Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lavandou Tribune

Lavandou Tribune

L'info pas l'intox sur la tribune des citoyens opposés à la reconduction continue de la majorité municipale depuis 1995


L’interco bientôt en charge de la promotion du tourisme

Publié par Paulette Touitou sur 24 Janvier 2016, 12:40pm

Catégories : #Tourisme

La silencieuse loi NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale de la République) adoptée à l’Assemblée Nationale en août 2015 enfonce le clou en faveur des structures intercommunales en matière d’offices du tourisme parmi les communes regroupés de stations classées
Notre intercommunalité, Méditerranée-Porte des Maures, n’attendra pas la date butoir du 1er janvier 2017 attachée au transfert de droit de la compétence touristique aux communautés de communes et communautés d’agglomération, pour précipiter la prise de décision des 6 communes (La Londe-les-Maures, Bormes-les-Mimosas, Pierrefeu-du-Var, Cuers, Collobrières et Le Lavandou), regroupées sous sa bannière. (41.000 habitants)
La loi NOTRe précise: « A l'occasion du transfert de cette compétence aux communautés de communes et aux communautés d'agglomération, les offices de tourisme des communes touristiques et des stations classées de tourisme sont transformés en bureaux d'information de l'office de tourisme intercommunal, sauf lorsqu'ils deviennent le siège de cet office. L'organe délibérant de l'établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre peut cependant décider, au plus tard trois mois avant l'entrée en vigueur du transfert de la compétence, de maintenir des offices de tourisme distincts pour des stations classées de tourisme, en définissant les modalités de mutualisation des moyens et des ressources des offices de tourisme intercommunaux existant sur son territoire. »
Mais, malgré ce transfert irréversible de la compétence touristique à la strate intercommunale, il serait encore possible de conserver une certaine autonomie financière et administrative aux offices du tourisme existants à charge pour les communes regroupées de négocier la présidence des conseils d’administrations. En clair, si le Lavandou maintenait son EPIC de tourisme, il devrait néanmoins modifier sa gouvernance et son financement au profit de l’intercommunalité. Il s’agit par exemple d’intégrer dans son collège des élus communautaires et de revoir son mode de financement.
Une maigre compensation pour la commune qui peut perdre alors l’exercice de la promotion touristique au bénéfice du futur EPCI à fiscalité propre dans un délai assez court, là où l’enjeu budgétaire et stratégique est pourtant essentiel eu égard à l’importance des subventions versées par notre commune à son office de tourisme et au choix des animations qui sont faits alors par cette dernière.
Le maire du Lavandou, comme à son habitude, se lamente et traine les pieds, courant après un classement supérieur de sa commune, tentant de meilleures animations touristiques, s’accrochant désespérément à son ex-rivale Bormes. Car, la future EPCI tourisme pourrait adopter Bormes ou La Londe comme centre de commandement des 6 communes. En effet, notre stratégie tourisme, malgré le talent de son directeur, est très en retard sur les leaders Bormes et la Londe où président et 1er vice-président de l’intercommunalité Méditerranée-Porte des Maures, n’ont pas l’intention de se laisser soustraire l’avenir par un sédentaire. D’autant qu’à plus long terme se profile la grande métropole toulonnaise…
Cette inquiétude des transferts de compétences transparaît bien dans la causerie fleuve des vœux 2016 du maire du Lavandou – essayant d’entraîner ses collègues dans l’inquiétude - et qui se voit déjà réduit à confabuler avec les chrysanthèmes, faute d’avoir entrepris en 21 ans une véritable stratégie de désenclavement et de leadership du Lavandou.
Conclusion : la loi NOTRe ordonne définitivement que « la communauté de communes, la communauté d’agglomération, la communauté urbaine ou la métropole exerce de plein droit, en lieu et place de ses communes membres, les compétences en matière d’aménagement, d’entretien et de gestion des zones d’activité touristique qui sont d’intérêt communautaire ou métropolitain et en matière de promotion du tourisme… »
Mais, en politique, rien n’est irréversible et on peut faire confiance aux élus pour figer la situation de cette « révolution territoriale silencieuse », malgré la volonté citoyenne de réduire les charges de fonctionnement et la fiscalité qui va avec. La loi NOTRe est peut-être dès maintenant en attente, voire en sursis des futures présidentielles 2017.

