Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lavandou Tribune. Contre-pouvoir citoyen
  • Lavandou Tribune. Contre-pouvoir citoyen
  • : Site officiel d'expression politique, économique et sociale sur l’actualité municipale au Lavandou. Les citoyens indignés - face au clanisme de la majorité "Regain" - exigent la limitation des mandats et des cumuls nuisibles à la démocratie locale depuis 1995.
  • Contact

Recherche

Vite lu

Les sous-marins privés enfin autorisés à plonger sur la côte varoise (Twitter)

Sainte-Maxime plan sécheresse. Les douches des différentes plages de la ville sont coupées et l'eau supprimée au port de 8 h à 20 h (Twitter)

La Londe vol d’un portefeuille contenant 60 €. Le voleur est condamné à six mois de prison ferme en comparution immédiate (Facebook)

Les touristes boudent le Var dont la fréquentation est en nette baisse. Beaucoup ont plié bagages avant l’heure face aux incendies, météo mitigée, massifs forestiers fermés et tarifs dissuasifs (Google)

Nouveau cas de Chikungunya  signalé dans le Var déjà en niveau 3 du plan de lutte contre le moustique tigre (France Bleu)

Airbnb, la plateforme de locations temporaires, a payé moins de 100.000 € en 2016 au fisc, alors que plus de 10 millions de Français ont utilisé le site (Le Parisien)

Lavandou. Des milliers de vêtements et accessoires contrefaits saisis par la gendarmerie dans une boutique du centre-ville (Twitter)

Cogolin. Un policier de la BAC, en disponibilité,  tue deux personnes, dont l’amant de sa femme,  avec son arme de service (Google)

Sainte Maxime. L'Etat installe une trentaine de migrants pour une durée variable contre l’avis du maire (Google)

Des faux courriers électroniques se présentant comme des messages de l’administration fiscale demandent aux usagers de fournir leur numéro de carte bancaire ou de compléter leurs coordonnées personnelles en vue d'un remboursement via un formulaire en ligne, imitant le site www.impots.gouv.fr (DGFP)

Pannes d’électricité à répétition sur Hyères. Enedis accuse  l’accumulation des pics de chaleur et l’état du réseau (Google)

Cocaïne plage de Cavalière. Le prévenu condamné, en comparution immédiate, à un an de prison ferme, tandis que deux cartes SIM saisies révèlent les noms des clients (Twitter)

Europol diffuse des avis de recherche sur les réseaux sociaux sous forme de cartes postales humoristiques pour susciter davantage de témoignages sur les 20 criminels les plus recherchés en vue de leur arrestation (CEE)

Restriction d’eau. Le préfet du Var  prend des mesures pour faire face à la sécheresse alarmante du département. Une cinquantaine de communes sont concernées  dont la Londe, le Lavandou, Bormes, La Croix-Valmer, Cavalaire (France3)

Avec une économie orientée vers les emplois publics et le tourisme, 15 % des varois vivent sous le seuil de pauvreté avec des disparités marquées de niveau de vie ainsi qu’un faible niveau de formation des jeunes (Insee)

Des élus réclament une base d'intervention de Canadair à Hyères (Google)

La suppression de la taxe d’habitation pour 80 % des ménages  en 2018 c’est 8,5 milliards € qui n’arriveront plus dans les caisses et une profonde réorganisation des communes (Instagram)

Saint-Tropez. Trop de violences et d’agressions  gratuites sur la voie publique la nuit. Le maire mis en cause par son opposition (Facebook)

