Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lavandou Tribune

Lavandou Tribune

L'info pas l'intox sur la tribune des citoyens opposés à la reconduction continue de la majorité municipale depuis 1995


De Gaulle était-il de droite [ou plus] ?

Publié par Patrick Richard sur 11 Novembre 2015, 00:18am

Catégories : #Cercle d'Etudes Reyer

En ce 45e anniversaire de sa disparition, chacun y va de sa filiation philosophique avec le Général de Gaulle. Pour Henri Guaino, son gaullisme est de l’extrême droite. Le vice président du FN Florian Philippot l'affirme aussi "le FN est un parti gaulliste". Et les jeunes frontistes exhibent souvent leur trophée de 1999, où un certain Charles de Gaulle, petit-fils de l’ancien président de la République, avait été élu au Parlement européen
Pour Alain Peyrefitte, l’identité française c’était De Gaulle avec cette réflexion: " Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne". Idée reprise par Nadine Morano, immédiatement sanctionnée par Nicolas Sarkozy… Mais la race blanche existe-t-elle vraiment en Europe ?
Laurent de Boissieu, dans le Centre d'Information sur le Gaullisme, nous en apprend un peu plus sur le refus de Charles de Gaulle à se positionner sur l'axe droite/gauche avec cette citation :
"La France, c’est tout à la fois, c’est tous les Français. C’est pas la gauche, la France ! C’est pas la droite, la France ! Naturellement, les Français comme de tout temps, ressentent en eux des courants. ...Prétendre faire la France avec une fraction, c’est une erreur grave, et prétendre représenter la France au nom d’une fraction, cela c’est une erreur nationale impardonnable. Vous me dites : à droite, on dit que je fais une politique de gauche au-dehors ; à gauche, du reste vous le savez bien, on dit : de Gaulle, il est là pour la droite, pour les monopoles, pour je ne sais quoi. Le fait que les partisans de droite et les partisans de gauche déclarent que j’appartiens à l’autre côté, prouve précisément ce que je vous dis, c’est-à-dire que, maintenant comme toujours, je ne suis pas d’un côté, je ne suis pas de l’autre, je suis pour la France." (Charles de Gaulle, 15/12/1965)
Toutefois, après-guerre, De Gaulle aura les mains libres pour restaurer le patriotisme français en développant… l’anticommunisme (avec sa milice, le SAC), l’antisémitisme (« un peuple d’élite sûr de lui et dominateur »), le racisme (la fameuse identité blanche et catholique).
L’extrême droite pendant toutes ces années ne s’est pas remise idéologiquement de l’indépendance de l’Algérie et déclare que les "résistants" sont des patriotes et que la France est envahie par les "islamo-fascistes". Affirmations entretenues à droite par le débat sur l’identité nationale, puis la préférence nationale, contre la majorité silencieuse.
De Gaulle est finalement devenu l’auberge espagnole de tous les courants politiques. Comme le réplique à ses détracteurs la présidente du FN : "Un coup, on me traite d'extrême-droite, un coup on me traite d'extrême-gauche (...) je suis un peu dans la situation du général de Gaulle qui, dans le même temps, se faisait traiter de bolchevique d'un côté et de fasciste de l'autre". Dans « Changer le destin » François Hollande écrit : " je le confesse aussi, j’ai regardé, avec respect, malgré ma méfiance, le général de Gaulle. Il était l’homme qui avait relevé la France tombée au fond de l’abîme, le président qui rêvait d’une nation réconciliée autour de la fierté, de l’audace et de l’indépendance, l’homme d’Etat qui confondait sa personne et le destin national". Pour Nicolas Sarkozy : "Le gaullisme c'est le refus de la fatalité"...
Ni de droite, ni de gauche, Le Général De Gaulle ne regardait que devant lui en rassemblant la diversité française.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
il me semble que tout au long de son histoire la France a été faite de mixages de peuples, de races , et de traditions. Le débat n'est donc ni de gauche ni de droite mais national & européen
La question qui se pose est sur comment obtenir les droits avant d'obtenir les aides sociales et non l'inverse.Il me semble par exemple que les visas devrait être rétablis à 3 mois renouvelables (comme en thailande), à 6 mois pour un étranger qui travaille pour une entreprise française sans prétendre à aucun droit social, 2 années de travail à temps plein avant d'avoir droit à la sécurité sociale et au visa de 2 ans, quiconque aurait travaillé 5 années pourrait avoir le droit au chômage 6 mois pour 18 mois travaillés au delà des 5 années de franchise et au visa de 3 ans,quiconque aurait travaillé 7 années pleines pourrait avoir droit aux allocations logement et travaillé 10 années pleines aurait droit d'accéder au visa de séjour permanent, aux allocations familiales et à la retraite sous réserve d'une enquête et d'un questionnaire juridique (le droit républicain) lié au séjour permanent...On pourrait alors donner le droit de vote local & régional aux résidents ayant acquitté 10 années de taxe d'habitation....On comprendrait alors que les étrangers représenteraient une richesse puisqu'ils cotiseraient pour les "nationnaux". Qui parle de gauche ou de droite....cela est un autre débat.
Répondre
L
La nostalgie d'un militaire a la tête de l'Etat va amener une dictature nationaliste régulièrement élue par les urnes et l'histoire se répétera. Les français sont bornés d'admiration par les faits d'armes et la force à condition qu'ils s'appliquent contre son voisin.
Répondre
@
"dictature nationaliste" ??? Et la dictature socialiste alors, vous n'en pensez rien ? La pensée unique, la culture unique, la pédagogie unique vous échappent, semble-t-il. Le français a surtout envie qu'on arrête de bousiller tout ce qui faisait la reconnaissance d'une grande nation, reléguée au rang de république bananière soumise à la fois à l'atlantisme et au monde arabe. La france ne suscite plus de repect international
N
Certainement le plus honnête bien que... l'Algérie sente l’exécution sommaire l'abandon des harkis + les problèmes traversés maintenant. Chirac et Juppé sont ses héritiers directs. Les autres ne sont que des récupérateurs ou pire des usurpateurs.
Répondre
C
Zt les pieds-noirs qui ont construit ce pays...Ces français d'ailleurs dont on leur a assuré quelques mois avant la trahison que l'algérie était et resterait un département de la France.....Et les 50 000 jeunes de 18 à 25 ans qui se sont fait assassinés dans un évènement de l'horreur....Que De Gaulle a laissé tombé....oups j'ai eu tord?? ....et les enfants de ces soldats ou de ces travailleurs à reconstruire leur vie dans un département qui a été abandonné du jour au lendemain.....De Gaulle .....on parle donc de celui qui a sacrifié 1 million de français le 5 et 6 juillet 1962....????.....Vous avez dit honnête??....
@
En matière d'héritiers, Chirac et Juppé ne méritent pas plus cette reconnaissance
L
5 mars 1959, un certain Général De Gaulle disait (ou plutôt prédisait déjà) il y a exactement 50 ans, ce que tout le monde feint de découvrir soudain….Citation rapportée par Alain Peyrefitte Beaucoup et des plus importants qui se prévalent de lui devraient se souvenir de cette citation………(notez que je n’ai pas employé le mot prophétie et pourtant….!!)
« C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns.
Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France . Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. »
Répondre

Nous sommes sociaux !

Articles récents