquels s’ajoutent tous les problèmes du monde à supporter (tant du côté de l’Europe que du reste du monde, des tensions géopolitiques, du terrorisme et j’en passe encore), auxquels on se devra d’additionner encore toutes les palpitantes affaires plus ou moins crapuleuses, tordues ou bizarres qui ne manqueront pas d’émailler la vie politique française. Palpitance et consternation : chopera-t-on le nouveau président à faire de la trottinette électrique pour retrouver sa maîtresse ? Éviterons-nous les impairs protocolaires, les discours alambiqués de premier de l’an, les saillies consternantes sans queue ni tête ?

Bref, il y a loin de la coupe aux lèvres et le parcours de Macron s’annonce d’ores et déjà semé d’embûches. La probabilité que la situation française soit meilleure dans 5 ans que celle qu’on connaît maintenant est directement dépendante des efforts réels, tangibles, palpables que lui, son gouvernement et sa putative majorité feront réellement. Or, si le passé est un guide, il n’indique malheureusement qu’une réponse, et elle est négative.
 

Contrepoints

Repost 0
Published by Contrepoints - dans Politique
commenter cet article
23 avril 2017 7 23 /04 /avril /2017 22:49

La gauche en miettes, la droite en déroute au premier tour… La politique traditionnelle est désormais expulsée de la scène par les électeurs.
Qui l’imaginait à droite, raillante de la gauche ?
L’élection imperdable a été perdue, non plus par la droite, mais par Fillon (dixit ses ex-amis d'aujourd'hui).
En février, le président du fuyant groupe UDI à l’Assemblée nationale, désormais introuvable, déclarait  "Si la droite perd cette élection alors c'est la plus bête du monde".
La faute à qui ? protestent les battus…

Au système des primaires de la droite - et du centre - où personne n’imaginait Juppé éliminé et Sarkozy remercié.
Aux affaires du candidat dont la France "d’en bas" découvrait avec dégoût l’envers du décor de ses élus républicains.
A 30 ans de mensonges politiques sur l’emploi, la sécurité, l’Europe, la justice, la dette…
EXIT les partis traditionnels face aux attentes d’une nouvelle génération, peu ou pas encartée, insensible aux sirènes. Une génération qui veut tout casser, comme leurs parents en mai 68, qui finalement entretiendront le système combattu.
Voilà maintenant la droite (et la gauche) obligée d’appeler à voter pour un candidat sorti de nulle part, dont elle n’espère rien. Un candidat qui promet de la renvoyer à la maison, de la chasser des institutions et de la vie publique. Voilà une gauche fracturée par les frondeurs et les hollandistes. Voilà encore une droite penaude de n’avoir pas pris les bonnes décisions pour éviter le camouflet électoral du parti extrême. Une droite et une gauche aux abois pour sauver leurs législatives, paniquées à l’idée de quitter les ors de l’Assemblée nationale.
Fini-parti ! Les vaincus sont "en marche"… vers l’exode jusqu’en 2022 !

Repost 0
Published by Paulette Touitou - dans Politique
commenter cet article
21 avril 2017 5 21 /04 /avril /2017 09:03

Chers militants, militantes,
Je suis scandalisé de la manipulation de dernière minute orchestrée par certains maires et qui remet en question le travail effectué par Jean-Paul Napoléon pour la composition des bureaux de vote du 1
er tour des présidentielles, dimanche.

En effet, Jean-Paul Napoléon, en sa qualité de délégué de notre 4ème circonscription, avait constitué ouvertement les listes d’assesseurs et de délégués F.Fillon qu’il avait même déposé, en temps voulu, dans les mairies des communes de la circonscription.

Il y a 3 jours (bien trop tardivement), Guillaume Decard, adjoint de St Raphaël et chargé par la Fédération 83 de l’habilitation de ces listes au plan départemental, a cru bon la désavouer et d’exclure des bureaux beaucoup d’entre nous qui sommes parmi les plus ardents militants de François Fillon et qui faisons, depuis des mois, campagne pour lui, sur le terrain.

Il ne fait aucun doute que cette opération, bien sûr soutenue par une parachutée LR de la 5ème circo et son suppléant, vise à remettre en cause des personnes proches d’Annick Napoléon.

Ils s’imaginent sans doute renforcer ainsi leur candidate surprise aux législatives qui suivront. De fait, ils lui portent un bien mauvais coup, car de telles manières ne s’oublient pas.

