Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lavandou Tribune

Lavandou Tribune

L'info pas l'intox sur la tribune des citoyens opposés à la reconduction continue de la majorité municipale depuis 1995


La TVA sociale est une escroquerie intellectuelle

Publié par Patrick Richard sur 6 Janvier 2012, 22:05pm

Catégories : #Finances

 

Le terme de "TVA sociale" prête à confusion car il ne s'agit en aucun cas d'une mesure sociale, c'est-à-dire destinée à améliorer le sort des salariés ou des classes populaires. Elle consiste tout simplement à augmenter le taux de TVA pour que cet impôt puisse financer les dépenses sociales. Les esprits simplets nous expliquent qu’elle doit pénaliser les importations des pays à bas coût qui détruisent nos emplois. Ils oublient de préciser qu’elle ne sera pas sélective en surtaxant tous les produits et que la Chine, le Brésil et d’autres pays émergeants rachètent notre dette sur le marché monétaire permettant de payer nos fonctionnaires et nos incessants emprunts (1700 milliards € à ce jour). Cette position suicidaire de la France signera à terme la reprise de l’inflation et une grande vidange dans la fonction publique, comme au Canada ou en Angleterre. Le principe de la TVA sociale est donc d'augmenter le taux de TVA pour financer la protection sociale et diminuer les charges sociales payées par les entreprises. 120106-tva-socialeIl s'agit donc d'un transfert de fonds: la baisse des charges pour les entreprises seraient compensée par la hausse de la taxe sur les biens de consommation payés par tous. La protection sociale serait alors financée par les consommateurs, donc potentiellement tout le monde, au lieu que ce soit les entreprises comme actuellement (avec la création d’une nouvelle TVA à 7% ou d'une nouvelle taxe sur les transactions financières poussée par Bercy). Pour équilibrer, il faudrait augmenter la TVA de 5 points; un point de TVA rapportant environ 7 milliards € supplémentaires. Ainsi, le taux de TVA passerait de 19,6% à 24,6%. La mesure toucherait plus durement les non-salariés, les chômeurs, les retraités, les précaires, les résignés du hard discount. Car la TVA qui est un impôt injuste frappe sans discernement. Lorsqu’on gagne moins de 1000 € par mois, on ne "défiscalise" pas sa fortune dans les paradis fiscaux, mais on la dépense en comptant scrupuleusement les centimes. Les conséquences seront une augmentation des prix sans obtenir la moindre compensation, une baisse de la consommation et un accroissement du chômage. Le slogan de 2007  "travailler plus pour gagner plus" sera donc remplacé, dans les faits en 2012, par "travailler plus pour gagner encore moins…" Les bernés apprécieront ! Inutile de dire l’impact impopulaire d’un tel constat à la veille d’une élection présidentielle. Après le bouclier fiscal, l’allongement de la durée du travail, la guerre incomprise en Libye, l’ardoise de + 500 milliards € du gouvernement, les 8 millions de pauvres, les 4,5 millions de chômeurs…la coupe est pleine pour la population prête à voter pour un nouveau messie. Echaudée par un message d’espoir en 2007, l’opinion n’est pas encore résignée au discours défaitiste du gouvernement mis devant le fait accompli d’un échec économique, avançant l’argument du naufrage de pays européens moins chanceux que nous. Inévitablement, le mandat du président sortant se termine dans le mur de l’augmentation fiscale, sans cesse repoussée par le gouvernement. Englué dans ses contradictions, ses voltefaces, ses erreurs comme le forceps européen et une politique sécuritaire paroxystique… le sortant cherche désespérément à voler l’électorat FN qui recrute sur son dos. Telle Jeanne d’Arc ayant entendue - parait-il - des voix célestes lui enjoignant de libérer le royaume de France des envahisseurs (comprenez des étrangers), il n’est pas certain qu’il puisse se faire comprendre d’un électorat radical qui veut le mettre sur le bucher. Quant aux collectivités locales, la TVA sociale leur coûtera juste une hausse fiscale ou une sérieuse coupe budgétaire imprévue sur 2012... ! 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
K
<br /> Tout le monde l'aura compris c'est une augmantation pure et simple de la TVA point final ! le reste c'est du baratin politicard<br />
Répondre
@
<br /> VIRER 1 million de fonctionnaires, ne plus PAYER les députés, remettre la fonction d'élus dans le BENEVOLAT, réduire le parc automobiles de l'état de MOITIE, vendre l'avion AIR SARKO ONE pour<br /> utiliser la compagnie Air France, TAXER le CAC40 plus lourdement que les PME, diviser par DEUX les taxes sur le carburant...<br />
