Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Lavandou Tribune. L'info citoyenne, pas l'intox !
  • : Suivez l'actualité du Lavandou sur la tribune officielle des citoyens opposés à la reconduction continue de la majorité municipale sortante. Pour rappel : la liberté d’expression est un droit fondamental défendu par la Cour européenne des droits de l'homme (CDEH) et les lanceurs d’alerte sont protégés par la loi 2016-1691 relative à la transparence.de la vie publique
  • Contact

Rassemblons Le Lavandou !

Les administrés* indignés par un cinquième mandat du même clan, réélu par 153 voix d'écart, expriment leur opposition dans cette tribune.
Ensemble, refusons l'incompétence et le clientélisme qui ruinent notre commune depuis 1995.
Ensemble,
 rassemblons le Lavandou de demain !


*47,54 % de votes contre la liste Regain aux municipales 2020

*44,55 % de votes contre la liste Regain aux municipales 2014
*25,15 % de votes contre la liste Regain aux municipales 2008

Recherche

Conseil municipal 2020-2026

Lavandou Rassemblement : 
*Jean-Laurent Félizia.
 
Stéphanie Boccard. Franck Giorgi. Gwenaëlle Charrier. Bertrand CarlettiI. Valérie Pasturel. Gilles Collin

 

Regain pour le Lavandou :
*Gil Bernardi maire

Adjoint(e)s: *Charlotte Bouvard. Bruno Capezzone. Laurence Cretella. Roland Berger. Nathalie Janet. Denis Cavatore. Frédérique Cervantes. Patrick Le Sage 
Délégué(e)s: Corinne Tillard. Philippe Grandveaud. Nathalie Christien 
Conseiller(e)s:
Cédric Roux. Carole Mamain. Jean-François Isaïa. Nicole Gerbe. Johann Koch. Laurence Touze-Roux. Nicolas Coll. Julie Roig. Jacques Bompas. Sandra Bianchi 

*Conseiller(e)s communautaires 

Vite lu

Le président fera une déclaration importante aux français le 28-10 à 20h (AFP)

Un reconfinement probable est à l'étude pour la région Paca après la Toussaint (FB)

Réactivation du plan Vigipirate autour des rassemblements religieux (AFP)

Boycott des produits et manifestations contre la France dans les pays musulmans (HP)

70 à 90% des pharmacies n'ont plus de stock de vaccins contre la grippe (FI)

L'application "TousAntiCovid" disponible sur smartphone est encore boudée (Ministre)

Incident diplomatique France-Turquie suite aux propos des présidents (F24)

Les communes annulent repas et colis de Noël par peur de propager la Covid-19 (FB)

L'Assemblé Nationale vote l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 16-02-2021 (AFP)

Couvre-feu dans le Var à partir du 24 octobre pour six semaines (Préfet)

Brexit. La France perdra 3,6 milliards € en exportation en cas de no-deal (Euler)

Couvre-feu. 46 millions de français contraints de rester chez eux de 21h à 6h (LP)

Une amende record de 4,3 milliards € contre Google infligée en 2018 par l'UE (FI)

Google poursuivi pour abus de position dominante aux USA (HP)

Vaccins contre la grippe en rupture de stock dans 60% des pharmacies (LM)

Europe la France cotisera 26 milliards € à Bruxelles mais en recevra 40 d'aides (AN)

Facebook interdit toutes publicités ou infos contre la vaccination de la grippe (AFP)

Sécurité Sociale le déficit serait de 44,7 milliards en 2020 contre 5,4 en 2019 (Bercy)

Le virus Covid-19 a déjà muté plus de 1000 fois depuis son apparition (HP)

Confusion des statistiques par amalgame entre Covid-19 et grippe saisonnière (Twitter)

Le président de la Région Sud et son bureau épinglés pour leurs salaires exorbitants (CRC)

Une loi en préparation va obliger les maires à réguler leur surfréquentation touristique (AN) 

Tempête Alex l'urbanisation incontrôlée à l'origine des dégâts exceptionnels (HP)

Création d'un observatoire national des agressions envers les élu(e)s (AMF)

56 % des américains prédisent la réélection de Trump qui "rattrape son retard" (NYT)

Cinéma. Le streaming vide les salles de cinéma désertées par la pandémie (Actu)

440 milliards € dorment à perte sur les comptes courants des français (BdF)

L'ex ministre de l'économie J.Cahuzac ne porte plus de bracelet électronique (FI)

La France toujours championne européenne des impôts : 46,1% du PIB ponctionnés (TC)

Faute de candidat éligible en 2022 la droite L.R. tente un accord avec Macron (LFI)

La Saur aurait "offert" 2 œuvres d'art à l'ex-maire d’Annonay contre un contrat d'eau (HP)

Le Lavandou classé 76 sur 100 communes du littoral méditerranéen où il fait bon vivre (V&V)

L'Iran émet un mandat d'arrêt international contre Trump après la mort de Soleimani (HP)

Carqueiranne "Monsieur X" doit rendre à la mairie 124.634 € détournés en 2012 (CEC)

