Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lavandou Tribune

Lavandou Tribune

L'info pas l'intox sur la tribune des citoyens opposés à la reconduction continue de la majorité municipale depuis 1995


Au Lavandou doit-on réguler le tourisme de masse ?

Publié par J.M. sur 26 Février 2021, 08:33am

Catégories : #Environnement

Privés de touristes depuis 12 mois par la pandémie, nous les craignons mais les espérons ces migrateurs éphémères qui multiplient de 5 à 10 notre population. Malgré un sentiment d’exaspération de cette dernière dépossédée de son lieu de vie ; avec de graves conséquences :  prix de l’immobilier ; prolifération des clapiers saisonniers (sous couvert de loi Pinel) au détriment des résidents permanents ; dégradation des commerces de proximité ; précarisation de l’emploi ; dégradation du patrimoine et des écosystèmes, saturation routière, rupture de fluides, promiscuité sociale, incivilités...

Au Lavandou, l’espace public se métamorphose à vue d’œil aux attentes des touristes, réduisant ainsi l’espace vital des autochtones. Plus grave est l’empressement des groupes financiers et des élus soumis au SRU convertissant l’authenticité du lieu en dortoir à touristes sur l’autel du profit.
Comme le souligne Jean Viard* : "Tout activité humaine transforme le territoire. On ne peut pas déplacer tant de gens sans avoir des stratégies très précises"

Bien que la seule vision économique de la majorité municipale au Lavandou soit le tourisme afin de dynamiser son activité et relancer la croissance, les bénéfices ne profitent ni aux locaux, ni aux estivants. Les principaux gagnants sont les investisseurs privés (nationaux et internationaux), la bourgeoise locale (enracinée depuis la rupture borméenne), et les organisations mafieuses en col blanc qui œuvre en silence.

Dès lors, comment concilier accueil touristique et respect de la vie des lavandourains et quelles politiques publiques sont à mettre en place pour encadrer et gérer le tourisme de masse ?
Ces interrogations, Maitre Regain les a balayées depuis longtemps poursuivant le bétonnage systématique de son luna-park, démultipliant les structures publiques, tentant de garder la main sur la collecte fiscale via les paramunicipales, les associations, les animations de patronage, l’octroi des privilèges…
Coincé entre le « repli sur soi », l’individualisme, le tiroir-caisse et la triste réalité de la carte postale bien écornée, le Lavandou  2021 n’a plus rien à voir avec le petit village de pêcheurs de Francis Marmier vanté à tort.
Ici, comme ailleurs, le virage de la mondialisation est délicat à négocier. Pourtant "La mondialisation c'est aussi des hommes qui vont visiter d'autres hommes" (Jean Viard*)

Au Lavandou, des décisions courageuses sont à prendre en urgence :
- Restreindre le nombre d’hébergements saisonniers et surtaxer la saisonnalité estivale du parc locatif (comme à Paris, Nice…)
- Réguler la fréquentation à certaines périodes, préconisée par  cet accablant constat du Senat : « 7 000 touristes par jour sur les 7 kilomètres de long et 3 kilomètres de large sur l’île de Porquerolles… »
- Contrôler la hausse des prix des produits de base et réduire le nombre de commerces pour touristes, déloger l’automobile du centre-ville.
- Doper les périodes creuses en renonçant aux redevances, taxe de séjour… et proposer des aides aux professionnels ouverts.
- Sanctionner le maire, par une procédure collective, qui ne régule pas la fréquentation dès lors qu’elle présente un risque pour l’environnement ou le caractère du site.
D’ailleurs, le gouvernement et la région étudient des solutions de protection avec les préfets, contournant les maires et les dérisoires associations varoises, pour lutter contre « l’hyper-fréquentation ».
Pendant ce temps-là, au Lavandou, les promoteurs bétonnent les derniers terrains sous les vivats de l’inefficace majorité municipale (réélue par 153 voix d’avance dont 102 sur le seul bureau de vote de Saint Clair  au 2ème tour).
A chaque mandat, par manque de courage, le Lavandou dépossède son âme de son succès du siècle dernier.

*Jean Viard, varois, sociologue, éditeur, homme politique et prospectiviste (ancien président des groupes de prospective Tourisme au commissariat général du Plan et à la Datar).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Pâques arrive faudrait pas que les contaminés débarquent au Lavandou et nous foutent l'été par terre. Le maitre menteur serait capable de les attirer afin de sauver sa caisse alors qu'il dit qu'elle est pleine de sa bonne gestion passée ?
Répondre
L
vous pleurez (enfin!) tous votre Lavandou perdu !! mais qu'avez vous fait pour le défendre ?? RIEN !! il me semble qu'il y a 2/3 ans des riverains d'un projet immobilier, s'étaient mis devant des camions !! mais c'est tout !! pourquoi ne pas avoir défendu votre lieu de naissance, de vie, pour vous et vos enfants ? que ce soit Bernardi, Vatinet, Arizzi (malgré ses promesses de campagne!) à Bormes et de Canson père et fils, à la Londe, ils ont TOUS détruits nos repères de vie, les lieux de notre enfance, de notre scolarité, sacrifiés sur l'autel du fric ! il y a plusieurs années, déjà, ne supportant plus les "bidochons" du tourisme de masse, de payer le parking jusqu'à fin octobre, juste pour aller consulter mon médecin et aller à la pharmacie, nous avons vendu et sommes partis sous d'autres cieux, toujours dans le var, mais loin de ces maires dévastateurs, nous avons gardé un studio, histoire d'y venir hors-saison bien sûr, mais nous songeons à le vendre aussi, car ILS ont réussi à me dégoûter de mon pays de naissance, j'y viens, tous les 2/3 mois,( pas en été évidemment) et chaque fois, je pleure, de voir des superbes maisons de caractère démolies, pour y mettre des immeubles hideux, sans aucune pierre de Bormes, un comble tout de même, avant quand je repartais, j'avais un petit pincement, là, depuis un an, j'ai qu'une hâte quitter le Lavandou, Bormes, et rentrer "chez moi" là où je ne vois pas de grues, là où les gens se disent encore bonjour (et oui ça existe) et où les oiseaux chantent, car ils ont des arbres, ce sont pourtant de beaux oiseaux, les grues, mais celles-là me donne envie de hurler !!! vous avez eu 25 ans pour réagir, au Lavandou, quand j'y votais, je votais contre le fils du coiffeur et vous ??
Répondre
T
La stratégie toujours + est suicidaire regardez ce qu'est devenue notre commune un amoncellement de béton au bout de 30 années de Bernardi . Une honte de l'histoire du Lavandou !
Répondre
L
Des touristes ? Le moins possible SVP. Ils salopent tout on est plus chez nous les prix flambent. Merde !!!
Répondre
T
Le péché d'orgueil du maire perdra le lavandou déjà trop sinistré par de mauvaises décisions municipales
Répondre

Nous sommes sociaux !

Articles récents