7 août 2017 1 07 /08 /août /2017 00:11

Où est le plaisir des vacances quand l’organisation collective est défaillante sur la côte varoise ?
Cette question revient chaque année à l’ordre du jour lorsque les communes sous dimensionnée voient leur population multipliée l’été par 10 voire 12.
L’inéluctable se produit alors : restrictions d’eau, coupures électriques, pollutions marines, réseau téléphonique déficient, malbouffe, embouteillages, incivilités, environnement sacrifié, racket fiscal, arnaques en tous genres, drogues ; et, cette année - cerise sur le gâteau - incendies gigantesques et dortoirs publics… 
Comment excuser ce chaos qui perdure depuis des décennies sans solution sur la côte varoise ?
La faute à qui ? L’atavisme, le laisser-aller général, l’individualisme, malgré les efforts des communes à multiplier le personnel et les plans "B" pour tenter de contenir cette manne estivale.
Pourtant, d’autres destinations plus séduisantes existent en France, dans une ambiance plus sereine. Mais, les "sacs à dos", français et étrangers, adorent le désordre, les saucisses frites, les courses en sac, le bruit, les kermesses... Ils ne veulent pas s’ennuyer pendant leurs courtes vacances (7,3 jours) se jetant, dès le coup de sifflet, sur les autoroutes saturées qui vident leur porte-monnaie, les trains bondés jamais à l’heure, les avions low-cost qui perdent les bagages, les bus impraticables...
Sous la magie du soleil et des plages, les touristes acceptent chez nous ce qu’ils refusent chez eux : l’approximation, les interdits, les tarifs prohibitifs, les locations malsaines, la violence latente, le racisme à peine voilé…
C’est que ces migrants de passage dépensent sans compter en très peu de temps et en redemandent davantage. C’est bien là le problème d’un trop-plein saisonnier incontrôlable, à coup de festivals, sardinades, foires du Trône, marchés forains, grandes roues, feux d’artifices et surenchères municipales.  
Une pêche miraculeuse, de plus en plus problématique, attirant les gogos et les petits bandits qui font la mauvaise image du Var en recul depuis 2012 !

Ah ! mes jolies vacances… You kaïdi aïdi aïda !
Repost 0
Published by C.Saint-Louis - dans Tourisme
commenter cet article
31 juillet 2017 1 31 /07 /juillet /2017 05:22

Malgré sa voisine qui pleure ses 1600 hectares partis en fumée depuis 48 h, le Lavandou organise sa méga teuf du 31 juillet, qui veut nous faire croire au Père Noel !
L’année précédente, après l’attentat de Nice, l’opportuniste "cité des dauphins et des baleines", s’était également assis sur l’éthique républicaine bravant les consignes de prudence et de sécurité.  
Après la compassion... le chacun pour soi ! La fraternité entre Bormes et Le Lavandou s’arrête là où commence les gros sous.
Point culminant de l’été, ce rassemblement de "bobos" indisciplinés et criards est désormais l’indispensable survie d’une économie locale atone. C’est la rançon à payer au Lavandou d’une incurable stratégie mono produit : le tourisme de masse !
Le maire, gentil organisateur, ne va pas manquer de troquer sa panoplie de shérif contre celle du barbu en manteau rouge. Mais, cela ne sera  pas suffisant pour dissimuler les grandes carences et les contradictions de sa commune : absence de promotion touristique concertée avec l’intercommunalité (actée par le conseil municipal extraordinaire du 22/12/2016… 9 jours avant le transfert obligatoire de la compétence tourisme à l'interco); éradication des plagistes; parcmètres rançonneurs; voirie approximative, prix de l’eau prohibitif, arlésienne de la Baou, serpent de mer PLU, parking à bateaux, arrêtés illégaux et tant d’autres escobarderies… que l’on peut se demander comment le château de cartes municipal ne s’effondre pas sur lui-même ?
Donc, au Lavandou, il faudra faire semblant de croire que la Saint Sylvestre est bien une galéjade de chez nous le 31 juillet, avec faux sourires, minauderies, déguisements et rosée de Provence… ainsi va le tourisme par ici !
Et n’allez pas me récupérer le titre d’une célèbre comédie jouée insolemment dans une commune voisine. Car, entre ordure et menteur, il y a un degré à deviner entre les mots !
Et puis, l'imbécilité
 se glisse aussi dans la presse du jour (sous le pseudo F.B.) avec cette perle : "... Puis la cité des dauphins s'enflammera conformément au pari fou lancé par le maire de la ville...

