Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lavandou Tribune

Lavandou Tribune

L'info pas l'intox sur la tribune des citoyens opposés à la reconduction continue de la majorité municipale depuis 1995


Var : la mafia a besoin de passer par les élus

Publié par Pascal Docquenies sur 23 Mars 2018, 00:47am

Catégories : #Société

L'influence de la mafia en col blanc est ressentie surtout autour des juteux marchés publics (BTP, voirie, eau, ordures ménagères, marina, promotion immobilière…) et les activités privées (jeux, complexes touristiques, parcs d’attraction, parkings…) dévoilant une économie souterraine qui empoisonne le littoral varois.
Mais, la mafia est aussi internationale avec changements d’acteurs : russes, colombiens, européens de l’Est, italo-corses ou mutations de business (cocaïne, racket, prostitution, braquages, devises, courses truquées…)

Les autorités italiennes déplorent l’exportation sur le sol français de la Cosa Nostra car "la mafia est partout où il y a de l’argent" en employant les mêmes méthodes pour s’em­pa­rer de la manne des marchés publics et "si elle a besoin de passer par des élus, elle passera par eux. Si elle n’en a plus besoin, elle les igno­rera".
Le système mis en place dans le Midi de la France mêle clientélisme, politique, corruption et enjeux économiques. Dans ce contexte favorable, la côte varoise est atti­rante pour la mafia.

Moteur de la logique mafieuse, les marchés publics ou privés de sous-trai­tance dans le secteur du bâtiment et des travaux publics seraient ainsi pris d’as­saut pour blanchir les fonds colossaux dégagés par les activités criminelles.
Grace à ces fonds, les entreprises – qui ne sont souvent que des façades – peuvent jouer sur des distorsions de concurrence en propo­sant des prix très attractifs. L’in­fil­tra­tion et la colonisation des réseaux élitistes sont les deux mamelles de la mafia italienne. Une infiltration continue qui s’écoule depuis l’Italie par un point de passage naturel : Vinti­mille et Monaco.

