Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Lavandou Tribune. L'info citoyenne, pas l'intox !
  • : Suivez l'actualité du Lavandou sur la tribune officielle des citoyens opposés à la reconduction continue de la majorité municipale sortante. Pour rappel : la liberté d’expression est un droit fondamental défendu par la Cour européenne des droits de l'homme (CDEH) et les lanceurs d’alerte sont protégés par la loi 2016-1691 relative à la transparence.de la vie publique
  • Contact

Rassemblons Le Lavandou !

Les administrés* indignés par un cinquième mandat du même clan, réélu par 153 voix d'écart, expriment leur opposition dans cette tribune.
Ensemble, refusons l'incompétence et le clientélisme qui ruinent notre commune depuis 1995.
Ensemble,
 rassemblons le Lavandou de demain !


*47,54 % de votes contre la liste Regain aux municipales 2020

*44,55 % de votes contre la liste Regain aux municipales 2014
*25,15 % de votes contre la liste Regain aux municipales 2008

Recherche

Conseil municipal 2020-2026

Lavandou Rassemblement : 
*Jean-Laurent Félizia.
 
Stéphanie Boccard. Franck Giorgi. Gwenaëlle Charrier. Bertrand CarlettiI. Valérie Pasturel. Gilles Collin

 

Regain pour le Lavandou :
*Gil Bernardi maire

Adjoint(e)s: *Charlotte Bouvard. Bruno Capezzone. Laurence Cretella. Roland Berger. Nathalie Janet. Denis Cavatore. Frédérique Cervantes. Patrick Le Sage 
Délégué(e)s: Corinne Tillard. Philippe Grandveaud. Nathalie Christien 
Conseiller(e)s:
Cédric Roux. Carole Mamain. Jean-François Isaïa. Nicole Gerbe. Johann Koch. Laurence Touze-Roux. Nicolas Coll. Julie Roig. Jacques Bompas. Sandra Bianchi 

*Conseiller(e)s communautaires 

Vite lu

Le président fera une déclaration importante aux français le 28-10 à 20h (AFP)

Un reconfinement probable est à l'étude pour la région Paca après la Toussaint (FB)

Réactivation du plan Vigipirate autour des rassemblements religieux (AFP)

Boycott des produits et manifestations contre la France dans les pays musulmans (HP)

70 à 90% des pharmacies n'ont plus de stock de vaccins contre la grippe (FI)

L'application "TousAntiCovid" disponible sur smartphone est encore boudée (Ministre)

Incident diplomatique France-Turquie suite aux propos des présidents (F24)

Les communes annulent repas et colis de Noël par peur de propager la Covid-19 (FB)

L'Assemblé Nationale vote l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 16-02-2021 (AFP)

Couvre-feu dans le Var à partir du 24 octobre pour six semaines (Préfet)

Brexit. La France perdra 3,6 milliards € en exportation en cas de no-deal (Euler)

Couvre-feu. 46 millions de français contraints de rester chez eux de 21h à 6h (LP)

Une amende record de 4,3 milliards € contre Google infligée en 2018 par l'UE (FI)

Google poursuivi pour abus de position dominante aux USA (HP)

Vaccins contre la grippe en rupture de stock dans 60% des pharmacies (LM)

Europe la France cotisera 26 milliards € à Bruxelles mais en recevra 40 d'aides (AN)

Facebook interdit toutes publicités ou infos contre la vaccination de la grippe (AFP)

Sécurité Sociale le déficit serait de 44,7 milliards en 2020 contre 5,4 en 2019 (Bercy)

Le virus Covid-19 a déjà muté plus de 1000 fois depuis son apparition (HP)

Confusion des statistiques par amalgame entre Covid-19 et grippe saisonnière (Twitter)

Le président de la Région Sud et son bureau épinglés pour leurs salaires exorbitants (CRC)

Une loi en préparation va obliger les maires à réguler leur surfréquentation touristique (AN) 

Tempête Alex l'urbanisation incontrôlée à l'origine des dégâts exceptionnels (HP)