Au Lavandou, le Père Noel est un… menteur !
Paru dans Var Matin du 31/07/2017

Paru dans Var Matin du 31/07/2017

Repost 0
Published by Paulette TOUITOU - dans Tourisme Le bêtisier du maire
commenter cet article
27 juillet 2017 4 27 /07 /juillet /2017 00:07
Panneau d'information sur une plage privée de Saint-Clair

Panneau d'information sur une plage privée de Saint-Clair

Courrier de l'opposition au maire du Lavandou

Monsieur le maire,
Je tenais à vous faire passer cette information émanant d’une des nouvelles plages de Saint-Clair
Comme vous le constaterez, ces nouveaux plagistes ne respectent pas le cahier des charges, à savoir le droit de se doucher sur les plages privées. Ainsi que le droit, non respecté, des toilettes, faits qui m’ont été rapportés.
Je ne conteste pas que le prix de l’eau soit élevé et que demander une petite participation ne me choque pas, mais il y a manière de le faire…
Sachez qu’entre le parking payant, les plages où les prix se sont envolés, tant sur les matelas que la restauration, et un accueil on ne peut plus "léger", Saint-Clair a bien changé !!!
Bien à vous
Marie-Jo Bonnier
Conseillère municipale

L'or bleu du Lavandou !

En 2013 la SAUR* - acculée par sa dette de 2 milliards € et sous le coup de différents rapports à charge de la Cour des comptes - réussit à renouveler sa délégation de service public d’eau potable pour 10 ans, en baissant précipitamment le prix de l’eau  de 4,93 € à 3,93 €/M3, laissant l’effet d’annonce au maire du Lavandou qui s'étala dans la presse "Le nouveau prix de l'eau, négocié par monsieur le Maire".
Risible ! car la moyenne dans le Var est bien inférieure à 3,20 €, allant jusqu’à 2,30 €/M3 dans certaines communes du littoral.
En baissant brusquement son prix de 35%, lors de ce renouvellement, la SAUR valide donc l’accusation de la Cour des Comptes qui lui reproche l'opacité, la mauvaise qualité de l´eau, des fuites d’eau très élevées dues à une insuffisance d’entretien des canalisations, une augmentation continue des prix et l’abus de leur situation de monopole depuis… 1993 au Lavandou.
C’est que le porteur d’eau - comme Veolia ou Suez - est aussi porteur de valises électorales qui permet de bâillonner les conseils municipaux sur ses rapports de gestion de délégataire. Cette situation de vassalité est d’ailleurs confirmée par la Cour des comptes sur le Lavandou : "la commune n’assure aucun suivi économique de ce contrat" (page 28)
Pas étonnant que les plagistes se noient dans la complexité de leur propre DSP qui les oblige à fournir des services gratuits au nom de la collectivité. A eux de payer ou de tondre le gentil touriste qui ne peut accéder librement au droit fondamental de l’eau potable !

* Groupe SAUR : 1,25 milliard € de CA, 7000 collectivités sous contrat. Principaux actionnaires : BNP Paribas et Groupe Banque Populaire Caisse d’Epargne.

Douche salée sur les plages du Lavandou
Repost 0
Published by Patrick Richard - dans Tourisme
commenter cet article
29 juin 2017 4 29 /06 /juin /2017 23:20

Cette année les cartes de stationnement résidents sont supprimées, sauf si vous habitez en centre-ville du Lavandou.

Donc, ceux qui habitent en centre-ville et peuvent faire leurs courses à pied ont droit à la carte de résident (1€/par Jour).

Mais, ceux qui habitent dans les écarts (même les résidents permanents, payant leurs impôts au Lavandou), obligés de prendre leur voiture pour faire leurs achats doivent passer par la caisse municipale, plein tarif !

Le maire, fin stratège marketing,  est passé par là, sans concertation, ni vote du conseil municipal), reprenant la mauvaise méthode prise en 2016 pour la Favière par son homologue de Bormes.

Passage en force aussi  pour les parcmètres  plage de St Clair où le maire a décidé seul de tenter un test de popularité auprès des commerçants.