27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 21:41

Contributions: Louis Genot, chris89, KLM, Martini.C,VVE
L’évolution du tourisme de masse a fait les joies du béton des 30 dernières années mais connait depuis 5 ans un puissant retournement vers les lieux protégeant la nature et contribuant au développement local. Cette tendance devrait encore s’amplifier en Europe où une course contre l’urbanisation intensive fait la part belle aux destinations authentiques. Ainsi plusieurs facteurs influences le choix des nouveaux touristes : protection de la nature, retour aux traditions, vie authentique… les touristes fuient désormais les formats standards :  hôtels médiocres, plages bondées, surfacturation, dégradation des  services au profit des parcs nationaux, center parcs, îles, zones sans circulation. Ainsi l’écotourisme s’installe tranquillement en France comme le moyen de concilier plaisir du voyage, rencontres enrichissantes et écologie! Cela se traduit par le choix de destinations moins touristiques mais plus "naturelles" et "locales" .
Né il y a une trentaine d’années, le terme lui-même d’écotourisme est naissant. La définition qu’en donne la TIES (Société Internationale de l’Écotourisme) date de 1991: «L’écotourisme est un voyage responsable dans des environnements naturels où les ressources et le bien-être des populations sont préservés ». L’écotourisme s’oppose ainsi au tourisme de masse pratiqués par certaines villes du littoral varois, piégées par leurs investissements et une saisonnalité pesante. C’est une des formes du tourisme durable, plus centrée sur la découverte de la nature (écosystèmes, mais aussi agrosystèmes et tourisme rural), voire d'écologie urbaine (jardins écologiques, Espaces verts écologiques, réserves naturelles urbaines, jardins ouvriers  et autres sujets du domaine de l'écologie urbaine...). La tendance est mondiale et concerne des paysages ou des espèces particulières (Ex. lions ou éléphants au Kenya, observation et/ou étude des oiseaux ou des baleines au Canada), tout en respectant les écosystèmes, voire en contribuant à les restaurer, dans une approche volontaire de "remboursement de la dette écologique" générée par ce tourisme, qui par ailleurs cherche à diminuer son empreinte écologique. Ce tourisme s'adapte aussi bien aux pays développés comme la France, une position que défend l'Association Française d'Ecotourisme depuis 2005, ainsi que d'autres associations nationales de l'écotourisme en Europe et en Australie.
En 2008, lors de la Quarante-huitième réunion de la Commission pour les Amériques (Séminaire international sur la gouvernance du tourisme dans les Amériques) à Villahermosa (Mexique), Francesco Frangialli, Secrétaire général de l’OMT a évoqué le fait de définir la notion de "tourisme écologique et durable". En effet, l’OMT a lancé son concours de photos sur le thème de la Journée mondiale du tourisme (JMT) sur le thème : "Le tourisme s’engage face au défi du changement climatique". Les photos primées sont affichées sur le site de l’OMT et exposées aux grands salons professionnels. Dans ce cadre, il a notamment déclaré : "L’écotourisme se veut une réponse durable" à l’inquiétante montée d’un tourisme de masse insuffisamment conscient des menaces qu’il fait peser sur l’environnement. Le développement d’un tourisme tourné vers une consommation de plus en plus rapide et "rentable" des voyages, où chacun pense avoir le droit de découvrir jusqu’à la parcelle la plus reculée du monde, participe à la menace qui pèse sur le renouvellement des ressources naturelles telles que l’eau douce, les forêts et les récifs coralliens, et met en péril la survie de nombre d’espèces vivantes, trop souvent exposées à la curiosité de touristes s’imaginant dans des zoos à ciel ouvert. ». M. Frangialli a donc proposé, lors de la Journée mondiale du tourisme, qu’un Groupe de réflexion travaille sur le thème « Le tourisme s’engage face au défi du changement climatique » à Lima (Pérou) afin d’élaborer « une charte éco touristique ».
Aider à faire prendre conscience de la nécessité de préserver le patrimoine naturel et le patrimoine culturel. Le tourisme étant l'un des secteurs qui connaît le plus fort taux de développement dans le monde, à l'inverse du tourisme de masse qui dégrade les milieux naturels, en intégrant une dimension éthique et écocitoyenne. Des guides de bonnes pratiques apparaissent, dont pour la prise en compte de la biodiversité dans les hôtels. De même, de nouveaux médias faisant la promotion de ces bonnes pratiques auprès des professionnels apparaissent.
En France, un quotidien en ligne, le Journal de l’Ecotourisme, existe depuis 2010. Celui-ci passe en revue l'actualité du tourisme durable et propose des reportages, articles et autres portraits d'acteurs (gérants de campings, propriétaires d'hôtels, gestionnaires de parcs d'attraction, de sites naturels..) engagés en matière de développement durable.
La "conservation", nécessaire à la préservation de la biodiversité et de ses fonctions... à travers la protection, voire la restauration des écosystèmes. L'opérateur touristique devrait justifier de l'absence d'efforts de conservation quand de tels efforts n'existent pas..
-Éduquer des voyageurs sur l'importance de la conservation ;
-Respecter de la diversité culturelle et ses liens à l'environnement ;
-Minimiser les impacts négatifs sur la nature et la culture que pourrait endommager une activité touristique (incluant le voyage pour l'accès à la destination) ;
-Réaménager le cœur des villes au sein des périmètres protégés (transports propres, centre de conférences, piétonisation, circuits pédagogiques, vigies…)
L'écoresponsabilité du voyagiste doit être mise en avant par des évaluations fondées sur des preuves, principes et critères clairs et transparents. Ce dernier doit travailler en coopération avec les autorités et populations locales pour que l'activité écotouristique apporte un double bénéfice, une réponse aux besoins locaux de développement et aux besoins de conservation de la nature.
Les revenus et autres bénéfices tirés de l'écotourisme doivent directement bénéficier aux populations de l'aire concernée et à celles qui en sont riveraines, et être utilisés pour la protection, gestion, restauration, conservation et surveillance de la nature et des zones protégées (incluant les aires marines protégées incluses dans la zone de projet ou en aval de cette zone le cas échéant); Développer très en amont la planification territoriale du tourisme pour en limiter et/ou compenser les impacts négatifs, et les adapter au mieux aux caractéristiques des régions naturelles et des habitats visités, si possible avant d'y lancer le tourisme, en épargnant les zones trop vulnérables (cœur d'habitat, réserve intégrale, sanctuaires de nature..) et corriger ces plans en fonction des retours d'expérience et évaluation des impacts du tourisme ; vérifier que la pression de l'écotourisme soit toujours inférieure aux limites naturelles et aux changements acceptables socialement pour la population autochtone et locale, avec des seuils à déterminer en amont par des chercheurs, avec la population.
Les principes et critères généraux du développement durable doivent être respectés par l'écotourisme, incluant la constitution ou l'utilisation d'infrastructures (accueil, routes, pirogues et autres moyens de transport..) de haute qualité environnementale (HQE) et un usage minimal et compensé des ressources fossiles ou pas, peu, difficilement ou coûteusement renouvelables, (naturelles ou fossiles).
L'encouragement du développement durable, en fournissant des emplois aux populations locales et autochtones.
Le partage des bénéfices socio-économiques et socio-culturels avec les communautés locales, en obtenant leur plein accord et accord éclairé, pour une participation à l'activité écotouristique et à la gestion de ses impacts.
Pour de nombreux pays, l'écotourisme n'est plus préconisé comme une activité marginale destinée à financer la protection de l'environnement mais parce qu'il y est devenu un secteur moteur d'une économie nationale, et un moyen de générer des revenus. Par exemple, dans des pays tels que le Kenya, l'Équateur, le Népal, le Costa Rica et Madagascar, l'écotourisme est devenu la principale source de devises.
Actuellement le Conseil Général du Var travaille sur l’écotourisme dans la cadre de son plan Horizon 2030 en aménageant les plages, protégeant les sites remarquables, favorisant l’extension du Parc national de Port-Cros ou les réserves foncière du Conservatoire du littoral… Tout cela souvent dans l’incompréhension ou l’indifférence des populations autochtones  (cf : le référendum du Lavandou du 22 mai 2011) et la fronde d’élus  cherchant à conserver la main sur leur espace.
L’écotourisme est une question de temps et d’évolution des mentalités pour saisir cette nouvelle chance d’un tourisme plus responsable, porteuse de richesses et d’emplois face au modèle vieillissant des "congés payés" 

