Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Lavandou Tribune. L'info citoyenne, pas l'intox !
  • : Suivez l'actualité du Lavandou sur la tribune officielle des citoyens opposés à la reconduction continue de la majorité municipale sortante. Pour rappel : la liberté d’expression est un droit fondamental défendu par la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) et les lanceurs d’alerte sont protégés par la loi 2016-1691 relative à la transparence.de la vie publique
  • Contact

Rassemblons Le Lavandou !

Les administrés* indignés par un cinquième mandat du même clan, réélu par 153 voix d'écart, expriment leur opposition dans cette tribune.
Ensemble, refusons l'incompétence et le clientélisme qui ruinent notre commune depuis 1995.
Ensemble,
 rassemblons le Lavandou de demain !


*47,54 % de votes contre la liste Regain aux municipales 2020

*44,55 % de votes contre la liste Regain aux municipales 2014
*25,15 % de votes contre la liste Regain aux municipales 2008

Recherche

Conseil municipal 2020-2026

Lavandou Rassemblement : 
*Jean-Laurent Félizia.
 
Stéphanie Boccard. Franck Giorgi. Gwenaëlle Charrier. Bertrand Carletti. Valérie Pasturel. Gilles Collin

 

Regain pour le Lavandou :
*Gil Bernardi maire

Adjoint(e)s: *Charlotte Bouvard. Bruno Capezzone. Laurence Cretella. Roland Berger. Nathalie Janet. Denis Cavatore. Frédérique Cervantes. Patrick Le Sage 
Délégué(e)s: Corinne Tillard. Philippe Grandveaud. Nathalie Christien 
Conseiller(e)s:
Cédric Roux. Carole Mamain. Jean-François Isaïa. Nicole Gerbe. Johann Koch. Laurence Touze-Roux. Nicolas Coll. Julie Roig. Jacques Bompas. Sandra Bianchi 

*Conseiller(e)s communautaires 

Vite lu

Covid début des vaccinations prioritaires début janvier sans obligation (AFP)

Messes à 30 personnes maximum et couvre-feu de 21h à 7 h jusqu'au 20/01(FB) 

Réouverture des commerces le 28/11, bars et restaurants le 20/01 sous conditions (FI)

Probable alliance LR + LRM sans EELV contre le RN aux présidentielles 2022 (LM)

L'incertitude médicale et l'anxiété sécuritaire plombent l'économie française (WK)

Les militants RN applaudissent après le virage sécuritaire du gouvernement (FB)

Loi "sécurité globale" la CEE critique ce projet incompatible avec le droit européen (HP)

Plainte au pénal "pour mise en danger d'autrui" contre 400.000 "dos d'âne" illégaux (LF)

Brexit. A un mois de l'échéance les négociations avec l'UE ne progressent pas (LE)

En 3 mois 2 millions d'actes médicaux  annulés ou repoussés en France (FHF)

Mal-vivre, suicides, précarité, violences, repli, font plus de dégâts que la Covid-19 (LM)

Taxe de séjour en chute de 40% dans le Var compensée par l'Etat providence (CF)

Lieux de cultes. Les catholiques obligés de prier dans les rues sont verbalisés (AFP)

Confinement. Bars et restaurants resteront fermés jusqu'au 15 janvier (BFM)

Les commerces en survie préfèrent payer 135 € que de fermer définitivement (PME)

France 2020. La dette publique atteindra 120 % du PIB. Qui va payer et quand ? (FI)

France la pauvreté progresse de +37% avec 10 millions de pauvres en France (WK)

De mars à juin 2020 l'économie touristique a reculé de 65% dans le Var (insee)

La grande roue démontée et son exploitant ne veut plus revenir au Lavandou (FB)

Amazon progresse de +37% et crée 400.000 emplois dans le monde depuis la pandémie (FI)

Les communes annulent repas et colis de Noël par peur de propager la Covid-19 (FB)

L'Assemblé Nationale vote l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 16-02-2021 (AFP)

Sécurité Sociale le déficit serait de 44,7 milliards en 2020 contre 5,4 en 2019 (Bercy)

Le virus Covid-19 a déjà muté plus de 1000 fois depuis son apparition (HP)

Le président de la Région Sud et son bureau épinglés pour leurs salaires exorbitants (CRC)

19 novembre 2018 1 19 /11 /novembre /2018 11:16
  • 49 % des maires ne veulent pas se représenter à la fin de la mandature. Cette proportion atteint 55 % pour les maires des communes de moins de 500 habitants contre 28 % pour les communes de 5 à 10 000 habitants et 9 % pour les communes de plus de 30 000 habitants. En 2014, 60 % des maires sortants ont été réélus.
  • 55 % des maires des communes de moins de 500 habitants à envisager l’abandon de leur mandat, contre 28 % pour les maires des communes de 5 à 10 000 habitants et 9 % pour ceux des communes de plus de 30 000 habitants.
  • 34 % des maires invoquent des raisons fonctionnelles pour expliquer leur volonté de ne pas se représenter, telles le manque de moyens financiers (33,9 %) ou le manque de personnels (14,8 %). 36 % des maires expliquent avoir de plus en plus de difficultés à satisfaire les demandes de leurs administrés.
  • 75 % des maires interrogés jugent de manière négative les changements introduits par la loi Notre et 68 % désapprouvent la réorganisation des services déconcentrés de l’État.

