Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lavandou Tribune

Lavandou Tribune

L'info pas l'intox sur la tribune des citoyens opposés à la reconduction continue de la majorité municipale depuis 1995


Où est la vérité sur les finances du Lavandou ?

Publié par Paulette Touitou sur 30 Janvier 2015, 00:14am

Catégories : #Finances

Chaque année, depuis 20 ans, le budget du Lavandou est une simple formalité sans arbitrage municipal ni consultation de la population. Les recettes sont toujours à la hausse, les dépenses maîtrisées, la fiscalité stable et la dette progressivement remboursée sans nouveaux emprunts. Bref, depuis 1995, après la gestion calamiteuse des années Faedda, remercions chaleureusement les équipes successives Regain dans leur fine intelligence à gérer le Lavandou. Seul bémol : le mystère (et boule de gomme) des diffamateurs (pardon : malfaisants),qui, à priori, savent compter et tripotent les sources extérieures à la commune.

Ainsi, Nous Citoyens , comme d'autres, analyse la santé financière du Lavandou sur des données utilisées par le Portail des Collectivités Locales et validées par Bercy. Pour l'année 2013.voici le tableau publié sur différents sites internet, jamais démentis ni attaqués en diffamation. Nous ne ferons aucune interprétation, risquant d’être "incompétents", mais nous aimerions bien savoir où sont les bons chiffres affichés par le maire ? Et subsidiairement pourquoi le budget primitif 2015 n’est-il toujours pas soumis au conseil municipal à fin janvier ?

