Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lavandou Tribune

Lavandou Tribune

L'info pas l'intox sur la tribune des citoyens opposés à la reconduction continue de la majorité municipale depuis 1995


Les états généraux du Tourisme désertés par son public !

Publié par Lavandou Ensemble sur 22 Octobre 2009, 00:17am

Catégories : #Tourisme

Annoncés avec tambours et trompettes par le maire, nous attendions une manifestation d’envergure pour décider de l’avenir du tourisme lavandourain. Ce «grand rendez-vous» n’aura déplacé qu’environ 70 personnes, se transformant ainsi en banale réunion de quartier.
3 heures de débats courtois et stériles pour entendre les eternels poncifs.
Parmi la foule clairsemée, les habitués de la messe, quelques curieux et des égarés l’ayant confondu avec une réunion de copropriétaires!
L’enjeu était ailleurs. Il s’agissait pour le maire de séduire les professionnels pour cautionner sa nouvelle idée. C’est raté ! L’analyse empirique d’un astucieux sondage-questionnaire distribué à 843 exemplaires a permis de constater un certain mécontentement sur l’actuel office de tourisme. Ce, pour justifier la nécessité urgente et impérieuse de le remplacer par un Epic. Ce qui contraste singulièrement avec l’article de Var matin du 25.09.09, avec l’autosatisfaction affichée depuis des années et le renflouage permanent de l’association, subventionnée depuis 1996 par les élus.
Raison secrète du divorce, retardé par l’officier d’état civil : l’office de tourisme, gangréné par l’amateurisme, le conservatisme, la cupidité et l’avidité de certains, aurait manqué d’initiative.
Pour le reste, les doléances qui ressortent de ce questionnaire s’attachent à des problèmes d’ordre personnel : "Les motos font trop de bruit, les boites de nuit, les bistrots, les jeunes, les vieux, la plage sale devant chez moi, les camping-cars, etc.…" Pirouette du maire qui précise mielleusement que les privés restent maîtres de leur destin et que la commune ne peut pas tout faire, compte tenu de la législation.
Il manque indéniablement d’un esprit d’équipe, d’une volonté fédératrice, d’un enthousiasme nouveau, du souffle et de bonnes idées pour aller de l’avant.
Quelques questions pertinentes ont été posées : "Pourquoi tant de contraventions qui font fuir la clientèle des commerces? Pourquoi si peu d’animations pour les enfants?  Pourquoi les plagistes ne pourraient ils pas ouvrir à l’année, Pourquoi ne pas proposer des packages ?"
Botte en touche pour le maire: l’initiative doit venir des privés...
Beaucoup de professionnels n’ont pas répondu au sondage. (Chiffre de retour non communiqué) Nombreux sont ceux qui ne se sont pas déplacés… Ceux-là connaissent la musique et n’attendent plus rien de la municipalité ni de son office de tourisme, même transformé en Epic. Les plus performants assument seuls, avec un certain succès, les destinées de leurs entreprises privées. Pourquoi, dans le contexte évoqué, prendraient-ils le risque de froisser le décideur qui ne manquerait alors pas de leur faire subir quelques mesures de rétorsion et autres représailles au détriment de leurs intérêts? Ils préfèrent garder leurs distances et leurs bonnes idées pour eux ! On peut les comprendre.
La mise en place prochaine de l’Epic fut rapidement expédiée pour préciser, en éludant les autres interrogations, que la principale difficulté serait le recrutement d’un « véritable directeur de station » Plusieurs intervenants l’ont espéré jeune avec une certaine expérience, trilingue, authentique professionnel avec du charisme et du caractère mais surtout avec une liberté et des moyens d’action pour mener à bien sa mission… Le maire en a convenu.
Pas vraiment courtois pour le sortant ! Où est la perle rare à placer dans notre bel écrin ?
La taxe de séjour, dont le montant avoisine cette année (record parait-il) les 450.000€ sera entièrement reversée à l’Epic. Cela devrait suffire ! Avec une telle manne, une erreur de pilotage serait impardonnable ! 
Var Matin du 21-10-2009 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
<br /> ce papier a plus de deux ans et reste toujours d'actualité. Le directeur fait son boulot mais ça rame. - Chat échaudé craint l'eau froide, plus personne n' y croit - la faute à qui<br /> ?<br />
Répondre

Nous sommes sociaux !

Articles récents