Répondre
A
<br /> Critique, critique, encore des critiques ! Merci de nous proposer une autre solution, ..... on attends ! La critique est aisée quand l'art est mal maîtrisé.<br /> <br /> <br /> L'augmentation de la TVA à l'instar de toute augmentation d'impôt qu'elle qu'elle soit,n'est pas la panacée, c'est un fait. Dire que c'est injuste, c'est en partie faux, car elle ne touche que<br /> celui ou celle qui achète. Or par définition les plus aisés achètent plus que les plus pauvres et vont donc logiquement payer plus de TVA. Payer 5 points de TVA de plus sur une porshe, cela fait<br /> beaucoup plus d'argent que sur une twingo. C'est un fait, même si on pourra toujours me rétorquer que l'effort est plus important proportionnellement pour le propriétaire de twingo. Plus de 50 %<br /> de la population ne paye pas d'impôt sur le revenu, les prestations sociales à destination des plus défavorisés sont existantes, conséquentes (regardez les autres pays qui nous envient nos<br /> prestations sociales) et font de nous de plus en plus un peuple d'assistés. Augmenter les prélèvements des plus riches, ceux qui nous sont cités en exemple (les quelques centaines de<br /> multimillionnaires), cela fait longtemps qu'ils ont trouvé des solutions à l'étranger, et les surtaxer ne va faire que paupériser un peu plus le pays et inciter le peu qui reste à la fuite. Qui<br /> reste-t-il les classes moyennes qui supportent déjà la plupart de l'impôt. Augmenter la TVA, c'est aussi responsabiliser la consommation, la surconsommation diraient d'autres. De plus prélever de<br /> nouveaux impôts sans rien créer, ne résoud aucun problème et ne fait que le repousser pour qu'il nous revienne encore plus fort. Récupérer de l'argent supplémentaire et le réinvestir dans l'aide<br /> ou l'assistanat, c'est continuer la spirale de descente vers le fond du gouffre. L'idée de l'augmentation de la TVA, c'est je prends d'un côté pour remettre de la compétitivité dans les<br /> entreprises. Si c'est fait comme annoncé (je me méfie toujours de ce que les politiques font de notre argent une fois qu'ils l'ont), cela doit permettre de créer de l'emploi et c'est bien de cela<br /> dont nous avons besoin.<br /> <br /> <br /> Que faire pour rendre nos entreprises plus compétitives et donc par là même employer du personnel ? Taxer uniquement les produits qui viennent des pays où les ouvriers sont exploités ? C'est<br /> illégal et cela reviendrait encore plus à taxer les bas revenus, puisque ce sont eux qui achètent principalement ces produits moins chers.<br /> <br /> <br /> Obliger les entreprises qui font des bénéfices à ne pas licencier ? Elles vont s'immatriculer à l'étranger, s'arranger via des montages financiers nébuleux pour ne pas déclarer de bénéfices en<br /> France et continuer à faire ce qu'elles veulent.<br /> <br /> <br /> Vous ne dites rien sur la position très courageuse du Chef de l'Etat sur la taxation des transactions financières, taxation très juste sur ce qui n'est principalement que de la spéculation. Notre<br /> président que les grincheux disaient aux bottes de l'Allemagne, se démarque nettement. Peu de voix pour soutenir cette proposition juste et sociale. Pourquoi, votre but est il le bien de notre<br /> pays ou uniquement d'éliminer Sarkosy ?<br /> <br /> <br /> Je suis preneur de toute solution cohérente, étayée, responsable. Je n'en ai pas trouvé dans votre texte. Au plaisir de vous lire de nouveau pour apprendre ce que vous ou vos amis proposent.<br />
Répondre
L
<br /> Le quinquennat de Nicolas Sarkozy marquera un record historique pour l'endettement public à 1700 milliards €. Fin 2006 la dette atteignait déjà 1150 millards € soit 64% du PIB. En cinq<br /> ans la dette a donc été accrue de plus de 500 milliards € soit +47% (85% du PIB). Pour les français il restera le "président de la dette". L'endettement de la France est un péril national. La<br /> dépense publique doit devenir responsable et sanctionnée durement par les tribunaux contre les élus dépositaires des fonds publics dépensant sans discernement et retenue avec obligation de<br /> réparation à la collectivité et suppression des droits civiques.<br />
Répondre
E
<br /> la tva est l'impot le plus injuste qui soit mais ca arrange bien ceux qui en vivent<br />
Répondre

Nous sommes sociaux !

Articles récents