Comme l'an dernier, un résident a voulu obtenir la "carte magique" du stationnement à  1 euro par jour et raconte son accueil qui fut très bref:

-Bonjour, c'est pourquoi?
- La carte "stationnement résident" pour cette année.
Vous habitez où?
- Aiguebelle.
Vous n'y avez pas droit, cette année elle est réservée aux habitants de la zone payante.

Les lavandourains sont scandalisés par cette forme de ségrégation et cette façon d’agir sans concertation.
Donc, si nous sommes inégaux pour le stationnement, nous restons égaux à financer toutes les festivités. Une façon de tondre les touristes et les résidents qui les incite à faire des achats en dehors du Lavandou.
Pour rappel, Aiguebelle est déjà l’un des quartiers le moins bien entretenu  avec des communications téléphoniques et internet très irrégulières. En particulier la télévision via Orange qui est nulle.
Après un mois de juin économiquement catastrophique, les professionnels scrutent les touristes promis par le maire depuis la création de son Epic de tourisme !

Horodateurs. Parking de la plage. Saint-Clair

Horodateurs. Parking de la plage. Saint-Clair

Repost 0
Published by Patrick Richard - dans Finances Tourisme
commenter cet article
22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 00:24

Parfois, on se demande à quoi sert un maire au Lavandou, à part faire sauter les crêpes ou animer le repas de Noel ?
La saison touristique peine à démarrer. Aucune initiative économique, animation zéro pointé, restaurants vides, hôtels en berne, rues désertes… notre station internationale n’arrive toujours pas à sortir de l’hiver.
Constat amer ! l’ambiance morose ne peut cacher l’espace public mal entretenu, les plagistes en voie de disparition, les plages nauséabondes (Front de Mer, Saint-Clair…) surveillées par des CRS désœuvrés, les parcmètres génération champignon (Les résidents de Saint-Clair sont très en colère), les magasins fermés…
En revanche,  le joli jardin éphémère devant la mairie (protégé par la webcam anti-terroriste) tranche sérieusement avec le reste de la cité abandonnée provisoirement par les touristes.
Le maire, toujours à l’écoute des forces économiques du village, semble en perdition dans l’opinion et heureusement pour lui les municipales ne sont pas le prochain rendez-vous électoral.
D’aucun réclamerait, outre son départ,  le regroupement de l’Office de Tourisme dans l’intercommunalité ou encore une réunion urgente des 2ème Etats généraux du tourisme. Le premier, en 2009, n’étant qu’une tromperie municipale à 640.000 €/an, dont la mèche fut un questionnaire digne de l’école maternelle. Avec le recul... le miracle promis est risible !
Comme à son habitude le Lavandou attend la haute saison de pêche aux touristes pour se refaire une santé, sans se soucier des raisons de son échec, avant et après saison. Le sable de ses 12 plages étant devenu un concept démodé des nouveaux touristes.
Il aura fallu quand même  22 ans de règne monarchique à ne rien tenter d’autre qu’une grande roue qui tourne à vide sous les fenêtres du maire. Vivement 2020 ! quoique le successeur adoubé en coulisse par le châtelain ne prendra certainement aucun risque à changer l’héritage.

Le Lavandou en marche… arrière !
Le Lavandou en marche… arrière !
Le Lavandou en marche… arrière !
Le Lavandou en marche… arrière !
Le Lavandou en marche… arrière !
Le Lavandou en marche… arrière !
Le Lavandou en marche… arrière !
Le Lavandou en marche… arrière !
Le Lavandou en marche… arrière !
Le Lavandou en marche… arrière !
Le Lavandou en marche… arrière !
Le Lavandou en marche… arrière !
Le Lavandou en marche… arrière !
Le Lavandou en marche… arrière !
Le Lavandou en marche… arrière !
Le Lavandou en marche… arrière !
Repost 0
Published by Paulette Touitou - dans Tourisme
commenter cet article
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 17:37

