Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lavandou Tribune. Contre-pouvoir citoyen
  • Lavandou Tribune. Contre-pouvoir citoyen
  • : Tribune officielle des citoyens indignés par la gestion municipale du Lavandou depuis 1995. La liberté d’expression est un droit fondamental défendu par la Cour européenne des droits de l'homme (CDEH). Les lanceurs d’alerte sont protégés par la loi 2016-1691 relative à la transparence.de la vie publique.
  • Contact

Debout le Lavandou !

La Chambre Régionale des Comptes épingle la municipalité en place pour "gestion approximative des fonds publics, vente du patrimoine, augmentation des impôts, emprunts, absentéisme du personnel, privilèges injustifiés…". Les 44,55 % d'électeurs indignés font entendre leur opposition dans cette tribune pour éveiller les consciences, lutter contre l'ambition et le fanatisme clanique qui ruine notre commune depuis quatre mandats. Donnons un nouveau souffle au Lavandou.

Recherche

Conseil municipal 2014-2020

Regain 2014-2020 : Gil BERNARDI maire
Adjoint(e)s: *Charlotte BOUVARD. *Claude MAUPEU. *Annie TALLONE. Pierre CHARRIER Bruno CAPEZZONE. Frédérique CERVANTES. Raymonde STATIUS. Patrick LE SAGE. 
Délégué(e)s: Corinne TILLARD. Denis CAVATORE. 
Conseiller(e)s:
Laurence CRETELLA. Beatrice FLORENTY. Philippe GRANDVEAUD. Nadine EMERIC. Patrick MARTINI. Jean-Pierre BIGEY. Monique CARLETTI. Jean-François ISAIA. Nathalie CHRISTIEN. Jacques BOMPAS. Laurence TOUZE. Patrick CANTIE.  
*Conseiller(e)s communautaires 

Le Lavandou Cap 2020 : Thierry SAUSSEZMarie-Jo BONNIER., Guy CAPPE.

La Ville Heureuse : Jean-Laurent FELIZIA, Andrée VIALE.

Sans étiquette : Georges TAILLADE.

Vite lu

Fiscalité. L'Assemblée vote la suppression de la taxe d'habitation pour 80% des ménages. Elle sera progressivement supprimée jusqu’en 2020 (BFMTV)

Harcèlement sexuel. La parole des femmes se libère en France. Le mot-dièse "balance ton porc" en est un symbole. Il  génère des milliers de témoignages sur Twitter contre des élus et petits chefs (Libération)

La Crau. Trois élus du Front National, quittent leur parti mais continuent à siéger sans étiquette dans l’opposition au conseil municipal par respect envers leurs électeurs (Facebook)

Var changement climatique: sécheresse record, température jamais vue depuis 60 ans. "Il faut arrêter d’urbaniser le littoral" avant une catastrophe naturelle majeure (LPO Paca)

L'ex sénateur-maire de Toulon aurait reçu plus de 8.000 € d’argent public chaque trimestre détourné du Sénat. Selon les avocats des sénateurs déjà mis en examen dans cette affaire, ces derniers n'auraient rien fait d'illégal (Var Matin)

117 sénateurs de droite (LR, UMP, RPR) sont soupçonnés d'avoir détourné 8 millions d'euros en 12 ans (Le Point)

Fréjus. La justice doit se prononcer mi-novembre sur l'ancien maire François Léotard, accusé de faux témoignage dans l'affaire Karachi (Twitter)

Autriche. La loi interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public est en vigueur. Le texte concerne la burqa, le niqab, les masques de mascarade (clown, Père Noël) cagoules et écharpes trop hautes contre le froid (Spunik)

Allemagne. 94 députés néo-nazis (AfD) entrent au Bundestag pour la première fois depuis 70 ans avec cet avertissement aux autres partis : "Nous allons vous traquer. On va pourchasser Madame Merkel et on va récupérer notre pays et notre peuple" (l’Express)

Trop de rues en France portent encore les noms de négriers, alors que l’esclavagisme est un crime contre l’humanité depuis 2001. En revanche aucune protestation contre les squares, boulevards, rues... qui honorent les élus qui ont ruiné leurs villes (Libération)

