Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lavandou Tribune

Lavandou Tribune

L'info pas l'intox sur la tribune des citoyens opposés à la reconduction continue de la majorité municipale depuis 1995


STOP ! Harcèlement sexuel dans les mairies

Publié par Liliane Guiomard sur 14 Novembre 2017, 11:29am

Catégories : #Société

Les élus locaux, tout particulièrement dans les petites collectivités, ont un pouvoir considérable sur leurs agent(e)s. Rares sont les cas de harcèlement sexuel entre collègues de même grade hiérarchique. Ce sont les hommes en position de pouvoir qui font l’immense majorité des harceleurs sexuels. La politique locale regorge de ce genre de profil qui font souvent régner l’omerta…

"Les élus, les DGS se sentent souvent intouchables et n’hésitent pas à harceler sexuellement des femmes. Avec 1% de plaintes, le phénomène est très largement sous-estimé" confirme l’Association européenne contre les violences faites aux femmes au travail (AVFT)

Les femmes pensent souvent être victimes de harcèlement moral. Mais, c’est souvent parce qu’elles ne répondent pas aux avances sexuelles d’un supérieur qu’il va les pousser à bout moralement…
Le harceleur va faire payer le "non" qu’il s’est vu opposer lorsqu’il a tenté d’obtenir des faveurs sexuelles. Il va alors utiliser tout ce qui est en son pouvoir pour pourrir la vie des victimes Lorsque la situation devient intenable, il est difficile pour les agentes de savoir comment agir.
"C’est très compliqué de faire remonter aux RH une situation de harcèlement. Vous venez leur expliquer que le numéro un de votre collectivité et donc leur chef direct pose un problème. C’est souvent impossible à entendre… Il est rare que la hiérarchie administrative soutienne la victime" confirme Maude Becker, avocate.

"Quand j’ai fait remonter à la DRH que les relations avec mon supérieur commençait à dépasser le cadre du travail, elle a fait la sourde oreille… Elle m’a alors répondu que cet homme était nécessaire au bon fonctionnement de la mairie et qu’il était hors de question de le convoquer" témoigne une agente.

Le dépôt de plainte dans le commissariat à proximité de sa collectivité est tout aussi difficile.
"Vous savez, tout le monde se tient par la barbichette… Bien souvent, le commissaire connaît très bien le maire ou le président de l’agglo et ne veut pas avoir de problème. Je conseille souvent aux victimes de porter plainte directement auprès du Procureur. Et là, c’est encore la croix et la bannière" confirme l’AVFT, tout en rappelant que les victimes peuvent porter plainte dans tous les commissariats français.

"Nous avons eu à traiter le cas d’une femme, agente de mairie harcelée sexuellement par le maire. Il a reconnu les attouchements tout en déclarant qu’il ne changerait pas ses habitudes. Elle a déposé plainte auprès du Procureur, mais comme c’était un proche du maire, l’affaire n’a pas été instruite" explique le président de l’association Harcèlement Moral Stop, qui conseille les victimes agent(e)s de la fonction publique

Pourtant, la collectivité publique est tenue de protéger les fonctionnaires contre les menaces, violences, voies de fait, injures, diffamations ou outrages dont ils pourraient être victimes à l’occasion de leurs fonctions, et de réparer, le cas échéant, le préjudice qui en est résulté », précise l’article 11 de la loi de 1983. Les victimes peuvent aussi faire une lettre directement au conseil municipal pour expliquer la situation et demander la protection fonctionnelle. C’est une façon de rappeler aux petites mairies une procédure qu’elles méconnaissent souvent.

Cette protection fonctionnelle prend en charge les honoraires d’avocat si les victimes ont engagé une procédure pénale (plutôt qu’administrative bien plus frileuse) contre le harceleur. Mais, face aux risques de scandale beaucoup de femmes (et d’hommes) préfèrent changer de… collectivités !
L’AVFT, reçoit entre 5 et 10 appels par jour signalant des cas de harcèlement sexuel - même anciens - dans les collectivités et la situation s’accélère depuis l’affaire Weinstein
.


Association européenne contre les violences faites aux femmes au travail (AVFT)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
@
@cfini. Si vous la connaissez, et si elle existe, aidez là à parler. Sa parole la libérera et liberera aussi le lavandou de la vermine.
Répondre
J
Des affaires de mœurs existent au Lavandou et pas que de harcèlement. Dans l'air du temps la parole se libérera et fera tomber des têtes.
Répondre
A
je vais me permettre de faire l'avocat du diable ! mais si certaines femmes tenaient leurs places, et ne se jetaient pas à la tête d'un homme, sans charisme, sans beauté, seulement parce qu'il a un peu de pouvoir, les comportements s'en trouveraient plus sains ! ne me dites pas que Hollande peut plaire à une femme "normale" et ma liste n'est pas exhaustive ! des "Hollande" il y en a plein les mairies, les préfectures, les conseils régionaux, et de l'avoir constaté de visu, des femmes font du coude à coude, pour les approcher, les côtoyer journellement, vivre dans leurs univers ( phrase entendue à propos d'' un maire "comme il est beau" ??? ah bon, bizarre les critères non ? car je ne partageais pas cet avis...un maire on le choisit pour son programme, enfin, je le pensais....nous savons que les hommes politiques, sont élus par les femmes, sur ces critères là ! Chirac en est une belle preuve, alors il est presque normal que ces hommes là, se comportent comme ils le font vis-à-vis de toutes les femmes, ils font l'amalgame, dommage pour celles qui se respectent et doivent se battre afin de rester dignes !
Répondre
T
Et bien evidemment cela n existe pas au Lavandou puisque nous avons des petites b.... Si seulement les " victimes" utilisaient leur langue pour dénoncer plutot que de passer sous le bureau ...
Répondre
C
j'en connais personnellement une qui voudrait témoigner contre un élu. Je ne sais pas si elle ira au bout par crainte de représailles et d'une procédure coûteuse. Elle est finalement partie de la mairie depuis un certain temps. Je l'encourage à le faire car il n'y pas de prescription des faits et l'élu toujours en place risque gros et surtout un énorme scandale local sur les pratiques inadmissibles d'un autre temps.
@
bon d'accord ! mais faudrait savoir pourquoi précisément sur quatre mandats tant de personnes sont parties de la mairie vers les communes de bormes, la londe et plus loin bizarre quand même ?
M
Agressions sexuelles en politique: la parole se libère contre les élus. A quand un fichier national ? inéligibilité à vie ? la stricte parité dans les partis politiques ?<br /> Il est intolérable que de telles pratiques puissent perdurer. Les hommes politiques ne sont pas au-dessus des lois. Comme tout citoyen, ils doivent les faire respecter, d’autant plus qu’ils les élaborent et les votent la main sur le cœur .
Répondre
N
C'est du propre le pouvoir ! Droit de cuissage et droit d'enrichissement sans cause !
Répondre

Nous sommes sociaux !

Articles récents