Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lavandou Tribune

Lavandou Tribune

L'info pas l'intox sur la tribune des citoyens opposés à la reconduction continue de la majorité municipale depuis 1995


Quand la République guillotinait... ses semblables !

Publié par Pascal Docquenies sur 13 Juillet 2016, 00:15am

Catégories : #Société

La guillotine, pour la France, est très certainement tout autant symbole républicain que le drapeau tricolore et la Marseillaise.
"Messieurs, avec ma machine, je vous fait sauter la tête en un clin d’œil, et sans que vous éprouviez la moindre douleur » ou encore "Le supplice que j’ai inventé est si doux qu’on ne saurait que dire si l’on ne s’attendait pas à mourir et qu’on croirait n’avoir senti sur le cou qu’une légère fraîcheur". Le véritable concepteur de la Guillotine n'est pas ce bon docteur Guillotin aux formules savoureuses, mais un autre médecin Antoine Louis.
La démocratie, cette autre invention de la Révolution, ne peut être séparée de la guillotine qui devint l'instrument, sinon le symbole, du Tribunal révolutionnaire. Elle fut assez bien nommée : "sainte guillotine", "rasoir national " ou "le raccourcissement patriotique", "autel de la patrie" … . ou celle de très mauvais goût pour la "faux de l’égalité"
De 1792 à 1795, entre 13.800 et 18.613 seront ainsi égalisés (il est tenu compte des exécutions sans jugement). Sur ce nombre, 2.794 le furent à Paris, sous la Terreur + 25.000 décapitations par simple décision administrative. Cela correspond à un total, pour la seule période révolutionnaire, de 38 000 à 43.000 guillotinés. Bien inférieur aux 800.000 assassinés par noyade, mitraille, canonnade, massue, arme blanche… et autres joyeusetés !
La guillotine ne fut, pourtant, jamais nommée dans le Code Pénal. Elle a été uniquement désignée sous cette formule : " manière indiquée et mode adopté par la consultation du secrétaire perpétuel de l’Académie de Chirurgie"»
Barbare, meurtrière, la République et la démocratie n'ont pas réussi à éloigner l’ombre de la guillotine des cours des prisons avant 1981
Citoyens ! citoyennes ! Avant d’admirer le feu d’artifice et les parades guerrières du 14 juillet, méditez sur la folie des hommes, avides de trouver son lot de coupables, et au bras politique qui manipule les consciences pour garder le pouvoir.
Reconnaissance à Charlotte Corday qui a eu la vaillance, le 13 juillet 1793, de débarrasser la société de l’idéologue Marat, premier fournisseur du sieur Guillotin.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
La guillotine moderne a cédé la place aux réseaux sociaux. La mort est moins rapide, le résultat identique. Le condamné a le temps de se voir guillotiner sans rien faire à la lecture de votre torchon de contre-vérités
Répondre
@
Monsieur Grollais est un adepte de la manière forte. Monsieur Grollais a toujours raison Monsieur Grollais préfère la gazette de son maître qui endort les gros nigauds de son espèce. Combien de Grollais ont été complices des milliers d’exécutions d'opposants aux régimes bien-pensants ?
A
Après la guillotine, l'assassinat social, vous connaissez Mr Grollais ? Bernardi en a fait une impardonnable spécialité. Qu'il ne s'étonne pas de s’être fait des ennemis jurés. Arnaud Parenty. Miniport de Cavaliere,
J
cela s’appelle "terrorisme légal" forme dérivé du coup d'Etat. Quelle différence entre hier et maintenanat ? La morale est variable selon ceux qui s'accapare tous les pouvoirs. La France troisième fournisseur d'armes dans le monde n'est certainement pas un modèle de morale aux générations futures. JT
Répondre

Nous sommes sociaux !

Articles récents