Partager cet article

Repost0
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 12:20

Déjà février ! et toujours rien de l’ambitieux programme claironné sur tous les toits du Lavandou par l’Epic. Les professionnels sont sceptiques sur la capacité du maire, déjà fragilisé par des dossiers plus simples, à apporter un nouveau souffle au tourisme lavandourain. Son nouveau slogan incompréhensible pour un habitant normalement constitué et mis en scène par une équipe de communication descendue spécialement de Grenoble ne rassure pas les autochtones sur sa capacité à comprendre la problématique saisonnière que le Lavandou n’arrive pas à surmonter. De l’avis général, le maire tire sa dernière cartouche avant sa sortie, après avoir usé ses groupies par ses comportements imprévisibles, illustrant une équipe Regain creuse et sans méthode. Le discours du bâton tenu par l’Epic auprès des professionnels du Lavandou continue à démontrer la fragilité d’une stratégie qui consiste, malgré eux, à abonder une plateforme de réservation incapable de rivaliser avec les leaders du marché ou à financer des éditions qui font surtout plaisir à l’égo du maire. Le contexte a brutalement changé dans sa réalité économique où l’on ne peut pas tirer indéfiniment sur le portefeuille du privé pour financer les fantasmes du public. Et 2012 sera plus encore plus difficile que 2011 car le rebond dépend des autres, ceux qui habitent loin, en Asie, aux USA, au Brésil…En ce sens, le maire du Lavandou est déconnecté du monde réel, de son département et maintenant de son village qu’il croit insubmersible. Une petite lueur dans ce panorama : le reflux du tourisme populaire  inquiet du remue-ménage en Tunisie, Egypte et demain en Algérie ou en Turquie. Mais il lui faudrait transformer le Lavandou en Barbès Rochechouart pour les attirer au risque de faire peur à son électorat 3ème âge qui reste bien le dernier fonds de commerce stable. Qu’en restera-il en 2014 ?


03-07-2010 Il manque une ambition touristique au Lavandou
Le Lavandou n’a pas encore assimilé la double concurrence: nationale et internationale. Nationale, par une compétition impitoyable entre régions où l’intercommunalité joue un rôle décisif en concentrant les moyens sur un seul message dépassant les frontières municipales.reveilInternationale, par un marché expansif sur des destinations exotiques à moins de 2 heures d’avion à des prix très bas. Que demande un touriste ? considération, animation - pas seulement estivale - prix justes, établissements soignés, personnel attentif qui parle sa langue, bonne cuisine locale. S’allonger sur le sable à prix d’or c’est fini, il lui suffit d’aller aux Caraïbes, au Maroc, en Tunisie...c’est mieux et moins cher. A quoi sert la "Maison du Lavandou" si les professionnels trainent les pieds et considèrent que la chasse aux touristes n'est ouverte que 4 à 6 mois par an ? A quoi sert cet entêtement d’aller chercher des touristes dans les micro salons français ou européens en ignorant les énormes salons internationaux de tourisme qui ouvrent les marchés asiatiques, brésiliens, russes, pays du Golfe où règnent l’argent et le pouvoir d’achat ? En vérité, il manque une ambition "tout tourisme" à notre commune. Pas une ambition caporaliste, dont le pouvoir est très limité et surtout repoussant, mais une fierté d'appartenance à une commune exceptionnelle. Le Lavandou a l’âge de ses artères, encore assis sur sa superbe insolence que le désir restera plus fort que le service rendu. Problèmes d’immobilisme ambiant, d'absence de stratégie, d’alliances impossibles, de pouvoir à sens unique. Beaucoup trop d’opportunités ont été ratées par le maire depuis 1995 : intercommunalité, directeur de station (indépendant, pas aux ordres du politique),  missions internationales, participation au Comité départemental de tourisme, fonds européens, manifestations majeures, centre de congrès... tant il est isolé par un esprit clanique, une jalousie maladive, sa kleptomanie du pouvoir que d’erreurs de casting dans le choix de conseillers godillots pour régner sans partage. Malheureusement un EPIC (office municipal de tourisme) ou encore le maintien en sous-main de la sulfureuse association Lavandou Tourisme (dont la récente assemblée générale à été très épique) c’est déjà du passé. Le maire est désormais  prisonnier de ses turpitudes pour sa petite autosatisfaction de diviseur dont il détient seul le secret. Pour devenir fort, il suffit de s'entourer de plus fort que soi, sans avoir peur de perdre le pouvoir ou d'affronter la contestation. Mais au Lavandou, mieux vaut être sourd que d'entendre de tels propos ! 

2010-07epic    

Lavandou: un campement clandestin de vendeurs de beignets démantelé 

Partager cet article

Repost0
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 00:25

Un nouveau regard se pose désormais sur le Lavandou qui abandonne son célèbre "station aux 12 sables" pour "parfums de lumières", mystérieux patchouli  marketing dont seul le maire a le secret de fabrication. ampoule.gifIl faut effectivement avoir de l’audace pour balayer les initiatives des professionnels  du Lavandou qui ont fait la notoriété de la commune depuis une décennie sur le marché du tourisme, en bousculant leur communication sans concertation. A ce jeu  des concepts publicitaires décalés, le Lavandou entre de plain-pied dans la promesse antirides et du "soleil en bouteille" selon l’Oréal ou ITER. L’assemblage des mots et des symboles sont donc censés transporter le touriste vers le paradis céleste "des lumières" qu’est le Lavandou ? Après la station aux 12 sables, la cité des 3 dauphins… le Lavandou cherche toujours son positionnement ! Sauf que pour faire passer cette nouvelle vaticination il va lui falloir mettre beaucoup d’énergie dans la machine à communiquer et essayer d’entrainer les acteurs économiques dans ce délire public. Et comme l’excellence se mérite, vous devrez demander une autorisation écrite du maire et de son bras séculier l’Epic pour utiliser la nouvelle création, largement d’inspiration BEN [Benjamin Vautier], mais administrativement protégée par les autorités. Si tout était aussi simple, les collectivités économiseraient pas mal d’argent en laissant faire les acteurs économiques privés, ceux qui se battent tous les jours dans la vraie compétition internationale. Le maire n’y connait rien mais il sait après quoi il court : sa réélection.  Nul doute, notre GO s’amuse bien et les groupies vont applaudir l’excellentissime intuition mise en œuvre avec l’argent du contribuable. Une question se pose: jusqu’où ira-t-il pour donner une pâle contrefaçon tropézienne à sa commune ? Une simple étude sur les nouveaux comportements freudiens des touristes aurait mis tout de suite en lumière son erreur : exotisme, prix,  jeux, libre-service... Bon sang, mais c'est bien sûr ! Désormais vous êtes au parfum… !

