Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Si le Lavandou reste l’une des destinations préférées des Français, force est de constater une saison touristique médiocre sur le terrain.
Nombreux établissements fermés, prix à la dérive, animations aux oubliettes… dénotent une certaine déroute de la stratégie municipale.
Cette dernière n’ayant pas rejoint - en son temps - le portail « Méditerranée Porte des Maures » et préférant gambader en solo dans le métro parisien, ne profite nullement d’une action coordonnée, soutenue financièrement par la Région Sud. Il faut ajouter au désamour la défiguration urbanistique du petit port de pêche par l’excès du béton peu digne d’un grand Prix de Rome ou l’organisation hybride de l’espace entre automobilistes et commerçants ou encore les lieux-dits des écarts, bien « écartés » de la commune…
Un dissident explique avec malice la situation : « à part son sable, le Lavandou ne sait rien vendre depuis 100 ans ».
Et pourtant : un port dit international, quelques primés au Guide Michelin, un exceptionnel cinéma, des tournois de pétanque, des plantations « villages fleuris », un Front de Mer digne de la Croisette… pourraient effacer ce sentiment d’insuffisance d’un « peut mieux faire » sur le Guide du Routard.
Les détracteurs diront que nul ne peut s’improviser « gentil organisateur » des vacances au Lavandou s’il n’a que des compétences comptables motivées par le ratio mathématique :  X touristes = Y picaillons.
A force de les accueillir -quelques mois de l'année - au lance-pierre, leur faire les poches, les considérer comme des envahisseurs, le Lavandou s’est endormi sur son image d’antan de jeune fille courtisée et promise au tourisme mondial. Depuis les rivales plus entreprenantes lui ont chipé le butin, lui laissant les tempes grisonnantes des vieux-beaux et rombières, affalés devant la TV dès 20 h. Ceux-là n’aiment pas la fièvre du samedi soir, réclament plus de police, chassent les pigeons, économisent leur retraite, votent comme il ne faut pas… Ces mêmes résidents sont désormais privés de repas de Noel, de Romérage, de Corso, de feux d’artifice et autres sardinades ; retirés du monde comme des moines dans un monastère à touristes !
Circulez ! il ne passe plus rien par ici !

 

Tag(s) : #Tourisme
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :