Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lavandou Tribune

Lavandou Tribune

L'info pas l'intox sur la tribune des citoyens opposés à la reconduction continue de la majorité municipale depuis 1995


Qui travaille encore en France ?

Publié par Pascal Docquenies sur 1 Mai 2014, 09:24am

Catégories : #Société

Dans un pays champion des jours fériés et des ponts de toutes sortes, il n’est pas étonnant que l’économie ne soit plus au rendez-vous. Cette année, le mois de mai cumule quatre ponts pour les malins du RTT, soit 17 jours de travail réel. Ce qui n’empêchera les bénéficiaires de défiler pour réclamer plus d’aides de l'Etat. La France mérite bien sa réputation de pays développé où l’on travaille le moins (statistiques OCDE sur le temps de travail annuel et l'âge de départ à la retraite) devant l’Allemagne, le Luxembourg et la Belgique. Notre vice est culturel. La France a des ressources et un potentiel considérables, mais elle est incapable de les valoriser et de les mettre en œuvre. Les créateurs en France, les Marck Zuckerberg et les Steve Jobs, n'ont aucune chance de pouvoir s'exprimer et de créer Google, Amazon, Facebook ou Apple. "Il n'y a pas d'esprit d'entreprise… travail2L'Etat et le poids de l'administration découragent la prise de risques... L'argent est considéré comme vulgaire". Les collectivités font le travail du privé, ou pire leur font concurrence avec l’aide la justice. Le mal français commence à l'école où l’on enseigne le droit syndical et l’esprit bureaucratique avant les sciences et la comptabilité; ou encore les langues régionales avant l’anglais ou le chinois. Pas un JT réaliste sur l’état des lieux. Les mauvais résultats sont toujours la conséquence des importations asiatiques, la main d’œuvre des enfants, l’absence de standardisation fiscale, la faute à pas de chance. Les affaires Alstom , PSA, Club Méditerranée…(et 347 autres entreprises majeures passées sous pavillon étranger en 2013) sont révélatrices de la désintégration de la compétitivé française. Les 35h aussi, que l’on passent dans certaines collectivités à 28h, comme ces services de la Sécurité Sociale où l’on affiche sans rire sur les portes  " fermé pour cause de vacances scolaires ". La "culture du nul", dixit les américains, devient une sorte de sport national où il n’est plus rare d’avoir sous un même toit 3 générations n’ayant jamais travaillé  et dépendantes de la charité publique. Pas étonnant dans un pays où l’on ne sait pas exactement combien nous avons de fonctionnaires* (entre 5,5 et 6 millions). Et que dire des politiques cumulards qui confondent l’argent public avec leurs deniers personnels ? Ne parlons même pas de la petite commune du Lavandou forte de 220 territoriaux où l’on recrute encore une assistante de direction à l’Epic, (2100 € x 13 mois) un attaché culturel et du personnel saisonnier à la mairie…Où est donc passée la promotion interne des compétences  ? Ah oui ! fameux le proverbe "diviser pour mieux régner"

  

*Depuis 2013, les intercommunalités ont vu leurs effectifs bondir de 5,1% via des transferts de personnels en provenance des communes, les mairies ont aussi recruté (+ 1,2%), mettant fin à deux années de baisse. L'Association des maires de France (AMF) réfute l'idée selon laquelle ces recrutements s'expliquent par les promesses des élections municipales de mars 2014. Elle observe en revanche des besoins croissants dans le social, via la création de crèches municipales, de haltes garderies et le développement des maisons de retraite communales