Création d'un observatoire national des agressions envers les élu(e)s (AMF)

56 % des américains prédisent la réélection de Trump qui "rattrape son retard" (NYT)

Cinéma. Le streaming vide les salles de cinéma désertées par la pandémie (Actu)

440 milliards € dorment à perte sur les comptes courants des français (BdF)

L'ex ministre de l'économie J.Cahuzac ne porte plus de bracelet électronique (FI)

La France toujours championne européenne des impôts : 46,1% du PIB ponctionnés (TC)

Faute de candidat éligible en 2022 la droite L.R. tente un accord avec Macron (LFI)

La Saur aurait "offert" 2 œuvres d'art à l'ex-maire d’Annonay contre un contrat d'eau (HP)

Le Lavandou classé 76 sur 100 communes du littoral méditerranéen où il fait bon vivre (V&V)

L'Iran émet un mandat d'arrêt international contre Trump après la mort de Soleimani (HP)

Carqueiranne "Monsieur X" doit rendre à la mairie 124.634 € détournés en 2012 (CEC)

30 mars 2016 3 30 /03 /mars /2016 23:06

Le petit rapporteur s’est fendu, sur ordre, d’une page entière le 25 mars pour jeter un seau d’eau sur les mécontents du maire de Bormes.
L’objet de la discorde est la fin de la gratuité d’une partie du parking de la Favière (1000 places). C’est que coincé par ses engagements électoraux le maire ne pouvait augmenter les impôts, du moins pas cette année.
Mais l’irritation est surtout sur la méthode utilisée : l’absence de concertation et le passage en force. Une posture largement inspirée de son mentor, le maire du Lavandou, qui a une certaine expérience en la matière.
Ces deux communes, incapables de générer d’autres recettes que le tourisme, tordent chaque année un peu plus le cou aux vacanciers de passage : redevance en tous genres, taxe de séjour, stationnement, plage privée, espace public surtaxé, eau… il ne fait pas bon traîner dans le voisinage en période estivale.
Le plus surprenant est la petite méchanceté du maire de Bormes qui entend bien taxer les voitures ventouses des vacanciers, résidents et nombreux propriétaires de bateaux demeurant au Lavandou... Un hors d’œuvre comparé à ce qui se prépare pour le tourisme intercommunal où il se murmure que Bormes est tenté de prendre la main sur le Lavandou en perte de vitesse. Pied de nez de l’histoire ou retour à la maison du galapiat qui a claqué la porte en 1913 ?
Le tourisme varois est - malgré les discours officiels du CDT ou du CRT (Comité départemental et régional du Tourisme) - en chute libre, largement dépassé par le Languedoc Roussillon, l’Espagne et plus récemment le Portugal. Les études confirment toutes les mêmes problèmes : le surcoût, l’accueil pincé, la surpopulation, les prestations en dessous de la moyenne. Alors, ce qui est perdu d’un côté est rattrapé de l’autre. Plutôt que de réduire leur train de vie, les communes - en mal d’idées originales - appliquent leur logique autodestructrice : la planche à billet ou la fiscalité. Parfois les deux !
Les touristes doivent-ils compenser le désengagement de l’Etat ?

Partager cet article

Repost0
18 mars 2016 5 18 /03 /mars /2016 00:09

Comment recevoir des milliers de touristes avec quelques sanisettes (trop souvent en panne) ?
Comment accepter l’habillage désuets de vulgaires poubelles à roulettes ?
Comment tolérer des douches et toilettes "réservées" sur les plages ?
Comment circuler sur des trottoirs encombrés de véhicules en stationnement interdit et d'obstacles indésirables ?
Comment éviter les "nids de poule" sur la voirie ?
Comment ne pas risquer l'accident quand la circulation est masquée par la végétation ?
Comment supporter la privatisation du stationnement par quelques commerçants ?
Comment éviter les fientes de pigeons perchés au-dessus de nos têtes ?
ou encore : les papiers paresseusement jetés à côté des poubelles, les cendriers vidés par les fenêtres des voitures, les mégots sur les plages, l’affichage (municipal) sur les poteaux et les pylônes, les déchets flottants dans le port, les nuisances sonores, le comportement débraillé de certains, les panneaux sauvages, la grimace du restaurateur mécontent de votre petite faim "hors service", les magasins fermés à l'heure de la sieste, la disparition des trottoirs loués ou occupés sans réflexion par la municipalité…
Question de mentalité dans une drôle d’époque où la loi s’applique par l’intimidation à défaut de bon sens. Pour mériter des touristes encore faudrait-il les aimer tout comme respecter son espace public !
Evidemment c’est toujours la faute des autres ! Mais l’exemplarité ne devrait-elle pas venir de plus haut ?