Où est la vérité sur les finances du Lavandou ?
Où est la vérité sur les finances du Lavandou ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Il me semble que le budget primitif doit être voté avant le 15 avril.
Répondre
B
Erratum : vous avez raison Benjamin, je voulais dire 15 Avril (et même 30 Avril en cas d'année électorale)
E
J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter. <br /> Cordialement
Répondre
L
Commençons par réduire les dépenses personnelles du premier Magistrat<br /> (dépenses invitations restaurants, voyages, Bars du Lavandou etc...)
Répondre
B
La vérité sur les finances du Lavandou ? Rien des commentaires qui ont circulé à l’initiative des candidats opposants à l’occasion de la campagne municipale n’a jamais été inventé ! Le Lavandou est dans une situation de tension financière liée durablement (dès avant 2008 selon le rapport de la Chambre Régionale des Comptes) à une croissance annuelle de ses dépenses de fonctionnement supérieure à celle de ses recettes, ce qui a eu pour corolaire une incapacité croissante d’autofinancement des investissements, d’où le recours massif à l’emprunt et l’endettement élevé que nous connaissons aujourd’hui.<br /> Certes, ce ne sont pas les coupes sombres opérées par l’Etat depuis deux ans - … et à venir - sur la dotation globale de fonctionnement, ni la diminution des droits de mutation liée de manière conjoncturelle au marché de l’immobilier, et encore moins les dépenses aussi douloureusement répétitives qu’imprévues résultant des catastrophes naturelles qui ont arrangé la situation, bien au contraire. Mais telle est toujours la situation, à la veille de l’adoption d’un projet de budget 2015, qui devra courageusement affronter la dure vérité, c'est-à-dire réduire radicalement la voilure des charges courantes par rapport aux exercices précédents, au prix d’une discipline à tous les niveaux et d’un renoncement aux « mauvaises » habitudes de la facilité de dépenser sans compter … Cet effort, sans doute sans précédent … est rendu également nécessaire par la mise en place de politiques publiques imposées sans ménagement par l’Etat, notamment le coût d’impact supporté par les communes dans la réforme des temps scolaires … Et le tout dans un contexte de gel des taux de fiscalité directe locale électoralement promis ! <br /> S’agissant des notes alarmistes distribuées généreusement aux « mauvais » maires par le site internet « Nous citoyens », histogrammes à l’appui !... il convient d’être plus que prudent dans l’usage auquel elles sont destinées, à savoir une volonté « d’épingler » des élus, quand on constate que les méthodes d’évaluation procèdent de pur sophisme ! Il ne suffit pas de se référer limitativement à certains comptes - même officiels - des collectivités pour les gratifier sans sourciller d’un « Zéro sur Vingt » au titre de leur « Santé Globale » ! Dans ce cas, le Lavandou est loin d’être le seul mal vu, et sans doute se consolera-t-il en constatant, comme moi, que Bormes, La Londe, Saint-Tropez, Le Rayol Canadel, Saint Raphaël, Fréjus, Bandol, Sanary, Roquebrune s/Argens, Sainte Maxime, Brignoles, Cavalaire, La Croix Valmer, La Seyne, Carqueiranne… (et je me suis arrêté là) se prennent aussi une « bulle » en Santé Globale !… et reçoivent donc les mêmes recommandations de réduire les dépenses, réduire les impôts, réduire la dette, augmenter les marges … !!! Les sources pourtant autorisées en matière d’analyses financières que sont respectivement la Direction de la Comptabilité Publique (Ministère de l’Economie et des Finances), la Direction Générale des Collectivités Locales (Ministère de l’Intérieur) et la Cour des Comptes ne s’essaient même pas à publier un tel palmarès !<br /> Subsidiairement, la date limite légale du vote des budgets primitifs est fixée au 15 Mars. Si certaines collectivités y procèdent avant, c’est qu’elles disposent d’une marge de manœuvre suffisante avec leurs recettes courantes de fonctionnement pour projeter d’équilibrer leur budget en l’absence d’éléments chiffrés qui doivent être fournis par l’Etat. Ceci explique que l’exercice est plus difficile au Lavandou, qui doit affiner son projet de recettes avec le montant précis de la DGF (non encore publié sur internet par la DGCL, mais sûrement de nouveau à la baisse de 0.35 M€) et l’état des bases de fiscalité 2015 (non connu à ce jour) pour optimiser au plus près le niveau des dépenses autorisées.
Répondre
L
C'est curieux mais il me semble que ce Monsieur Beaugeois qui signe ses articles, fasse partie de l'opposition sur une liste...mais franchement à la lecture de ses brillants articles, on pourrait presque donner un satisfecit à notre maire.....<br /> Pas étonnant que les dits opposants soient un peu considérés comme des &amp;amp;quot;charlots&amp;amp;quot; face à ces merveilleux Regain puisque un opposant à l'air de trouver presque normal certaines dépenses abusives comme dit un lecteur notamment en ce qui concerne les dépenses du premier magistrat....mais sans doute ces dépenses sont elles aussi totalement normales puisqu'il est le premier magistrat... Maintenant je suppose Monsieur Beaugeois que vous êtes retraité au Lavandou pour vous permettre de juger les gens qui mettent du carburant dans leur véhicule...sans doute est-ce pour aller travailler un peu alors que vous vous avez le temps de vous balader à pied... dans ce joli village...dommage que vos articles certes puissants sur les analyses financières se terminent sur des &amp;amp;quot;âneries&amp;amp;quot;....
B
Sauf erreur, mon propos ne visait nullement à « enlever du poids à l’endettement » … ?!<br /> Ceci étant, obtenir des prêteurs institutionnels, jusqu’environ 2007, du taux fixe sur 15 à 20 ans (à l’époque très sécurisant …) à 4 voire 4,5 % sur des montants empruntés souvent inférieurs, qui plus est, à 1 million d’euros, tous les responsables financiers des collectivités y étaient sensibles ! Car les conditions du marché financier de l’époque, c’était ça, ou des propositions trompeusement alléchantes de prêts « à risques », consentis soit en devises (Cf l’actualité récente avec le franc suisse …) soit indexés sur des taux variables complexifiés, dont les effets nocifs n’ont été véritablement et publiquement dénoncés puis bannis qu’à partir de 2008, et en cela, il est bon également de rappeler que tant le Crédit Agricole que la Caisse d’Epargne s’avéraient aussi peu « philanthropes » que leur concurrent Dexia ! Alors, facile de comparer avec la tendance exceptionnellement baissière actuelle des taux … à un moment où la conjoncture ne permet plus aux collectivités d’être les porteuses de 70% des investissements du BTP qu’elles ont longtemps été. Mais ça, c’était avant …<br /> En raisonnant ainsi, nous pouvons individuellement battre aussi bien notre coulpe pour avoir été, par ailleurs, aussi longtemps irresponsables, sinon stupides, d’avoir accepté si longtemps de remplir nos réservoirs avec un carburant ayant grimpé jusqu’à plus de 1,6 € le litre, au motif que les prix du marché sont depuis peu maintenus artificiellement et historiquement bas en ce moment (parfois sous le seuil de l’euro) … jusqu’à quand ?
L
Votre longue explication pertinente n'enlève pas le poids de la dette alarmante au Lavandou cela depuis plus de vingt ans. A raison de 600 à 700.000 € chaque année imaginons les investissements perdus d'autant que certains prêts refilés par Dexia à 4 ou 5 % peuvent nous inquiéter face à l'évolution globale à la baisse des taux. L'emprunt sur une si petite commune n'est valable qu'avec une croissance locale à la hausse ininterrompue de l'économie privée ce qui n'est pas le cas.
E
Bernardi enfume tout le monde ... Le rapport de la chambre régionale des comptes a remis en cause la sincérité de certaines pièces comptables. C'est dire : Elle n'a trouvé que la partie immergée de l'iceberg. Un jour la vérité nous sautera à la g....
Répondre
N
Chouette alors , compte tenu que la partie &amp;amp;quot;immergée d'un iceberg&amp;amp;quot; correspond aux quatre cinquième du glaçon, ça veut dire que la Chambre Régionale des Comptes a fait remonter 80% des problèmes ! Bonne nouvelle, il ne reste plus que 20% &amp;amp;quot;émergés&amp;amp;quot; à chercher, avant que ce morceau nous saute à la g.... Fastoche c'est en surface ! bloug bloug bloug ...

Nous sommes sociaux !

Articles récents