Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lavandou Tribune

Lavandou Tribune

L'info pas l'intox sur la tribune des citoyens opposés à la reconduction continue de la majorité municipale depuis 1995


Les lavandourains, futurs réfugiés climatiques ?

Publié par Pascal Docquenies sur 26 Mai 2014, 07:47am

Catégories : #Environnement

Le climat change à vue d’œil. Les pluies diluviennes (centennales diront certains ingénus) se multiplient, la mer grignote inexorablement le littoral malgré les lignes Maginot de sacs de sable et remblais de toute sorte. Manquent encore les tornades pour comprendre que le dérèglement climatique n’est plus à prendre à la légère. Les premiers concernés sont les habitants du trait de côte méditerranéen où la fonte des pôles prédit la remontée spectaculaire de 1,20 m de la mer sur 100 ans. La place Reyer les pieds dans l’eau ? oui mais aucun risque pour les élus perchés dans les étages supérieurs (signe de supériorité absolue). Faudra-t-il déménager vers le super Lavandou et, à grands coups de modification du PLU, sacrifier notre espace forestier pour résister ? front-de-mer.jpgLes plus tranquilles sont les borméens juchés sur leur piton qui voudraient bien voir ces « pescadous », autrefois réfugiés économiques, noyés dans leur suffisance centenaire. Dans ce cas faut-il encore investir dans la modification du Batailler, alors que le danger viendra à l’évidence de la mer ? Mais personne n’y prend garde. Pourtant il suffit de comparer le trait de côte de 1913 à celui d’aujourd’hui pour comprendre que ce n’est pas la faute du courant Ligure, mais bien de la fonte des glaciers si lointains. Le jeu du foulard politique est donc engagé. L’avenir sera plus favorable aux maires écolos lorsqu’ils auront terminé leur autodestruction, car ce sont les seuls à réfléchir là-dessus. Les premiers réfugiés climatiques de France sont de Soulac sur Mer (Gironde). Un immeuble construit dans les années 1960 à 200 mètres de la mer se retrouve les pieds dans l’eau et doit être rasé par la commune (malgré les sacs de sable et les digues). La loi littoral de 1986 est déjà bien dépassée sur la non constructibilité sur la bande des 100 mètres. Reste que la gestion des flux migratoires et des futurs risques liés aux catastrophes écologiques feront certainement partie des grands défis de demain. Selon les Nations Unies, 500 millions de personnes pourraient migrer d’ici 2050 pour cause d’inondations, de dégradation des sols, de catastrophes naturelles ou encore de déforestation et d’accidents industriels. Jamais en retard,  les partis d’extrême droite ont déjà récupéré le thème pour alimenter la peur de l’étranger dans certains discours.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
@
<br /> La verrue du port a généré une perturbation importante dans le flux maritime. L'idée écologique serait de le détruire et de remettre le trait de côte dans son origine cela semble utopique mais<br /> logique. La mer ne fait que reprendre sa place naturelle.L'homme est un sinistre imbécile face à la nature par ex mettre des sacs de sable sur les fonds de cavalière est un contresens écologique<br /> et économique.Le maire s'est fait berné par les peudo scientifiques affairistes MFG<br />
Répondre
B
<br /> Malheureusement notre lavandou perdra 30 à 35 % de son territoire sans solution ?<br />
Répondre
J
<br /> Je me souviens plongé du parapet en face de la mairie ou j'habitait alors, il y avait des escaliers et 2 mètres de fonds et surtout pas de plage, elle commençait en face du goéland.<br /> <br /> <br /> La plage à été gagné artificiellement grace aux digues face au Paradise, c'était il y a 50 ans, la nature reprends ce qu'ont lui a pris......<br />
Répondre
B
<br /> MON DIEU QUE J'AI PEUR !!! <br />
Répondre
J
<br /> Les plages du lavandou ont effectivement perdues plusieurs mètres du fait des constructions et de la montée de l'eau seulement c'est à peine perceptible donc tout le monde s'en fout à part le<br /> maire qui balance des sacs de billets à la mer.<br />
Répondre

Nous sommes sociaux !

Articles récents