Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lavandou Tribune

Lavandou Tribune

L'info pas l'intox sur la tribune des citoyens opposés à la reconduction continue de la majorité municipale depuis 1995


Actes de piraterie au nouveau port du Lavandou

Publié par Mireille Benitta sur 17 Juin 2018, 06:09am

Catégories : #Le bêtisier du maire, #Finances

Il était une fois un centre commercial né en 1967 de la création du port du Lavandou…  sur le domaine public maritime.
Contre monnaie sonnante et trébuchante d’heureux propriétaires obtenaient, sous contrôle préfectoral, le titre d’Amodiataire d’Occupation Temporaire (AOT)  créé en 1965, supprimé en 1981, valable jusqu’au 1er janvier 2029 Seule obligation : exploiter un commerce.
En 1995 changement de majorité, dégradation des locaux, dont certains vacants faute de clients ou conséquences des aléas de la vie. Le nouveau maître - joueur de billard à trois bandes - manoeuvre sur la régie du Port gestionnaire du "radeau" pour payer une réhabilitation coûteuse de *1,2 millions d'euros de budget en autofinancement pur; et entreprend de récupérer les uns après les autres les AOT à coups de constats d'inexploitation, de récupération de charges portuaires majorées, d’avocats qui savent lire les petites lignes (et se gaver d’honoraires) contre le Syndicat des copropriétaires du port, vent debout !
Les proies n’avaient hélas pas les moyens, ni compris ces subtilités d'AOT; et, selon la loi du plus fort (et de l’argent public), la justice fit un boulevard au requérant.
C’est là que celui-ci, remet aussitôt sur le marché les lots tombés du ciel pour son propre compte. Les propriétaires confisqués de leur AOT sont contraints d’abandonner leur bien ou de repasser par la caisse sous le nouveau statut de "locataires" pour ne pas perdre leur entreprise.
La propagande est au satisfecit municipal de *la concertation permanente...(avec) les commerçants qui se sont associés avec enthousiasme à cet embellissement, donnant un coup de jeune à leurs enseignes et auvents.

La tragédie est que certains propriétaires ont souscrit des emprunts pour acquérir leur AOT et se retrouvent à payer d’un côté la banque et de l’autre le racketteur – de 8 à 10.000 €/an -  sans oublier les impôts fonciers (puisque fiscalement propriétaires) et les charges du port (puisque occupants du domaine public concédé)
Vous n’avez pas perdu le fil ?

Le vaudeville se complique lorsque quelques propriétaires ont la mauvaise idée de céder leur AOT sans prévenir l’autorité de tutelle. Le feu gagne alors l’étage supérieur des actes notariés légaux et du fisc qui ne sait plus qui doit payer les impôts fonciers.
Une pagaille dans le dos des citoyens, de procédures en Appel, Cassation et expulsions. Les trophées s’accumulent au profit du pirate insensible au désarroi des spoliés, aux drames personnels…
Ce dossier est une parfaite illustration d’une faillite morale collective et d’une escroquerie légale en bande organisée. 
Promoteurs, maires, conseillers municipaux, SCI et autres acteurs de l’époque ont disparu depuis belle lurette.
Alors se pose maintenant la question de l’avenir du nouveau Port dont les locaux commerciaux ne peuvent résister à une fréquentation en berne et une période estivale de plus en plus moribonde.

Quelques raisons de cette désertification : le manque d’imagination de la mairie et de ses satellites - le port international (vaste parking à bateaux); l’Epic de tourisme, volontairement isolé de l’intercommunalité par décision municipale - arguments irrecevables pour la justice.
Victime de ses propres turpitudes, que fera la mairie des locaux récupérés, loués puis probablement inexploités une grande partie de l'année ?
Et que pensent les usagers du port de leur argent abusivement détourné par égo municipal ?

 

