Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Lavandou Tribune. Contre-pouvoir citoyen
  • Lavandou Tribune. Contre-pouvoir citoyen
  • : Tribune officielle des citoyens indignés par la gestion municipale du Lavandou depuis 1995. La liberté d’expression est un droit fondamental défendu par la Cour européenne des droits de l'homme (CDEH). Les lanceurs d’alerte sont protégés par la loi 2016-1691 relative à la transparence.de la vie publique.
  • Contact

Debout le Lavandou !

La Chambre Régionale des Comptes épingle la municipalité en place pour "gestion approximative des fonds publics, vente du patrimoine, augmentation des impôts, emprunts, absentéisme du personnel, privilèges injustifiés…". Les 44,55 % d'électeurs indignés font entendre leur opposition dans cette tribune pour éveiller les consciences, lutter contre l'ambition et le fanatisme clanique qui ruine notre commune depuis quatre mandats. Donnons un nouveau souffle au Lavandou.

Recherche

Conseil municipal 2014-2020

Regain 2014-2020 : Gil BERNARDI maire
Adjoint(e)s: *Charlotte BOUVARD. *Claude MAUPEU. *Annie TALLONE. Pierre CHARRIER Bruno CAPEZZONE. Frédérique CERVANTES. Raymonde STATIUS. Patrick LE SAGE. 
Délégué(e)s: Corinne TILLARD. Denis CAVATORE. 
Conseiller(e)s:
Laurence CRETELLA. Beatrice FLORENTY. Philippe GRANDVEAUD. Nadine EMERIC. Patrick MARTINI. Jean-Pierre BIGEY. Monique CARLETTI. Jean-François ISAIA. Nathalie CHRISTIEN. Jacques BOMPAS. Laurence TOUZE. Patrick CANTIE.  
*Conseiller(e)s communautaires 

Le Lavandou Cap 2020 : Thierry SAUSSEZMarie-Jo BONNIER., Guy CAPPE.

La Ville Heureuse : Jean-Laurent FELIZIA, Andrée VIALE.

Sans étiquette : Georges TAILLADE.

Vite lu

Fiscalité. L'Assemblée vote la suppression de la taxe d'habitation pour 80% des ménages. Elle sera progressivement supprimée jusqu’en 2020 (BFMTV)

Harcèlement sexuel. La parole des femmes se libère en France. Le mot-dièse "balance ton porc" en est un symbole. Il  génère des milliers de témoignages sur Twitter contre des élus et petits chefs (Libération)

La Crau. Trois élus du Front National, quittent leur parti mais continuent à siéger sans étiquette dans l’opposition au conseil municipal par respect envers leurs électeurs (Facebook)

Var changement climatique: sécheresse record, température jamais vue depuis 60 ans. "Il faut arrêter d’urbaniser le littoral" avant une catastrophe naturelle majeure (LPO Paca)

L'ex sénateur-maire de Toulon aurait reçu plus de 8.000 € d’argent public chaque trimestre détourné du Sénat. Selon les avocats des sénateurs déjà mis en examen dans cette affaire, ces derniers n'auraient rien fait d'illégal (Var Matin)

117 sénateurs de droite (LR, UMP, RPR) sont soupçonnés d'avoir détourné 8 millions d'euros en 12 ans (Le Point)

Fréjus. La justice doit se prononcer mi-novembre sur l'ancien maire François Léotard, accusé de faux témoignage dans l'affaire Karachi (Twitter)

Autriche. La loi interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public est en vigueur. Le texte concerne la burqa, le niqab, les masques de mascarade (clown, Père Noël) cagoules et écharpes trop hautes contre le froid (Spunik)

Allemagne. 94 députés néo-nazis (AfD) entrent au Bundestag pour la première fois depuis 70 ans avec cet avertissement aux autres partis : "Nous allons vous traquer. On va pourchasser Madame Merkel et on va récupérer notre pays et notre peuple" (l’Express)

Trop de rues en France portent encore les noms de négriers, alors que l’esclavagisme est un crime contre l’humanité depuis 2001. En revanche aucune protestation contre les squares, boulevards, rues... qui honorent les élus qui ont ruiné leurs villes (Libération)

Hyères. La directrice de cabinet, fille du maire, démissionne pour cause d’interdiction des emplois familiaux, votée par l’Assemblée Nationale le 8 septembre (Twitter)

Lavandou. Pas moins de 6 tonnes de papier utilisées pour diffuser 14 photos du maire et un autosatisfecit  de sa gestion dans la revue municipale 2017 (Facebook)

