Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lavandou Tribune

Lavandou Tribune

L'info pas l'intox sur la tribune des citoyens opposés à la reconduction continue de la majorité municipale depuis 1995


Paradis fiscal contre pompe fiscale

Publié par Patrick Richard sur 15 Septembre 2017, 02:35am

Catégories : #Finances

Les médias ne disent pas tout, mais Saint Martin comme Saint Barthélémy se sont développés, depuis 1995, sur une défiscalisation immobilière effrénée avec la loi "Lodeom" en faveur du développement économique de l'Outre-mer.
Ainsi, les investisseurs français ont massivement utilisés le Pinel, Scellier puis le Duflot Outre-mer et le Girardin pour s'enrichir. Des réductions d’impôts allant de 38,25% à 53,55% dans une activité agricole, industrielle, commerciale ou artisanale (de l'immobilier au bateau); et d’autres privilèges comme la déduction à 100% des intérêts d’emprunts, des frais réels, frais de gestion ou charges locatives...
Et, pour les français résidents (35.000 à Saint Martin et 10.000 à Saint Barthélémy) depuis plus de cinq ans s’ajoute: ni impôt sur le revenu, ni impôt sur la fortune, pas de TVA, ni de droits de succession.
Avec ce régime fiscal des plus favorables pour les investisseurs et les résidents, le classement en "paradis fiscal" n’est pas surfait, d’autant que depuis 2007 ces îles françaises sont passées du statut DOM à celui de COM (Collectivités d'Outre-Mer) rattachées à la France mais n’appartenant pas à l’Union européenne, donc  ne faisant pas partie de l’espace Schengen.
Faire appel à la solidarité nationale – qui concerne surtout la moitié de la population locale pauvre – et aider à la survie des exilés fiscaux est contradictoire, voire immoral. D’autant que la facture nationale sera salée (1,2 milliard € estimés) et payée, d’une part, par la métropole; d’autre part, par les assureurs et, en finalité, les contribuables.
Cela n’empêche pas la langue de bois du ministre de l’Economie et des Finances qui s’apprête à récompense le… travail dans le budget 2018:
"Comme tous les Français, j'ai été bouleversé par les ravages humains et matériels d'Irma dans les Antilles françaises. Dès que les premières évaluations des dégâts auront été faites, je réunirai à Bercy les assureurs pour leur demander d'engager les indemnisations nécessaires dans les plus brefs délais. Il ne serait pas acceptable que des lenteurs s'ajoutent au drame humain que vivent nos compatriotes de Saint Barthélémy et Saint-Martin".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
Je refuse que mes impôts indemnisent les fraudeurs du fisc " réfugiés" à Saint Barth et à Saint Martin
Répondre
T
Quand même plus sympa que la fiscalité lavandouraine où le prix du p'tit café c'est pas plus cher. Mais bon chez nous les pauvres n'arrivent plus se loger.et les riches sont concentrés au cap nègre sans jeu de mots. C'est que les fonctionnaires sont nombreux au lavandou
Répondre
F
Mais qu'est ce qu'un territoire comme celui ci (mais on pourrait parler aussi de Mayotte et d'autres) rapporte à la France et ses pauvres contribuables et ses entreprises pressurisées ?
Répondre
J
Pour corroborer votre article, un lien même daté qui en dit long sur les réseaux d'influence pour faire de ces quelques îles un lieu fiscal privilégié..

https://www.monde-diplomatique.fr/2006/01/CHAUVIN/13141
Répondre

Nous sommes sociaux !

Articles récents