L’interco bientôt en charge de la promotion du tourisme
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
Feront-ils à six ce qu'ils n'ont pas fait chacun? Parfois l'addition des incompétences donne le vertige dans les impôts. Je n'ai pas confiance dans cette équipe installée dans le fromage de la République..
Répondre
@
Et oui ! Gare, encore une fois aux péroraisons des chantres de l'interco., aussi inspirés pour éreinter Le Lavandou que le sont des fossoyeurs. Réfléchissez effectivement à ce que peut être la vision et l'inspiration d'une politique touristique, selon que l'on soit Maire de Cuers, Collobrières ou Pierrefeu, par rapport à celles perçues par ses homologues de La Londe, Bormes ou Le Lavandou ! Commencez par répondre à la définition-clef que le Législateur introduit systématiquement dans tous projets d'intercommunalité, à savoir le fameux "intérêt communautaire", avant de vous réjouir par avance de la seule perte d'autonomie des Offices de Tourisme locaux en général, et de celui du Lavandou en particulier ! Et pendant que vous y êtes, lisez aussi l'article consacré à la désertification hivernale - ô combien stupéfiante n'est-ce pas ? - de Saint Tropez, la "Mecque " du tourisme varois, où même les fleurons de l'animation finissent aussi par jouer relâche et prendre des congés ... tiens, comme ici ? Tout fout le camp, mon bon monsieur ...http://cdn.static.nicematin.com/media/npo/mobile_xlarge/2016/01/les-quais-du-port-de-saint-tropez-vides-tristes-et-desertes-en-hiver-large.jpg
J
Petit rappel ! le maire du lavandou a été le premier à désirer remonter le niveau du tourisme avec la nostalgie des belles parisiennes venant plusieurs semaines se pavaner dans les beaux hôtels de l’époque et au casino (hé oui !). Les aventuriers du tourisme sans qualification, plaçant leur économie gagnée dans les affaires du nord a démontré l’impossibilité de cette tâche. Méconnaissance des langues, du métier, établissements vieillots, petit esprit de retraités arrondissant sa fin de vie dans l’arnaque facile des locations bidons . Belle planque qui a fait fuir le tourisme toute saison en laissant les congés payés s’entasser entre juin et septembre. Le reste a suivi : pas d’investissement, aucun projet, les jeunes sans boulot, précarité sociale, établissements fermés six mois de l’année (un comble avec le changement climatique) fête foraine hideuse l’été…donc j’applaudis l’intercommunalité qui va redonner du sens à l’accueil, l’animation, la qualité du service et le respect des touristes largement perdus au lavandou depuis dix ans. Sur le temps les pros reviendront en confiance faire leur métier sans jouer au jackpot malhonnête de maintenant. Le maire est coupable de la médiocrité du lavandou au niveau des animations car avant lui c’était bien plus élitiste et professionnel jusqu’au jour où notre village a précipité la prestigieuse Giraglia dans les bras de Saint-Tropez. Une honte à l’actif du clan municipal qui dirige et s’enrichit sur notre dos faisant porter le chapeau aux autres.
Répondre
C
ENFIN ! Mr de Canson va mettre de l'ordre dans cette gabegie de dépenses
Répondre
T
Ben tiens ! Tout pour La Londe, rien pour les autres ...
D
le tourisme au lavandou est une plaisanterie qui sert à remplir au max les caisses en trois mois avec un service mini une sorte de chasse à courre aux gogos bien organisée: tarifs des parkings, du port, du petit café, de la plage, du resto tous se gavent... le mauvais deal vient de la mairie avec une multitude de taxes, contraintes permanentes, contrôles de toute nature qui transforme cet endroit en cage dorée les habitants ici n'ont rien compris au tourisme c'est normal de leur supprimer cette incompétence à force de tromper les clients !!!! n’empêche le lavandou reste un bel endroit avec ou sans les imbéciles du service minimum.
Répondre
C
Vu que ce maire est arrivé à reculons dans l'intercommunalité je ne crois pas qu'il ait sa place parmi nous. Ne confondez pas légalité et amour dans ce mariage forcé entre nos communes.
Répondre
J
Réseaux sociaux une découverte ? quelle mentalité de ploucs !!!
Répondre
B
A priori Mr Bernardi est tombé sur plus fort que lui et dans le tourisme il a tout à perdre compte tenu de la surpopulation estivale qu'il devra partager avec les autres.
Répondre

Nous sommes sociaux !

Articles récents