20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 08:43

Dans l’édition de la gazette du Lavandou datée septembre/octobre N°83 (parue le 18 octobre) le maire, après avoir censuré notre conclusion, s’est autorisé de sa plume pour justifier sa censure, contester notre position, visant ainsi à limiter le droit à l’information de ses administrés.
Nous le remercions de nous offrir en remplacement le plan du sinistre des inondations de décembre 2008. Nous l’avions déjà ! A ce sujet, en sa qualité de président du SIPI (Syndicat intercommunal de prévention inondation), il était prévenu par plusieurs études sur les risques encourus en cas de fortes pluies, fussent elles « centennales » comme il le soutient candidement… Rappelons-lui que le code des collectivités territoriales impose un entretien régulier des cours d’eau de la commune ;  la Fouasse à Saint Clair et l’Hubac à Cavalière n’ont jamais été entretenus. Ces quartiers auraient beaucoup moins souffert des pluies diluviennes si cela avait été fait comme la loi l’impose. La responsabilité de la commune pourrait être engagée par les particuliers et surtout par leurs compagnies d'assurances...
Par exemple, à Cavalière ou un pont desservant une petite copropriété doit être reconstruit à grands frais (300.000€) par l’ensemble des copropriétaires en désarroi, sans soutien, ni aide, même technico juridique… Le maire se défausse de toute responsabilité ... C'est pas de sa faute !
Où est donc la belle solidarité dont il nous a rebattu les oreilles ?
Plutôt que le plan du sinistre, il serait mieux inspiré de nous permettre de consulter les comptes de l’association Lavandou Tourisme dont il n’a sans doute "pas bien mesuré les dégâts causés à notre commune" par sa gestion opaque, qu'il est contraint de saborder dans l’urgence. Le voilà même obligé de tripatouiller les délibérations et compte rendu du conseil municipal, 8 mois plus tard, pour justifier d'une "erreur matérielle du comptage des votes", afin d'échapper - du moins le croit-il - au délit flagrant de prise illégale intérêt par les élus qui ont voté l'attribution d'une subvention à l'association dans laquelle ils étaient juges et parties...
Le maire ne peut résister de couper, commenter ou supprimer nos écrits dans la gazette avec zèle et mépris. C'est que la justesse de nos propos le dérange.
Au sujet de la liberté d’opinion et d’expression, nous l’invitons à relire l’article 19 des Droits de l’Homme ou encore la Grande Encyclopédie : « C’est par la loi du 29 juillet 1881 qu’a été établie la liberté complète de la presse. La censure ne subsiste donc aujourd'hui en France que pour les théâtres »
Le texte « Parlons un peu de nos impôts locaux » qui porte sur un sujet très sensible – la dette de la commune et la fiscalité - n’a pas été publié sur la gazette dans son édition la plus diffusée - Juillet/Aout N°82 - nous privant ainsi de notre droit d’expression. En sa qualité de directeur de la publication, le maire devra en assumer seul la responsabilité. Notre contestation, à paraître sur la gazette suivante Septembre/octobre N° 83 n'a pas été, elle non plus, publiée.
La démocratie locale est en grande souffrance ! 
Le texte censuré et la réponse du maire du Lavandou

Lavandou-ensemble-640 Lavandou Ensemble  
Une nouvelle ambition pour le Lavandou 
Arnaud Parenty, Jacqueline Pilette, Marc Lamaziere

Partager cet article

Repost 0
Published by Lavandou Ensemble - dans Le bêtisier du maire
commenter cet article

commentaires

kidivrai ? La valse des millions. 22/10/2009 17:24


Le maire nous annonce 170 millions de francs de dette héritée en 1995.
ca fait arrondi 26 millions d'euro. Vous opposition évoquez 22 millions d'euro
en 95 soit 4 millions d'euro soit  26 millions de francs en moins
soit une dette en francs arrondis à 144 millions de francs en 95. Qui a raison ?
Aujourd'hui la dette annoncée est de arrondie 19 millions d'euro soit en francs la somme de 124,5 millions de francs. C'est trop pour notre village.
Merci, votre réponse m'interesse 
 


Maurin 20/10/2009 11:37


Demandez donc à la mairie quelles ont été les échos médiatiques de l'opération MEDITAVENIR qui à coûté 10.000 euros aux contribuables. D'autant que l'organisateur principal de cette grande foire
fait l'objet d'une enquête de la Brigade financière et d'une de l'inspection générale des services du conseil régional. Et ça, M. le maire le savait avant de payer et le président du club de la
presse aussi.
10.000 euros pour une tempête dans un verre d'eau avec des éclaboussures judiciaires en perspective, ça fait cher.