Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lavandou Tribune

Lavandou Tribune

L'info pas l'intox sur la tribune des citoyens opposés à la reconduction continue de la majorité municipale depuis 1995


Urbanisme et cynisme municipal au Lavandou

Publié par Lavandou Tribune sur 1 Mai 2010, 21:03pm

Catégories : #Urbanisme

Voici l’histoire du banal assassinat social de Madame Barian, veuve Calvo, ourdi dans l’ombre depuis 15 ans par le maire du Lavandou...

Elle commence en 1995 sous le règne de Gil 1er, regain pourfendeur de la dette communale, apôtre enthousiaste d'une nouvelle moralité municipale qui le porte au pouvoir, alors que les pratiques de clientélisme battaient monnaie en échange de quelques souplesses foncières...

Elle a pour théâtre la colline des Chênes Lièges où de nombreux lavandourains ont acheté dans les années 1984 pour y construire leur maison. A cette époque une certaine tolérance administrative, faute de contrôle rigoureux sur toute la commune, permettait d'interpréter avec une certaine largesse les plans et surfaces construites. C'était un secret de Polichinelle... et tout le monde savait. Notaires, services de l'urbanisme, commune et Trésor public, pourtant lésés sur la taxe d'habitation, restaient cois.

C'est dans ce contexte qu'une maison fût construite et revendue plusieurs fois selon le principe de la « boule de neige ». Ainsi,  Monsieur A,  propriétaire initial, l’a vendue à Monsieur V. qui l'a revendue à Monsieur et Mme C. qui l'ont revendue en 1994  à  Monsieur M. aujourd'hui paisible retraité, toujours propriétaire du bien ou il espérait vivre en toute quiétude, dans notre belle commune.

urbanimeHélas pour ce dernier, notre « Monsieur Propre » nouvellement élu en 1995, envisage d'acheter pour la commune le terrain mitoyen, mais le métrage fait apparaître l'annexion de 47 M2 du domaine public par ce voisin qui clame haut et fort sa bonne foi. Le nouveau maire décide de mettre un grand coup de pied dans la fourmilière pour tenir sa promesse électorale ! Et pour cette maison le "délit" de circonstance est déjà caractérisé.  Une procédure, visant à restituer cette micro parcelle inaccessible et  sans aucun intérêt,  est aussitôt engagée contre lui et le premier propriétaire, malgré la prescription légale.

Poursuivi pour un "délit" qu'il n'a pas commis, le dernier propriétaire Monsieur M. est contraint,  d'engager à son tour une procédure en garantie contre le précédent propriétaire - le couple Calvo - alors que tous les documents sont légalisés devant notaire, officier ministériel, avec,  preuve à l'appui, une fiche de renseignement  d'urbanisme, vierge de toute observation en 1994. A son tour Madame Calvo , devenue veuve, malade - sous chimio - sans le sou, installée à l'autre bout de la France et mal défendue,  sera  poursuivie sans pitié.... Le maillon faible n'est pas une administrée de la commune !  Monsieur V. son vendeur, est lui décédé.
Mme Calvo, elle aussi totalement innocente des faits reprochés, a bien espéré pouvoir se libérer de cet  interminable imbroglio juridique  en proposant une solution amiable par le rachat de ces 47 M2 afin que tout puisse rentrer dans l'ordre. Refus catégorique du maire qui rajoute aussi la condamnation de trois fenêtres  en rez de jardin. Triste acharnement quand on sait que cette situation est fréquente sur la commune, mais jamais poursuivie... Pourquoi celle là ?
Résultat du feuilleton qui encombre les tribunaux depuis 15 années en procédures, expertises, frais de Justice, avocats,  vies et rêves brisés  pour 47 M2 (qui redeviendront une friche non entretenue sans aucune utilité pour la commune) :  Mme Calvo doit payer les frais et les travaux de remise en état des lieux, de la restitution des 47m² à la commune et compenser la moins value immobilière qu'engendre la transformation du rez de chaussée en triste cave par la fermeture de 3 fenêtres, dont la vue plonge audacieusement sur cette parcelle communale, soit la modique somme de… 200.000€, qu'elle n'a pas !

Moralité ? Aucune, face à l’hypocrisie collective bien organisée :  a) La commune dissimulée derrière la "découverte" tardive de la non-conformité au permis de construire  b) Le premier propriétaire innocenté, qui n'est pas l'auteur de cette annexion, ni même concerné c) Le maire arcbouté sur le droit plutôt que sur le bon sens , alors que c'est son propre service d'urbanisme qui est à l'origine de la légalité des actes d) Une justice trop lente qui s'est perdue dans le dédale du demandeur qu'elle aurait dû débouter
Pour Lavandou Ensemble, cette affaire ouvre la boîte de Pandore sur d’autres dossiers d’urbanisme, plus récents, sur lesquels nous reviendrons plus tard. De promesses en élections, l’histoire se répète invariablement au Lavandou…
Rapport d'expertise du TGI de Toulon

 

Lavandou-ensemble-640 Lavandou Ensemble  
Une nouvelle ambition pour le Lavandou 
Arnaud Parenty, Jacqueline Pilette, Marc Lamaziere



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R


Doit bien y avoir une raison de voisinage à cet acharnement, un droit de passage, une source,un intérêt privé,une rancœur de villageois pour faire 15 années de plaidoiries?