C’est bien connu, le maire du Lavandou est toujours dans le déni pour tout ce qui ne vient pas de sa grandeur.
Donc, à contrario d’autres communes, il ne se résout pas à regrouper ses actions touristiques avec l’intercommunalité Méditerranée-Porte des Maures. Car notre maire est le plus compétent des directeurs de station du coin, à coups de feux d’artifice, sardinades, grande roue, réjouissances pour vacanciers en goguette.
Pas question que la loi NOTRe s’applique donc au Lavandou. Un conseil municipal spécial, du 22 décembre 2016, maintiendra la compétence Tourisme au niveau communal. C’est désormais chacun pour soi et tant pis pour la coordination, l’union des moyens, la superposition, l’économie d’échelle…. Droit dans ses bottes, le maire applique le même principe qu’en 1995 où, à peine débarqué à la mairie, il plomba le syndicat intercommunal de tourisme avec Bormes, Summer Jazz, Giraglia...
Motif: la crainte de la dilution d’une notoriété et de l’identité touristique du Lavandou avec des profiteurs !
Sauf qu’en 2017, la ligne Maginot du maire est éculée, désuète et n’intéresse qu’une poignée d’adeptes du "repli sur soi" bien éloignés des ambitions d’une station internationale.
Privé d’un stratège marketing - le cinquième a été débarqué fin 2016 - le maire s’improvise désormais directeur de station, oubliant un peu vite le financement et l’état végétatif de son offre touristique. Résultat : une saison estivale qui se ratatine de juin à septembre, malgré les arrêtés municipaux d’ouverture de saison plus longue surtout destinéé à renflouer ses caisses vides.
Toujours fier de son dévastateur pic de fréquentation estival, notre stratège ne s’est jamais fendu d’une étude qualitative sur le Lavandou. Le président de feu "Lavandou tourisme" avait été effrayé par les commentaires d'un micro trottoir sur le parc locatif, l’hôtellerie, la restauration, l’animation, le port, la propreté de la commune. Etude à peine lue par le maire dont le mot d'ordre fut de vendre : "la station aux 12 sables !"
Mais, depuis deux ans, les rebelles touristes, lassés de faire la frite, se tournent vers le tourisme durable. L’écologie, le viticole, l’artisanat, l’humanitaire, le terroir... tout ce que notre expert n’avait pas considéré dans son programme. 
Alors, faute de grives, le gogo se contentera de la petite folie du Père Noel pagayant en tee-shirt dans une baignoire, d’un défilé ex-voto accoutré en costume d’antan, d’une grande roue avec vue imprenable sur… la mairie et des pétaradants feux d'artifice pas très écologiques.
Ainsi, décampent les bons professionnels du Lavandou, inquiets de la prochaine niaiserie municipale qui les mettra un peu plus dans la précarité.

Repost 0
Published by Claude Eskenazy - dans Tourisme
commenter cet article
26 septembre 2016 1 26 /09 /septembre /2016 00:07

Après les résultats du référendum sur la sortie du Royaume-Uni, le cours de la livre poursuit sa chute. Résultat, la monnaie britannique vaut désormais moins que l'euro, et "Le budget des vacances des Britanniques a été amputé de 350 € après le référendum", dixit  le directeur général de la plateforme EasyVoyage. Une mauvaise nouvelle pour la Provence-Alpes-Côte d'Azur  qui constitue la première destination de court séjour des Britanniques, avec une durée moyenne de sept nuits.

