Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lavandou Tribune

Lavandou Tribune

L'info pas l'intox sur la tribune des citoyens opposés à la reconduction continue de la majorité municipale depuis 1995


Quels chemins vers un cinquième mandat ?

Publié par Patrick Richard sur 3 Novembre 2019, 20:19pm

Catégories : #Municipales 2020, #Voix OFF

Qu’il est loin le temps du chevalier blanc, moraliste, sur son impétueux destrier, dénonçant les constructions débridées du partant, déconfit par un déficit abyssal...

Entre trop et rien, 25 ans sont passés au Lavandou… et à bien y regarder le maire sortant n’a rien prouvé de son excellence à ses concitoyens. Bien au contraire, un climat de suspicion s’est installé sur la trop grande longévité de cet élu qui s’est entouré de conseillers atones, sans initiative, sans courage, histoire de rester dans le premier cercle et d’en tirer silencieusement avantages. C’est qu’une écharpe tricolore ça pose son homme. Et, après tout, un chef de clan n’est jamais à l’abri de la justice, d’une démission, d’une trahison. A chacun son heure ! Il suffit de cumuler les mécontents, les conspirateurs, les jaloux, les abandonnés, les faux amis sur 25 ans pour comprendre que la majorité "Regain" n’est plus dans le cœur des lavandourains.
Que faire sur la dernière ligne droite ? bâtir obstinément un cinéma à 4,5 millions € ou esquisser un pas de danse à 3 millions € ; maudire les opposants de sa propre turpitude ou inventer une nouvelle potion magique ; promettre l'impossible ou brûler un cierge à Saint Louis du Lavandou ? Son chemin vers la victoire est incertain, sinueux, bordé de pièges…
Et puis le temps change le regard de l’autre. A trop étreindre, dire la messe, entortiller les incrédules, choisir la force… ce soldat de l’idéal n’est plus que le mercenaire d’une troupe prisonnière qui veut poser son sac. Dans ces conditions autant mourir en chef au combat que de déserter !
L'espérance d’un vert calcul électoral - improbable - murmuré dans les bistrots ne lui épargnera pas le camouflet du désamour qu’il feint d’ignorer.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Menteur, Hypocrite ; ceux qui prétendent que notre maire bien aimé mérite ces qualificatifs sont des malfaisants.
Premier coup de pioche pour un cinéma à venir, il n’y a rien à dire concernant ce qui avait été décidé il y a plusieurs mois. Bien sur, le bâtiment prévu n’aurait pas encore trouvé exploitant, mais d’après celui qui trône à la mairie, cela n’a pas d’importance car les candidats vont se presser.
Ce bel optimisme est l’arbre qui cache la foret, à savoir coût énorme pour la commune par dépassement du budget prévisionnel. Cela serait compensé par la cession de biens municipaux à savoir des terrains à construire.
Subvention départementale, totalement hypothétique car loin d’être attribuée, mais les promesses n’engagent que ceux qui les émettent.
A vous de juger.
Répondre
S
Mon avis est que la direction d'une commune ne doit être attribuée à un seul qui sera soit autoritaire, soit imbu, soit complètement à côté de la fonction ou pire. La collégialité semble mieux adaptée dans une proportion plus équilibrée que celle proposée par la République. Le gros mot contre pouvoir ne signifie pas pagaille mais réflexions. Or les maires organisent de fausses commissions démocratiques pour occuper les citoyens sans en tenir compte.
Par ailleurs les candidats n'ont pas à être issu d'un parti et prouver leurs connaissances pratiques et aptitudes psychologiques. Trop se révèlent après élections dans une nature différente attisée par le lustre d'une écharpe qui ne reste qu'un bout de tissu si portée par un âne. Concernant la durée du mandat j''opte pour deux mandats de trois ans c'est à dire une possibilité de révocation au bout de trois ans et surtout les postes de contrôle aux mains de l'opposition qui aurait possibilité de saisir la justice en cas de manquement grave. A la sortie d'un mandat le maire devrait remettre un mémoire moral puis comptable gagé sur ses biens personnels. Trop rentrent à la maison en laissant derrière eux un bilan impossible à redresser...
Répondre
M
tous les chemins mènent... à la retraite pour le sieur bernardi
Répondre
8
Il se dit que l'écologiste volerait à son secours au deuxième tour ce que je ne crois pas ?
Répondre
8
Mais lui répond qu'il n'en est pas question...on ne peut le dire...il a tellement besoin d'un titre...ca fait tellement longtemps qu'il accumule les vestes...il a besoin d'y croire...
@
Trop souvent, les ignares de la condition Regaindesque la traitèrent de vile prétentieuse (quand on creuse un peu, bonnes gens, c'est pour s'appercevoir que moins prétentieux que Regain.5, on fait pas). Or, la prétention lui sort par ses yeux !
Le prétentieux a tout vu, tout fait, sait tout sur tout et tout le monde. Jouant les vrais faux érudits, il vous déballe un exposé géopolitique et plombe l'ambiance aussi sûrement qu'une tartine beurrée tombe toujours du côté du beurre. Il se rengorge de sa magnifique culture et ne manque en aucune occasion de vous servir du Victor Hugo à toutes les sauces avec, au Diable l'avarice, un peu de Kant en dessert. Parce que ça en jette, non ? 
Le prétentieux ne suit pas la tendance, il l'invente. Il se plait à croire qu'il est un anticonformiste dans l'âme et se complait à nier l'évidence.
Ainsi donc, et aux dépends d'une célèbre marque de frites : la prétention, c'est celui qui en parle le plus qui en mange le plus !
Dansleschoux.
Répondre
M
La caricature du maire qui sait tout sur son âne qui en sait plus que lui est bien vue.
Répondre
R
Nous n'avons pas à nous inquiéter sur votre cinquième défaite et surtout persévérez à nos côtés pour apprendre votre fonction d'opposants.
Répondre
G
Quelle prétention. C’est vraiment ridicule. Les analyses de surfaces qui se veulent profondes : « On mesure mal la puissance du rêve ». Ah. Merci, on ne savait pas. Des rêves brisés ?  MDR.... Merci à notre maître de nous apprendre.

Nous sommes sociaux !

Articles récents