L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !
L’espace public ce mal-aimé du Lavandou !

Partager cet article

Repost0
24 janvier 2016 7 24 /01 /janvier /2016 12:40

La silencieuse loi NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale de la République) adoptée à l’Assemblée Nationale en août 2015 enfonce le clou en faveur des structures intercommunales en matière d’offices du tourisme parmi les communes regroupés de stations classées
Notre intercommunalité, Méditerranée-Porte des Maures, n’attendra pas la date butoir du 1er janvier 2017 attachée au transfert de droit de la compétence touristique aux communautés de communes et communautés d’agglomération, pour précipiter la prise de décision des 6 communes (La Londe-les-Maures, Bormes-les-Mimosas, Pierrefeu-du-Var, Cuers, Collobrières et Le Lavandou), regroupées sous sa bannière. (41.000 habitants)
La loi NOTRe précise: « A l'occasion du transfert de cette compétence aux communautés de communes et aux communautés d'agglomération, les offices de tourisme des communes touristiques et des stations classées de tourisme sont transformés en bureaux d'information de l'office de tourisme intercommunal, sauf lorsqu'ils deviennent le siège de cet office. L'organe délibérant de l'établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre peut cependant décider, au plus tard trois mois avant l'entrée en vigueur du transfert de la compétence, de maintenir des offices de tourisme distincts pour des stations classées de tourisme, en définissant les modalités de mutualisation des moyens et des ressources des offices de tourisme intercommunaux existant sur son territoire. »
Mais, malgré ce transfert irréversible de la compétence touristique à la strate intercommunale, il serait encore possible de conserver une certaine autonomie financière et administrative aux offices du tourisme existants à charge pour les communes regroupées de négocier la présidence des conseils d’administrations. En clair, si le Lavandou maintenait son EPIC de tourisme, il devrait néanmoins modifier sa gouvernance et son financement au profit de l’intercommunalité. Il s’agit par exemple d’intégrer dans son collège des élus communautaires et de revoir son mode de financement.
Une maigre compensation pour la commune qui peut perdre alors l’exercice de la promotion touristique au bénéfice du futur EPCI à fiscalité propre dans un délai assez court, là où l’enjeu budgétaire et stratégique est pourtant essentiel eu égard à l’importance des subventions versées par notre commune à son office de tourisme et au choix des animations qui sont faits alors par cette dernière.
Le maire du Lavandou, comme à son habitude, se lamente et traine les pieds, courant après un classement supérieur de sa commune, tentant de meilleures animations touristiques, s’accrochant désespérément à son ex-rivale Bormes. Car, la future EPCI tourisme pourrait adopter Bormes ou La Londe comme centre de commandement des 6 communes. En effet, notre stratégie tourisme, malgré le talent de son directeur, est très en retard sur les leaders Bormes et la Londe où président et 1er vice-président de l’intercommunalité Méditerranée-Porte des Maures, n’ont pas l’intention de se laisser soustraire l’avenir par un sédentaire. D’autant qu’à plus long terme se profile la grande métropole toulonnaise…
Cette inquiétude des transferts de compétences transparaît bien dans la causerie fleuve des vœux 2016 du maire du Lavandou – essayant d’entraîner ses collègues dans l’inquiétude - et qui se voit déjà réduit à confabuler avec les chrysanthèmes, faute d’avoir entrepris en 21 ans une véritable stratégie de désenclavement et de leadership du Lavandou.
Conclusion : la loi NOTRe ordonne définitivement que « la communauté de communes, la communauté d’agglomération, la communauté urbaine ou la métropole exerce de plein droit, en lieu et place de ses communes membres, les compétences en matière d’aménagement, d’entretien et de gestion des zones d’activité touristique qui sont d’intérêt communautaire ou métropolitain et en matière de promotion du tourisme… »
Mais, en politique, rien n’est irréversible et on peut faire confiance aux élus pour figer la situation de cette « révolution territoriale silencieuse », malgré la volonté citoyenne de réduire les charges de fonctionnement et la fiscalité qui va avec. La loi NOTRe est peut-être dès maintenant en attente, voire en sursis des futures présidentielles 2017.