*La Gazette du Lavandou N°136

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
le 14/09 le maire du Lavandou a fait expulser le restaurant le Péché Mignon avec l'aide le force publique et des pompiers. Je tiens a vous signaler que le propriétaire du local qui nous servait de cuisine a été également expulsé sans en être averti d'après les dites de l huissier la cellule des deux locaux n en fait qu'une sur le plan alors que nous avons deux titres de propriété a deux noms différents le plan que l huissier a reçu n est pas conforme a l exactitude juridique.
Répondre
G
Constat: avec ou sans rénovation les commerces du nouveau port sont vides de clientèle !!! mais Bernardi est content de lui c'est le principal !!!
Répondre
@
j'espère que l'opposition le remettra en place de ses prétentions de chevalier blanc (pas tout blanc)
H
Le petit rapporteur - édition du 19 juin - flatte l’Ego du maire du lavandou sur le port remis à neuf mais passe sous silence le coût de l'opération, le bras de fer avec les commerçants et les expulsions manu militari les locaux AOT. Bien sûr sans possibilité de droit de réponse !
1/ il aurait dû le rénover depuis 10 ans
2/ l'opposition a été atone sur cette opération et aucun remerciements à la région et au département sont aussi passés à la caisse
3/ a quoi cela sert puisque c'est toujours un parking à bateaux ?
4/ la campagne sur sa réélection a-t-elle commencée ?
Mr Giorgi exprimez votre sentiment sur la situation puisque serez à la mairie au prochain conseil municipal du 25 mai à moins que le maire vous y interdise l'entrée par peur.
Répondre
L
Prochain conseil municipal 25 juin et non pas 25 mai.
P
Coup de pub du maire.
Oui la campagne pour lui est commencée avec l'aide du directeur du port et le comble avec les commercants de la zone commerciale....
@
Bonjour Madame,
Je ne pense pas que le Maire ai peur de qui que ce soit. Le problème de confrontation AOT et droit foncier ne peut avoir qu’une solution d’ordre juridique en mettant la Mairie, les commerçants et le Trésor Public autour d’une même table. Bien malin celui qui pourra présager de l’issue de ce problème. Par contre il est certain que la priorité pour la Mairie devrait être de protéger au maximum les commerçants et propriétaires impactés, les poumons économiques de la ville, plutôt que l’inverse dans le but unique de récupérer quelques hypothétiques rentrées financières complémentaires pour boucler les budgets.
Cordialement,
Franck GIORGI
P
HEP !!! faut pas lire Var Matin pas plus que la Gazette du Lavandou ce sont des organes de propagande des élus en place financés par de l'argent public !!! c'est comme si tu demandais à un restaurateur si c'est bon de manger chez lui avant de s'asseoir ! A bon entendeur...
L
N'ayons pas peur du mot ESCROC
Un conseiller municipal, condamné en France en 2010 pour diffamation, en traitant son maire "d'escroc" a obtenu gain de cause en 2017 devant la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH).pour sa liberté d'expression.dans le cadre d'un « débat d'intérêt général pour la collectivité ». La France devra lui verser 5 000 euros pour abus de procédures et préjudice moral
lire l’article :
http://www.lepoint.fr/politique/il-traite-son-maire-d-escroc-et-obtient-gain-de-cause-devant-la-cedh-12-09-2017-2156283_20.php
Répondre
@
Qui pourrait accumuler autant de compliments sur sa personne au Lavandou ?
écornifleur aigrefin arnaqueur bandit brigandeau carambouilleur carotteur charlatan crapule escroqueur faisan faiseur filou flibuste flibustier fripon fripouille gangster intrigant larron magouilleur malfaiteur malhonnête pirate stellionataire vaurien…
M
La commune du Lavandou a encore engagé une procédure au Tribunal administratif de Toulon pour récupérer un autre local du centre commercial du port, elle va forcément avoir gain de cause du faite que ce local est resté fermé pendant plus de six mois consécutif, comme c'est interdit dans le contrat d'AOT (autorisation d'occupation temporaire) sur le domaine maritime. La commune en sera donc à neuf locaux récupérés par cette méthode d'expropriation sans indemnité au détenteur d'un acte notarié encore en vigueur à ce jour, et qui oblige le propriétaire de cette acte de continuer à payer des impôts fonciers. Pourquoi ce local est-il resté fermé trop longtemps ? Pour plusieurs raisons, 1ère: La propriétaire du local voulait le vendre à un moment, elle avait trouvé des acquéreurs potentiels, mais lorsqu'ils prenaient des information à la capitainerie, on leur répondait que la vente ne pouvait se faire par notaire avec son acte notarié, et que seul , le Maire du Lavandou pouvait accorder des droits d'AOT pour occuper ces locaux du centre commercial. 2ème: lorsque la propriétaire à trouvé des locataires, la capitainerie expliquait à ceux-ci qu'il n'y avait plus de possibilité d'exploiter la petite terrasse devant le local pour des raisons juridiques en attente. A la suite de toutes ces difficultés qui ont persisté plusieurs années, deux saisons d'été, la commune a donc engagé une procédure pour récupérer ce local. Comment la commune peut-elle aujourd'hui, procéder à un retrait d'AOT à une personne détentrice d'un acte notarié officiel, alors que son local est occupé depuis 2017 et en 2018 par un locataire. L'objectif manifeste de la commune, c'est de procéder à la récupération de tous les locaux détenus par des personnes qui disposent d'un acte notarié, et qui continueront de payer des impôts fonciers sur leurs locaux commerciaux. Les détenteurs d'actes notariés en vigueur jusqu'au 31 décembre 2028 sont dans un désarroi grandissant pour deux raisons, la première c'est qu'ils ont des difficultés à louer leurs locaux du fait de la conjoncture économique sur le port, et deuxièmement, qu'ils risquent de perdre leur droit d'AOT définitivement s'ils n'occupent pas leurs locaux commerciaux. La Régie du port Lavandou a bien rénové les façades et les sols du centre commercial, mais n'a pas pour autant attiré un potentiel commercial touristique pour faire vivre tout ce secteur.