Hyères. La directrice de cabinet, fille du maire, démissionne pour cause d’interdiction des emplois familiaux, votée par l’Assemblée Nationale le 8 septembre (Twitter)

Lavandou. Pas moins de 6 tonnes de papier utilisées pour diffuser 14 photos du maire et un autosatisfecit  de sa gestion dans la revue municipale 2017 (Facebook)

6 octobre 2017 5 06 /10 /octobre /2017 09:57

Tourisme… tout va très bien, madame la marquise.  Pourtant,  il faut que je vous dise, je déplore un tout petit rien :

Les ordures ménagères,
La consommation d’eau,
L’assainissement,
... sont en baisse, mais cela ne veut rien dire !

Les chambres d’hôtels étaient vides à Saint-Clair, début Août,
... mais c’est pas anormal !

Les gens du voisinage ont beaucoup apprécié nos animations à 1,2 million €
... mais sont repartis sans consommer chez nous.
Notre ingénieux racket sur le stationnement a rapporté 400.000 €
... c'est bien mieux qu’à Bormes qui ne sait pas faire !

L'utilisation abusive des douches publiques par les touristes nous a ruiné,
... mais a enrichi la Saur.

Tout va très bien, madame la marquise.  Pourtant,  il faut que je vous dise, je déplore un tout petit rien, une bêtise, la mort de notre tourisme. 

Je vous propose de renforcer notre excellente méthode par de petites améliorations en 2018 :

  • Changer les critères d'analyse pour doper nos statistiques.
  • Augmenter les redevances des commerces du centre-ville les plus profiteurs.
  • Faire payer aux touristes la douche à prix coûtant (0,20 € à 0,30€) avec un système de jeton, y compris par les plagistes.
  • Ajouter partout des parcmètres à St Clair, Front de mer, La Fossette, Cavalière…

Allo, allo Gil, expliquez-moi, car je chancelle, mon tourisme est donc détruit ?. Comment cela s'est-il produit ?
Tout va très bien, madame la marquise, tout va très bien...

Commission bilan saison estivale - projets de travaux - environnent – animations du 03/10/2017

La propagande dans Var Matin signée FB

La propagande dans Var Matin signée FB

Repost 0
Published by Paulette Touitou - dans Tourisme Commissions de travail
commenter cet article
2 octobre 2017 1 02 /10 /octobre /2017 00:31

C’est perceptible, le Lavandou est entré de plain-pied dans la saison hivernale sans alternative économique.
Comment ce village de renommée internationale peut-il être tombé économiquement aussi bas ?

D’abord, par l’usure du pouvoir d'une équipe municipale sans projet depuis 1995. Puis, par l’absence de personnalités dans l’artistique, le show-biz, la littérature, le sport, le cinéma, le business - hormis quelques ignorants politiques - pour glorifier le plus beau village de France
Enfin, la mairie a pris la main sur le tourisme et écarté ceux qui pouvaient lui apporter une valeur ajoutée. Les actifs sont partis et les retraités du nord sont restés.
Résultat : lorsque le pouvoir municipal vire les talents par jalousie, décourage les professionnels par des contributions abusives, déstabilise la confiance par une valse inexplicable de "directeurs de station" et régente le gagne-pain du privé… il ne lui faut pas espérer un jeu collectif public-privé sur l’avenir.
Au Lavandou, les couleuvres sont avalées depuis longtemps, d’autant que la municipalité, n’est pas, selon la Cour des comptes, un modèle à suivre en matière de gestion.
Sans parler du pilotage à vue d’une injuste fiscalité locale obsolète, l’éloignant du nouveau tourisme lucratif.

Le Lavandou est désormais à la merci du grand capital, celui qui coule du béton, transforme l’eau en or bleu, décide de sa capacité d’emprunt, lorgne sur ses derniers bijoux de famille, manipule le PLU. Assisté par une petite bourgeoise de copains qui contient depuis trop longtemps une explosion annoncée.  
Tout le contraire du programme de conquête de 1995, en contre-pied de Faedda l’affairiste. Deux décennies plus tard c’est la déroute "Regain" qu’il nous faut sanctionner pour passer enfin des promesses à l’action dans notre plus beau village de France.
Cela mérite bien une commission municipale le 3 octobre. Hélas ! fermée au public des fois que… indignés, insoumis, incultes, petites b… et autres parasites viennent crier leur indignation !

Repost 0
Published by Paulette Touitou - dans Tourisme
commenter cet article
18 septembre 2017 1 18 /09 /septembre /2017 23:40

Fin de saison prématurée ! 
Le troisième âge ne suffira plus à sauver les maigres recettes ! Nous n’avons pas fourni les efforts nécessaires pour stimuler l’attractivité de notre village plus longtemps et celle-ci est désormais menacée. Cela peut paraître paradoxal quand on connait le succès du Var, première destination touristique après Paris
Lorsque le maire se félicite du nombre record de visiteurs dans le beau village de France cela ne représente que la réalité des pics de juillet et d’août sur tout le littoral méditerranéen, pas sa véritable fréquentation le reste de l’année.
Et puis à quoi sert cette escalade puisque le tourisme en France produit trois fois moins de recettes que le tourisme américain. Par exemple, l’Espagne perçoit de cette industrie autant de recettes que la France, avec moins de touristes.
C’est le signe qu’il y a un problème qui va même s’aggraver si nous ne réagissons pas, face à nos voisins mieux organisés.
Les raisons de ce recul ?
La sécurité devient une recherche majeure face à la multiplication des attentats avec un gouvernement qui déclare en permanence que notre pays est "en guerre" et "sera frappé à nouveau".
Sentiment conforté par le syndrome local de la drogue, du racisme, de la dégradation de l’environnement, des restrictions en tous genres, des bagarres et autres Far-West de l’été… Tout cela détourne forcément les clients vers d’autres destinations.
Enfin, la qualité de notre service pose un vrai problème. Jusqu’à récemment, nous pouvions encore vivre de cette image du serveur mal aimable ne comprenant pas l’anglais. Cela faisait un peu partie du folklore local. Mais aujourd’hui, c’est devenu un véritable handicap.
Un touriste étranger mal accueilli dans un restaurant... se demande ce qu’il a fait pour être ainsi puni. Désormais, Trip Advisor et les réseaux sociaux traquent les villes les moins agréables dans le sud et c’est destructeur.
Cette année, dans notre plus beau village de France, cerné par les incendies de voisinage, des animations désuètes, une restauration ordinaire, des tarifs extraordinaires, des logements approximatifs… les touristes n’y trouvent plus leurs comptes.
Aucun effort n’est observé depuis longtemps chez les professionnels traqués par l’administration, les redevances exagérées, le racket municipal, la pénurie de saisonniers, les plateformes internet... Alors, les professionnels font leurs affaires le plus vite possible, dans une saison de plus en plus courte, sans deviser sur l’avenir.
Cette posture est accentuée par la concurrence des stations voisines oubliant concertation, entraide, politique à long terme.
En 20 ans, le Lavandou a coulé pas mal d’initiatives privées, sabordé l’association Lavandou Tourisme (600 adhérents), connu pas moins de six "directeurs de station" bridés par une municipalité sans stratégie. Etranglé par des recettes à la baisse, déniant les bienfaits de la mutualisation intercommunale, le Lavandou perd progressivement son arrière-saison.
Bilan : 4 mois d’activité, 8 mois de sommeil, des résidents qui partent, des commerces qui ferment, des emprunts à répétition, des logements vides… malgré les 650.000 € annuels engloutis dans le tourisme, l’artifice d’un Epic de tourisme piloté en sous-main par le maire, ou des arrêtés décidant les dates d’ouverture… les professionnels ne suivent plus.
Alors, le plus beau village de France, accélère sa perte dans de nouvelles taxes (logements neufs, parcmètres…), au motif de baisse de dotation de l’Etat, masquant ainsi son désarroi.
Alors comment relancer le tourisme ?
Le public et le privé doivent se remobiliser et surtout se réconcilier.
Pour les acteurs privés, il est important de monter en gamme, car les touristes appartenant à la catégorie la plus aisée recherchent désormais des services uniques, sur mesure, authentiques et locaux. Cela ne signifie pas un service luxueux ou ostentatoire.
La randonnée, les festivals, l’éco-tourisme, l’œnologie, le culturel, la gastronomie… avec des étapes de qualité et un encadrement sur mesure, attire plus que le soleil et la plage. Notre diversité est une chance…
Pour le pouvoir public, renforcer la sécurité, la propreté, l’accessibilité (la voiture n’est plus la solution), l’internet haut débit sur tout le Lavandou, en expliquant comment s’y rendre, où trouver un hébergement et une restauration de qualité et renseigner un touriste en temps réel, en lui proposant, justement, un service unique.
La taxe de séjour, sous sa forme actuelle, est une stupidité que certaines villes abandonnent ou transforment en crédit pour fidéliser les touristes.
Et puis la municipalité doit organiser les saisonniers, les loger, les transporter en ne laissant pas s’infiltrer l’anarchie actuelle qui contribue à dégrader son image.
Globalement, ne pas rejoindre le tourisme intercommunal, lutter contre l’extension du périmètre du Parc National, ergoter sur la redevance du SDIS, tout en cultivant des carottes à Saint-Clair, s'entêter sur un cinéma ou créer une nouvelle charge avec la Villa Van Rysselberghe est un contresens dans l’histoire du Lavandou qui devra réparer plus tard les conduites politiques et erreurs stratégiques de ses élus.
Il manque aussi deux à trois manifestations majeures avant et après saison, autres que carnaval ou procession religieuse (au 21ème siècle !). N’évoquons pas le parking à bateau incapable de récupérer la Giraglia perdue par la municipalité en 1998.
Si on ne fait rien, le Lavandou continuera à vanter la couleur du sable de ses 12 plages, sa Saint-Sylvestre et ses feux d’artifice à répétition, trônant au hit parade des luna parks varois pour "sacs à dos"
Un peu de courage Place Reyer. Ouvrez les yeux ou démissionnez !