Partager cet article

Repost0
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 02:23

Prologue. Récemment, le maire du Lavandou fustigeait les élus de l’opposition dans sa gazette de propagande municipale après avoir "agrémenté" notre texte de remarques  partisanes, soigneusement rangées dans notre carton rouge  "mauvaise foi" juste à côté du casier "pratiques illégales " ornés de trois gros dossiers  "Urbanisme" "Tourisme" et "Promesses non tenues".
Son "coup de gueule" plumitif nous invitait, sans nuance, à fermer la nôtre ! Invitation que beaucoup de lavandourains, sans grade, sans portefeuille garni  et sans bras long, connaissent, pour peu qu'ils aient approché le bureau de l'élu, en  espérant quelque intervention de sa part. Car au Lavandou, le symbole républicain  Liberté  - Egalité - Fraternité -  est vide de tout sens, si l'on oublie d'y ajouter  "avec mes copains" !...  Entre autres sarcasmes et sous-entendus d'incompétence à notre encontre, le maire met en cause notre connaissance du tourisme local !  C'est manquer, une fois de plus, de discernement car le Tourisme je connais un peu, en voici l’illustration ! 
langue21er acte. En 2000, j'ai créé le "mini port de Cavalière" sur le site abandonné du bassin Beaumont.  La mairie ne savait vraiment pas quoi en faire, prête à le confier gratuitement à une association de maquettistes, laquelle, malgré l'aubaine,  exigeait entretien et sanitaires installés sur place. Agent commercial dans les loisirs nautiques, notamment  pour le fabricant de ces petits bateaux et ayant appris l'absence d'idée du maire, je l'avais rencontré fin 99 pour lui présenter une cassette vidéo sur mes produits. Il fut enthousiaste !... un appel d'offre plus tard, le maire me convoque pour me faire savoir qu'il souhaite que ce soit "un lavandourain pur sucre " qui gère cette affaire à naître. A force de promesses d'aide et de soutien (que j'attends toujours...) il finit par me convaincre! Passons sur les mille bassesses et croche-pieds: retard d'une année dans la pose de l'éclairage, mensonges éhontés, procédures foireuses et autres descentes de Police Municipale , commissions de sécurité, permis de construire refusé sans raison, candidature écartée pour la sous-traitance pourtant autorisée du snack, constructions tolérées, caravanes interdites ( 6 cambriolages en 6 saisons ), Tribunal correctionnel   et refus d'entretenir  le cours d'eau mitoyen du bassin.  (Inondations = pertes d'exploitation).  Passons aussi sur la paternité revendiquée par le maire de cette bonne idée qu'il a mis à son actif personnel !... Passons donc sur mon éviction, dans des conditions illégales au bout de 7 années  (le Tribunal administratif, après la préfecture,  s'en occupe...) pour s'attarder sur le candidat retenu par le maire, conseillé par son adjoint aux écarts… 
2ème acte. En son temps (2004) ce ressortissant  anglais, habitant Nice, m'avait confié qu'il cherchait une affaire dans la région.  Je lui indiquais alors une opportunité qui me paraissait intéressante sur le Lavandou. Celle de reprendre l'exploitation disparue du "petit train des plages" pour laquelle la commune ne trouvait pas preneur depuis plusieurs années!  Plan prévisionnel à l’appui, mon approche fut persuasive… l’anglais fut convaincu et après avoir rencontré le maire, il fut décidé de lancer un appel d'offres qui n’eut qu’un seul candidat, donc heureux élu  !...  Emporté par l'enthousiasme et sans aucun intérêt personnel, je contribuais à la mise en place de l'entreprise, me déplaçant chez le fabricant de petit train, négociant pour lui tarif, options, garantie, le présentant à l'office de tourisme dont j'étais administrateur,  traduisant en français les  prospectus ... J'avais même accepté que le petit train soit garé au bassin Beaumont pour qu'il puisse être surveillé la nuit. Le maire, malgré sa promesse, ne lui ayant trouvé aucun garage possible en centre-ville !  Une implication malheureuse au regard du sort qui me sera réservé plus tard, en 2007, par cet anglais et le maire ! Ayant déposé une candidature dans mon dos, pour exploiter mes installations du bassin Beaumont, je constate que son nouvel ami le maire, lui accorde sa préférence, voire son favoritisme,  à mon détriment. A trois jours de l'ouverture de la nouvelle saison... me voilà "remercié" mais d'une drôle de façon !  La roue tourne dit on et l'on ne vole pas impunément une "âme"... Le "mini port" a disparu pour devenir  "Le Petit lac" s'appropriant la clientèle familiale que j'avais fidélisé. Il a surtout  excellé à la perdre et la voir disparaitre pour ne plus jamais  y revenir ! 7 années d'efforts anéanties par la bêtise et l'avidité,  l'indifférence et le mépris. Notre fossoyeur des initiatives privées, n'assume pas  son mauvais choix, vous pouvez en constater aujourd'hui le triste  résultat...! Revenons donc au petit train des plages apporté sur un plateau à la commune!
3ème acte. Qu'on se le dise le maire n'y est pour rien ! Au-delà de la personnalité  de son exploitant, le petit train reste indispensable à notre station touristique. Il est rentable et rencontre d'ailleurs un grand succès ! Le maire avait exigé – avec raison - qu’il ait une réelle utilité de desserte entre les plages  du Centre-ville à Pramousquier... train2De nombreux estivants l'utilisent en saison pour leurs déplacements, ce qui permet de limiter l'utilisation des voitures. La délégation de service public (DSP) arrive à son terme au printemps  2011. Il serait plus profitable à la commune d'envisager un appel d'offres avant la fin de l'année, pour créer une véritable concurrence. A défaut, il est clair qu'il n'y aura qu'un seul candidat pour les trois prochaines saisons. Le même !  Dont je sais qu'il n'apporte pas la plus grande satisfaction ! (l'Office de Tourisme accumule les doléances).  Il est intéressant  de constater que le délégataire sortant annonce déjà son retour  pour Pâques, ce qu'il n'a jamais fait dans le passé !  Les carottes sont-elles déjà cuites ? La reconduction déjà bien ficelée ?  Quelle est l'entreprise concurrente qui pourra assumer au mois de mai la mise en place et l'investissement  d'un petit train pour une exploitation sereine dans le mois qui suit ?  (autorisation de circulation, agrément D.D.E, Préfecture, commande du matériel, délais de livraison, garage, chauffeurs, publicité, etc...)  Pourquoi ne pas proposer, au vu du succès rencontré, la mise en place d'un deuxième train  pour une rotation encore plus efficace, plus rentable, salutaire au désengorgement de nos routes ?  ou réfléchir à l'ouverture très attendue de la ligne tard le soir  sur le même parcours, (restaurants, bars, établissements de nuit, alcoolémie au volant) plutôt que cette promenade nocturne en centre-ville, sans aucun intérêt ?  ou accorder la préférence à l'exploitant d'un matériel moins polluant ?  Allons, Monsieur le maire, à défaut  de vous y connaitre en tourisme, ayez un peu d'audace écologique, celle dont vous nous rebattez les oreilles!
Epilogue. Bilan de ce gâchis municipal : moi, élu d'opposition, ex-administrateur élu de  l'association Lavandou Tourisme, créateur d'un parc de loisirs "Mini port de Cavalière" aujourd'hui disparu, qui servait les intérêts et l’image de la commune, apporteur du "petit train des plages", professionnel reconnu de la communication depuis 30 ans, développant le plus important guide touristique internet de la côte d'azur varoise, en relation permanente avec l'ensemble du tissu économique intercommunal, je n'ai rien à prouver au maire du Lavandou, lequel  mène depuis 3 mandatures la commune selon le fait du prince, dans la division et son humeur cyclothymique. Dommage  de constater que toutes les bonnes volontés, bénévoles et désintéressées sont  systématiquement coulées à pic par sa cleptomanie du pouvoir, qui dénote aussi sa fragilité.
Arnaud Parenty, élu d'opposition au conseil municipal - Liste Lavandou Ensemble 