L’interco bientôt en charge de la promotion du tourisme

Partager cet article

Repost0
30 décembre 2015 3 30 /12 /décembre /2015 00:18

Au Lavandou, le changement climatique doit nous faire réviser notre copie sur le tourisme. Cette fin d’année sans neige et un mimosa précoce précipite les touristes au soleil du littoral méditerranéen et de la côte d’Aquitaine. Hélas les communes varoises sont pratiquement toutes en hivernage avec de nombreux hébergements et restaurants fermés. Quant aux festivités, elles sont au placard depuis bien longtemps.
La culture du tourisme concentré entre juin et septembre est tenace chez les professionnels qui préfèrent fermer et se reposer au plus près de l’équateur avant de reprendre le boulot en mars.
Le Lavandou, dont la saison est de plus en plus courte, n’échappe pas à la règle et engloutit son maigre argent en stupidités banlieusardes, là où la concurrence est la plus âpre. Cette erreur marketing est un manque de lucidité des collectivités varoises qui, depuis l’épopée du Chemin de fer, surtaxent sans réflexion la béatitude estivale.
Ne demandons pas des miracles à la vieillissante clique Regain qui se laisse porter depuis 1995 par la gestion dépassée de son proconsul. Lequel est tellement pressé de terminer la saison estivale qu’il fête la Saint Sylvestre dès le 31 juillet, pensant détenir la brillante idée.
Il est temps de faire évoluer les mentalités sur le tourisme au Lavandou, d’organiser des rencontres, spectacles, sorties, d’effacer l’idée d'un hors saison sans clients… et d’imaginer le tourisme de demain, puisque nous ne sommes pas capables d’inventer une autre ressource. La mutation climatique est en marche ; aux plus malins de la saisir !

Partager cet article

Repost0
22 décembre 2015 2 22 /12 /décembre /2015 00:26
Tourisme : retour à la case départ pour le Lavandou !

Mise à jour 22/12/2015
Nous étions les premiers à l'annoncer. Le rapprochement entre les deux offices de tourisme municipaux met fin à 21 ans de guerre stérile entre les maires. La convergence n'est qu'au début d'un processus plus long qui devra se soumettre à l'intercommunalité "Méditerranée. Portes des Maures". Le maire du Lavandou a fini par se ranger à l'avis de son opposition !

 