Repost 0
Published by Paulette Touitou - dans Tourisme
commenter cet article
7 août 2017 1 07 /08 /août /2017 00:11

Où est le plaisir des vacances quand l’organisation collective est défaillante sur la côte varoise ?
Cette question revient chaque année à l’ordre du jour lorsque les communes sous dimensionnée voient leur population multipliée l’été par 10 voire 12.
L’inéluctable se produit alors : restrictions d’eau, coupures électriques, pollutions marines, réseau téléphonique déficient, malbouffe, embouteillages, incivilités, environnement sacrifié, racket fiscal, arnaques en tous genres, drogues ; et, cette année - cerise sur le gâteau - incendies gigantesques et dortoirs publics… 
Comment excuser ce chaos qui perdure depuis des décennies sans solution sur la côte varoise ?
La faute à qui ? L’atavisme, le laisser-aller général, l’individualisme, malgré les efforts des communes à multiplier le personnel et les plans "B" pour tenter de contenir cette manne estivale.
Pourtant, d’autres destinations plus séduisantes existent en France, dans une ambiance plus sereine. Mais, les "sacs à dos", français et étrangers, adorent le désordre, les saucisses frites, les courses en sac, le bruit, les kermesses... Ils ne veulent pas s’ennuyer pendant leurs courtes vacances (7,3 jours) se jetant, dès le coup de sifflet, sur les autoroutes saturées qui vident leur porte-monnaie, les trains bondés jamais à l’heure, les avions low-cost qui perdent les bagages, les bus impraticables...
Sous la magie du soleil et des plages, les touristes acceptent chez nous ce qu’ils refusent chez eux : l’approximation, les interdits, les tarifs prohibitifs, les locations malsaines, la violence latente, le racisme à peine voilé…
C’est que ces migrants de passage dépensent sans compter en très peu de temps et en redemandent davantage. C’est bien là le problème d’un trop-plein saisonnier incontrôlable, à coup de festivals, sardinades, foires du Trône, marchés forains, grandes roues, feux d’artifices et surenchères municipales.  
Une pêche miraculeuse, de plus en plus problématique, attirant les gogos et les petits bandits qui font la mauvaise image du Var en recul depuis 2012 !

