Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lavandou Tribune

Lavandou Tribune

L'info pas l'intox sur la tribune des citoyens opposés à la reconduction continue de la majorité municipale depuis 1995


Qui va payer la dette du Lavandou ?

Publié par Patrick Richard sur 8 Novembre 2012, 00:10am

Catégories : #Finances

La dette du Lavandou est toujours là ! Depuis 17 ans, elle est passée de 22,1 à 20,2 millions €, soit -120.000 € par an. Une galéjade lorsque l’on constate chaque année que les intérêts payés coûtent à la commune entre 600 et 700.0000 €. En trois mandats, l’équipe Regain aura versé pas moins de 12 millions € aux banques… en conservant la dette à un niveau historique: 2991 € par habitant. Devoir de mémoire: La "dette" fut le fer de lance de la campagne municipale de 1995 pour abattre Loulou Faedda. Une fois l’équipe Regain élue, l’augmentation des impôts locaux ( +42% ) qui a suivi l’année suivante, et la vente des « bijoux de famille » devaient rendre la gestion municipale enfin sereine… On voit le résultat ! Pendant des années, Gil Bernardi s’est d’ailleurs défaussé sur la gestion précédente. Aujourd’hui, monsieur "c’est pas de ma faute" ne peut plus utiliser cet argument, ni celui d’augmenter artificiellement le nombre d’habitants au prétexte de station estivale. La dette est bien acquise et partagée entre les 5837 habitants. Pire la fuite, entre deux recensements, de 700 d’entre eux pèse  davantage sur leur dos. Qui va payer ?, vous, moi, nos enfants, jusqu’en 2027 !
dette.jpgDès 2014, un audit des comptes déterminera les responsabilités. Fallait-il rééchelonner les emprunts jusqu’à nos petits enfants ? Fallait-il vivre au-dessus de nos moyens en engageant des travaux cosmétiques ? Fallait-il diviser les professionnels par la création d’un Epic tourisme beaucoup trop onéreux ? Fallait-il engager ces couteuses procédures, souvent injustifiées, garantissant le confort des avocats ? Que cachent les notes de frais incontrôlées du maire ? Pourquoi l’organisation du personnel municipal a-t-elle dérivée ? Pourquoi autant de résistance à l’intercommunalité ? Quel est le rôle de la Saur et de certains promoteurs dans les élections municipales ? Qui s’est enrichi ?...des centaines de questions sont posées sur l’opacité et la manipulation des chiffres et des faits révélées partiellement par la Cour des Comptes. Nul doute que les réponses entraineront des actions en responsabilité de leurs auteurs, car les lavandourains ne sont pas dupes sur l’état des lieux. Sur 153 communes varoises, notre fiscalité nous hisse à la 15ème place. Quant à la dette, la carte des 50 villes les plus endettées de France publiée par le Nouvel Observateur épargne le Lavandou ! Normal il s’agit des villes de +20.000 habitants. Or il se trouve que la commune du Lavandou forte de 5.837 habitants en revendique 20.000 à 40.000, de par sa population estivale, afin de justifier d’aides territoriales et engager de nouveaux emprunts, qui restent néanmoins à la charge des résidents permanents. Ce surclassement est un artifice légal utilisé par les communes touristiques du littoral ou de montagne, à faible population administrative, pour biaiser leur classement. Ces chiffres, confirmés par le Ministère des Finances, nous placeraient, selon le dernier rapport de la Cour des Comptes qui confirme notre endettement à 2.991 € par habitant, à la 6ème place nationale entre Fréjus (2.921 € par habitant) et Bagnolet (3.017 € par habitant).
 Au Lavandou, les 20,2 millions € de dette recalculés sur ces nouvelles bases tentent de gommer la mauvaise gestion municipale. Les lavandourains apprécieront l’artifice grossier en regardant de plus près la progression de leurs impôts locaux. Le cumul des dettes contractées par l’ensemble des 36.682 communes atteint le chiffre record de 57,5 milliards €, soit un endettement moyen de 880 € par habitant. Bien loin de notre triste record.

