Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lavandou Tribune

Lavandou Tribune

L'info pas l'intox sur la tribune des citoyens opposés à la reconduction continue de la majorité municipale depuis 1995


La criminalité organisée s’empare de l’économie légale

Publié par Pascal Docquenies sur 8 Décembre 2020, 07:16am

Catégories : #Société

Profitant du désastre Covid-19, le blanchiment d’argent sale s’est spécialisé dans le renflouement des entreprises en difficulté. Bien souvent à l’abri des grandes banques qui s’accommodent de la réglementation internationale.
En France, depuis quelques mois, plus de 2.600 affaires sont en cours d’examen de la part des enquêteurs de la financière. Les actifs numériques proviennent des banques en ligne d’Italie, d’Allemagne, de Belgique, d’Israël, de Singapour... qui placent indifféremment d’impressionnantes liquidités dans les commerces, hôtels, clubs, parcs locatifs, golfs… c’est ce qu’on dénomme pudiquement à Bercy "l’ingénierie financière" où l’argent circule à la vitesse d’internet bien plus facilement que la promotion immobilière trop complexe qui passe par la corruption locale.
L’alerte est venue, depuis mars, d’Italie où les groupes mafieux traditionnels débordant sur les Alpes Maritimes et le Var - refuges habituels de l’argent illégal - ciblent dans les petites communes, où le brassage touristique masquent facilement leurs opérations illicites, les établissements en difficulté, souvent rachetés au 1/4 de leur valeur face à la défaillance des soutiens locaux ou gouvernementaux. Sans pour autant changer de statut ou de dirigeant.
C’est une question de patience en France pour ces groupes bien renseignés qui observent leurs proies avec une armée d’avocats, analystes, courtiers et gestionnaires. Les limites des caisses de l’Etat et la frilosité des banques classiques leur donnant toujours raison.
Et lorsque l’on prophétise 40% de commerces en liquidation ou en graves difficultés en 2021 le terrain de chasse de la mafia financière a de l’avenir en France. D’autant que la main charitable est dissimulée derrière des sociétés honorables en Suisse, Monaco ou au Luxembourg, poumons artificiels des pays poreux dans le monde.
L’aubaine de la crise Covid a déjà enrichies de nombreuses sociétés factices, dormantes ou légalement créées de toutes pièces qui ont habilement captées des fonds publics à l’insu du Ministère des finances, bien loin devant la ridicule fraude au télétravail ou au chômage partiel.
Les indics (administrateurs judiciaires, tribunaux de commerces, Tracfin, avocats repentis, rivalités familiales…) ne suffisent plus à endiguer ce phénomène qui rampent d’abord par le sud méditerranéen approchant les décideurs à la recherche "d’alliances ou de partenariats publics-privés" pour sauver leur économie locale ou simplement tenir leurs promesses électorales.
L’ingénierie financière de l’argent recyclé, qui fait et défait les gouvernants, succède à l’argent sale de la drogue, la prostitution, le trafic de devises, les manipulations foncières, les marchés truqués… au cœur de l’Europe.
Question : préférons-nous la peste d’un prêt toxique d’une cagoule noire ou le choléra d’un prélèvement à la source d’un col blanc ?
Réponse : tout dépend à qui profite l'argent !

Mais lorsque les citoyens endettés, trahis par un système établi, prisonniers des banksters, paralysés par la justice… entrevoient la pieuvre, il est déjà bien trop tard !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Ben les élus locaux sont souvent "border line" surtout dans le var qui accumule de nombreux dossiers bloqués dans les tribunaux alors que les auteurs sont encore en fonction. Si les élus nous surveillent qui les surveille ? Pauvre France !
Répondre
T
rien de nouveau à signaler au lavandou déjà occupé par les nouveaux maitres de l'Europe de l'est
Répondre
N
49% de prélèvements obligatoires en France + pratiquement six mois d’arrêt ça laisse des traces irréversibles dans l’économie. Après on peut dénoncer l’enrichissement facile des petits commerces et artisans qui crèvent dans l’indifférence… avec des milliards à rembourser. A qui au fait ?
Répondre
I
Lorsque le PLU au Lavandou est manipulé depuis près de dix ans quelle en serait la raison sinon le profit immobilier ? Pendant ce temps là c’est avec votre argent que les petits saints tentent d’amadouer les tribunaux jusqu’au Conseil d’Etat. A lire le feuilleton bernadesque du PLU en copiant/collant ce lien<br /> https://www.conseil-etat.fr/fr/arianeweb/CE/decision/2020-09-28/423087
Répondre
@
Notre Giuliani local grassement payé par la collectivité ne fait pas mieux que l'autre
L
merci beaucoup pour ce lien si instructif ! c'est encore pire que ce que je pensais !
J
Sujet d’actualité chez nous. Les racines du mal dans le Var sont immobilières d’ailleurs le fleurissement des grues va bientôt cesser faute de terrains et d’acheteurs. Bien plus juteux de placer l’argent dans les petits commerces qui s’appelaient avant « pizza-connection ». En Italie c’est une spécialité surtout balnéaire alors que le placement immobilier est très surveillé partout et finalement peu rentable. Un commerçant pris à la gorge ne peut résister à l’apport d’un partenaire extérieur là où les banquiers lui demandent ses bilans, vident ses poches et nantissent son patrimoine. A Nice, Toulon, Marseille… la partition est connue et même le nom des mandataires légaux. L’économie souterraine prospère là où la collectivité est défaillante. Rien de nouveau sous le soleil... Hélas ! beaucoup de changements de mains prévisibles l’année prochaine.
Répondre
F
Vous avez raison il existe une porosité inquiétante entre les élus et la mafia financière. Il est impossible aux citoyens de lutter et les "recentres affaires" dans différents tribunaux qui mettent parfois 30 ans à sanctionner un délit commis par les politiques n'est qu'une toute petite partie de ce qu'on ne connait pas où ne voulons pas connaitre.
Répondre

Nous sommes sociaux !

Articles récents