Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lavandou Tribune

Lavandou Tribune

L'info pas l'intox sur la tribune des citoyens opposés à la reconduction continue de la majorité municipale depuis 1995


Pourquoi le maire est-il en décalage avec les citoyens ?

Publié par Liliane Guiomard sur 17 Décembre 2018, 10:51am

Catégories : #Cercle d'Etudes Reyer, #Démocratie

Le malaise se creuse entre l’administré et l’élu.
Obligé d’appliquer des lois scélérates, parfois contradictoires ou datant de l’ère napoléonienne, le maire n’arrive plus à suivre la mutation sociétale et se retrouve entre le marteau et l’enclume, simple fusible local d’une politique décidée ailleurs. D'une main, elle caresse son " représentant " indispensable ; de l’autre, lui rabote progressivement ses fonctions , lui laissant les miettes : mariages, culpabilité fiscale, permis d’enlaidir, discours lénifiants, édits risibles, chrysanthèmes…
L’Etat, se sert habilement de son OPJ (Officier de police judiciaire) - en liberté surveillée - pour faire régner l'ordre, contraignant au passage les citoyens à l'indemniser de ses services et d’en accepter les cumuls.
Finalement, transformé en "valet de la République", le maire n’affectionne plus sa cocarde tricolore symbole - autrefois - de prestige où la fonction, l’écoute, le transcendait auprès des clubs locaux, des femmes en mal de séduction, des abandonnés de la vie, des retraités peureux...
Aujourd’hui, durement critiqué par ses fidèles, combattu dans ses positions, jalousé par ses oppositions, il devient comptable de ses actes devant son employeur.
L’exception du Lavandou, organisé en clan, a permis la réélection du maire pendant quatre mandats successifs. Héritage de vassalité locale. Mais à quel prix ? emprunts, ventes de biens communaux, référendum rusé, bétonite, racket automobile, manipulations, intimidations, clientélisme… tout y est juste et parfait !
Demain, l’organisation territoriale doit évoluer dans sa dimension, la responsabilisation et la représentation des citoyens. Une réforme qui tarde trop et écartèle nouveaux citoyens et anciens élus. Les uns suspectant corruptions, abus de pouvoir, passéisme ; les autres, imposant abruptement droit et allégeance à l’Etat.
Demain, notre commune doit cesser de penser égoïstement et plutôt additionner ses talents, saisir les alliances et créer dans sa diversité.
Un maire n’est rien dans la solitude de son bureau, l’éblouissement de son agenda, l’entourage des flatteurs s’il n’a pas un vrai projet de société à partager avec ses concitoyens dans le respect des différences.
Certains l’ont compris en ouvrant des cahiers de doléances aux écorchés de la République, avec ou sans "gilets jaunes".
C’est bien mieux que d’appeler la maréchaussée ou se protéger vertueusement derrière des lois surannées.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
K
décalage tout simplement parce qu'une fois élu le maire veut se faire réélire
s'il fait la révolution il fera fuir son électorat, s'il ne fait rien il fera fuir les jeunes
en gros interdire plus de deux mandats de suite et le cumul serait un bon début dans notre pays
Répondre
A
Les maires ne font que reproduire ce qu'ils voient dans la capitale : pléthore de fonctionnaires, voitures de fonction, déficit systématique, multiplication des bâtiments publics, banquets sur notre dos. La réforme serait de supprimer tous les émoluments et avantages des élus, dégager 1 million de fonctionnaires (oui c'est possible avec internet) ne plus dépenser militairement hors de nos frontières, regrouper les petites communes, fermer les départements et les services publics déficitaires (exemple la poste devrait être dans les commerces de proximité comme d'autres pays européens). Des pistes existent ce qui manque c'est la volonté politique craintive des révoltes populaires.
Répondre
R
Donc raconter une jolie fable avant élection puis mentir pendant six ans à ses électeurs ???. La belle France que voilà. Même avec le pognon et les gonzesses à la clé j'y vais pas.
Répondre
@
une spécialité bernardienne qui berce les lavandourains depuis 1995
E
BERNARDI ? 25 ANS DE SUR PLACE ! 2020 ? EN AVANT MARCHE !
Répondre
G
pour moi un maire n'a plus d'utilité tout peut se faire par internet l'intercommunalité est l'avenir des services mutualisés
assez des structures gigognes qui coûtent un bras aux contribuables
changeons tout cela avant que nos enfants se barrent ailleurs
Répondre
N
un mandat de six ans ne tient pas compte de l'évolution des mentalités et événements nationaux. Ce décalage est préjudiciable au changement de cap économique ou d'humeur électorale. Le référendum d'initiative populaire autorisé localement est le moyen de confirmer ou d'infirmer le choix du maire à mi-mandat. Cela existe aux états unis alors pourquoi pas chez nous cela éviterait de s'encaper des roitelets indélogeables et dangereux pour la démocratie.
Répondre
K
C'EST EXACT QUE LE MAIRE DU LAVANDOU NE REPRÉSENTE QUE LA MINORITÉ DE LA POPULATION BIEN PENSANTE DES NANTIS QUI NE VEULENT SURTOUT PAS PERDRE LEURS AVANTAGES ET PRÉFÈRENT TUER LA POULE DU TOURISME QUE DE PASSER A LA CAISSE. ILS FERMENT LES YEUX SUR LA GESTION APPROXIMATIVE DE REGAIN QUI BOIT LES PAROLES SUCRÉES DU CALIFE
Répondre

Nous sommes sociaux !

Articles récents