Répondre
C


Pourquoi la mairie ne dit-elle rien sur les procédures qu'elle engage au nom du peuple français. Je veux bien entendre le secret judiciaire mais après? une fois jugé gagné ou perdu personne ne
demande rien à personne? jamais un bilan?grosse daube la "démocratie" surtout au Lavandou à ce que je lis.Votre blog est super courageux il devrait exister dans toutes les villes où le maire
pratique un pouvoir absolu sans transparence



Répondre
C


comité de soutien ???? !!!! au Lavandou !!!:! tu reves !!!! les lavandourains n'en ont rien à foutre, ils sont le centre du monde. Ya qu'eux qui existent. en plus la dame n'est pas d'ici ! meme
une petition ca marcherait pas !  alertez la presse c'est mieux



Répondre
F


Pourquoi ne pas faire un comité de soutien pour mme Calvo? Elle se sentirait soutenue. Certain que ce ferait réfléchir le petit chef de tribu



Répondre
U


Si votre site permettait seulement de freiner le favoritisme ambiant qui regne au lavandou, ce serait déja beaucoup ! Vous faites déja bien. Continuez de nous informer, ça nous interesse meme si
nous choisissons de rester dans l'anonymat ...



Répondre
P


allez voir au 22 et 24 rue de la chapelle, sous le galaxie. permis non affichés et non respectés...



Répondre
J


D' après ce que j' ai pu voir ,des conseillers qui sont à la majorité,il n' y a pas que des nuls.Il y en a 6 ou sept de bien même de très bien .Et  Mr Maupeu  en fait parti .C' est un
homme  qui à l' air droit ,mais limité .Il est obligé de suivre l' autre agité.Je le verrais bien dans l' opposition . J' ai noté La date du prochain conseil .Et vous Lavandou Tribune
CON-TI-NUEZ et merci pour vos articles



Répondre
E


toute ces salades, faut en tirer les conclusions et savoir qu'au lavandou faut tout vérifier chez le notaire avant de signé les actes sinon tu morfle 15 ans après. personne n'est a l'abri .



Répondre
R


Vous n'avez pas du lire l'article jusqu'au bout. Il est pourtant bien expliqué que cette dame n'y est pour rien. C'est le premier propriétaire qui semble responsable. En + C une procédure longue
couteuse et inutile... la commune pouvait négocier comme elle le fait pour d'autres et récuperer de l'argent de cette friche



Répondre
V


OUI mais quand même les 47 m2 sont à nous les contribuables. Normal qu'un propriétaire qui triche soit puni. Elle en a profité donc elle doit payer.Le maire a raison de demander une réparation
pour nous Je ne vois pas de politique dans ce cas



Répondre
I


CONSEIL MUNICIPAL , JEUDI  6 MAI  A 19 heures à la mairie



Répondre
A


Alertez donc Carla ! Avec son association "La France qui souffre", elle devrait intervenir... on comprend mieux pourquoi Bernardi est de moins en moins apprécié



Répondre
Q


Lu rapport expertise... il fait quoi Maupeu dans cette galère ? Parait plutôt etre un brave homme ... comme d'autres au conseil... et Charlotte ? et
Grandveaux ? et Cavatore ? et Bonnet ? Droits dans leurs bottes ? Rien à redire ?  Beni oui oui !



Répondre
K


Très mauvaise pioche pour Bernardi. Elle a bien raison de cafter à la presse je la soutien 100%. Levillage est remonté contre lui et son naufrage économique j'vai pas faire le café du
commerce il est mort dans l'opinion. Pour faire chier devant les tribunaux avec l'argent des autres et ses potes il est fortiche pour le reste se ramasseà chaque foiset fait bien marrer les
autres maires



Répondre
L


Appliquer la loi ? Oui, mais il faut l'appliquer à tt le monde de la mm façon ! Les poursuites au Lavandou sont à la gueule du client,  c'est
inadmissible



Répondre
H


Je ne comprends pas bien ? Vous voulez que Bernardi n'applique pas la loi ? pas sérieux ! Question pourquoi il ne s'attaque pas au premier propriétaire et à tous ceux qui ont légélisé
l'arnaque puisque la responsabilité collective est démontré , Prescription , la bonne  blague. Ca saute aux yeux qu'il les protègent ou en a peur. Mme Calvo est une victime collatérale d'une
perverssion dominatrice où les faibles sont le miroir secret de ce bourreau moderne. Imaginez le en 1789 en train de régler ses comptes !


Hugues DELTATO



Répondre
L


Pouvez-vous m'expliquer à quoi joue le Lavandou? Se croit intouchable parce-qu'il a une cocarde tricolore? Ce triste monsieur ne doit pas avoir d'amis ou alors des gens comme lui Beurkkkk Ma
pauvre'dam si vous aviez su vous ne seriez pas venu dans cette galère 



Répondre
Q


Ils en pensent quoi les élus de regain ? pas de quoi etre fier de laisser faire . Et le conseil des sages y sert à quoi ?  Fredo



Répondre
L


Vous ne pouvez pas lui reprocher d'appliquer la loi.il manque de coeur c'est son problème vous n'en savez rien.Le service
urbanisme doit assumer son erreur les élus passent mais l'institution reste. Salomon partagerait la sanction en deux et répartirait le solde entre tous les propriétaires successifs



Répondre

Nous sommes sociaux !

Articles récents