Partager cet article

Repost0
2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 16:22

Les parkings sont pleins, les plages sont couvertes de touristes en vacances, les animations attirent beaucoup de visiteurs, surtout quand c’est gratuit ! Blanche-PromesseLa presse locale toujours très déclamatoire dans sa prose, donne l’illusion que tout est parfait. Toujours mieux que les années précédentes, au Lavandou pas de crise ! De même, les hôtels affichent tous complets, les 12 plages du Lavandou sont bondées (surtout quand on confisque l’espace public), les réceptions offertes par la municipalité paraissent toujours très appréciées par les visiteurs. C’est l’apothéose au Lavandou quand on écoute les dirigeants de l'EPIC tourisme, dont le fonctionnement coutera bien plus que les 450.000 € annoncés par le pouvoir politique en place !
Mais qu’en pensent vraiment les professionnels de l’hébergement et les commerçants de notre commune si pleine de charme ? La saison 2010 remplit-elle toutes les espérances attendues par ceux qui  vivent uniquement du tourisme ? Comment peut-on faire croire indéfiniment à la population, avec des effets d’annonces, que les retombées commerciales de cette saison sont très bonnes, sans véritablement rechercher la réalité des effets économiques ?
C’est vrai que les parkings affichent toujours complet entre le 10 juillet et le 25 août, ce qui est un peu normal pour la saison à laquelle s’ajoute la suppression par la municipalité d’une centaine de places entre le port et le centre-ville, sans créer pour autant de nouveaux espaces de stationnement en extérieur. Pourtant l’opposition, depuis 2001, préconise l’étude d’une surélévation d’un ou deux étages de parking sur la place du marché. Le parti unique qui décide tout sans débat pourrait peut-être s’en inspirer en reprenant l’idée à son compte.
Nous constatons aussi avec regret que le centre-ville s’asphyxie commercialement. Toutes les communes qui reçoivent une importante population touristique sur une période relativement courte, doivent périodiquement organiser une zone piétonnière dans leur centre-ville. La survie d’une station et le dynamisme commercial passeront inévitablement par une prise en compte de ce phénomène pour l’avenir de notre commune et son développement touristique. Notre patrimoine touristique doit garantir l’avenir des générations futures qui souhaitent rester au pays et vivre des retombées économiques touristiques. Comment accueillir des milliers de visiteurs autour de grandes animations commerciales, si notre commune ne peut apporter d’espaces sécurisés pour le stationnement ? Si nous voulons conserver notre statut de commune touristique de renom, nous devons prévoir une véritable politique d’animation commerciale, car le soleil et le sable ne suffisent déjà plus à satisfaire les exigences des touristes qui voyagent de plus en plus vite et de plus en plus loin, sans taxe de séjour ou racket municipal.

 

Partager cet article

Repost0
15 mai 2010 6 15 /05 /mai /2010 19:14

(mise à jour 15/05/2010)
Le 3 mai 2010, un nouveau directeur a été enfin mis en place avec fanfare à l’Epic. Pas trop tôt pour un projet soigneusement préparé depuis plus de...3 ans, d’après la gazette populiste. La saison touristique est déjà bien mal engagée et l’ambition du maire de lever 420.000€ de taxes de séjour pour le fonctionnement de l’Epic fera certainement appel à une nouvelle subvention d’équilibre en fin d’année - malgré le changement surprise du calendrier financier voté le 4 février 2010. Sans compter le surcoût de l’agonisante association Lavandou Tourisme toujours pas liquidée, peut être pour éviter un audit officiel qui s’imposerait face à une gestion hasardeuse et de probables manipulations comptables accumulées depuis de nombreuses années. Cette situation originale n’a toujours pas permis au maire de communiquer à l'opposition le dernier bilan de cette paramunicipale, ce qui ne l’a pas empêché de lui accorder illégalement une nouvelle subvention de 40.770€ le 12 mars 2010 pour éditer, sans appel d ‘offres, le Guide touristique 2010 publié fin mars. Dont acte !

Le défi est maintenant de faire fonctionner tous les acteurs économiques ensemble. De ce point de vue, tout reste à prouver alors que le passé à plutot démontré l’inverse. Le maire a désormais toutes les cartes en main et  joue sa crédibilité personnelle dans une période où le tourisme connaît une mutation sans précédent, à laquelle il n’a pas su s’adapter. Mais comme il ne partage rien et que sa clairvoyance est forcément la meilleure,  il devra assumer seul son autosatisfaction permanente.

           

L'Office de tourisme: le château de cartes du Lavandou
(23/02/2010)

Silence radio sur la mise en place de l'Epic (Etablissement Public et Industriel) en lieu et place de l'association Lavandou Tourisme. Nous restons sans nouvelles concernant l'embauche indispensable d'un directeur. La saison approche à grands pas ! Mais pas de perle rare à l'horizon !