Jusqu'où va aller la commune pour récupérer tous ces locaux ? et pour en faire quoi ? les louer à qui ? pour quelle recette publique ?, si ce centre commercial tombe dans le cahot économique. Il reste encore un local libre de 250 m2 à louer par la commune, qui est passé de 200 euro à 120 euro au M2 par an, plus les charges du centre commercial. Qui va prendre ce risque ?
Répondre
N
Le fonctionnement municipal coûte trop cher aux lavandourains bernés par des manipulations comptables et des effets d'annonces du maire. Nous vivons au dessus de nos moyens d'où parcmètres, DSP et droits d'occupation du domaine public hors de prix. Nous ne pouvons continuer cette mascarade frénétique à l'argent public avec emprunts, subsides, surtaxation, ventes des bijoux de famille. Vous savez où sont les coupables à sanctionner aux prochaines municipales. Ne laissons pas le lavandou aux mains des affairistes !:
Répondre
B
curieux que personne ne défende le pauvre maire qui se démène entre l'hostilité des uns et les moqueries des autres quand même il doit avoir des succès à son actif ?
Répondre
@
Chère madame il n'est pas possible de défendre l'indéfendable. Ce blog est une compilation de la triste gestion municipale. Si quelqu'un veut être son avocat commis d'office bonne chance à lui !
N
ET QUE PENSE LE CANDIDAT GIORGI D'UNE TELLE SITUATION ? QUE FERA-T-IL UNE FOIS A LA MAIRIE ?
Répondre
A
Je pense qu'il ne fera pas grand chose.
Cette histoire est insoluble...
Car erronée depuis le début et tout le monde le sait.
M
Le problème qui se pose pour les personnes qui ont perdu l'AOT (droit d'occupation temporaire du domaine maritime), mais qui détiennent toujours leurs actes notariés créés depuis 1985, c'est qu'elles sont obligées de payer les impôts fonciers du fait qu'elles soient toujours considérées propriétaires par les services fiscaux de l'Etat. La commune a récupéré le droit d'occupation temporaire de plusieurs locaux, mais n'a pas su régler le problème des impôts fonciers avec les pouvoir publics de l'Etat. La Régie du port concède l'occupation à des particuliers avec un droit d'AOT, ces locaux en qualité de propriétaire, mais n'est pas assujetti aux taxes foncières sur le bâti, puisqu'elle n'est pas considérée comme propriétaire par l'Etat. Est-ce de l'expropriation sans indemnité, voir spoliation du bien privé enregistré au conservatoire des hypothèques de l'Etat par acte notarié officiel ?
Répondre
A
Et si c'était aux amodiataires de se retourner contre leur notaire. Les actes de propriété sont il vraiment légaux ?.
J'ai bien l'impression que l'on tourne en rond et que l'on réécrit l'histoire a chaque fois...
À
Faut demander à Var Matin le petit rapporteur préféré de Gil Bernardi le maire qui sait tout. Cette histoire est un sac de nœuds. Fallait laisser filer le temps. Au maire de se démerder sinon gare aux prochaines élections... parce que c'est l'affaire de trop à son détestable mandat !
C
Lles opposants à la mairie ne ferons pas mieux que le maire sauf peut-être dans la forme car celui là sait manipuler les situations à son avantage.
Je partage l'idée que la commune doit réparer ses errements car le port est une énorme connerie écologique qui coûte un bras aux contribuables en contrariant les courants marins.
Quant au nouveau port avec son hideux parking en béton il devrait être classé au palmarès des erreurs à ne plus commettre au Lavandou qui cumule les barres d'immeubles en front de mer jusqu'au jour où tout le monde devra déménager face à l'érosion. On a les élus que l'on mérite dit le dicton. Depuis vingt cinq ans nous aimons celui là mais je ne sais pas pourquoi ?. Il mécontente tout le monde. c'est son adrénaline et un personnage pas très intéressant. CB
Répondre
J
le sieur Bernardi dans ses œuvres m'étonne si proche d'une échéance électorale et tellement impopulaire dans sa commune.
Répondre
R
CE MAIRE A TOUJOURS RENIFLE LES BONNES AFFAIRES ET NE SUPPORTE PAS QUE LE PRIVE RÉSISTE AU PUBLIC C'EST A DIRE LUI. CES AOT SONT DES ACTES DE PROPRIÉTÉ JUSQU'EN 2029. AUCUNE RAISON DE SE LAISSER FLOUER. PAR CE FLIBUSTIER DE PASSAGE. FAISONS CONFIANCE A LA JUSTICE. CONTINUONS LE COMBAT.
Répondre
P
1°/ La collectivité n'aurait pas du faire ce centre commercial
2°/ La collectivité doit réparer le dol subit par les acheteurs dupés par elle
3°/ Ce n'est pas aux usagers du port de subir les erreurs municipales quelle qu'en soit la date
4°/ Il conviendrait de faire une "procédure groupée" contre la commune et demander le remboursement de ces ventes
5° Le maire provisoire de ce jour devrait aider ses concitoyens et ne pas les enfoncer davantage et faire sa pub sur les malheurs des autres
Répondre

Nous sommes sociaux !

Articles récents