03/11/2015
Il était une fois en… 1995, un élu fraîchement arrivé "aux affaires" qui clama haut et fort que le Syndicat Intercommunal de Tourisme (SIDT) partagé avec Bormes lui coûtait "trop cher et profitait trop à Bormes".
En réalité cette déclamation illustrait une lutte d’égo entre deux personnalités très différentes et un changement de stratégie. Car, le syndicat d'initiative du Lavandou venait de se saborder pour échapper à un dépôt de bilan magistral consécutivement à une condamnation prud’homale de la précédente équipe
20 ans plus tard, le flamboyant élu et son Epic de tourisme lorgnent sur Bormes avec l’objectif de trouver des convergences d’actions et de commercialisation touristiques, au nez de l’intercommunalité "Méditerranée - Porte des Maures". Le borméen se laissera-t-il chaparder son Office municipal de tourisme et le rusé lavandourain besognera-t-il pour un concurrent, après une guerre de 100 ans ?
La suggestion du directeur de l’Epic de tourisme du Lavandou, dans ses préconisations 2015-2016, répond à une logique marketing et un budget extra plat. Pensez que sa marge de manœuvre se limite à la taxe de séjour et quelques revenus auprès de, seulement, 18 professionnels dont il vend les prestations. Pourtant les 640.000 € (dont 73% en salaires et fonctionnement) restent une manne, comparée à la singulière dissimulation - avant 2010 - de la taxe de séjour dans le budget communal, quand Lavandou Tourisme pleurait ses fins de mois. Depuis la mascarade des Etats généraux du Tourisme, rien de nouveau sous le soleil et, pour 2014-2015, la municipalité n’aura donc rien rallongé à l’Epic de tourisme dont les ambitions dépassent un maire toujours en retard d’une guerre commerciale; et alors que la clientèle étrangère ne représente plus que 14 % des touristes au Lavandou.
Le directeur de l’OT n’a donc pas d’autres choix que de trouver de nouvelles ressources par le tourisme d’affaires, via son projet MICE (meeting + incentive + congrès + événementiel). Mais ce MICE parait bien mince sur le plan structurel et fait apparaître 20 ans d’immobilisme municipal. Loin des équipements et de la permanente festivité de Saint Raphael, Saint Tropez ou Bandol. Car le Lavandou reste inexorablement plombé par sa saisonnalité de Juin à Septembre, saturé de fêtes foraines, avant une interminable saison d'hiver...
Au lieu de faire un cinéma risqué à la Baou, la mairie devrait impulser l’idée d’un grand Palais des Congrès au niveau de l'intercommunalité. A cette condition elle pourra attirer des investisseurs et des professionnels. Ce n’est même pas une question d’argent mais de simple conviction; comme sait si bien le faire notre cicérone, préférant courir 900 km de côtes déguisé en écologiste alors qu'il n'y comprend rien chez lui.

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2015 4 08 /10 /octobre /2015 23:54

Cocasse réunion entre « les professionnels de l’hébergement » et le directeur de l’office de tourisme du Lavandou que le petit rapporteur s’empresse de publier à la demande du château Reyer
Après 100 ans de manne touristique débridée les voici en énième conclave à gamberger sur les caprices du marché. Que faire ? quand ? comment ? avec quels moyens ? Par prudence ou méfiance, beaucoup n’ont pas attendu les solutions miracles promises par l’inventeur de l’Epic, sabreur de la brillante association Lavandou Tourisme, autrement plus dégourdie avec ses 570 adhérents
Que de banalités entendues depuis l’introuvable source d’eau chaude dans ce même périmètre. Ce serait le moment, parait-il, d’explorer les pays de l’Est (en guerre, en récession ou submergés de migrants); l’Amérique, alors que la précédente équipe - maire en tête - a sillonné sans suite les Etats Unis et le Canada. Le plus beau village du monde adore se gratter le nombril…
Deux vérités sont quand même ressorties : l’absence d’avant ou d’arrière-saison et le tourisme d’affaires inexistant. Deux pavés dans la mare municipale par le manque d’équipement sans cesse repoussé depuis 21 ans et la désuète animation de banlieue imposée par notre G.O…
Tout est à reconsidérer à la base: la qualité des hébergements, l’accueil dans la langue des clients, les tarifs, les horaires, le stationnement et tous les services qui n’existent pas autour du tourisme
Notre conseil à Mr le directeur de l’office de tourisme est de faire comprendre aux professionnels ce qu’est un client et à la mairie ce qu’est le tourisme. Certainement pas une vache à traire à l’infini sans fourrage, confort, sécurité et gentillesse
Au Lavandou, nous adorons le blabla pompeux et les apéros, mais nous manquons sérieusement de leaders !

Le Lavandou réinvente le tourisme !