Les Anglais vont limiter leurs dépenses sur place

"Les touristes anglais vont davantage prêter attention à leurs dépenses une fois sur place et réduire leur consommation", prédit Michael Dodds. Restauration, commerces locaux, événements culturels ou sportifs... Autant de revenus pour le secteur qui risquent de se réduire, car les résidents d'outre-Manche consommaient en quantité en France. (En 2015 : 3,37 milliards €), selon les chiffres de l'Office for National Statistics. "Si la perte de pouvoir d'achat est effective, les Anglais vont diminuer la part accordée à l'hébergement pour pouvoir continuer à consommer, et profiter des loisirs proposés en France".
En Provence-Alpes-Côte d'Azur, où la clientèle britannique représente 16% de l'ensemble des nuitées, on espére que l'impact pourrait être limité. Le secteur se tournent désormais vers d'autres clientèles de proximité comme la Suisse, l'Italie et l'Allemagne. "La clientèle britannique n'est pas une clientèle étrangère comme les autres, nous la considérons comme une clientèle domestique de par sa proximité géographique", soutient le président de l'UMIH. De fait, dans le Nord, les Britanniques constituent leur première clientèle étrangère, et représentent jusqu'à plus de 40% des nuitées étrangères.

Les Français en profitent...pour traverser la Manche

Plus surprenant, la chute de la livre vaut de l'or pour le tourisme britannique et encourage les Français à traverser la Manche, puisqu'elle leur fait économiser 15% pour l’instant. Le site Kayak a observé une envolée de 130% des consultations des vols à destination du Royaume-Uni, le jour du référendum. Même constat chez liligo.com et EasyVoyage.
"Les Français vont seulement effectuer des séjours de courte durée. Mais ils vont vraiment apprécier de payer moins cher, notamment l'hébergement à Londres" ... A suivre !

Repost 0
Published by Patrick Richard - dans Tourisme Cercle d'Etudes Reyer
commenter cet article
1 mai 2016 7 01 /05 /mai /2016 23:48

La majorité Regain observe avec inquiétude la baisse constante de fréquentation de la station balnéaire, conséquence de l’hypocrisie municipale résumée sur 20 ans :

  • La rupture avec le SIDT (syndicat intercommunal de Tourisme, entre Bormes et le Lavandou) jugé trop coûteux selon la nouvelle majorité 1995
  • La dissolution "arrangée" de l’association Lavandou Tourisme gérée par les professionnels (520 adhérents - 250.000 € de subventions) au profit d’un Epic géré par la commune (642.000 €)
  • Le dédain affiché contre le Comité départemental du Tourisme (CDT83)
  • L’anéantissement arbitraire du prestataire d’éditions touristiques gratuites
  • L’indifférence envers les nouveaux marchés d’Asie et du Moyen Orient
  • Les partenariats de complaisance, dits « de territoires »
  • Le limogeage successif de 4 directeurs de l’Office de Tourisme en… 4 mandatures
  • La pauvreté de l’animation estivale sans soutien de l’arrière-saison
  • L’abandon du port dans un rôle de parking à bateaux
  • Le transfert de la fiscalité sur le dos des touristes et des professionnels
  • L’absence d’aide qualitative aux professionnels depuis le fiasco Fisac
  • Le manque d’alternative au « tourisme serviette »
  • Le rejet du parc national de Port-Cros, créateur de nouveaux métiers
  • Les éditions touristiques officielles… pompeuses au-delà de la réalité
  • Le faux calcul qu’une centrale de réservation est la bouée économique de la commune
  • La pratique du déni touristique d’une saison de plus en plus courte sans repenser l’offre
  • L’appropriation des idées… des autres en les faisant passer pour siennes
  • L’inaptitude à organiser à temps les délégations de plages
  • La contribution à détruire le littoral par une pollution estivale excessive
  • La lenteur des travaux qui maintiennent l’angoisse des inondations parmi les habitants
  • L’incapacité à traiter les dossiers symboliques d’un tourisme propre (égouts du Cap Nègre, loi littoral, charançon rouge, affichage illégal…)

Pourtant, le tourisme, seule richesse du Lavandou, mériterait plus de réflexion de la part des élus dont la seule initiative est de décréter la saison estivale ou d'applaudir le discours commercial hésitant de la commune entre " Le plus beau village de France, La station aux 12 sables, Parfums de lumière, Signé Lavandou, La Cité des dauphins et des baleines…" sans se regarder dans un miroir.

  • Enfin, la dernière erreur - la plus magistrale - est de révoquer le seul professionnel du tourisme qui pouvait encore faire évoluer le Lavandou : le directeur de son Office de Tourisme !