Or, l’année dernière, la confiance accordée au maire a chuté, passant de 65% à 55 % » précise Luc Rouban, qui voit dans cette dégringolade une « fracture sociale plus vaste ». Car selon le chercheur, les ressorts de la confiance accordée élus diffèrent selon les catégories sociales. Si les classes supérieures semblent plus volontiers faire confiance au maire sur la base de ses qualités professionnelles, pour les classes populaires, « c’est la proximité sociale et l’engagement moral » qui vont primer.

Le citoyen consumériste

Le chercheur a également pointé un autre élément mis en lumière au cours de l’étude : la naissance du citoyen-consommateur. Pour plus d’un tiers des maires interrogés (37%), les exigences de plus en plus importantes des administrés font partie des raisons les poussant à renoncer à autre mandat électif, au point d’être la troisième raison évoquée par les maires pour justifier leur décision de ne pas se représenter derrière la volonté de préserver vie personnelle et familiale (71%) et la sensation d’avoir rempli leur devoir civique (53%). Les citoyens tendent en effet à se transformer en « consommateurs de services publics », une posture de plus en plus dénoncée par les élus, qui peinent à mobiliser sur leurs territoires des acteurs soucieux de l’intérêt général. Le déclin du monde associatif étant l’autre versant de ce même problème.

Ainsi, pour Luc Rouban, le maire qui « était auparavant considéré comme un ‘mandataire social’ gérant les affaires de la cité au nom de l’intérêt général, se retrouve désormais aux prises de citoyens qui, pour les plus aisés exigent de lui qu’il ‘manage’ la commune et pour les classes populaires, qu’il rende des comptes, tout le temps et en toute transparence. » « Nous avons ici un vrai défi de société… et j’avoue que je n’ai pas les réponses à cette question très complexe » a conclu le sociologue.

Courrier des Maires du 16/11/2018

Partager cet article

Repost0

commentaires

citoyen 23/11/2018 15:18

Sans un véritable statut de l'élu municipal et avec des moyens financiers de plus en plus réduits pour agir dans sa ville, le maire perd courage et tout sens de l'intérêt général. Il cumule, par ci par là, fait de son mieux pour rester en place en oubliant son rôle au service de ses concitoyens...

Libération 21/11/2018 10:24

Les relations se sont vite dégradées entre l’exécutif et les grandes associations d’élus. Suppression de la taxe d’habitation et 80 km/h, coupes dans les emplois aidés et économies réclamées aux collectivités : les sujets de querelles s’accumulent, renforcés par la perception du macronisme comme un mouvement urbain, ignorant des réalités territoriales et tenté par une insidieuse «recentralisation»

NON AU QUATRIÈME MANDAT 20/11/2018 19:05

CHANT DU CYGNE AU LAVANDOU. LE MAIRE NE CESSE DE VENDRE EN DOUCE PARKINGS MUNICIPAUX ET TERRAINS MAL FOUTUS ET HORS DE PRIX POUR RENFLOUER LA CAISSE MUNICIPALE VIDE AVANT D'AUGMENTER LES IMPÔTS.

@NON AU QUATRIÈME MANDAT 21/11/2018 10:30

Notre commune lui a beaucoup donné. Lui reste encore à vendre sa somptueuse propriété sur les hauteurs du lavandou ou tout simplement démissionner s'il ne sent plus à la hauteur de ses peu nombreux affidés.

pontoise83 20/11/2018 18:16

La situation reflète bien l’ambiguïté des maires qui finissent par exacerber leurs électeurs. En fait le rôle du maire est passé d'une fonction élective à une position de salarié communal avec tous les avantages offerts par la République. En plus les maires n'ont de compte à rendre que tous les six ans. Entre deux mandats les maires font ce qu'ils veulent avec une majorité municipale disproportionnée à la réalité de leur électorat . Exemple lorsqu'un maire est inquiété par le juge, sa notoriété médiatique lui donne un capital confiance supérieur à celui de ses opposants, s'il est mis en examen sans interdiction d'exercer il est majoritairement réélu. Conclusions: être violeur, voleur, tricheur, sans emploi, clientéliste, détrousseur de fond publics, plaideur compulsif... au sus de tous devient un avantage au candidat à sa réélection. Cherchez les cas dans le Var et vous serez étonné de voir le nombre de dossiers en attente devant la justice ou le nombre de cas sans suite signalé par la Cour des Comptes.....

lucide83 19/11/2018 18:51

j'ignore le pourcentage, mais une des raisons pour laquelle "ils" ne se représentent plus, ne serait ce pas, que étant donné que le niveau de leurs dotations à fortement baissé, le métier de maire, devient de moins en moins intéressant ? et surtout moins lucratif ? car trop l'ont considéré comme un métier, qui rapporte beaucoup, beaucoup trop d'ailleurs !

joseph.A 19/11/2018 12:56

peu de chance que cela nous concerne faute de démocratie la place est tellement bonne pour le sieur bernardi

@joseph.A 21/11/2018 18:59

Juste en réponse, il est vrai que le maire du Lavandou a fait de sa mission, son métier ce qui n'est pas le cas de tous les maires de France...Alors évidemment il ne va pas partir...