Partager cet article

Repost0
1 septembre 2015 2 01 /09 /septembre /2015 07:56

Le plus cuisant échec de la municipalité Regain est la transformation en 20 ans de notre village en Luna-Park et de l’avoir tiré vers le bas. Par mauvais choix et raisons mercantiles. Cette brutale migration, dans l’indifférence citoyenne, attire une surpopulation estivale de plus en plus fauchée et incitée par les feux d’artifices, sardinades et autres festivités gratuites de banlieue
Excursions, traditions, gastronomie, culture, produits régionaux... sont au rayon du superflu des "sacs à dos" plutôt amateurs de merguez, hamburgers, teufs, alcool et substances en libre circulation Cette année fut certainement la pire en matière culturelle avec une programmation inexistante, où même le fidèle Réseau Lalan a préféré exposer ses 20 ans à Bormes. N’évoquons pas l’état du port, l’incivilité sur la voie publique, l’affichage municipal crade (sur les poteaux et barrières), les hideux containers à ordures. Mais, tout cela n’empêche pas le maire de rêver à une grande destinée d’écologiste en chef sur la façade méditerranéenne. Il est vrai qu’il ne sera pas dépaysé sur les 920 km de littoral saccagé par un tourisme débridé à coups de fiestas "ras le bitume" et la destruction irréversible de l’environnement. Après une telle saison de pêche à la dynamite, le maire du Lavandou peut inviter ses collègues à faire pénitence au Romérage, cierge à la main. N’existe-t-il pas dans notre commune des gens soucieux d’une qualité de vie partagée et non subie ? Remettre du sens au Lavandou, en pleine dérive stratégique d’un seul cerveau, devient une urgence sur notre avenir économique et mental. Car, la réalité du Lavandou, complètement déconnecté de l’image qu’on lui prête, se consume de l’intérieur. Comme si, tirer indéfiniment sur l’élastique du tourisme n’aurait pas pour conséquence de lui péter au nez. Il fut une époque où, pour moins que cela, notre cicérone du Luna-Park, mécontent de la platitude des professionnels, a provoqué les "Etats généraux du tourisme". Pour quoi faire ? Avec un Epic à 650.000 € par an … il fait pire !

Partager cet article

Repost0
28 août 2015 5 28 /08 /août /2015 09:07

A faire tenir tranquilles les grands enfants !
L’idée originale du 31 juillet où chaque année Le Lavandou se transforme en conte de fée est une grosse ficelle qui ne doit pas masquer la réalité d’un monde cruel. Cette surpopulation de rêveurs est destinée à faire taire les mauvais génies, empêcheurs de tourner en rond, de la gestion locale. Une formidable kermesse où le maire se déguise -une fois de plus - en désintéressé amuseur public. Mais combien cela coute-t-il à la collectivité ? ou plutôt qu’est-ce que cela apporte à l’économie locale ? Des embouteillages, des incivilités, de la destruction écologique, de l’énervement collectif, des frustrations... Tout cela pour une maigre hotte où tout le monde contribue mais seulement quelques-uns se remplissent les poches : bistrots, restaurants, glaciers … Or, la surcharge en heures supplémentaires des municipaux (sécurité, nettoiement, permanences) et subventions aux participants… est une dissimulation toute municipale pour une manifestation sentant le déjà vu sans aucune autre imagination. Visiblement, le maire se fait plaisir. Le 31 juillet est sa chose avec le Corso, le Romérage, les Pas-sages et ses infinies rediffusions en expo-photos, vidéos, rétrospectives, sans oublier l’enthousiasme du petit rapporteur. « Miroir dis-moi qui est encore le maire ? »
Se déguiser en écossais, en père noël, en échevin ou en ministre de l’environnement… ne doit pas faire oublier à notre transformiste que sa commune ne se limite pas au parvis de la mairie. Garder ses distances, pratiquer l’équité et apprendre à compter les sous sont toujours ses handicaps récurrents. Nul doute que notre barbu saura encore nous faire rêver lors de la comptée de cette généreuse saison où les chiffres donnent le tournis aux écologistes. Mais à quoi sert tout ce monde sous les fenêtres de la mairie sinon le flatter, le glorifier et lui donner l’impression que le Père Noel existe vraiment ? Hélas, le père fouettard - plus de la moitié de son électorat - n’est jamais très loin pour le ramener à la vraie vie !