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
K
<br /> ICI LES CHIFFRES<br />
Répondre
J
<br /> Je ne dispose pas des chiffres relatifs aux manques à gagner de l'état sur le travail au noir et l'évasion fiscale. Quelqu'un peut m'aider ? Merci.<br />
Répondre
J
<br /> « Les pauvres sont des fraudeurs. »<br /> <br /> <br /> FAUX. Il ne s’agit pas de nier la fraude aux prestations sociales, ni la nécessité de lutter contre elle. Mais elle est faible par rapport aux autres types de fraudes, auxquels<br /> les discours stigmatisants s’intéressent beaucoup moins.<br /> Précisons que les différents types de fraudes évoqués dans les tableaux suivants peuvent être le fait de n’importe quel citoyen, sauf la fraude au RSA qui concerne principalement les personnes<br /> ayant des ressources très faibles.<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> 60 millions d’euros de fraude au RSA en 2009 pour environ deux millions de bénéficiaires, cela représente en moyenne 30 euros par personne et par an. « La fraude des pauvres est une<br /> pauvre fraude », estime le Conseil d’État en février 2011 (entretiens « Fraude et protection sociale » publiés dans la revue Droit social n°5, mai 2011).<br /> Dernier point : en face de ces 4 milliards de fraude estimée aux prestations sociales, alignons les montants estimés des non-recours à ces mêmes prestations : 5,3 milliards<br /> pour le RSA, 4,7 milliards pour les prestations familiales et le logement, 828 millions pour l’allocation personnalisée d’autonomie (APA)…, soit, au total, environ 11 milliards<br /> « économisés » chaque année par l’État parce que, pour différentes raisons, une partie des personnes qui ont droit à ces prestations ne les sollicitent pas (source : L’envers de la<br /> « fraude sociale ». Le scandale du non-recours aux droits sociaux, publié par l’Odenore aux éditions La Découverte en 2012). Au bout du compte, malgré la fraude, l’État est donc gagnant<br /> d’environ 7 milliards d’euros à l’année sur les prestations sociales ! Les « discours [stigmatisants sur la fraude sociale des particuliers] ont pour effet de culpabiliser les ayants<br /> droit, entraînant ainsi des non-recours et donc des non-dépenses », estime l’Odenore, qui ajoute : « Mais quel est donc l’horizon recherché dès lors que les discours sur la fraude<br /> instillent l’idée que, si ces prestations ne relèvent pas d’un droit – parce qu’elles sont forcément soumises à des abus ou des fraudes –, les prélèvements qui les financent ne peuvent être<br /> considérés comme un devoir ? » (idem, pages 37 et 42).<br />
Répondre
J
<br /> « On peut gagner plus au RSA qu’au SMIC »<br /> <br /> <br /> Faux. Dans tous les cas de figure, l’écart est important et n’est pas comblé par les différentes aides possibles.<br /> <br /> <br /> L’observation chiffrée de quelques cas de figures montre que l’on ne peut pas s’en sortir mieux avec le RSA qu’avec le SMIC. Prenons le cas d’un couple locataire à Paris avec un loyer de 700€<br /> mensuels :<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> NB : le RSA socle comprend les allocations familiales ; le RSA activité se calcule par la formule RSA activité = montant forfaitaire RSA + 62% des revenus d’activité (sans AF) –<br /> Ressources du foyer (avec AF) – forfait logement (en cas d’aide au logement). Le forfait logement à déduire s’élève à 116€ pour un couple sans enfant et 143€ pour un enfant ou plus. Pour avoir<br /> accès à la CMUC (Couverture Maladie Universelle Complémentaire), les revenus mensuels [3] doivent être inférieurs à 992€ pour un couple sans<br /> enfants et 1389€ pour un couple avec deux enfants.<br /> <br /> <br /> Bénéficier du RSA socle ouvre droit à des réductions de cantine, transports, garderie, mais ces avantages sont loin de combler les écarts constatés dans ce tableau. <br /> Soyons clairs, l’intention de ce tableau n’est pas de montrer que la famille vivant avec un SMIC s’en tire « bien mieux » que celle qui n’a que le RSA. Nous montrons simplement qu’il<br /> n’est pas vrai qu’elle a un intérêt financier à percevoir le RSA socle plutôt qu’un SMIC à plein temps. Les deux familles se situant sous le seuil de pauvreté monétaire, il est évident que la vie<br /> est très difficile pour toutes les deux. De plus, si la famille perçoit un SMIC non plus à temps plein, mais à temps partiel, sa situation se détériore encore plus.