Ah ! mes jolies vacances… You kaïdi aïdi aïda !
Repost 0
Published by C.Saint-Louis - dans Tourisme
commenter cet article
31 juillet 2017 1 31 /07 /juillet /2017 05:22

Malgré sa voisine qui pleure ses 1600 hectares partis en fumée depuis 48 h, le Lavandou organise sa méga teuf du 31 juillet, qui veut nous faire croire au Père Noel !
L’année précédente, après l’attentat de Nice, l’opportuniste "cité des dauphins et des baleines", s’était également assis sur l’éthique républicaine bravant les consignes de prudence et de sécurité.  
Après la compassion... le chacun pour soi ! La fraternité entre Bormes et Le Lavandou s’arrête là où commence les gros sous.
Point culminant de l’été, ce rassemblement de "bobos" indisciplinés et criards est désormais l’indispensable survie d’une économie locale atone. C’est la rançon à payer au Lavandou d’une incurable stratégie mono produit : le tourisme de masse !
Le maire, gentil organisateur, ne va pas manquer de troquer sa panoplie de shérif contre celle du barbu en manteau rouge. Mais, cela ne sera  pas suffisant pour dissimuler les grandes carences et les contradictions de sa commune : absence de promotion touristique concertée avec l’intercommunalité (actée par le conseil municipal extraordinaire du 22/12/2016… 9 jours avant le transfert obligatoire de la compétence tourisme à l'interco); éradication des plagistes; parcmètres rançonneurs; voirie approximative, prix de l’eau prohibitif, arlésienne de la Baou, serpent de mer PLU, parking à bateaux, arrêtés illégaux et tant d’autres escobarderies… que l’on peut se demander comment le château de cartes municipal ne s’effondre pas sur lui-même ?
Donc, au Lavandou, il faudra faire semblant de croire que la Saint Sylvestre est bien une galéjade de chez nous le 31 juillet, avec faux sourires, minauderies, déguisements et rosée de Provence… ainsi va le tourisme par ici !
Et n’allez pas me récupérer le titre d’une célèbre comédie jouée insolemment dans une commune voisine. Car, entre ordure et menteur, il y a un degré à deviner entre les mots !
Et puis, l'imbécilité
 se glisse aussi dans la presse du jour (sous le pseudo F.B.) avec cette perle : "... Puis la cité des dauphins s'enflammera conformément au pari fou lancé par le maire de la ville...

Au Lavandou, le Père Noel est un… menteur !
Paru dans Var Matin du 31/07/2017

Paru dans Var Matin du 31/07/2017

Repost 0
Published by Paulette TOUITOU - dans Tourisme Le bêtisier du maire
commenter cet article
27 juillet 2017 4 27 /07 /juillet /2017 00:07
Panneau d'information sur une plage privée de Saint-Clair

Panneau d'information sur une plage privée de Saint-Clair

Courrier de l'opposition au maire du Lavandou

Monsieur le maire,
Je tenais à vous faire passer cette information émanant d’une des nouvelles plages de Saint-Clair
Comme vous le constaterez, ces nouveaux plagistes ne respectent pas le cahier des charges, à savoir le droit de se doucher sur les plages privées. Ainsi que le droit, non respecté, des toilettes, faits qui m’ont été rapportés.
Je ne conteste pas que le prix de l’eau soit élevé et que demander une petite participation ne me choque pas, mais il y a manière de le faire…
Sachez qu’entre le parking payant, les plages où les prix se sont envolés, tant sur les matelas que la restauration, et un accueil on ne peut plus "léger", Saint-Clair a bien changé !!!
Bien à vous
Marie-Jo Bonnier
Conseillère municipale

L'or bleu du Lavandou !