Partager cet article

Repost0
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 00:15

Pas moins de 16 absents au dernier comité de direction de l’Epic, l’usine à gaz aux mains des élus qui devait révolutionner le tourisme au Lavandou. Dans le silence assourdissant de l’adjointe au tourisme, la mairie affiche une désinvolture surprenante à la non réversion de la taxe de séjour, en totalité et ponctuellement, à sa para-municipale qui est pourtant une disposition légale. Ainsi le solde 2013 (60.000 €) a été restitué en juin…2014 et une première tranche de la taxe 2014 chichement payée en août 2014 (100.000 €). Ce qui n’empêche pas l’adjoint aux finances, si peu regardant sur les notes de frais de son maire, de chipoter les frais et le carburant du malheureux directeur qui flirte avec la disette. Pour 2015, la mairie accordera (à la saint glinglin) 420.000 € (somme nettement inférieure à la collecte de la taxe de séjour claironnée par le maire) sur les 612.000 € nécessaires pour faire tourner une équipe qui ne démérite pas. Pour info : sans effort, la régie du "parking à bateaux" est en excédent d’exploitation de 640.000 € et le CCAS dispose d’une subvention de… 450.000 €. L’équilibre de l’Epic utilisera donc le système D de son docile directeur sur les réservations, la publicité et les produits dérivés. Constat affligeant, car depuis 1995, le maire n’a cessé de pénaliser le tourisme de sa ville, commençant par casser le SIDT (Syndicat intercommunal de tourisme entre le Lavandou et Bormes) puis supprimant Lavandou Tourisme pour installer l’Epic à sa main. Résultats : désaccord des professionnels, actions débridées, 70.000 € d’éditions pompeuses, oubliées chaque année, dans les placards des hôtels, manque d’argent chronique. Le tourisme est maltraité par un maire qui considère "son" village comme un Luna park et fixe par délibération les dates d’ouverture et de fermeture de la pêche aux touristes. Amusant, dans une station dite internationale ouverte toute l’année. Un Epic intercommunal, doté d’un budget au triple avec de simples bureaux d’accueil, serait bien plus utile.
Plus cocasse, le serpent de mer consistant à supprimer de l’Office de tourisme les logements de vacances non classés. Petit rappel: c’est par la décision en 2005 de faire réaliser directement par ses services ce classement que le Lavandou avait provoqué, en concertation avec les autres communes, le naufrage de l’UDOTSI, organisme départemental en charge de ce classement (jugé trop lent et inefficace). 10 ans plus tard, sans n’avoir jamais rien entrepris, le Lavandou tente à nouveau d’interdire de publicité les locations non classées ! Entre-temps, l’usage des puissantes centrales de locations, sans acompte et sans classement, s’est généralisé.
Pour finir, le Lavandou veut obtenir parait-il la marque "Qualité Tourisme". Au préalable, rappelons quand même qu’il appartient à la commune de relever le niveau général des prestataires et de les mettre en conformité à minima avec les textes en vigueur. Comme : l’écoute et le traitement du client mécontent, la propreté, la gestion environnementale, la pratique des langues étrangères, la formation du personnel, le logement des saisonniers… Pourquoi vouloir ce label sans celui de Tourisme & Handicap ? Cela présente peu d’intérêt au regard de la cinquantaine de labels qui ornent le paraître des villages de France. Une médaille civile n’a jamais fait un combattant ! Comme la gestion catastrophique du fonds Fisac par la mairie du Lavandou encore bien présente chez les commerçants !
Finalement l’Epic de tourisme n’aura apporté que deux certitudes aux lavandourains : celle d’une structure para-municipale plus coûteuse qu’auparavant (lire le rapport de la cour des comptes) où l’argent est contrôlé par le Trésor Public (évitant les tours de passe-passe d’antan entre la mairie et Lavandou Tourisme); et celle d’une réelle fracture entre gestion privée et gestion publique. Son ex directeur général dubitatif disait de l’Epic qu'il était l'erreur stratégique d’un maire machiavel en mal de pouvoir...