<br /> <br /> <br /> Dans son rapport 2011, la MRIE présente un comparatif qui va dans le même sens :<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> Là aussi, les écarts sont éloquents.<br /> <br /> <br /> Enfin, un dernier comparatif qui essaie d’estimer non seulement les ressources, mais aussi les dépenses d’une famille qui perçoit un SMIC à temps plein avec une autre qui ne perçoit que le RSA<br /> socle :<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> Commentaire : <br />  effectuer ces<br /> calculs est un véritable parcours du combattant, et plusieurs témoignages nous montrent qu’il y a parfois des écarts entre la théorie et la réalité. Comment une famille aux revenus modestes<br /> peut-elle prévoir ses revenus sur les mois à venir ?<br />
Répondre
B
<br /> Extrait des Enquêtes du<br /> contribuable n° 4 : ‘L’assistanat ruine la France, décourage le travail, avilit les Français. »<br /> <br /> <br /> http://www.contribuables.org/2014/04/30/le-travail-decourage-le-chomage-encourage/?utm_source=NL&utm_medium=email&utm_campaign=01-05-2014<br />
Répondre
J
<br /> Nos élus ne sont pas un modèle du genre.Cumuls,frais généreux, voyages,cantinage,petits caprices et honneurs à leur médiocrité. La France à bout de souffle, des élus sangsues pourquoi<br /> travailler plus?<br />
Répondre
K
<br /> AUTHENTIQUE ! MARDI A LA DEFENsE (PARIS) LES EMPLOYES D'UNE BANQUE NATIONALE (FERMEE LE LUNDI) SE SOUHAITAIENT UN BON WEEK-END. C'EST A DIRE RETOUR AU BUREAU LE MARDI SUIVANT. POUR INFO DANS<br /> CETTE TOUR: RESTO D'ENTREPRISE, SALLE DE SPORTS, SALLE SYNDICALE ET CENTRE COMMERCIAL... SUR LE PARVIS. ET SUR QUOI TOURNE LES DISCUSSIONS ENTRE COLLEGUES DANS LES BUREAUX ? LES DATES DES RTT !<br />
Répondre
L
<br /> Quel plaisir de lire un tel article....je n'y changerais ni un mot, ni une virgule, oui mon pays ne travaille plus....je me permets de rajouter, les banquiers, les médecins sont aussi "fermés<br /> pour cause de vacances scolaires" si vous avez un dossier important géré par un conseiller financier!!! courage!! il est très, trop souvent en vacances; et votre dossier avec...votre médecin<br /> traitant qui vous connait bien (enfin j'ose l'espérer!) " "absent, ou fermé, pour cause de vacances scolaires"  etc..etc...les français, veulent être tout le temps en vacances, le réclame<br /> dans des défilés, mais sans travail pas d'argent ! enfin c'est ce que l'on m'a inculqué dans mon enfance, chez moi et à l'école.....mais à présent l'école n'a  plus rien à voir avec la<br /> mienne, et la cellule familialle, idem .......on a dévalorisé le travail manuel...il fallait dans les années 1980/81 !!!!   que des bureaucrates !! et bien c'est gagné !!!  entendu<br /> la semaine denrière lors d'une prise de RV dans un bureau "ah mercredi, déjà chouette c'est bientôt le WE" "il nous faudrait des we de 5j..et 2 j de travail" mais que cette demoiselle se rassure,<br /> encore un peu de social, et "bingo" elle y est !!! ben oui, we de Pâques oblige, sa semaine commençait un mardi !!!  c'est plus que désolant, c'est dangereux....faire croire aux gens que<br /> l'on peut "se la couler douce" tout le temps est FAUX, il faudra bien régler la facture un jour ou l'autre....et je crains que ce jour approche à grands pas...le problème c'est que TOUT le monde<br /> sera dans le même sac.....même ceux qui ont toujours travaillé pour se donner un toit sur la tête et à manger dans l'assiette...car on ne travaille pas pour faire plaisir à un patron, mais<br /> d'abord pour s'assurer une vie décente....et il faut remercier qu'il y ai encore des patrons qui nous donnent la possibilité de le faire dans l'honneur et la dignité.<br />
Répondre

Nous sommes sociaux !

Articles récents