En 2013 la SAUR* - acculée par sa dette de 2 milliards € et sous le coup de différents rapports à charge de la Cour des comptes - réussit à renouveler sa délégation de service public d’eau potable pour 10 ans, en baissant précipitamment le prix de l’eau  de 4,93 € à 3,93 €/M3, laissant l’effet d’annonce au maire du Lavandou qui s'étala dans la presse "Le nouveau prix de l'eau, négocié par monsieur le Maire".
Risible ! car la moyenne dans le Var est bien inférieure à 3,20 €, allant jusqu’à 2,30 €/M3 dans certaines communes du littoral.
En baissant brusquement son prix de 35%, lors de ce renouvellement, la SAUR valide donc l’accusation de la Cour des Comptes qui lui reproche l'opacité, la mauvaise qualité de l´eau, des fuites d’eau très élevées dues à une insuffisance d’entretien des canalisations, une augmentation continue des prix et l’abus de leur situation de monopole depuis… 1993 au Lavandou.
C’est que le porteur d’eau - comme Veolia ou Suez - est aussi porteur de valises électorales qui permet de bâillonner les conseils municipaux sur ses rapports de gestion de délégataire. Cette situation de vassalité est d’ailleurs confirmée par la Cour des comptes sur le Lavandou : "la commune n’assure aucun suivi économique de ce contrat" (page 28)
Pas étonnant que les plagistes se noient dans la complexité de leur propre DSP qui les oblige à fournir des services gratuits au nom de la collectivité. A eux de payer ou de tondre le gentil touriste qui ne peut accéder librement au droit fondamental de l’eau potable !

* Groupe SAUR : 1,25 milliard € de CA, 7000 collectivités sous contrat. Principaux actionnaires : BNP Paribas et Groupe Banque Populaire Caisse d’Epargne.

Douche salée sur les plages du Lavandou
Repost 0
Published by Patrick Richard - dans Tourisme
commenter cet article
29 juin 2017 4 29 /06 /juin /2017 23:20

Cette année les cartes de stationnement résidents sont supprimées, sauf si vous habitez en centre-ville du Lavandou.

Donc, ceux qui habitent en centre-ville et peuvent faire leurs courses à pied ont droit à la carte de résident (1€/par Jour).

Mais, ceux qui habitent dans les écarts (même les résidents permanents, payant leurs impôts au Lavandou), obligés de prendre leur voiture pour faire leurs achats doivent passer par la caisse municipale, plein tarif !

Le maire, fin stratège marketing,  est passé par là, sans concertation, ni vote du conseil municipal), reprenant la mauvaise méthode prise en 2016 pour la Favière par son homologue de Bormes.

Passage en force aussi  pour les parcmètres  plage de St Clair où le maire a décidé seul de tenter un test de popularité auprès des commerçants.

Comme l'an dernier, un résident a voulu obtenir la "carte magique" du stationnement à  1 euro par jour et raconte son accueil qui fut très bref:

-Bonjour, c'est pourquoi?
- La carte "stationnement résident" pour cette année.
Vous habitez où?
- Aiguebelle.
Vous n'y avez pas droit, cette année elle est réservée aux habitants de la zone payante.

Les lavandourains sont scandalisés par cette forme de ségrégation et cette façon d’agir sans concertation.
Donc, si nous sommes inégaux pour le stationnement, nous restons égaux à financer toutes les festivités. Une façon de tondre les touristes et les résidents qui les incite à faire des achats en dehors du Lavandou.
Pour rappel, Aiguebelle est déjà l’un des quartiers le moins bien entretenu  avec des communications téléphoniques et internet très irrégulières. En particulier la télévision via Orange qui est nulle.
Après un mois de juin économiquement catastrophique, les professionnels scrutent les touristes promis par le maire depuis la création de son Epic de tourisme !