La presse en témoigne "La mafia est un cancer dont on doit se libérer, c’est un réel problème. Sous-évaluer le phénomène mafieux est une erreur que l’Italie a faite par le passé. Pour la France ce serait une erreur gravissime, car l’économie souterraine qu’est capable de gérer la Ndrangheta est susceptible de pervertir le marché. Elle peut provoquer de graves dommages à la société civile…"
De nombreux élus sont sous l’influence de la mafia. La promotion immobilière est souvent à l’origine de guerres claniques et de pactes de corruption en col blanc. Quelques dossiers sulfureux de permis de construire illégaux occupent les tribunaux à Nice, Draguignan, Toulon, Marseille, lorsque les citoyens font de la résistance. Rarement les élus y sont condamnés pour leur innocente signature.
Dernièrement, la justice italienne a saisi pour 420 millions € de complexes touristiques, bars, entreprises de construction, véhicules utilitaires et voitures de luxe, comptes courants, restaurants à la mode à Rome et les beaux sites de la côte ionienne, appartenant à des clans mafieux.
Le Var est sans aucun doute le département français où les liens politico-mafieux sont les plus développés
via prête-noms, sociétés fantômes et montages sulfureux. Autour de Toulon, un peu toutes les villes proches de la côte sont touchées. La filière italo-corse a toujours été l'une des plus productive et des plus efficaces du milieu varois (la plus violente aussi) et s'est souvent distinguée par ses accointances avec le monde politique local jusqu’au cœur des mairies.
Au Lavandou, comment expliquer l’achat à prix d’or d’un hôtel 5 étoiles quasiment sur le domaine maritime, jamais rouvert et finalement rasé par son propriétaire qui entreprend maintenant de le reconstruire. Lequel, entre temps, a racheté un hôtel de luxe à proximité pour se loger ? Cela dépasse toute logique de rentabilité et de bon sens...
Dans le Var, l’assassinat de la députée Yann Piat, en 1994, révèle surtout un système mafieux pour obtenir par intimidation la réalisation de complexes touristiques et immobiliers sur le littoral. Un lieu privilégié pour réinvestir et blanchir l'argent des holdings financières. Ici, c'est le crime est au service de la politique et la politique au service du crime.
La "pieuvre" n’a ni odeur, ni couleur, ni parti mais plus souvent les bons arguments qui maintiennent l’incompétence, flattent l’égo et ruinent la respiration démocratique.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
Savez-vous reconnaître un ripoux ?<br /> Costard de bonne coupe avec petite décoration à la boutonnière<br /> Champagne et bon vin à la main<br /> Jovial par devant, affairiste par derrière<br /> Affublé d'un porte-cartable à deux pas destiné à enregistrer les adresses, collecter les propositions sans jamais y toucher<br /> Reçoit chez lui à l'abri des regards<br /> Roule en voiture made in France <br /> Dispose d'un réseau 'd'amis" jusque dans les hautes sphères de la politique (et de la justice)<br /> Entouré d'un fan-club qui se nourrit de miettes et de doctrine<br /> Parle bien avec conviction ,parfois trivial afin de garder la main sur le peuple gogo<br /> Grossit du bide au fil des années et des affaires (liste non exhaustive)
Répondre
V
Il est probable que des membres de la pègre vivent au Lavandou-Bormes où plusieurs règlements de comptes et arrestations ont été relatés ces dernières années dans la presse locale
Répondre
A
La mafia est partout : restaurants boites de nuit places de port mairies terrains à bâtir c'est endogène au var mais je suis d'accord pour dire que le premier racketteur est de loin le système municipal qui prend de l'argent sur tout ce qui passe par lui
Répondre
L
Mais qui est donc le premier mafieu du lavandou ?<br /> Tous les Lavandourains le craignent, le croisent tous les jours. Certain lui serre la main !!
Répondre
P
Affligeante la défense à la con de l'élu en délicatesse : pas au courant- innocent- immoral mais pas illégal- pas de preuves- calomnies- mensonges- dénigrement- jamais pris un sou- connaît personne.- je suis présumé innocent Un bon coup de pied dans le cul et hop dehors ! en afrique en russie il serait déjà mort ! que fait la police ?
Répondre
L
c'est carrément des délits d'initiés qui doivent être condamnés<br /> effectivement quelques maires en profitent ou font parti du système en toute discrétion avec le soutien des brebis galeuses au sein de leur conseil municipal ou les financeurs corrupteurs de leur campagne<br /> très facile dans les petites communes ou l'élu n'a pas l'obligation de déposer ses comptes de campagne<br /> Les plus gros corrupteurs locaux : les promoteurs, la distribution et assainissement d'eau, la téléphonie, le stationnement, les poubelles, les établissements de tourisme, les transports, les plagistes, les ports. <br /> en plus les élus sont facilement à l'abri d'une dénonciation avec un arsenal de vexations, interdictions, sanctions et un extravagant statut d'officier de police judiciaire
Répondre
P
Que de bars, paillotes, restaurants incendiés... que de rafales de kalach et 11.43.. .que de barbecue (le dernier à OK Corral) et pieds dans le béton dans ce paradis transformé en enfer par les affaires à lire dans les faits divers de Var Matin. De quoi faire fuir les honnêtes gens !!!!
Répondre
A
oui, notre députée tuée, pire qu'un chien ! et les commanditaires toujours en vie pour certains et continuant sans vergogne leurs trafics ! descendue en famille la semaine dernière, qu'elle ne fut pas ma stupéfaction de voir le beau quartier du pin, livré aux engins en tous genres et les nouveaux oiseaux géants (les grues) qui défigurent ce si joli coin ! mais sont-ils devenus tous fous dans les mairies, dans les préfectures, au fait qui délivrent les permis pour de tels bâtiments ? qui décident d'abîmer à jamais cette nature, de couper des pinèdes, qui ??? les oiseaux disparaissent à une vitesse incroyable.. normal ! et les humains, là-dedans, qui y pensent,? ex: par appartement on peut compter 2 véhicules, voire plus ....où vont ils aller se garer, pour leurs courses, sachant que les gens sont fainéants et ne marchent plus ! quel "bordel" à venir! et les pauvres borméens du cru, eux que vont ils devenir noyés dans cette masse ? pour m'amuser j'ai appelé le n° de téléphone qui commercialise la future maison de retraite (coincée entre les bâtiments et la route ) là un monsieur, basé dans une agence de Montpellier, m'a renseigné sur les prix d'un studio de 20m2.......complètement fous ! (les prix) mais le pire n'est pas là, lorsque je lui ai demandé pourquoi il n'y avait rien sur place, ni dans les agences du coin, pour commercialiser ce projet, il s'est mis à rire et m'a dit "oh c'est pas pour les pecnots du coins, pas pour ces gaulois arriérés" !! pas mal non, c'est comme cela qu'il voit, lui est ses acolytes les borméens ! il m'a donné envie de vomir, alors je lui ai rétorqué que je suis une ancienne gauloise et fière de l'être, (il me prenait pour une parisienne ou autre!) et surtout fière d'avoir quitté mon pauvre pays, bradé à ces gens là, afin d'aller chercher ailleurs la tranquilité et la sérénité, alors votre article, tombe à pic et je comprends tout beaucoup mieux, toutes les grues que j'ai comptées entre le Lavandou, Bormes, et la londe.......bon courage à vous tous quand les bâtiments, villas seront habités, vous serez colles/serrés sur la seule route qui traverse ses anciens jolis villages !
Répondre
N
SI LA JUSTICE S’INTÉRESSAIT AU TRAIN DE VIE DE CERTAINS ELUS OU LISAIT EN PROFONDEUR LES RAPPORTS DE LA COUR DES COMPTES LA FRANCE SERAIT VITE LIBÉRÉE DES PARASITES TRICOLORES.
Répondre
T
je ne suis pas surprise par votre article et je ne suis pas naïve<br /> je vois bien autour de nous l'évolution du département, les affaires à répétition, les contorsions municipales destinées à justifier l'injustifiable<br /> Il manque à la justice des sanctions exemplaires contre les élus ripoux<br /> L'exemple de ce jour venant de haut sur un ex président bien sûr "innocent" devrait faire réagir nos concitoyens impassibles... qui persistent à applaudir le manque de moralité publique. Si l'Italie voue une reconnaissance sans limite de Berlusconi ne tombons pas, nous français, dans la tolérance systématique et l'éblouissement perpétuel des belles paroles électorales.
Répondre

Nous sommes sociaux !

Articles récents