On sait que l'association Lavandou Tourisme, moribonde,  reste sous respirateur artificiel, pour éditer des guides, plans et entretenir le site internet. Ce que l'Epic naissant ne peut pas encore faire... Drôle de méthode illicite !  On constate aussi le rôle pervers d'une association paramunicipale - à but non lucratif - qui confie, une fois de plus illégalement, (sans appel d'offre)  la vente de l'espace publicitaire pour financer ses publications et l'impression à une entreprise valettoise.  Les entreprises locales, plus sourcilleuses de la légalité et plus inquiètes des conditions de règlement jamais respectées,  sont oubliées ou non partantes - Chat échaudé craint l'eau froide - dit le dicton.  Nos deux offices de tourisme (!) ne disposent toujours pas des guides et des plans à distribuer fin février, alors que ces documents indispensables à la prospérité du Lavandou devraient être à disposition des professionnels dès… décembre

CarteUn petit rappel nécessaire à la mémoire: l'Epic  était,  selon le maire, prévu de longue date ! La transition semble bien laborieuse ! Pas de directeur, pas d'idées neuves, pas de guides : Nous avons bien là  démonstration d'un message travesti ! Un de plus !

L'opposition municipale n'a toujours pas pu accéder aux comptes de l'association ou participer, même de loin, à l'autopsie du cadavre saigné à blanc par quelques individus démissionnaires et subitement disparus de la scène municipale mais pas inconnus des tribunaux. Une tentative, pourtant polie, s'est soldée récemment par une fin de non recevoir...

Voila, qu'après avoir reçu pour 2009 une subvention de 320 000€ (au lieu de 250 000€ les années précédentes...), qu’après avoir encaissé illégalement une grande partie des cotisations 2010 (montant inconnu...) le conseil municipal sera prochainement appelé à voter une subvention 2010  d'un montant de 40 770€ pour renflouer et clore les comptes si secrets de cette association para municipale ...

Que sait-on de l'actualité juridique de cette nébuleuse sous oxygène ?  Existe t'il un conseil d'administration, un bureau, une trésorerie, Pour prétendre recevoir une subvention, une association ne doit elle pas montrer check up et comptabilité impeccable ?  Un  mutisme morveux  fait la réponse une fois de plus, au Lavandou !  Circulez ! Y a rien à voir... Que cache le maire du Lavandou ?

Rappelons que la collectivité s'apprête à financer l’ EPIC à hauteur de 450.000€, avec la collecte de la taxe de séjour, sous  contrôle du Trésor Public... Nous pouvons donc considérer que le budget total alloué au Tourisme cette année  2010 est donc de 490.000€. Le double de celui accordé en 2008 !

A votre avis, qui décide ? L'as de pique ou le roi de carreau ? Le château de cartes  pourrait bien s'écrouler...

Partager cet article

Repost0
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 15:39

On s'étonnera toujours des agissements de la commune vis à vis de l'office de tourisme ! Ainsi, depuis le 1er janvier 2010, nous disposons pour la promotion touristique de la commune d'un Epic (Etablissement Public et Industriel) supervisé dans sa gestion comptable par le Trésor public.

Cet Epic, sous contrôle de la mairie, est financé à hauteur de 450.000€ cette année 2010 par le reversement intégral de la taxe de séjour, générée par les professionnels hôteliers et loueurs. Ce financement par la collectivité impose un encadrement très rigoureux de ses attributions. Parmi celles ci figure, entre autres, l'édition de guides et plans à l'attention des professionnels, qui  ne peuvent pas être financés par la vente d'espaces publicitaires. (Cela serait immédiatement constitutif d’un délit de préférence et de concurrence déloyale). Tous les acteurs liés au tourisme doivent être cités sur un pied d'égalité et sans contre partie financière. Pas d'adhésion, pas de cotisation. Cela reste à la charge de la collectivité, c’est la loi.  L'Epic opérationnel  depuis janvier n'a toujours pas trouvé son directeur titulaire qui est remplacé « provisoirement » par un chargé de mission désigné par le maire.

ToqueAntérieurement au 1er janvier 2010 et depuis 1995, la mission de développement touristique était confiée à Lavandou Tourisme, association loi 1901, sans but lucratif, qui signait chaque année une convention encadrant sa mission et percevait une subvention de la commune à hauteur de 320.000€ (2009 = 250.000€ + 70.000€ de "rallonge" pour trésorerie chancelante...). En 2008, La mairie avait fait main basse par un subterfuge sur cette association, profitant de la naïveté d'une présidente fraichement élue, pour y imposer 7 élus du conseil municipal aux postes clés du conseil d'administration, (dont 2 vice présidents), s'autorisant même l'embauche à grand frais d'un directeur salarié, ex-président "bénévole" de l'association, par ailleurs nouvel élu au conseil municipal ! L'opposition, assumant son rôle de sentinelle, s'est étonnée publiquement que les élus du conseil municipal aient pu voter des subventions à cette association. En effet, il est strictement interdit par le législateur d’être juge et partie – c’est une prise illégale d'intérêt caractérisée. A cela s'ajoute la gestion de fait flagrante de cette association par le maire lui-même depuis 1995 sur laquelle nous détenons de multiples preuves. Conscient de cette fâcheuse posture, le maire a dans l'urgence voulu remettre de l'ordre dans cette petite cuisine qui sent très mauvais ! (dont le livre des recettes est caché à l'opposition; la consultation de la comptabilité de l'association lui étant toujours illégalement refusée). C’est alors qu’il sort de la poche de son tablier immaculé son nouvel ustensile : l’Epic, cité plus haut, pour remplacer au pied levé l'association prise en faute.  Nous aurions pu en rester là, faire table rase du passé, ranger les couteaux  et souhaiter à l'Epic de faire enfin du bon travail et de servir au mieux les intérêts touristiques de la commune. Mais rien n'est simple au Lavandou ! Les coups tordus mijotent !  Et la cocotte minute risque bien d'exploser prochainement !

Ainsi L'association Lavandou Tourisme qui devait disparaître et être enterrée le 31 décembre 2009 est toujours là ! Au sortir de l'été 2009, tout en  se sachant euthanasiée et en parfaite connaissance du fait qu'elle ne remplirait pas sa mission, elle lance les appels de cotisation 2010. Malgré l’annonce à grands bruits de l’Epic de nombreux "ex-adhérents" ont donc benoitement réglé leur cotisation à l'association moribonde dans l'ignorance de la situation. Nous ne savons rien du montant perçu indument par cette association et aucun "ex-adhérent" n'a été remboursé.  Certains d'entre eux, prévenus du pot aux roses  ou simplement  retardataires, n'ont pas payé. Bien leur en a pris. Il est révélateur qu'aucune poursuite n'ait été engagée à leur encontre. Qu’a fait l'association de cet argent? Mystère!  