Horodateurs. Parking de la plage. Saint-Clair

Horodateurs. Parking de la plage. Saint-Clair

Repost 0
Published by Patrick Richard - dans Finances Tourisme
commenter cet article
22 mai 2017 1 22 /05 /mai /2017 00:24

Parfois, on se demande à quoi sert un maire au Lavandou, à part faire sauter les crêpes ou animer le repas de Noel ?
La saison touristique peine à démarrer. Aucune initiative économique, animation zéro pointé, restaurants vides, hôtels en berne, rues désertes… notre station internationale n’arrive toujours pas à sortir de l’hiver.
Constat amer ! l’ambiance morose ne peut cacher l’espace public mal entretenu, les plagistes en voie de disparition, les plages nauséabondes (Front de Mer, Saint-Clair…) surveillées par des CRS désœuvrés, les parcmètres génération champignon (Les résidents de Saint-Clair sont très en colère), les magasins fermés…
En revanche,  le joli jardin éphémère devant la mairie (protégé par la webcam anti-terroriste) tranche sérieusement avec le reste de la cité abandonnée provisoirement par les touristes.
Le maire, toujours à l’écoute des forces économiques du village, semble en perdition dans l’opinion et heureusement pour lui les municipales ne sont pas le prochain rendez-vous électoral.
D’aucun réclamerait, outre son départ,  le regroupement de l’Office de Tourisme dans l’intercommunalité ou encore une réunion urgente des 2ème Etats généraux du tourisme. Le premier, en 2009, n’étant qu’une tromperie municipale à 640.000 €/an, dont la mèche fut un questionnaire digne de l’école maternelle. Avec le recul... le miracle promis est risible !
Comme à son habitude le Lavandou attend la haute saison de pêche aux touristes pour se refaire une santé, sans se soucier des raisons de son échec, avant et après saison. Le sable de ses 12 plages étant devenu un concept démodé des nouveaux touristes.
Il aura fallu quand même  22 ans de règne monarchique à ne rien tenter d’autre qu’une grande roue qui tourne à vide sous les fenêtres du maire. Vivement 2020 ! quoique le successeur adoubé en coulisse par le châtelain ne prendra certainement aucun risque à changer l’héritage.

Le Lavandou en marche… arrière !
Le Lavandou en marche… arrière !
Le Lavandou en marche… arrière !
Le Lavandou en marche… arrière !
Le Lavandou en marche… arrière !
Le Lavandou en marche… arrière !
Le Lavandou en marche… arrière !
Le Lavandou en marche… arrière !
Le Lavandou en marche… arrière !
Le Lavandou en marche… arrière !
Le Lavandou en marche… arrière !
Le Lavandou en marche… arrière !
Le Lavandou en marche… arrière !
Le Lavandou en marche… arrière !
Le Lavandou en marche… arrière !
Le Lavandou en marche… arrière !
Repost 0
Published by Paulette Touitou - dans Tourisme
commenter cet article
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 17:37