L’intercommunalité aura-t-elle le dernier mot en 2017 sur ce regain d’incompétences ?

Repost 0
Published by Lilaine Guiomard - dans Tourisme
commenter cet article
30 mars 2016 3 30 /03 /mars /2016 23:06

Le petit rapporteur s’est fendu, sur ordre, d’une page entière le 25 mars pour jeter un seau d’eau sur les mécontents du maire de Bormes.
L’objet de la discorde est la fin de la gratuité d’une partie du parking de la Favière (1000 places). C’est que coincé par ses engagements électoraux le maire ne pouvait augmenter les impôts, du moins pas cette année.
Mais l’irritation est surtout sur la méthode utilisée : l’absence de concertation et le passage en force. Une posture largement inspirée de son mentor, le maire du Lavandou, qui a une certaine expérience en la matière.
Ces deux communes, incapables de générer d’autres recettes que le tourisme, tordent chaque année un peu plus le cou aux vacanciers de passage : redevance en tous genres, taxe de séjour, stationnement, plage privée, espace public surtaxé, eau… il ne fait pas bon traîner dans le voisinage en période estivale.
Le plus surprenant est la petite méchanceté du maire de Bormes qui entend bien taxer les voitures ventouses des vacanciers, résidents et nombreux propriétaires de bateaux demeurant au Lavandou... Un hors d’œuvre comparé à ce qui se prépare pour le tourisme intercommunal où il se murmure que Bormes est tenté de prendre la main sur le Lavandou en perte de vitesse. Pied de nez de l’histoire ou retour à la maison du galapiat qui a claqué la porte en 1913 ?
Le tourisme varois est - malgré les discours officiels du CDT ou du CRT (Comité départemental et régional du Tourisme) - en chute libre, largement dépassé par le Languedoc Roussillon, l’Espagne et plus récemment le Portugal. Les études confirment toutes les mêmes problèmes : le surcoût, l’accueil pincé, la surpopulation, les prestations en dessous de la moyenne. Alors, ce qui est perdu d’un côté est rattrapé de l’autre. Plutôt que de réduire leur train de vie, les communes - en mal d’idées originales - appliquent leur logique autodestructrice : la planche à billet ou la fiscalité. Parfois les deux !
Les touristes doivent-ils compenser le désengagement de l’Etat ?

Repost 0
Published by France Gallois - dans Tourisme
commenter cet article
18 mars 2016 5 18 /03 /mars /2016 00:09

Comment recevoir des milliers de touristes avec quelques sanisettes (trop souvent en panne) ?
Comment accepter l’habillage désuets de vulgaires poubelles à roulettes ?
Comment tolérer des douches et toilettes "réservées" sur les plages ?
Comment circuler sur des trottoirs encombrés de véhicules en stationnement interdit et d'obstacles indésirables ?
Comment éviter les "nids de poule" sur la voirie ?
Comment ne pas risquer l'accident quand la circulation est masquée par la végétation ?
Comment supporter la privatisation du stationnement par quelques commerçants ?
Comment éviter les fientes de pigeons perchés au-dessus de nos têtes ?
ou encore : les papiers paresseusement jetés à côté des poubelles, les cendriers vidés par les fenêtres des voitures, les mégots sur les plages, l’affichage (municipal) sur les poteaux et les pylônes, les déchets flottants dans le port, les nuisances sonores, le comportement débraillé de certains, les panneaux sauvages, la grimace du restaurateur mécontent de votre petite faim "hors service", les magasins fermés à l'heure de la sieste, la disparition des trottoirs loués ou occupés sans réflexion par la municipalité…
Question de mentalité dans une drôle d’époque où la loi s’applique par l’intimidation à défaut de bon sens. Pour mériter des touristes encore faudrait-il les aimer tout comme respecter son espace public !
Evidemment c’est toujours la faute des autres ! Mais l’exemplarité ne devrait-elle pas venir de plus haut ?

L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
Repost 0
Published by Claude Eskenazy - dans Tourisme
commenter cet article