Partager cet article

Repost0
10 décembre 2014 3 10 /12 /décembre /2014 00:14

Forte d’une réserve en devises estimée à 3000 milliards €, la Chine concurrence adroitement le Qatar dans ses investissements en France : Club Med, PSA, GDF Suez, Aéroport de Toulouse, vignobles bordelais, Le cabanon et une kyrielle de 200 filiales employant 13.000 personnes… à raison de 10 milliards € injectés en 2013. Une goutte d’eau par rapport aux autres pays européens (120 à 150 milliards €/ an, dont 22 en Angleterre). Dans le même temps, nous importons de Chine 60 milliards de marchandises que nous ne produisons plus (électronique, TV, textile, mobilier…). Avec 7,5 % de croissance PIB, elle devance désormais les Etats Unis, prenant la première place dans l’économie mondiale. Et nous n’avons pas tout vu, car derrière cette silencieuse stratégie à la Sun Tzu (inonder le terrain avant de noyer l’ennemi) se cachent encore l’automobile, l’aéronautique, la conquête spatiale, le tourisme… planifiés par Pékin depuis une dizaine d’années. Cette croissance ne se fait pas sans problème : la posture politique, le risque social, la pollution, l’exiguïté du territoire, l’exode rural. Mais les chinois sont travailleurs, patients et disciplinés. De petites choses insignifiantes, sans intérêt les confortent dans le temps puisqu’en Chine le temps ne compte pas pour dominer le monde. Au début du siècle, dans les lointaines colonies chinoises, ne partaient que des militants du régime communiste (surnommés poissons dormants) dont on perçoit des comptoirs un peu partout en Europe, aux Etats Unis et maintenant en Afrique abandonnée par les occidentaux. Désormais, l’aventure est ouverte aux « patriotes socialistes » surveillés par les réputés services du Ministère de la sécurité (APL) qui suivent électronique, propagande, touriste, homme d’affaire, étudiant et transaction dans le monde. En France, toute information autour des détenteurs de la dette (2000 milliards €) est un secret d’Etat. Seul chiffre connu : 65 % sont non-résidents (moyenne européenne 53 %). Classification élégante pour désigner les grands argentiers de la planète : Chine, Qatar, Arabie Saoudite, Etats Unis, Russie, Japon, banques privées au Luxembourg, îles Caïmans, Royaume-Uni … souvent obligés de notre armement. Ceux-ci achètent, revendent ou stockent des produits émis par la France (Agence France Trésor) remboursables à plus ou moins long terme. A Pékin, le nouveau mot d’ordre est le soutien aux clients moribonds, dont la France. Dans quelques mois, les chinois auront l’autorisation d’acheter indirectement notre dette sociale (162 milliards € via la Cades et la Bank of China). Un placement aux intérêts inépuisables payés par les prélèvements du CRDS et de la CSG.
Il y a 10 ans, les maîtres du renseignement chinois, sont venus au Lavandou. Officiellement attirés par le bruit d’un éductour économique mené par la CCI Paca à Shanghai et Pékin. Reçus par le président de l’OT qui les toisa jusqu’au contraint déjeuner protocolaire. Pensez donc des "jaunes" au Lavandou petit village gaulois ? Des voyageurs sans mission officielle qui parlent (français) en millions de yuans et vont nous mettre des machines à coudre partout ? Cinq heures plus tard, l’affaire tourna court vers Saint –Tropez. Notre lettré maire bien trop occupé a dissimuler sa dette n’a pas su saisir cette opportunité. Aujourd’hui, il court après un Russe de la bande à Platov. Pas mieux ! Avec le recul et un peu d’audace… le tourisme aurait pris une autre envergure qu’aujourd’hui. Finalement le plus beau village du monde est bien à l’image de la France et de ses dirigeants poudreux. Alors qu’un chinois apprend le français en 2 ans, nous avons mis 40 ans à introduire l’anglais dans nos écoles. Combien de temps pour le mandarin ?

Les chinois s’installent durablement en France

Partager cet article

Repost0