Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Lavandou Tribune. L'info citoyenne, pas l'intox !
  • : Suivez l'actualité du Lavandou sur la tribune officielle des citoyens opposés à la reconduction continue de la majorité municipale sortante. Pour rappel : la liberté d’expression est un droit fondamental défendu par la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) et les lanceurs d’alerte sont protégés par la loi 2016-1691 relative à la transparence.de la vie publique
  • Contact

Rassemblons Le Lavandou !

Les administrés* indignés par un cinquième mandat du même clan, réélu par 153 voix d'écart, expriment leur opposition dans cette tribune.
Ensemble, refusons l'incompétence et le clientélisme qui ruinent notre commune depuis 1995.
Ensemble,
 rassemblons le Lavandou de demain !


*47,54 % de votes contre la liste Regain aux municipales 2020

*44,55 % de votes contre la liste Regain aux municipales 2014
*25,15 % de votes contre la liste Regain aux municipales 2008

Recherche

Conseil municipal 2020-2026

Lavandou Rassemblement : 
*Jean-Laurent Félizia.
 
Stéphanie Boccard. Franck Giorgi. Gwenaëlle Charrier. Bertrand Carletti. Valérie Pasturel. Gilles Collin

 

Regain pour le Lavandou :
*Gil Bernardi maire

Adjoint(e)s: *Charlotte Bouvard. Bruno Capezzone. Laurence Cretella. Roland Berger. Nathalie Janet. Denis Cavatore. Frédérique Cervantes. Patrick Le Sage 
Délégué(e)s: Corinne Tillard. Philippe Grandveaud. Nathalie Christien 
Conseiller(e)s:
Cédric Roux. Carole Mamain. Jean-François Isaïa. Nicole Gerbe. Johann Koch. Laurence Touze-Roux. Nicolas Coll. Julie Roig. Jacques Bompas. Sandra Bianchi 

*Conseiller(e)s communautaires 

Vite lu

Abstention record attendue aux élections des 20 et 27 juin (AFP)

Le port du masque ne sera plus obligatoire au 1er juillet (BFM)

20 juin. Fête de la musique NON ; bureaux de vote OUI (FB)

"Dieselgate" PSA mis en examen après Renault et Volkswagen pour fraude (FI)

Pass sanitaire nouvelle norme de liberté en France et en Europe (CEE)

AstraZenecca. Des millions de doses inutilisées en stock faute de clients (RTL)

Pollution. Une algue "asiatique" invasive colonise le littoral depuis 2019 (MSLC)

La droite lance un sondage sur 15.000 personnes pour trouver son candidat 2022 (LR)

Le premier ministre à nouveau "cas-contact" contraint à l'isolement  (AFP) 

Vrai-faux QR code en vente sur internet pour les réfractaires (FB)

16 pays cassent le cryptage AN0M et arrêtent 800 mafieux internationaux (AFP)

Accélération fiscale prévue en France dès 2023 pour rembourser la dette Covid (LF)

Bercy comment faire sortir légalement les 152 milliards € du livret A vers l'économie (FI)

Enedis envisage de récupérer par surtaxe sur les factures son emprunt Linky (FM)

Le PIB va chuter à - 9,4% en 2021 avec une dette cumulée de 2600 milliards € (BdF)

Régionales. LREM promet des milliards € pour aider LR à gagner la Région Paca (HP)

L'ex président du CD13 condamné à 3 ans de prison pour "marchés truqués" (HP)

Covid. Les anglais placés en quarantaine dès leur arrivée en France (AFP)

Détournement Ryanair. La France interdit son espace aérien aux avions Biélorusses (FI) 

2021 sera la pire année de l'histoire du tourisme en France malgré le déconfinement (OMT)

Tollé international après la capture d'un opposant biélorusse sur un vol Ryanair (Fox)

CD83. 2 candidats à la Crau "mis en examen pour détournement de fonds publics" (HP)

Indemnités/mois 5639 € au président et 2528 € aux conseillers + avantages (CD83)

Pfizer prépare un rappel annuel de son vaccin modifié des variants (CNN)

Rebond Covid. L'OMS prévoit une deuxième année plus mortelle (AFP)

Acculée par une dette colossale la France met fin à l'état d'urgence sanitaire (AN)

La France premier fournisseur d'armes après les USA contourne les embargos (HP)

6 Français sur 10 ne souhaitent pas la candidature d'Emmanuel Macron (Odoxa)

La droite cumule le record des bracelets électroniques ordonné par la justice (FB)

Mairies opposées au retour du tourisme de masse cet été dans le Var (FB)

Georges Tron condamné à 5 ans pour viol gère sa mairie depuis sa cellule (AFP)

Les feux tricolores "comportementaux" légalisés au J.O contre les dos d'âne (Ministre)

Le pillage "légal" des fonds publics Covid aurait enrichi la mafia en col blanc (FB)

8 ports francs totalement exonérés d'impôts ouvrent fin 2021 au Royaume Uni (UE)

Lavandou. L'opposition vote contre le budget 2021 "sans avenir" du maire (LR)

77% des français ont une vision négative de la politique et des élus (OW)

La fraude sociale pratiquée par 5 millions de français coûte 52 milliards € à l'Etat (SS)

25 juillet 2016 1 25 /07 /juillet /2016 23:19

(Par Jean-Luc Monteil Président du MEDEF Provence-Alpes-Côte d’Azur)

Le succès était programmé. Le mille feuille communal n'avait qu'à bien se tenir... Mais voilà, depuis vingt ans que la France s'est couverte d'intercommunalités, le succès a un goût amer. Et ce n'est pas la loi NOTRe arrêtés en vigueur le 1er janvier 2017, qui devraient changer la donne. Retour sur un échec français.