Aujourd’hui, vendredi 21 avril à 17h c’est l’imbroglio ! Plus personne ne sait ce qu’il en sera dimanche de la tenue de ces bureaux, car les services municipaux de la plupart des communes n’ont même pas reçu en temps voulu (le 20/04 à 18h dernier délai) des listes rectifiées par Guillaume Decard.

Pire, semble-t-il, le suppléant de la future candidate en question, raconte à qui veut l’entendre que personne ne serait écarté et qu’il suffit à chacun et chacune de se rendre dimanche matin dans les bureaux en indiquant qu’il ou qu’elle désire être assesseur ou délégué.

Ce ne sera pas le cas et il faudra lui rappeler que « dura lex, sed lex » (la loi est dure mais c’est la loi !).

Résultat : dimanche dans beaucoup de bureaux de vote, il n’y aura ni assesseur, ni délégué, représentant notre candidat François Fillon.

On savait que leur campagne pour le soutenir était quasi inexistante. Qui pouvait s’imaginer qu’ils iraient jusqu’à vider les bureaux de vote ?
Voilà à quelle foire d'empoigne on arrive lorsque ceux de la 5
ème viennent s'ébattre dans notre 4ème circonscription.

Soyons vigilants, ils osent tout…

Voila les remerciements que nous ne méritons pas pour avoir organisé les 2 tours des élections "primaire de la droite et du centre" sur l’ensemble de nos communes. Maintenant, on nous traite comme de vulgaire Kleenex
Nous avons un vrai problème d’égo dans le Var…


Guy Cappe | Marie-Jo Bonnier

Conseillers municipaux du Lavandou
Membres du Comité de Circonscription des LR
Délégués du Canton de la Crau LR

Commentaires fermés pour raison électorale

Repost 0
Published by Guy Cappe - dans Politique Démocratie
commenter cet article
19 avril 2017 3 19 /04 /avril /2017 00:02

Après avoir fourni un nombre impressionnant de ministres et secrétaires d’Etat dans le gouvernement sortant, le Grand Orient est confronté à une forte pression de la GLNF qui veut sauver le soldat Fillon, suite au sabordement de son ex-directeur de campagne, emporté comme lui par des affaires de gros sous. Juste retour à la manœuvre d’une obédience qui a œuvré activement dans les ministères des trois gouvernements Sarkozy, chassé électoralement par la rue Cadet, malgré la présence de l’ex Grand Maître dans son "cabinet noir".
Tous les réseaux sont donc mis à contribution à commencer par les cercles du nouvel ordre mondial, dont le visible Club Bilderberg ou la secrète Illuminati "Comité des 300", une élite dans l’élite, qui regroupent de nombreux dirigeants politiques et chefs d’entreprises planétaires dans les secteurs clés (armement, énergie, santé, alimentaire, BTP, spatial, finances…). Ou encore, les mouvements ultraconservateurs, catholiques intégristes : Civitas, Opus Dei, Sens commun, Manif pour tous, Green Peace…  chargés de la troupe des meetings et contre-manifestations.
En disséquant les discours - rédigés par des initiés - et  la symbolique gestuelle des principaux candidats, on devine leurs chapelles et pourquoi certains sont les marginaux des médias et des sondages.
Pas étonnant de voir à la rescousse du candidat Fillon d’anciens ministres, chefs d’Etat et syndicalistes, tirant les ficelles de leurs carnets d’adresses personnels en souvenir du passé. Les réseaux sociaux et hologrammes n’étant que la partie visible d’un vaste mouvement engagé bien au-delà de nos frontières avec l’effet Brexit ou Trump.
Mais, la contrepartie de tout cela est d’installer un président qui pourra remercier ses bienfaiteurs, sans cracher dans la soupe ou faire descendre l’électeur dans la rue, au risque de ne pas terminer son mandat ou de renoncer au suivant. Son premier gage sera celui des législatives ; son second celui des premiers décrets…  Seuls Poutine et Erdogan sont parvenus à s’y soustraire par le vide démocratique.
Cela nous rappelle un certain référendum contre l’Europe et des serments contre la finance, le chômage, le déficit du PIB...  
Dans l’ombre des obédiences, point de place pour l’électeur sur lequel elles pleurent des larmes de crocodile de son probable record d’abstention.

 

NDLR: commentaires fermés sur cet article

Repost 0
Published by France Gallois - dans Politique Démocratie
commenter cet article