Au 1er janvier 2010, la "moribonde" est placée, sur ordre du maire, sous tente à oxygène... car elle peut encore servir !  Pourquoi faire ?  Éditer des guides et plans, gérer le site Internet  (avec le maintien de 2 salariés) et se substituer ainsi à l'une des missions de l'Epic. S'y ajoute un autre avantage: cette astuce ne coûtera pas un centime à l'Epic ! Ce sont les cotisations indument versées par les naïfs "ex-adhérents" qui seront utilisées pour financer en grande partie les publications (détournement de destination). A cela s'ajoute une généreuse subvention de 40.770€ offerte lors du conseil municipal du 12 mars 2010 et la vente d'espace publicitaire, confiée à un imprimeur sans aucun appel d'offre règlementaire !  Les râleurs et ceux qui ont refusé de payer se verront menacés de différentes mesures de rétorsion, dont celle d'être retirés des listings du guide 2010. Enfin paru (fin mars !) vous pouvez constater la véracité de nos dires ! Les cotisations dévolues à une prestation de services se sont transformées en citations, voire en publicités. Les mauvais coucheurs ne sont pas cités et l'anonyme directeur de publication précise même avec aplomb : "Liste non exhaustive. Les commerces cités sont ceux, adhérents à l'office de tourisme, soucieux de valoriser l'accueil touristique au Lavandou". Ah Bon? Alors ceux qui ne sont pas inscrits au club des obligés, des soumis, des timorés, des copains ou des coquins ne sont pas soucieux de valoriser l'accueil touristique au Lavandou ? C'est indécent et mesquin ! D'autre part, si l'Epic où sa sœur siamoise Lavandou Tourisme, avait rempli correctement  cette mission d'information touristique, avec nos fonds publics si généreusement distribués pour ce faire, le contenu des publications  aurait du se limiter aux seuls acteurs touristiques de la commune.  Au lieu de cela, il est singulier de constater que l'association Lavandou Tourisme, à la recherche d'argent par tous moyens, publie dans ce guide 2010 des informations et des publicités concurrentes des villages environnants. Illégal, pitoyable et scandaleux ! Nous ne pouvons clore cette démonstration de "magouille" sans rappeler que l'association Lavandou Tourisme n'est absolument pas en droit de recevoir la subvention de 40.770€ votée lors du dernier conseil municipal, par une majorité aux ordres. Ni ses statuts, ni son bureau et conseil d'administration n'ont été réactualisés, ni sa comptabilité déclarée auprès du bureau des associations de la Préfecture, comme la loi l'y oblige. Qui en assure la présidence? Quel est son bureau ? Qui dirige en sous main et tire les ficelles ? Nous restons très étonnés de la démission très soudaine et discrète de l'ancien président devenu directeur salarié, du poste d'élu de la majorité "Regain" au conseil municipal, sans même une explication du maire.  On notera enfin que pour la première fois, le maire UMP du Lavandou s'est abstenu de son habituel  éditorial dans le guide 2010, sans doute pour effacer sa trace dans ce bourbier vaseux.  L'histoire n'est pas finie ! La suite de cet "épique feuilleton" au prochain numéro…

 

Lavandou-ensemble-640 Lavandou Ensemble  
Une nouvelle ambition pour le Lavandou 
Arnaud Parenty, Jacqueline Pilette, Marc Lamaziere

Partager cet article

Repost0
22 décembre 2009 2 22 /12 /décembre /2009 20:35

L’EPIC de tourisme était programmé de longue date pour être opérationnel au 1er janvier 2010 ! C’est ce que nous révèle la « gazette », feuille de propagande de la mairie. Aucune urgence, aucune précipitation. Tout est sous son contrôle ! Alors que Lavandou Tourisme, sous régime associatif, allait être sabordé à la fin de l’année, voici une nouvelle donne dans cette épique partie de « va-touto » !
1er acte
La torpille destinée a couler l’association Lavandou Tourisme au 31 décembre 2009 a bien fait mouche mais le décollage du bombardier Epic est laborieux. On cherche encore le pilote, le kérosène et le plan de vol !
2ème acte
Les cotisations indûment réglées à l’association Lavandou Tourisme pour 2010 ne seront pas remboursées et ne peuvent être transférées au budget de l’Epic. (Interdit légal du droit public). Un tour de « passe passe » a donc été instigué par la mairie. Il consiste à maintenir artificiellement l’association en 2010, afin de justifier l’encaissement des cotisations indues, en contrepartie de… services !
3ème acte
Mais comment justifier ces services ? Avec l’aide d’un conseil d’administration réduit  ( 8 administrateurs élus municipaux, ont été démissionnés d'office lors du conseil municipal du 30 septembre dernier pour faire place nette à l'Epic ),  il suffit de gérer habilement le butin en créant des éditions promotionnelles. Avantages : contourner la législation des appels d’offres pour la publication des documents, financés avec l’argent des ex-adhérents qui ont pourtant payé pour autre chose…
Ce que l’Epic n'était pas prêt de faire avant longtemps… L’association Lavandou Tourisme va donc provisoirement conserver 2 employés pour les publications et la maintenance du site internet.
4ème acte
Une fois  leur « mission » accomplie, ces emplois seront réintégrés dans l’Epic et l’association sera définitivement fermée avec les caisses vides. L’Epic se substituera alors, avec dans l’immédiat un « chargé de mission » provisoirement détaché par le maire et le personnel réembauché via le Pôle Emploi peu dupe de la manoeuvre, dans l’attente d’un directeur ! Le tour est joué !  
Epilogue
L’originalité de notre illusionniste de maire est de diriger en 2010 deux offices de tourisme au Lavandou. L'un moribond, l'autre en devenir ! La saison sera donc doublement réussie !
Trouver de telles « combinazione » illégales - une de plus - nous démontre que, contrairement à ce qui est soutenu, rien n’était préparé et qu’il a fallut agir dans l’urgence et la précipitation.
CQFD ! Attention ! Même les meilleurs bricoleurs se font taper sur les doigts ! 

Partager cet article

Repost0
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 08:29

L’objectivité du "grand reporter" de Var Matin du 04-12, élu au conseil municipal du Lavandou sur la liste majoritaire, est une fois de plus compromise ! 