Une question se pose aujourd’hui: qui va payer la dette du Lavandou ? La réponse est trop évidente. L’intercommunalité et le départ du maire sont des réponses urgentes afin de protéger les contribuables de cette inadmissible dérive municipale depuis 1995 !.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
<br /> TOT OU TARD LES TRIBUNAUX DE LA REPUBLIQUE S’INTERESSERONT A SA GÉRANCE. SUFFIT D’OUVRIR LES BONS PLACARDS.<br />
Répondre
J
<br /> Après tout ce que je lis son départ ne sera pas une perte d'autant que ce personnage persiste à se jeter des fleurs au lieu d'être utile aux autres en<br /> silence.<br />
Répondre
@
<br /> LE DELIT DE FACIES UNE AUTRE REALITE AU LAVANDOU. JE T'AIME MOI NON PLUS.<br />
Répondre
O
<br /> Les observateurs locaux n'excluent pas plusieurs candiadatures à droite contre bernardi. Est-ce vrai car ce maire n'a pas démértité depuis pas mal d'années? C'est l'usure ou quoi ?<br />
Répondre
R
<br /> ben voyons la dette "c'est pas de sa faute" vous n'êtes pas sympa avec monsieur "je sais tout" presque la dette est une bonne idée de sa gestion municipale l'insupportable  de la bêtise a<br /> été franchi au lavandou foutez le dehors avec sa bande de profiteurs les cons-citoyens sont d'accord !!!!!!!<br />
Répondre
C
<br /> La situation devient critique pour le locataire de la mairie. Va<br /> lui falloir inventer de nouveaux mensonges. Radio bistro ne lui donne aucune excuse suite au rapport de la chambre régionale des comptes. Aucune sauf une celle du mandat de trop où le<br /> maire n'a pas anticipé le recul économique ou le retournement politique. Il reste un maire en sursis. Autour de lui l'incertitude d'un nouveau mandat fait délier bien les langues sur<br /> les dossiers en cours. Le pain blanc est derrière lui. et bientôt le maire devra rendre des comptes. Ses nombreux opposants -sauf les endormis lavandou ensemble- sont attentifs au moindre<br /> frémissement.<br />
Répondre
P
<br /> SE POSER AUTANT DE QUESTIONS SUR UN MANDAT AUSSI INSIPIDE ??? INQUIETANT LA SANTE MENTALE DES ELECTEURS. EN LISANT JUSTE LE DERNIER BUDGET TOUT EST FACILE A COMPRENDRE. LELAVANDOU EST<br /> COMPLETEMENT FAUCHE. LES BANQUIERS SE SONT LARGEMENT GOINFRE ET MANIPULENT ENCORE LES CHIFFRES DE LA MAIRIE. LE MAIRE LAISSE FILER. APRES LUI LE DELUGE.<br />
Répondre
S
<br /> Est-on certain de cette dette? pendant des années personne n'en a parlé;;;étonnant non ???<br />
Répondre
R
<br /> Le coucou Bernardi s'est invité dans le fromage du Lavandou dont il profite bien. Il n'a rien apporté à notre commune si ce n'est que confettis et désillusions. A Sanary le maire est cité devant<br /> les tribunaux. Qu'attendent donc les lavandourains à faire de même à la lecture du rapport de la Cour des Comptes !<br />
Répondre
N
<br /> vous ne parlez jamais de l'état des routes sur la commune. les routes sont défoncées avec des nids de poule partout. Des investissements n'ont pas été faits. La cosmétique, c'est du cache misère<br /> ...<br />
Répondre
R
<br /> De mon avis les habitants sont fatigués de ce prsonnage alambic et panier perçé. L'opposition s'organiserait d'après radior umeur. De quelle opposition s'agit-il? Lavandou Ensemble ne peut seul<br /> emporter les suffrages. G Bernardi seul est en mauvaise posture. Alors que faire? <br />
Répondre
C
<br /> vous avez raison ne lachez rien c'est bernardi qui doit payer ses fantasmes<br />
Répondre
R
<br /> Belle analyse !<br /> Si la dette n'est pas un frein en soi à l'investissement, lorsqu'elle dépasse un certain niveau, elle peut obérer toute marge de manoeuvre d'investissement.<br /> Que ce soit pour de l'investissement immobilier ou mobilier, un ménage, une entreprise, une collectivité, la capacité d'investissement représente toujours cette voie qui permet de relancer son<br /> activité, réorienter son fonctionnement, voire entretenir son niveau de vie. Il est évident que si un le seuil vital est dépassé, sa dynamique est stoppée et les conséquences<br /> sont rédibitoires. Infrastructures difficiles à maintenir à un niveau de fonctionnement optimal, adaptation de l'outils à des normes nouvelles sanitaires, de sécurité, ajustement des installation<br /> au gré de l'évolution démographique, application de règles environnementales...<br /> Mutualiser les moyens revient à unir ses forces pour multiplier et a minima optimaliser la qualité de vie des citoyennes et citoyens d'un bassin de vie.<br /> Cent ans vécu de cloisonnement partagé ont abouti au renfort de l'une de nos deux communes (Bormes-les-Mimosas) grâce à des paramètres variés dont la capacité à réagir avec pertinence à des choix<br /> politiques liés à des besoins d'usage évidents et une commune naturellement plus facile à équiper de par son relief, sa trame urbaine, son espace rural et forestier. Les cent ans à vivre sont<br /> indiscutablement à mettre à l'actif d'une conjugaison pertinente des moyens humains, matériels et financiers pour accéder à une vie quotidienne à valeur ajoutée sur le plan socio-économique,<br /> environemental et démocratique.<br /> Aussi en 2013, le plus attendu, c'est la politique de la main tendue pour engager le centenaire à venir sur la voie d'un génie politique, démocratique et solidaire.<br />
Répondre

Nous sommes sociaux !

Articles récents