C’est bien connu, le maire du Lavandou est toujours dans le déni pour tout ce qui ne vient pas de sa grandeur.
Donc, à contrario d’autres communes, il ne se résout pas à regrouper ses actions touristiques avec l’intercommunalité Méditerranée-Porte des Maures. Car notre maire est le plus compétent des directeurs de station du coin, à coups de feux d’artifice, sardinades, grande roue, réjouissances pour vacanciers en goguette.
Pas question que la loi NOTRe s’applique donc au Lavandou. Un conseil municipal spécial, du 22 décembre 2016, maintiendra la compétence Tourisme au niveau communal. C’est désormais chacun pour soi et tant pis pour la coordination, l’union des moyens, la superposition, l’économie d’échelle…. Droit dans ses bottes, le maire applique le même principe qu’en 1995 où, à peine débarqué à la mairie, il plomba le syndicat intercommunal de tourisme avec Bormes, Summer Jazz, Giraglia...
Motif: la crainte de la dilution d’une notoriété et de l’identité touristique du Lavandou avec des profiteurs !
Sauf qu’en 2017, la ligne Maginot du maire est éculée, désuète et n’intéresse qu’une poignée d’adeptes du "repli sur soi" bien éloignés des ambitions d’une station internationale.
Privé d’un stratège marketing - le cinquième a été débarqué fin 2016 - le maire s’improvise désormais directeur de station, oubliant un peu vite le financement et l’état végétatif de son offre touristique. Résultat : une saison estivale qui se ratatine de juin à septembre, malgré les arrêtés municipaux d’ouverture de saison plus longue surtout destinéé à renflouer ses caisses vides.
Toujours fier de son dévastateur pic de fréquentation estival, notre stratège ne s’est jamais fendu d’une étude qualitative sur le Lavandou. Le président de feu "Lavandou tourisme" avait été effrayé par les commentaires d'un micro trottoir sur le parc locatif, l’hôtellerie, la restauration, l’animation, le port, la propreté de la commune. Etude à peine lue par le maire dont le mot d'ordre fut de vendre : "la station aux 12 sables !"
Mais, depuis deux ans, les rebelles touristes, lassés de faire la frite, se tournent vers le tourisme durable. L’écologie, le viticole, l’artisanat, l’humanitaire, le terroir... tout ce que notre expert n’avait pas considéré dans son programme. 
Alors, faute de grives, le gogo se contentera de la petite folie du Père Noel pagayant en tee-shirt dans une baignoire, d’un défilé ex-voto accoutré en costume d’antan, d’une grande roue avec vue imprenable sur… la mairie et des pétaradants feux d'artifice pas très écologiques.
Ainsi, décampent les bons professionnels du Lavandou, inquiets de la prochaine niaiserie municipale qui les mettra un peu plus dans la précarité.

Repost 0
Published by Claude Eskenazy - dans Tourisme
commenter cet article
26 septembre 2016 1 26 /09 /septembre /2016 00:07

Après les résultats du référendum sur la sortie du Royaume-Uni, le cours de la livre poursuit sa chute. Résultat, la monnaie britannique vaut désormais moins que l'euro, et "Le budget des vacances des Britanniques a été amputé de 350 € après le référendum", dixit  le directeur général de la plateforme EasyVoyage. Une mauvaise nouvelle pour la Provence-Alpes-Côte d'Azur  qui constitue la première destination de court séjour des Britanniques, avec une durée moyenne de sept nuits.

Les Anglais vont limiter leurs dépenses sur place

"Les touristes anglais vont davantage prêter attention à leurs dépenses une fois sur place et réduire leur consommation", prédit Michael Dodds. Restauration, commerces locaux, événements culturels ou sportifs... Autant de revenus pour le secteur qui risquent de se réduire, car les résidents d'outre-Manche consommaient en quantité en France. (En 2015 : 3,37 milliards €), selon les chiffres de l'Office for National Statistics. "Si la perte de pouvoir d'achat est effective, les Anglais vont diminuer la part accordée à l'hébergement pour pouvoir continuer à consommer, et profiter des loisirs proposés en France".
En Provence-Alpes-Côte d'Azur, où la clientèle britannique représente 16% de l'ensemble des nuitées, on espére que l'impact pourrait être limité. Le secteur se tournent désormais vers d'autres clientèles de proximité comme la Suisse, l'Italie et l'Allemagne. "La clientèle britannique n'est pas une clientèle étrangère comme les autres, nous la considérons comme une clientèle domestique de par sa proximité géographique", soutient le président de l'UMIH. De fait, dans le Nord, les Britanniques constituent leur première clientèle étrangère, et représentent jusqu'à plus de 40% des nuitées étrangères.

Les Français en profitent...pour traverser la Manche

Plus surprenant, la chute de la livre vaut de l'or pour le tourisme britannique et encourage les Français à traverser la Manche, puisqu'elle leur fait économiser 15% pour l’instant. Le site Kayak a observé une envolée de 130% des consultations des vols à destination du Royaume-Uni, le jour du référendum. Même constat chez liligo.com et EasyVoyage.
"Les Français vont seulement effectuer des séjours de courte durée. Mais ils vont vraiment apprécier de payer moins cher, notamment l'hébergement à Londres" ... A suivre !

Repost 0
Published by Patrick Richard - dans Tourisme Cercle d'Etudes Reyer
commenter cet article