Que de promesses en lisant entre les lignes avec des animations qui se décident, comme toujours, au dernier moment puisque le programme des festivités de Noel est enfin arrêté en… décembre pour application immédiate ! Des tracts seront disponibles très bientôt à feu l’office de tourisme, à la mairie et dans les boutiques du Lavandou (en janvier ?)

VarMatin04-12
Programme très animé donc, pour tous les goûts et tous les âges où l’on retrouvera dans la joie et la bonne humeur, la sempiternelle « patinoire » (40.834€ en 2008 soit 2552€/jour), brillante, polluante et couteuse démonstration de la créativité festive de notre décideur…

Rien de nouveau non plus sous les frimas, la fête foraine sera de retour du 12 décembre au 10 janvier. alors que l’accueil réservé dans le passé à cette installation n’était pas vraiment le meilleur du côté du locataire de la mairie !

Suivent quelques manifestations d’envergure internationale, dignes du plus beau village de France (DOM-TOM. compris) : le loto des animaux sans frontières, talonné dans son succès planétaire par le spectacle ébouriffant des écoles primaires, les veillées provençales soporifiques, suivi du re-spectacle de Noel des écoles primaires, et de l’arbre de Noel des enfants de la crèche !

On s’éclate au Lavandou ! Que la fête commence ! Retenez vos places !

Clou du show, l’arrivée du Père Noel en centre-ville et spectacle idoine organisé par feu l’office de tourisme !  Les ex-adhérents, sans nouvelles de leur cotisation 2010, peuvent y venir avec leurs boules !

Même le Bon Dieu est appelé à la rescousse pour animer notre Bethléem à nous : messe à Saint-Clair, suivie une semaine plus tard, du tiercé dans l’ordre des 3 rois mages, débarqués décidément avec beaucoup d’avance…

J’oubliais presque la séance de cinéma GRATUITE ! (pour re-visionner Home, le film d’Arthus Bertrand ?)  Reprenons nos esprits, égarés par ce choix pagnolesque, envisageons la retraite aux flambeaux, le feu d’artifice et le vin chaud qui couronneront cet ambitieux programme d’un village débordant d’imagination.

UIL-VarMatin09-12-09Seule initiative, privée, celle de l’UIL (union des commerçants) qui se mobilise sans réel soutien municipal, pour les fêtes en proposant le 19 décembre une grande soirée de la mode au Paradise (entrée gratuite) ainsi qu’une « dizaine commerciale » pendant les vacances scolaires ; vin chaud et distribution de friandises le soir du 24 décembre en présence du gros monsieur barbu qui s’habille en rouge !  Reprenons donc en chœur : un mois de décembre riche en animations au Lavandou ! Pour ceux qui s’ennuieraient de cette platitude, rendez-vous devant les grilles du Cap Nègre où le spectacle y sera permanent. Vivement janvier !

Petit message aux anciens du village : votre gendre idéal, prince des relations publiques, organise une petite réunion à sa gloire (sur le budget communal) le dimanche 13 décembre. Electeurs attendris par tant de sollicitude dégoulinante, vous serez invités au festin... à partir de 65 ans. Allez-y ! Mais ne soyez pas dupes ! Pour les autres, ceux qui ne peuvent s’y déplacer pour mille bonnes raisons (santé, famille, moyen de locomotion…) vous attendrez d’avoir 70 ans pour espérer recevoir votre petit panier de Noel !  Circulez ya rien à voir ! Qui a dit « mesquin » ? 

       

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 20:15

On s’interroge pourquoi Lavandou Tourisme, association loi 1901, se sachant euthanasiée à court terme a-t-elle envoyé des appels de cotisation 2010 à ses adhérents, sachant que sa prestation ne serait pas remplie ! Simple calcul mercantile. Avec plus de 500 adhérents, le pactole soutient la comptabilité chancelante d’une association gérée d’une façon si opaque que l’on ne peut toujours pas connaître à ce jour son bilan financier, ses actifs et surtout son passif ! De nombreux adhérents exigent d’être remboursés et menacent de porter l’affaire en justice. Face à leurs demandes pressantes, la réponse de l’OT frise cette fois-ci le détournement : « …Ce n’est pas grave, nous gardons le montant de votre cotisation 2010 ! Les fonds seront réutilisés sur les prestations payantes que le futur Epic ne manquera pas de mettre en place ou sur des encarts publicitaires…»

Tout à fait illégal en comptabilité publique !  Les ex-adhérents de l’OT se rebiffent et réclament le remboursement de leur cotisation 2010. Ils ont raison !

Après les délits de "gestion de fait" du maire, depuis 1996, et de "prise illégale d’intérêt" des élus administrateurs de l’OT - démissionnés d’office lors du dernier conseil municipal et se croyant blanchis par un tripatouillage grossier sur le compte rendu de leurs votes « par erreur » du 10 février dernier - on peut se poser la question du pourquoi de la décision d’un Epic prise avec tant de précipitation et alors que le maire y « réfléchit » depuis 3 ans (ce qui n’apparaissait pas dans son programme électoral). On a bien compris que l’association Lavandou Tourisme s’est tiré plusieurs balles dans le pied, le 25 juin dernier, lors de sa dernière assemblée générale, date de la publication par Var Matin de l’article « l’office de tourisme dans l’œil de la justice », suivi le lendemain d’un autre article tout aussi « ravageur » sur le déroulement de cette réunion…

Les irrégularités évidentes ont précipité la suite, car il était urgent de se (re) faire une virginité irréprochable vis-à-vis des autorités. La décision fut prise (et votée) juste après le conseil municipal du 30 juin 2009 - bien avant la mascarade des États généraux du Tourisme du 19 octobre 2009 - alors que l’opposition avait déjà dénoncé la collusion entre l'association et la municipalité ! Adieu association loi 1901, bonjour l’Epic !

Rappelons qu’un Epic est entièrement financé par la collectivité  (taxe de séjour et impôts locaux obligent) et que tous les intervenants liés au tourisme doivent être cités dans la plus totale gratuité et sur un pied d’égalité dans les guides, plans et autres supports d’information touristique qui ne peuvent recevoir de publicité. C’est la loi !

Aucune cotisation n’est donc à régler à un Epic. Les seules prestations payantes, très encadrées par le législateur, portent sur les éventuels services de réservation en ligne (hôtels, campings, loueurs, spectacles). Réponse en chœur des ex-adhérents « en attendant, remboursez-moi d’abord ma cotisation et je choisirai ensuite les prestations payantes qui me conviendront ! Sinon c’est la justice qui s’en occupera »

Partager cet article

Repost0