Communautés urbaines, de communes ou d'agglomération, le nombre d'intercommunalités a quintuplé depuis plus de vingt ans à la faveur des différentes étapes de son importante histoire législative - loi "ATR" (1992) qui donne naissance aux communautés de communes, loi "Chevènement" (1999) créatrice des communautés d'agglomération, loi (2004) qui encourage les fusions de communautés, loi de 2010 initiatrice des métropoles, lois MAPTAM (2014) et NOTRe (2015) qui parachèvent la métropolisation ont ainsi considérablement densifié l’intercommunalité pour couvrir aujourd'hui 98,3% des municipalités. Les compétences des structures intercommunales se sont largement étoffées, allant du développement économique à la gestion des déchets ou de la voirie en passant par le tourisme, la politique locale du commerce et l'aménagement du territoire.

Conçue à l'origine comme un remède à l'émiettement des municipalités, la réalité est bien plus contrastée. Le coût budgétaire des intercommunalités se pose en premier lieu avec acuité. En trente ans, les dépenses des différentes structures intercommunales ont progressé de 43,4% tandis que le nombre de leurs agents a plus que doublé (entre 2000 et 2010 : +103%), et ce alors que les communes -à rebrousse-poil de la promesse de rationalisation- n'ont su stabiliser leurs effectifs (+8% sur la même période). 40% des maires interrogés considèrent que "les transferts de personnels accompagnant le transfert de compétences vers l'intercommunalité ne se sont pas concrétisés". Résultat: chaque échelon a continué à recruter de son côté, doublonnant les effectifs et grevant un peu plus les budgets municipaux et intercommunaux. Un constat confirmé par la Direction générale des collectivités locales selon qui "l'accélération de l'accroissement des dépenses des groupements n'a malheureusement pas été compensée par une diminution de celle des communes".

Autre échec: le nombre d'élus communautaires. Avant 2010, la gabegie -pour ne pas parler de clientélisme était telle que le législateur a dû fixer un seuil limite de vice-présidents (désormais établi à 15) dans la loi de 2010. Au total, le coût de ces exécutifs a augmenté de +27,8% entre 2007 et 2010, alors que le nombre de groupements de communes est, quant à lui, resté stable sur la période...

L'intercommunalité s'est aussi accompagné d'une importante augmentation des impôts locaux: +96% pour la taxe d'habitation et +72% pour la taxe foncière au cours de la première décennie des années 2000. Du côté des entreprises, la fiscalité économique n'est pas en reste. En Provence-Alpes-Côte d'Azur, la fiscalité moyenne accuse une progression de +14,9% ,Toulon Provence Méditerranée +12%. Des évolutions totalement déconnectées de la réalité économique et qui viennent s'ajouter à la "sur fiscalité" généralisée qui frappe déjà les entreprises tricolores (la France détenant le record européen du taux d'imposition des sociétés).

Force est de reconnaître que l'ambition originelle allouée aux intercommunalités -en l'occurrence mutualiser les moyens des communes pour offrir des services publics locaux d'une meilleure qualité à moindre coût- a été dévoyée.

Le maintien de nos 36.000 municipalités (soit 40% de l'Union européenne) comme des départements (sauvés in extremis des griffes de la réforme territoriale) n'a pas permis ni de rationaliser le mille feuille communal, ni de désépaissir l'épais matelas budgétaire des collectivités territoriales, signant au passage l'échec de l'intercommunalité.

Partager cet article
Repost0

commentaires

NON AU QUATRIEME MANDAT 26/07/2016 09:01

INTERCO = CUMUL DES MANDATS DES MAIRES DONC PLUS D'INDEMNITES + PLÉTHORE DE TERRITORIAUX CAR LES EFFECTIFS S'AJOUTENT AU LIEU DE DÉGRAISSER. LES MAIRIES. LES ELUS IMBÉCILES PROTÈGENT LEUR SOUPE AVEC UN DOUBLE LANGAGE. LA FRANCE NE PEUT SE REFORMER A CAUSE DE CE SYSTÈME PERPÉTUÉ DEPUIS NAPOLÉON !

LOUIS GROLLAIS 26/07/2016 08:47

Finalement vous arrivez à conclure dans le sens du Maire. L'intercommunalité c'est moins de pouvoir et plus de fiscalité au Lavandou. Vous aurez mis deux ans à le comprendre.

grosbeau 26/07/2016 07:55

alors qu'une marche blanche et un hommage national aux victimes de l'attentat de nice se prépare le 31 juillet,minable nous au Lavandou on prépare le réveillon et noel ;lamentable!!!!!!

ptitprince 26/07/2016 09:25

Mr Grollais, avouez ce qui vous gêne le plus, c'est bien "moins de pouvoir" car vous connaissant, la fiscalité des Lavandourains cest bien le moindre de vos soucis.